Imprimer cette page
mercredi, 20 juillet 2016 17:43

Tour du monde à la rencontre des peuples de 16 pays.

Jean Claude Bossard vient de réaliser son rêve : partir autour du monde
Russie, Mongolie, Chine, Vietnam, Laos, Cambodge, Thaïlande, Malaisie (+ Bornéo), Indonésie (Sumatra, Java et Bali), Australie, Nouvelle Calédonie, Nouvelle Zélande, Chili, Argentine, Uruguay et Brésil. 
En transsibérien, en bus, à pied, à cheval, à chameau, à dos d'éléphant, à vélo, etc. Le chemin plus important que le but : faire le tour du monde et réaliser mon rêve.
Une aventure et des rencontres inoubliables !

Rencontre avec ce voyageur :

< Pouvez-vous présenter votre voyage  ?

Un tour du monde en 367 jours, les pieds sur terre, à la rencontre des peuples. Commencé à l'Est, en transsibérien, puis l'Asie du Sud-est, du désert de Gobi à Bali via Bornéo, j'ai poursuivi par l'Australie, la Nouvelle Calédonie et la Nouvelle Zélande. Je l'ai terminé par l'Amérique du Sud, le Chili, l’Argentine et le Brésil.

< Pourquoi avoir choisi de partir en tour du monde ?

Pour réaliser mon rêve d'adolescent... Un retour à l'essentiel ! Aller partager la vie des habitants, découvrir la faune et la flore des pays visités.

< Comment avez-vous financé votre voyage ?

J'ai attendu d'être à la retraite et mon budget de voyage s'est limité à celui équivalent à ma vie en France, plus, de petites économies. Ça tombe bien j'ai horreur des palaces. Dans les pays chers, comme la Nouvelle Calédonie, j’ai voyagé à vélo et je dormais en camping chez les kanaks.

< Quels moyens de locomotion avez vous utilisé ?

J'ai privilégié les transports en commun terrestres, la marche et le vélo ; le cheval en Mongolie. Je n’ai pris uniquement l’avion pour traversé les Océans.

< Comment a réagi votre famille ?

C'est une idée que j'avais depuis longtemps, donc personne n'a été surpris. Beaucoup m'enviaient d'avoir le courage de réaliser mon rêve...

< Quels ont été vos préparatifs ?

Deux ans de préparation physique (12 km de marche journalière) et d'étude des pays où des récits de voyageurs ABM.

< Quels ont été vos coups de cœur ?

En fait, à l'exception des frontières, j'ai aimé les seize pays que j'ai traversé. Mais la traversée du lac Baïkal à pied, mes treks dans le Yunnan, à Bornéo, à Sumatra, dans le bush australien, en Nouvelle Zélande où encore au Chili, furent des expériences inoubliables.

< Quels conseils pouvez-vous donner, pour ceux et celles qui veulent se lancer dans cette aventure ?

Être souple dans son organisation pour s'adapter aux circonstances, aux rencontres et opportunités. Voyager léger. Mais bien se préparer en amont pour connaître les pays traversés. Être à l'écoute des autres voyageurs dans les Auberges de jeunesse.

< Qu’avez-vous retiré de cette expérience ?

Une plus grande confiance en soi mais aussi l'accueil chaleureux des habitants des villages de tous les pays que je visitais. La beauté incroyable des paysages de ces pays, mais hélas aussi, la folie humaine qui les détruit (Chine, Bornéo, Sumatra). La preuve donnée par la Nouvelle Zélande que l'on peut s'enrichir du respect de son environnement et de la culture de ses populations primitives.

< Avez-vous une anecdote de voyage ou une rencontre exceptionnelle à partager ?

Les belles rencontres furent multiples et nombreuses. Celles des nomades éleveurs de yacks en Mongolie, des tribus du Yunnan, du Nord Vietnam comme celles des Kanaks de Nouvelle Calédonie. Le partage de leur quotidien fut les moments les plus forts pendant cette année de tour du monde. La semaine passée dans la yourte de Chuka et Ogno, éleveurs de Yacks dans les montagnes enneigées de l'Orkhon, fut mémorable. Les journées à cheval à retrouver les troupeaux de yacks, où la préparation des repas avec la famille.

Venez rencontrer Jean Claude au 28e festival des Globe-Trotters du 30 septembre au 2 octobre à l’opéra de Paris-sud situé à Massy
Programme sur www.festivaldesglobetrotters.fr
Lu 854 fois

Galerie d'images