logo abm blanc
FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
       
banniere tonkin
Vous êtes iciAccueil|Destinations|Asie|Vietnam
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 65

Vietnam (14)

Vietnam

Le pays dans lequel je me trouve a eu un passé historique important.

Vietnam1Ses quelques guerres et batailles, de 1946-1954 contre les Français et jusqu'à 1975 contre les Américains lui ont finalement permis de devenir le pays que nous connaissons jusqu'à maintenant et dont certains exilés, se souviennent encore.

Une évolution dans le temps et bien plus encore qui n'aurait pu avoir lieu sans cet homme qui est resté et restera dans l'histoire pour les prochaines générations à venir et sûrement bien plus encore. Un Homme aux multiples appellations : de Nguyen Sinh Cung, à Nguyen Tat Thanh, à Bac Ho pour enfin donner son dernier sobriquet à la capitale du pays, Ho Chi Minh - le Vietnam.

Inévitablement une journée vient encore de se finir et comme toujours je suis amené à me dire qu'elles ne sont jamais assez longues. Jusqu'à maintenant tout se passe bien. Les découvertes, les ressentis sont présents et pertinents dans le quotidien de ce voyage. Unique, comme chacun de ceux que nous entreprenons.

Les souvenirs fusent dans ma tête et rendent ma prise de note difficile à relire, à rabouter, à comprendre pour une tierce personne et on y perd le trio sujet-verbe-complément... Pas toujours facile de retranscrire ce que nous sommes amenés à penser. Les souvenirs sont-ils éternels ?

Dans la région où je me trouve, le parapluie n'existe pas vraiment ; tout du moins, son utilisation n'est que peu coutumière chez les autochtones de ces endroits reculés que nous pourrions comparer à nos campagnes. Aujourd'hui, la journée a été rythmée par une pluie fine et légère qui, inhabituelle à cette époque, n'est rien comparée aux plusieurs mois de mousson que les habitants endurent jusqu'à ce que le ciel bleu veuille bien réapparaître.

Elle s'emploie à ravir les enfants déambulateurs de ces petites rues où routes composées dans 80% des cas de terre brute. En chaussures ou pieds nus, habillés ou torse nu, la différence n'est pas bien grande. Les sourires, gestes et enthousiasmes sont les mêmes pour tous.

J'en aperçois certains la tête levée au ciel, les bras à l'horizontale, exécutant des demi-tours incessants et frénétiques souvent la bouche ouverte, comme des signes rituels communs pour certains.

Ce cadre actuel, nuageux et incertain pourrait en décourager plus d'un à quitter l'hôtel. Des aléas du voyage, le voyageur ou bourlingueur que je suis devrait en tirer le meilleur parti : ce climat m'offre l'opportunité de réaliser des photos au cadre différent, brumeux, mystique.

Avec une moyenne de 50km/h je continue toujours mon petit bonhomme de périple sur ces routes aux abords de la ville de Vinh, place où j'ai pu louer mon scooter avec l'aide de mon ami Vietnamien et de sa famille, rencontrés en Australie. Ces derniers m'ont offert la possibilité d'une immersion dans les bas fonds et origines de leur pays, de cette région très peu visitée en général.

En cette fin d'après-midi, je me retrouve encore une fois un peu perdu dans cette campagne authentique et extrêmement dépaysante. Province d'où depuis le début de ce voyage, je suis continuellement amené à goûter aux regards hébétés et curieux de ces villageois de tous âges et de tout sexe, que je suis amené à croiser.

Vietnam5Je continue à regarder ce vélo et ces deux jeunes cyclistes aux airs parfaitement médusés lors de leur passage. Un souvenir qui prend sa force au moment où leurs attentions toujours portées à ce nouvel inconnu prennent le dessus ; que leurs têtes et épaules, complètement désaxées de la continuité de la route en arrivent à les faire tomber ! On continue à se regarder, je rigole, eux aussi et ils repartent.
Des « masques de chirurgiens » aux teintes multicolores et motifs divers et variés viennent généralement couvrir une partie du visage des femmes et bien souvent aussi des enfants. Même pour ces derniers il est possible d'en distinguer le pétillement dans leurs yeux, ce sourire caché mais bien réel, ainsi que cette attention qui vient à changer de direction lors de ma courte apparition.

Un tout qui prend généralement forme avec l'association de ce même mot qui arrive continuellement à mes deux oreilles. Symbolique, synonyme d'étonnement, sans connotation commerciale, sympathique exclamation conjuguée à l'agitation d'un bras voir deux, ce mot universel parmi tant d'autre, le fameux : Hello ! Étonnante association de cinq lettres connues de toutes les langues du globe ! Il est prodigieusement étonnant de réaliser comment un simple mot si banal qu'il puisse être, puisse rallier et engendrer tant de choses merveilleuses quand les deux parties se prennent au jeux.

Une nouvelle journée éprouvante de vécus, un soleil qui commence finalement à décroître sur cette route bordée de cultures de riz où il m'est impossible de poser le paquetage et d'installer la tente pour passer la nuit. Je me mets alors en quête d'un terrain nivelé et de tranquillité à l'abri de passants. Ils sont susceptibles de venir me tenir la jambe pendant des heures, juste pour rester avec moi, me regarder, me taxer des cigarettes, je leur montrerai ma carte routière, où se trouve mon pays etc..

Je décide finalement d'installer le campement sur la continuité d'un petit chemin bordé d'herbe qui m'emmène rapidement dans les terres des bas cotés d'une voie de chemin de fer.

Je vais alors vivre une belle expérience humaine :


Vietnam2Un homme apparaît au loin et se rapproche peu à peu de ma position. Me doutant de la suite des événements, je ne serai pas long à attraper ma carte du Vietnam, fermer ma tente, refermer mon paquetage et attendre ce nouvel inconnu très certainement en quête de convivialité. Ce « bon samaritain local » s'avance vers moi et finit par me faire comprendre que l'installation de ma tente près de la voie de chemin de fer n'est pas une bonne idée et que je ferai mieux de partir ailleurs.

Le remerciant pour son attention mais toujours, décidé à rester où je suis installé, je lui signe la chute d'une éventuelle pierre sur la toile de ma tente qui la renverra aussitôt par absorption du choc dans une direction opposée... Sans oublier mes petits artefacts, sculptures de Bouddha en pendentif ou simples décorations dispatchées sur mon scooter, sur moi même ; sans compter ce Bouddha allongé (symbolique de tranquillité une fois endormi), fidèles produits de protection. Mon visiteur finit par me tourner les talons et rebrousser chemin.

Convaincu mais pas totalement, il ne lui faudra que quelques minutes pour revenir à la charge et une nouvelle fois insister, déterminé à me prouver qu'il ne faut pas que je reste à l'endroit où je me trouve ! À grand renfort de signes de bras il m'invite à rejoindre sa maison. Désespéré face à mon entêtement il lève les bras au ciel, s'exclame et exécute un parfait signe de croix chrétien, s'accomplissant par un regroupement de mains parfaitement alignées au niveau du torse, la tête en l'air et l'intention de parler aux cieux.

J'ai fini par accepter son invitation dans sa ferme, en compagnie de sa femme et de ses amis de passage avec qui j'ai passé une soirée mémorable. Un de ces moments uniques qui peuvent faire du Voyage, quelque chose d'à part entière.

Julien.
www.bluesky-travel.fr


Derniers adhérents en ligne

ruloohujs   dadeseauve   adhabm   sohumbert   cbesnard   jeabaillon   phlautridou   ttastet   omartel   wamaalej   pteillere   jeloizeau   grperra   amcherchali   opaugam  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public