logo abm blanc
FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
       

grece-VatopediFévrier 2011 : je téléphone au Bureau des Pèlerins de Thessalonique pour demander si je peux venir visiter le Mont-Athos et à quelle date. Pas de problème, mais on me propose une entrée le 29 juin, donc en pleine chaleur et pendant les vacances des grecs. J'aurai préféré venir en mai. Je transmets les pièces demandées (copies du passeport).

4 juin : Je téléphone pour confirmer mon souhait de venir. Mon permis sera à ma disposition directement à Ouranopolis. Il sera valable 3 nuits, du 29 juin au 2 Juillet. Une prolongation peut être demandée sur place mais elle n'est pas assurée.

29 Juin : ça y est : c'est le grand jour. Dès 7 h, je suis devant la porte du Bureau des Pèlerins qui ouvre à 7h30 et il y a déjà quelqu'un avant moi. Le Bureau s'ouvre à 7h20 et 5 mn plus tard j'en sors avec mon fameux document contre 30 €. Les autres personnes semblent être pour l'essentiel des travailleurs venant faire des chantiers pour les moines.

Le bateau rapide part à 8h et me laisse au port du Monastère de St Paul à 9h. Un car me dit de monter à son bord et me conduit au Monastère qui est largement au dessus du niveau de la mer. Je rencontre 3 pèlerins chypriotes et les suis dans le Monastère. Je découvre l'accueil avec le petit verre d'Ouzo, qu'il faut boire d'un coup, ce que je ne fais pas, accompagné d'un loukoum et d'un verre d'eau fraîche. Ils font ouvrir l'église et son Trésor. Ils se signent devant chaque icône et l'embrasse. Il y en a beaucoup. Le Trésor est composé de reliques.

Vers 10h, je pars à pieds pour le Monastère de Dionisiou par un petit sentier de montagne qui n'arrête pas de monter et de descendre. C'est très beau et très fatiguant. Vers midi j'arrive enfin au Monastère. A l'entrée, il y a un cageot d'abricots bien agréables. On m'offre un verre d'eau fraîche et un lokoum.

greceGrigoriouJe repars vers le Monastère de Grigoriou.  Ça continue à monter et descendre sans fin. Et j'ai mal aux pieds. Arrivé au Monastère, je suis trop fatigué pour continuer jusqu'à celui de Simonos Petras où je dois arriver avant 17h et y passer la nuit. Le Monastère m'offre un café, un grand verre d'eau et 2 loukoums. Comme le seul moyen d'aller à Simonos Petras est le sentier, le Monastère me propose de passer la nuit ici. J'essaie de joindre Simonos Petras sans succès. On m'installe dans un dortoir de 7 lits où je suis seul au début. Toilettes et WC sont à coté. Je choisis le lit qui est près de la prise électrique. Plus tard, un américain orthodoxe me rejoindra, venant à pieds de Simonos Petras. Je suis convié à l'office qui aura lieu à 17h, suivi du repas. Les matines commencent à 4h du matin, suivi d'un repas. Les monastères que j'ai vus semblent en grands chantiers (agrandissement, rénovation, ...). 

17 h : je vais à l'office mais, non orthodoxe, je ne peux pas entrer sans l'église elle-même. On me fait asseoir dans une stalle dans le narthex. L'office dure une heure. De là, on passe directement dans le réfectoire, richement décoré de fresques. Les pèlerins sont installés ensemble. Devant chacun une écuelle de poix chiches froids. Un concombre et une tomate nature. Une pêche. Comme boisson, une sorte de Fanta. On  mange vite et sans parler.

A 18h un signal indique que le repas est terminé. Tout le monde se lève et quitte le réfectoire. C'est tôt pour se coucher mais les moines commencent leur journée à 4 h. Je ne sens pas d'y aller si tôt. L'idéal est d'y aller un peu avant le repas (il n'y a pas de repas le midi. Pour le moment, je suis en train de revoir fortement mon programme pour mieux tenir compte des durées réelles des trajets entre les monastères et surtout de mes propres possibilités physiques.

30 juin : Je ne vais pas aux matines. Je me lève vers 6h pour me préparer, y compris mon sac à dos et je me rends vers l'église. A la fin de l'office tout le monde passe au réfectoire. Au menu : une écuelle de friture de poisson froide, des haricots verts, des abricots. Comme boisson : eau et vin rouge.

