logo abm blanc
FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
       
Minorque et les cavaliers de la Saint-Jean

Minorque2Je ne serais sans doute jamais venue dans les îles Baléares si on ne m'avait pas parlé des Fêtes de la San Joan à Minorque et vanté les charmes de cette île.

Minorque a la réputation d'être l'île la plus préservée du tourisme de masse contrairement à ses voisines, Majorque et Ibiza. Avec 702 kilomètres carrés, 48 kms d'Est en Ouest et 20 kms dans sa plus grande largeur, Minorque est la seconde en superficie (tout en étant six fois plus petite que Majorque) des sept îles que compte l'archipel méditerranéen.

La population de Minorque en basse saison est de 87.000 habitants. Un nombre qui peut tripler en période estivale.

La Saint-Jean est fêtée partout en Espagne, mais celle de Minorque est très célèbre car c'est aussi la fête des chevaux, en particulier à Ciutadella, cité historique, deuxième ville de Minorque. Cette tradition remonte au Moyen-Age et garde encore toute son authenticité. Les festivités peuvent durer cinq jours.


Minorque est le territoire espagnol qui compte le plus de chevaux par habitant ; c'est un vrai paradis pour les amateurs de randonnées équestres. Autrefois, le cheval permettait de surveiller les 220 kilomètres de côtes de l'île, sur le chemin des chevaux (cami de cavalls). Il était aussi utilisé pour les travaux des champs. Les chevaux noirs de pure race minorquine ne craignent pas la foule ni ses hurlements. Ils sont aussi connus pour leur élégance. Et que dire de celle de leurs cavaliers .

Dans la vieille ville de Ciutadella, j'ai plaisir à jouer à cache-cache avec le soleil dans les rues étroites, en longeant les façades de pierres blanches ou colorées. Découverte de superbes bâtiments et promenade tranquille dans quelques ruelles désertes... qui ne vont pas le rester longtemps ! Depuis la veille déjà, la cérémonie traditionnelle a commencé. La "Junta des Caixers" représente toutes les couches sociales de la société (noblesse, clergé, paysans, artisans...).Un bel agneau paré de rubans et de croix de Saint-jean peintes est présenté à la maison du Maire et à l'Echevêché puis à toutes les catégories de la Junta.

Le 21 juin, la musique envahit Ciutadella avec des groupes modernes ou traditionnels. Jotas et sardanas sont dansées, accompagnées des guitares. Sur chaque placette ou dans les carrefours, des feux de la Saint-Jean sont allumés à la nuit tombée. Les plus téméraires sautent par-dessus les flammes et les braises.

Viva la fiesta ! Celle de Ciutadella est également connue pour ses bousculades. Le 22 juin, un cavalier monté sur son âne vient demander au "Caixer Senyor" l'autorisation de débuter la fête avec les chevaux. Sans y prendre garde, la rue étroite se remplit peu à peu de monde. Impossible de bouger. Pendant la longue attente sous le soleil, la foule chante souvent en se balançant ce qui crée une énorme vague. Chacun s'accroche à son voisin et il est préférable de garder le même rythme pour ne pas tomber ou étouffer ! Le cavalier et son âne parcourent ensuite les rues pour annoncer les festivités au son de la flûte et du tambour.

Les commerçants, quant à eux, ne sont pas du tout à la fête ! La ville semble en état de siège avec ses vitrines barricadées, les sols jonchés de cartons, les tables et chaises pliées. Ciutadella si impeccablement propre quelques heures plus tôt, s'est transformée en plage avec ses rues couvertes de sable.

Le jour suivant, les caballeros en uniformes paradent dans la ville. La foule excite les chevaux avec des "olas" pour les faire se cabrer. Le jeu est de toucher ou de caresser les chevaux, mais attention aux ruades ! Et les chevaux viennent parfois vous saluer d'un peu trop près. Puis ils font trois fois le tour de la grande place des Borns, en se frayant un chemin au milieu de la foule toujours aussi énervée. Je pense que le gin qui est la boisson locale, est l'un des fondements de la fête. Le gin/limonade est vendu très bon marché dans des bouteilles en plastique de 1, 2 litres ou 5 litres. La chaleur étouffante, les cris, les chants et les rires créent une ambiance délirante...

Il faut le vivre pour le croire.

Non loin de là, se déroule une autre tradition : la bataille de noisettes. "Pluie de la Saint-Jean noie les noisettes, mais beau temps de la Saint-Pierre les rachète" dit le diction. La municipalité a livré dans la rue des gros sacs de noisettes et chacun achète son stock pour les lancer à tout-va sur ses amis ou sur les piétons. On ne lance pas que des noisettes ! Des jeunes filles sont soulevées au-dessus des têtes. Les craquements des noisettes écrasées sous les pas de la foule font une musique étonnante.

Dia de san Joan, le 24 juin : Ciutadella est devenue une poubelle géante. On marche sur les bouteilles et les verres en plastique ou les canettes de bière... Toute la journée les caballeros et leurs chevaux ont parcouru les rues. En retrait du vieux port, le clou de la fête se prépare sur une place toute en longueur. Dès 17heures, les spectateurs commencent à s'installer à l'endroit qu'ils jugent le meilleur pour admirer le spectacle. Pour les personnes plus âgées ou plus prudentes et pour les enfants, la rue qui descend de la petite colline est un promontoir idéal. En bas, la foule grossit d'heure en heure jusqu'à saturation de la place.

Les équipes de secours, ambulances et la tente des premiers soins donnent une drôle d'impression. Avec deux heures de retard l'orchestre et les Officiels prennent enfin place sur les estrades.

