Imprimer cette page
vendredi, 04 août 2017 17:58

Vial Alpina, l'envers du chemin....

Matthieu Chambaud, 34 ans, accompagnateur en montagne, sera présent au 29e festival des Globe-Trotters avec son documentaire « Via Alpina – L’Envers du Chemin », une enquête de plus de 4 mois au cœur des Alpes.

< La génèse du projet

« Tout a commencé en 2010, quand j’ai entrepris la traversée des Pyrénées à pied en solitaire. Cette aventure m’a profondément bouleversé et a modifié mon regard sur la vie.  Etudier les bienfaits de la marche en montagne est devenu assez vite une passion. A travers mon expérience et une première enquête à laquelle 200 randonneurs ont répondu, des débuts d’explications se sont esquissés sur les motivations des randonneurs. » 

Pour approfondir ces pistes, Matthieu Chambaud n’a trouvé qu’une seule solution : reprendre les sentiers et aller à la rencontre d’autres randonneurs et confronter son expérience avec la leur.

< Une aventure, une enquête, une quête ?

L’enquête a été réalisée pendant l’été 2016  (139 jours) le long de la Via Alpi­na, itinéraire international qui permet d’arpenter l’arc Alpin dans son intégralité de Trieste à Monaco sur plus de 2000 km et à travers 8 pays.

« Je dois avouer que je n’avais pas conscience des difficultés qui m’attendait ! Habitué à l’itinérance au long cours, il m’a fallu habituer mon corps et mon esprit aux contraintes d’un tournage en solitaire. D’une part, rajouter 8 kg de matériel audiovisuel à mon sac à dos (portant l’ensemble à 20 kg), d’autre part faire abstraction de ma fatigue et de la gestion de ma logistique pour être disponible aux personnes que je souhaitais interviewer et effectuer des prises de vue. Il s’agissait bien plus qu’une aventure, bien plus qu’une enquête, une force intérieure me guidait. »

< La montagne, espace de réflexion ?

Dans une société de plus en plus stressante, nombreux sont ceux qui ont besoin de faire une pause et de prendre un peu de recul par rapport à leur vie quotidienne. Certains partent en vacances au bout du monde, d’autres changent de métier, et puis il y a ceux qui se décident à marcher sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Si le pèlerinage de St Jacques de Compostelle est devenu un grand classique pour ce genre d’aventure, la traversée des massifs alpins reste plus confidentielle. La montagne, avec son isolement plus important, le degré d’engagement qu’elle implique et son aspect naturel et sauvage plonge le randonneur dans une toute autre dimension. 

Au fil des témoignages et des anecdotes du quotidien de la marche, c’est un tout un univers qui se dévoile. On découvre que la randonnée en montagne sur le long cours est bien loin d’être simplement une activité physique dans un décor de rêve ; elle est surtout un moyen pour se libérer progressivement des codes établis et de percevoir la vie avec un autre regard.

Au-delà de la randonnée en montagne, ce documentaire questionne notre relation au temps, aux choses matérielles et à notre place dans l’environnement. Se donner le temps et se mettre en mouvement, c’est permettre de mieux se connaître soi-même, dans sa relation à son corps, dans sa relation aux autres, dans sa relation à la vie.

[ Le film sera présenté en avant-première au festival Globe trotter à Massy le 30 septembre à 10h30.]
Lu 473 fois