logo abm blanc
FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
       
Vous êtes iciAccueil|Destinations|Asie|Indonésie
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 65

Indonésie (11)

Indonésie

INDONESIE Août 2011

Nous arrivons à Tuban près de Denpasar sur l’Ile de Bali. Pour nous reposer des 18 heures d’avion, nous marchons le long de la plage de Kuta bordée d’hôtels de luxe avec discothèque, piscine et ambiance festive.

Nous quittons Bali avec un bus qui embarque sur le ferry pour l’Ile de Java. A Banyuangi, nous organisons une excursion en 4x4 au volcan Kawa Ijen. A 6 heures du matin, nous croisons déjà les premiers porteurs qui remontent avec des paniers chargés jusqu’à 90kg de souffre. Au fond du cratère du volcan, le lac d’acide vert/bleu émeraude s’évapore dans la brume matinale. On marche sur les bords du cratère, bien à l’écart des groupes de touristes.

En train, nous rejoignons Probolinggo puis un minibus nous emmène sur les versants du Parc National des volcans Bromo-Tenger-Semeru. Encore un réveil très matinal, pour  arpenter un point de vue et assister au lever du soleil sur l’immense caldeira de 10km de diamètre et ses volcans qui s’enflamment de couleurs orangers. Au fond, le Semeru crache régulièrement un panache de fumée nous rappelant bien son activité. On escalade les pentes raides recouvertes de cendres volcaniques noires pour voir le fond du cratère crachant des vapeurs. La poussière vole en permanence. Les habitants ont retiré jusqu’à 50 centimètres de cendres déposés lors de la dernière éruption datant de un mois. Plus tard dans la matinée, tous les groupes de touristes partis, je marche seul dans le fond de l’immense caldeira tout en surveillant les tourbillons de cendres et la brume montante.

Jogjakarta est une grande ville dynamique avec sa circulation, ses étalages de souvenirs et de batiks. Dans le quartier historique du Kraton, nous visitons le gigantesque palais du sultan. En pleine période de ramadan, nous sommes réveillés la nuit par l’appel à la prière, mais dans la journée, tout est calme et nous n’avons aucun problème pour nous déplacer et nous restaurer. Dans la journée, il fait parfois très chaud et nous apprécions la petite piscine de l’hôtel.

Le plus grand temple bouddhique d’Indonésie de Borobudur est comparé à Angkor Vat au Cambodge ou Bagan en Birmanie. Nous en profitons bien en l’explorant le matin au lever du soleil puis le soir pour le coucher du soleil. Entre deux, une petite promenade à bicyclette sous la chaleur de milieu de journée pour découvrir la campagne avoisinante a raffermi les mollets d’Annie.

A Prambanan, dans la grande banlieue de Jogjakarta, un bus de ville nous mène à un temple, hindouiste cette fois-ci. Les sculptures raffinées du temple de Shiva au milieu d’un grand parc en font un des plus beau complexe de la période hindoue à Java, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Nous rentrons sur Bali en avion, à l’aéroport de Jogjakarta, j’aperçois Guy de Saint Cyr, vulcanologue et accompagnateur de voyage, que nous avions vu à la télévision quelques mois auparavant. Je ne manque pas l’occasion d’entamer la conversation avec lui. Il me conseille l’ascension du Volcan Batur sur Bali, j’en prends bonne note…

De retour à Bali, nous montons directement en taxi à Ubud, ville très animée et touristique. Nous pensions y rester quelques 3 ou 4 jours seulement, mais les préparatifs d’une grande procession pour la crémation de la défunte reine nous y ferons rester une semaine. Et toutes les journées y seront bien occupées. De plus, nous sommes très bien installés dans un losmen (petite pension familiale), avec vue sur les rizières. C’est également au milieu de magnifiques rizières luxuriantes descendant en paliers des pentes douces des volcans que nous nous promenons à pieds cherchant parfois notre passage entre les différentes terrasses bordées de cocotiers vertigineux. Nous visitons des musées de peinture, Ubud est le berceau de l’art moderne balinais. Nous assistons à des spectacles de danses balinaises avec concerts de gamelan (ensemble traditionnel composé de percussions). Nous louons un scooter pour visiter un peu plus loin le temple de Mengwi au milieu d’une circulation soutenue. En fin de journée, nous observons les milliers d’aigrettes et de hérons qui regagnent leurs nids dans le petit village de Petulu. Agung, le mari de Nora, notre amie française, nous retrouve et nous emmène visiter les alentours vers Tegalalang avec ses magnifiques rizières en terrasses accrochées aux flancs des collines et Kenderan, son village d’enfance où nous rencontrons sa famille. Près du Palais, le marché est animé et déborde de marchandises, on y trouve les quelques souvenirs à ramener.