Il fait déjà nuit. L'excitation est à son comble. Les cavaliers équipés d'une lance s'élancent au galop dans la foule et doivent attraper un anneau suspendu à quelques mètres de haut. Le tambour et la flûte annoncent la charge de chaque cavalier et la foule s'écarte au dernier moment sur son passage. Certains spectateurs sont bousculés par les chevaux ou par la foule en délire. Le ballet incessant des secouristes avec leur civières qui se frayent un chemin à coups de sifflets est un spectacle dans le spectacle.

J'ai compté un blessé toutes les dix minutes. Lorsque le cavalier a réussi son exploit, la foule hurle, chante, bat des mains et l'orchestre joue une musique particulière. Lorsqu'il échoue un sombre « no » fait vibrer toute la place. Une dizaine de cavaliers se succèdent ainsi trois fois de suite. Puis très tard dans la nuit, c'est le jeu des "carotas" : les cavaliers galopent par deux.

L'un des cavaliers porte un petit bouclier en bois fin sur lequel est peint la caricature d'un personnage officiel. Le second cavalier doit lui ravir la carota, la rompre et jeter les morceaux dans la foule. Quelques spectateurs luttent au corps à corps pour récupérer un morceau qui a valeur de relique... puis ils se réconcilient. Surprenant ? C'est la tradition me dit-on. Dans le dernier jeu, les deux cavaliers galopent côte à côte et doivent se donner l'accolade avant la fin de la course. La fête s'achève à l'aube après d'autres cavalcades dans les rues de Ciutadella qui cette nuit encore n'a pu s'endormir.

Minorque3Le 25 juin, dernier jour, mais sans les chevaux. Des attractions sont organisées pour les enfants et un feu d'artifice clôture la San Joan 2011. Pendant ces quelques jours, Ciutadella, qui compte normalement 30 000 habitants, a accueilli près de 40 000 visiteurs dont majoritairement des Anglais et des Allemands, Minorque étant peu fréquentée par les touristes Français qui lui préfèrent Majorque ou Ibiza.

Dès le lendemain les façades n'arborent déjà plus les fanions de la San Joan. Les magasins sont fermés -siesta oblige qui plus est un dimanche ! -.

Les rues ont été entièrement nettoyées comme par miracle. La ville appartient au promeneur solitaire. Quelques dernières palissades sur les vitrines rappellent le passage des chevaux.

Seuls mes pas sur les pavés et les mouettes perturbent le silence.

Ma découverte de Minorque se poursuit plus calmement. Comme la Bretagne ou le sud de l'Angleterre, Minorque est marquée par le culte de la pierre. Ses murets qui marquent les propriétés, mais aussi qui protègent du vent, forment un immense labyrinthe au travers de l'île. Minorque est un vrai musée en plein air. Dès la Préhistoire, l'île fut un lieu éminemment sacré comme le rappellent ses 1600 monuments mégalithiques répertoriés dont les plus anciens remontent à 2000 ans avant Jésus Christ.

Ses 200 "talayots" tours de pierre sans mortier, ses "taulas" constituées de deux énormes pierres très hautes et placées en forme de T, ainsi que ses "navetas", monuments funéraires en forme de nef retournée, – que l'on ne trouve qu'à Minorque - gardent toujours leur mystère et nourissent de nombreuses légendes.

Minorque connut une Histoire tourmentée. Elle fut le point de rencontre des Grecs, des Romains, des Maures et des Chrétiens. On y trouve des vestiges de villes romaines et de quelques basiliques paléochrétiennes. Pour les amateurs, tous ces monuments situés en pleine campagne constituent un véritable circuit.

Et la mer ?

Minorque1Minorque a réussi – il me semble - un bon compromis entre des zones balnéaires très concentrées qui sont indispensables à son économie, et des zones protégées qui sont uniquement accessibles à pied.

A partir de la route nationale qui traverse l'île d'Est en Ouest, il faut suivre de petites routes goudronnées impraticables pour les cars, puis des chemins de pierre mal entretenus parfois sur plusieurs kilomètres et des sentiers côtiers.

Enfin l'on découvre une crique comme un trésor bien caché. Après une heure ou plus de marche, c'est la récompense : un bain dans une mer cristalline et chaude ! Certaines criques font ainsi le bonheur des nudistes. Les randonneurs devront y consacrer de nombreuses journées s'ils veulent faire le tour de l'île.

Il faut prendre aussi le temps de dénicher de minuscules ports avec leurs barques de pêcheurs ainsi que de charmants hameaux avec leurs dernières maisons blanches authentiques.

A l'intérieur des terres (à seulement 5 kilomètres de la mer), les collines abritent des fermes ou de belles villas isolées qui jouissent de magnifiques panoramas. Le touriste n'a rien à leur envier puisque du sommet du Mont Toro qui culmine à 358 m, la vue embrasse toute l'île.

Il est facile d'éviter toutes les plages touristiques pour ne garder de l'île que cette image de nature sauvage. Minorque mérite bien son titre de Réserve de la Biosphère. Pour profiter du climat, tant pour randonner que se baigner - ainsi que de prix moins élevés ! - les meilleurs mois sont juin et septembre.

Catherine Jeudy-Pinon
Juin 2011
ABM Nantes

Derniers adhérents en ligne

jrevertegat   bebenoist   adhabm   phlautridou   cgoubeau   mcthibaud   gbernis   frbonnaud   seescuret   paponte   herolland   amcherchali   catherine   jpvaulot   cvandyk  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public