Je quitte le Monastère vers 9 h et vais à Simonos Petra. Le sentier est moins difficile et mieux indiqué. Mais ça monte et descend tout le temps. J'arrive quand même à Simonos Petra que je visite. 

C'est l'un des plus importants monastères du Mont Athos aujourd'hui.

Je tombe sur la fin de l'office. Tout le monde se précipite au réfectoire qui est toujours à coté. Un moine me fait signe d'entrer. Je n'ai pas faim et j'ai peur de perdre du temps. Je suis néanmoins car les réfectoires sont décorés. Au menu tarama, pommes de terre, haricots verts. Je me contente d'abricots et d'un gâteau (pâte sablée fourrée à la figue). Boissons : eau et vin rouge.

Un moine m'aborde en français. Il savait que je devais dormir la veille et m'a reconnu par mon signe de croix à l'envers.

L'américain rencontré hier, venu aussi à Simonos Petra, m'indique que des pèlerins attendent un mini-bus qui me descend à Daphné. De là un car me conduit à Karyés et un mini-bus me mène à Iviron. Un moine me donne un cellule individuelle. Il est 14 h, je ne me suis pas trop fatigué mais je n'ai rien vu d'autre que la route. Je vais maintenant visiter le Monastère lui-même.

Monastère superbe, avec son mur d'enceinte et ses tours. Il a été fondé au Xème siècle et est dédié à la Vierge Marie. Long office ce soir puis réfectoire : aubergines, betterave rouge, quelques feuilles d'épinard, orange. Très bon. Un verre de rosé et eau. Il faut toujours manger très vite. Lecture pendant le repas.

vendredi 1er juillet

Ce matin je me lève vers 6h pour ranger mon sac à dos et être prêt avant la fin des matines. Je libère la chambre vers 6h30 et descends vers l'église. Aucun bruit, aucun chant, personne. J'en profite pour faire quelques photos et reviens 5 mn plus tard. La porte du réfectoire est ouverte et une vingtaine de pèlerins prennent un petit déjeuner (thé et gâteaux sec). Je me joins à eux. En fait ils vont tous prendre un bus qui va les monter à Karyés.

Déjeuner avalé, Je pars à pieds pour Stavronikita, à 1h de marche. Arrivé là, je laisse mon sac et continue, beaucoup plus léger jusqu'à Pantokratoros, que je visite et reviens par le même chemin à Stavronokita. La personne chargé de l'accueil me dit que le repas est dans 10 mn et m'y emmène : une sorte de soupe épaisse de riz ou de petites pâtes, 3 courgettes que l'on peut assaisonner avec de la tarina et une très bonne pastèque. Le tout accompagné d'eau et de lectures édifiantes.

Ensuite le père hôtelier me donne ma chambre au 2me étage, avec une vue superbe sur la mer. Il y a 3 lits mais je suis seul. C'est un petit monastère moins touristique que ceux que j'ai déjà visités. Pas d'électricité. En revanche il y a une lampe à pétrole.  

Maintenant il est 20h. J'ai fait quelques photos en profitant de l'éclairage. J'ai demandé comment aller à Karyès. Je dois y passer demain assez tôt pour faire prolonger mon séjour ou, en cas de refus, quitter le Mont Athos  par le bateau de 14h45. Le moine me répond qu'il n'y a pas de moyen de transport autres que les pieds. Ce soir, au début de l'office, quelqu'un me prévient qu'un taxi a été commandé. Il partira à 9h. Un problème de moins.

A la fin de l'Office, un moine vient me demander si j'étais orthodoxe et comme le ne l'étais pas, il m'a inviter à passer au réfectoire. Les "touristes" ont mangé sans moines ni lecture. Ce n'était pas plus gai. En plat, les mêmes pâtes qu'à midi et en dessert, un abricot en conserve. Pas grave.

Derniers adhérents en ligne

adhabm   pmatveeff   amcherchali   clegrand   opaugam   sohumbert   ruloohujs   dadeseauve   cbesnard   jeabaillon   phlautridou   ttastet   omartel   wamaalej   pteillere  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public