logo abm blanc
FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
Vous êtes iciAccueil|A la case|DIDIER JEHANNO | ABM - Aventure du Bout du Monde
dimanche, 22 juillet 2018 18:51

La famille qui voyage

Paul et Gizem se sont rencontrés à Bruxelles, il y a maintenant 11 ans. Durant ces années, ils ont construit toute une vie ensemble. Ils se sont mariés, ont déménagé à Paris, accueilli deux enfants, visité la Turquie, l’Andalousie, Sicile, New York, le Vietnam, Bali… et à partir du 1er septembre 2018, ils s'apprêtent à vivre leur plus grande aventure en famille : quitter leur appartement, minimiser leurs affaires au maximum et faire le tour du continent européen en camping-car.

Payna, la grande sœur âgée de 3 ans et Rumi, le petit frère de 8 mois sont les grandes inspirations derrière ce projet. Leur arrivée au monde a suscité plusieurs questions sur la vie, comment offrir un épanouissement et une meilleure éducation aux enfants. La réponse fut le voyage. Découvrir d’autres cultures, s’ouvrir au monde, partager des moments intenses, changer de climats, expérimenter de nouvelles cuisines (véganes)… Le projet de “La famille qui voyage” est ainsi né.

Leur itinéraire comprend 43 pays avec un départ de Paris, une petite remontée en Belgique pour dire aurevoir à la famille de Paul.

Le challenge est double, car c’est la première fois qu’ils voyagent à bord d’un camping-car et avec deux enfants en bas âge.

Toutes ces nouvelles expériences sont décrites pas-à-pas sur leur site lafamillequivoyage.com et leurs réseaux sociaux @lafamillequivoyage afin d’informer et d’inspirer d’autres esprits voyageurs.

dimanche, 22 juillet 2018 18:27

Festival d'ABM Lyon

ABM Lyon organise son festival annuel de films de voyage réalisés par ses adhérents.

Cette année,  vivez une aventure culinaire autour du monde, découvrez le Japon entre tradition et modernité, la Namibie et son peuple Himba aux conditions de vie très rudes et le Mékong à la culture millénaire.

Enfin, rencontrez différentes ethnies sur les routes d’Ethiopie et côtoyez les enfants des rues de Calcutta.

ABM Antenne de Lyon http://lyon.abm.fr  
abmlyon@wanadoo.fr    

  • Du 19 novembre au 1er décembre, les adhérents d'ABM Lyon vous invitent à partager leurs « Coups de cœur » à travers une sélection de photos prises lors de leurs voyages.   
  • Découvrez-les  dans le hall de la MJC Marcel Achard, 112 avenue Maréchal Foch, 69110 Ste Foy Lès Lyon. 9h-12h et 14h-19h. Entrée libre Tout public.
    ABM Antenne de Lyon http://lyon.abm.fr  
    abmlyon@wanadoo.fr    
vendredi, 20 juillet 2018 11:30

ABM Tours lance son festival !

Top départ... préparez-vous aux VOYAGES ?
On vous dévoile la programmation de la première édition du Festival « TERRE DES MONDES » ?
Rendez-vous sur le site tours.abm.fr pour découvrir les 8 superbes voyages qui seront présentés par leurs réalisateurs
> Samedi 13 octobre 2018 de 13 h à 23 h
Au centre culturel Yves Renault
à Chambray-Les-Tours
mercredi, 18 juillet 2018 09:34

5 destinations pour un week-end en amoureux

Besoin de changer d’air ? Un week-end en amoureux est parfait pour raviver la flamme de votre couple ! Découvrez les meilleures destinations pour un week-end romantique réussi !


> Venise

Venise est sans aucun doute la ville des séjours en amoureux ! N’hésitez pas à découvrir les nombreuses ruelles romantiques de cette ville. Si vous passez votre week-end en amoureux à Venise, un tour de gondole est l’activité à ne pas manquer. Pour un romantisme à son paroxysme, passez une soirée en amoureux dans un des nombreux restaurants de Venise.


> Londres

Ce ne sont pas les activités romantiques qui manquent dans la capitale britannique. Parmi les plus connues, un tour de grande roue London Eye. Celle-ci vous offre une vue incroyable sur Londres ! Pendant le coucher de soleil ou la nuit, observez la ville de Londres et profitez des paysages magnifiques.

