logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       



- C -

Caractéristiques de vol :
En vols réguliers, n'importe quelle agence peut à tout moment vous indiquer les caractéristiques de vol (aéroports, durées, escales, etc), contrairement aux charters pour lesquels il faut parfois attendre le dernier moment même si depuis 2005 les voyagistes ayant affrété un charter sont obligés d'indiquer au moins le nom de la compagnie lors de l'achat du billet.

Carte d'embarquement :
Même chose que "boarding pass". Document remis une fois l'enregistrement terminé. Y est notamment mentionné le numéro de la porte d'embarquement, l'heure limite d'embarquement et son numéro de siège à bord.

Charter :
Avion affrété plus ou moins ponctuellement par un voyagiste, mais aussi et surtout, juste quelques sièges retenus et payés d'avance à une compagnie spécialisée dans ce domaine mais aussi parfois régulière. Contrairement aux vols réguliers, les (vrais) charters ne sont pas programmés à l'avance, d'où des départs parfois à des heures un peu particulières. Les billets charters ne s'achètent qu'auprès des agences de voyages. Ils sont généralement soumis à des conditions d'utilisation souvent pour les moins restrictives (validités spécifiques, pas de réductions enfants, dates non modifiables, etc). Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les tarifs ne sont plus systématiquement moins chers qu'en vols réguliers, notamment en période de pointe.

Chèque vacances :
Ce système d'aide aux congés à certains salariés peut désormais servir de moyen de paiement auprès de certaines compagnies françaises pour des vols intérieurs ou à destination des Dom-Tom.

Classes :
A la base 3 classes distinctes dans les avions :
F : Première ou First
C : Club ou Business
Y : Economique ou Touriste
Toutefois selon les compagnies, les vols ou les appareils il peut n'y avoir aussi bien qu'une seule classe (notamment sur les appareils de petite capacité) que diverses autres comme la "Business First" (classe Affaires à tarif Eco) de plus en plus répendue. Bien entendu, chacune correspond à des prix et des caractéristiques spécifiques. Les vols négociés "grand public" le sont en Eco., et en charter il n'y a souvent qu'une seule classe.

Code-share :
En français "partage de code". C'est une pratique commerciale de plus en plus pratiquée par les compagnies afin de mieux se positionner sur les marchés. Cela veut dire concrétement qu'il y a un partage des dessertes entre deux compagnies pour une même liaison (les prix sont aussi identiques). On pourra donc acheter un billet avec la compagnie X et voler effectivement avec la compagnie Y en ne l'apprenant qu'au moment d'embarquer. Un inconvénient possible pour le passager dès lors que le service à bord n'est pas de même qualité entre les deux transporteurs.

Codification :
Système international qui attribue un code de trois lettres aux villes et aéroports (ex. : ORY pour Orly) et de deux aux compagnies aériennes (ex. : AF pour Air France). On retrouve ces références sur les billets, les écrans d'information aux aéroports, les guides horaires des compagnies, et aussi parfois les brochures d'agences.

Commandant de bord :
Il est le seul maître à bord et a autorité sur toutes les personnes embarquées. La Loi l'autorise d'ailleurs à débarquer tout passager, animal ou cargaison pouvant présenter un danger pour la sécurité ou le bon ordre à bord.

Compagnies aériennes :
A distinguer, les compagnies régulières et les non régulières. Les premières ont pour vocation d'exploiter des lignes passagers ou frêt de manières continues alors que les secondes travaillent en "ponctuel" comme les compagnies charters ou d'aviation d'affaires.

Conditions de paiement (en agences) :
En règle générale, jusqu'à 30 jours d'un départ, il est demandé à titre d'arrhes de 25 à 35% du montant global du voyage, puis le solde complet à J-30. Pour une inscription après J-30, c'est la totalité du billet qui doit être payée. A savoir aussi que pour des réservations de dernières minutes (J-3, voire J-7) une majoration pouvant atteindre les 25 € peut parfois être demandée. Enfin, à 15 ou 21 jours d'un départ, beaucoup d'agences n'acceptent que des paiements par carte ou en liquide.

Conditions de vente :
Très variables selon les compagnies et les voyagistes. Le plus important demeure de bien regarder quelles sont les conditions d'annulation et de modification du billet, de même que tout ce qui se rapporte aux assurances.

Contremarque :
Document qui remplace le billet lors de vols charters.

Convention de Varsovie :
Détails au dos de chaque billet. Concerne la responsabilité des transporteurs. Il est stipulé qu'une compagnie est présumée responsable en cas de dommages sur les biens et personnes transportés. Cette responsabilité ne peut être levée que s'il est apporté la preuve que celle-ci a pris toutes les mesures nécessaires pour éviter le dommage ou qu'il était impossible de les prendre. Mais en cas de problèmes, avec la Loi de 1992, on peut désormais se retourner directement aussi contre l'agence qui a vendu le billet.

Convocation :
Généralement le voyagiste convoque ses clients, à l'aéroport, deux heures avant le décollage.

Correspondance :
Changement d'appareil et parfois de compagnie (voire même d'aéroport) dans une ville intermédiaire entre celle de départ et d'arrivée. En fait une correspondance implique une liaison sous deux numéros de vols différents. A titre indicatif, le temps nécessaire au transfert entre deux vols internationaux est généralement estimé à deux heures minimum.

Couple :
Pour certaines liaisons régulières intérieures et plus rarement vers l'étranger avec quelques transporteurs, il existe des réductions couple. Il n'est pas nécessaire d'être marié pour bénéficier de ces réductions; le concubinage étant également reconnu. Dans tous les cas, la présentation de pièces justificatives est exigée à l'achat du billet. D'autres réductions catégorielles sont proposées sur le même principe aux retraités, familles, jeunes et étudiants.

Coupons :
Terme désignant les trajets inclus dans un forfait aérien.

Couvre feu :
Certains aéroports peuvent être fermés pendant quelques heures chaque nuit afin de préserver la tranquillité nocturne des riverains. En cas de retard d'un vol, si celui-ci est amené à atterrir pendant ce couvre feu, l'avion peut être alors détourné sur l'aéroport le plus proche (mais c'est quand même rare). Dans ce cas, la compagnie doit alors prévenir les personnes attendant les passagers à l'aéroport initial et mettre en place un service de navette pour reconduire ces derniers vers celui-ci.



Derniers adhérents en ligne

jprabonneau   adhabm   bebenoist   plemaitre   stcassonnet   jrose   catherine   fjourdain   chveque   jcpeugeot   jmhelle   cvandyk   jmserour   acabot   symarchand  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public