Enfin, après des journées et des semaines de préparation, le jour de la crémation arrive. Les habitants de toute l’Ile et les touristes affluents. La rue principale est envahie par la foule. Des dizaines d’hommes portent le palanquin du taureau, suivi de la tour de plus de 25 mètres de haut avec le cercueil et de la rampe d’accès jusqu’au lieu de crémation. Il fait très chaud, c’est un peu la bousculade pour être au plus près de l’évènement. Après des heures de mis en place, le cercueil secoué par le portage des hommes descend tant bien que mal de la tour par la rampe. Il fait trois fois le tour du taureau suivi de la famille et des offrandes. Il est hissé sur le taureau toujours à bras d’hommes qui ne lâchent pas la prise pour avoir l’honneur de la porter au maximum. Le corps est déposé dans le taureau puis le feu est mis faisant reculer les curieux trop proche sous l’effet de la chaleur du brasier. Tout ce temps de préparation et de mise en place pour partir en fumée en quelques instants…

En taxi, nous montons vers le volcan Batur (1718m). Nous trouvons un hôtel dans un village au fond de la caldeira (1030m d’altitude) près d’un grand lac avec vue sur les montagnes avoisinantes. Le soir, après diner, nous nous détendons dans les sources d’eaux chaudes sulfureuses du village. Avec 2 espagnoles, nous partons à 4 heures du matin pour faire l’ascension de ce volcan Batur. Pas de clair de lune, il fait encore nuit noire, sans guide, nous cherchons un peu notre chemin pour sortir du village, nous traversons une épaisse forêt. Le jour se lève, nous distinguons maintenant les alentours, nous progressons à travers un paysage volcanique composé de cendres et coulées de lave refroidit datant de plusieurs années. Le soleil apparait à l’horizon au dessus des nuages. Je marche sur la crête du volcan, une fois à droite vers où des indonésiens font cuire des œufs durs et des bananes dans un trou de fumerolles dégageant une vapeur bouillante aux odeurs de souffre. Une autre fois à gauche du cratère où, dos au soleil, j’aperçois l’ombre de ma silhouette se dessiner dans la brume montante du fond du cratère.

Nous louons à nouveau une motocyclette à la journée pour aller au temple de Besakih, l’ensemble religieux le plus important de Bali perché à près de 1000m d’altitude sur le flanc du volcan Agung. Sur la route du retour, un gentil toutou me pince le mollet, par précaution, une jolie infirmière me fait une première injection du vaccin antirabique, plus tard, les résultats d’analyses m’annoncent que je n’ai pas contracté la rage.

A Padangbai, nous flemmardons quelques jours sur les jolies plages. Malgré de belles petites baies, les vagues déferlent encore très forts et la baignade est sportive. On régale de bons plats de poissons, de thon, de barracuda ou de marlins grillés dans de sympathiques restaurant avec vue sur le port et les ferrys qui partent pour l’ile de Lombok.

A Sanur, nous retrouvons notre ami Agung. Nous passerons les 2 derniers jours chez lui à Batubulan près de Denpasar et ensemble nous « avalons » des kilomètres en motocyclette jusqu’aux magnifiques rizières en terrasses de Jatiluwih, le marché artisanal et le lac de Bedugul, les aquariums et l’élevage de tortues de mer de Serangan, le marché aux poissons de Jimbaran, les falaises de Uluwatu sur la péninsule à l’extrême sud de Bali. Le soir, nous flânons au marché de nuit de Denpasar.

Jusqu’aux dernières heures et juste avant de reprendre l’avion, nous nous baignons encore sur la magnifique plage de Belangan. 4 semaines n’ont pas suffit pour découvrir l’est de Java et tout Bali, il faudra revenir pour continuer et certainement traîner du coté de Lombok et d’autre iles de ce superbes pays archipel.

Denis & Annie (Rouen)

Derniers adhérents en ligne

gigobert   phlautridou   jrevertegat   bebenoist   adhabm   cgoubeau   mcthibaud   gbernis   frbonnaud   seescuret   paponte   herolland   amcherchali   catherine   jpvaulot  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public