Pendant votre week-end en amoureux, pensez à faire une croisière sur la Tamise. Pour un romantisme assuré, vous pouvez même réserver une table pour dîner à bord de la Tamise !


> Paris

Pour passer un week-end en amoureux, la capitale française est la ville romantique par excellence. Elle est parfaite pour se libérer et raviver la flamme de votre couple. Se promener le long des quais de la Seine ou des berges, Paris ne manque pas de choix. N’oubliez pas de vous rendre dans le célèbre quartier de Montmartre ! Avec ses nombreux restaurants romantiques et une vue incroyable sur la capitale, vous ne trouverez pas plus romantique. Vous pourrez également y découvrir le Moulin Rouge. Le célèbre cabaret propose en-effet des soirées dîner-spectacle idéales pour passer un bon moment de détente.

Comment parler de Paris sans évoquer Disneyland ? Le plus grand parc de France est autant prisé par les familles que les par les couples. Vous pouvez vous promener tranquillement dans les châteaux ou même en bateau, idéal pour changer d’air !


> Lisbonne

La capitale portugaise est une destination idéale pour quelques jours de détente en couple. Profitez des magnifiques vues offertes par la tour de Belém ou encore le célèbre Castelo de São Jorge. En été, rien de plus romantique qu’une balade le long de la plage à Costa Da Caparica.

Le petit plus de la ville de Lisbonne : le coût de la vie est deux fois moins cher qu’en France, de quoi faire des folies !


> Prague

La capitale de la République Tchèque fait partie des destinations les plus romantiques d’Europe. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette ville regorge de monuments historiques à visiter. Parmi ceux-ci, l’Église de Notre-Dame du Týn ou encore le château de Prague.

A l’ouest de la ville, vous trouverez l’île de Kampa, appelée “La petite Venise de Prague”. Pour un endroit calme et romantique, c’est idéal. Depuis le pont Saint-Charles, profitez d’une vue panoramique sur la ville.

Vous l’aurez compris, ce ne sont pas les destinations qui manquent pour un week-end romantique au top !

mardi, 17 juillet 2018 11:27

Randonnée à vélo dans la Dombes

Dimanche 17 Juin : fête des pères mais surtout journée de notre balade à vélo dans la Dombes organisée par Helmut assisté de son fils Emmanuel qui sera notre « vélo balai ». Il est  chargé d’encadrer, soutenir et aider les cyclistes du groupe en difficulté sur les routes de notre périple.

A 11h du matin après un petit déjeuner  bis et la préparation de notre équipement  à Joyeux, notre lieu de rendez-vous, nous partons à 14 en direction du Montellier. Le temps un peu gris, est idéal ,  la température est douce. Le vent souffle par moment et nous caresse le visage tandis que nous pédalons joyeusement sur de petites routes de campagne peu fréquentées par les automobilistes.

Helmut, comme toujours, a fort bien organisé la journée. Nous disposons d’une photocopie de la carte régionale sur laquelle est indiquée notre circuit. Après un premier arrêt au bord de d’un étang pour admirer la vue, nous continuons à pédaler en direction de Cordieux. Nous grignotons et nous reposons au bord de l’étang Chiroland avant de repartir vers Sainte Croix. Puis, nous traversons ce village en admirant les vieilles fermes typiques de la région, toutes en longueur.

La route monte parfois de façon assez raide : les «  200 m un peu difficiles » selon Helmut, correspondent-ils  à l’évaluation d’un dénivelé ou d’une distance ?!! Certains d’entre  nous préfèrent descendre de leur «  monture » et marcher. Fort heureusement, nous trouvons au sommet de la côte un grand  emplacement dégagé pour déposer les 14 vélos et pique niquer.

Après avoir repris des forces et beaucoup de calories (un peu trop pour pédaler dans les côtes ?), nous repartons vers Pizay puis Le Montellier  boucler notre circuit. Deux membres du groupe descendent directement sur Joyeux car faire près de 30 km  sans entraînement est déjà une prouesse. Les autres, cyclistes chevronnés, font une nouvelle boucle et passent par Versailleux voir les oiseaux de la Dombes depuis deux observatoires. Nous repérons des cygnes, des fuligules, des foulques macroules et des grèbes et même des ragondins.

 Il est maintenant temps de regagner Joyeux afin de rendre les vélos de location, et de conclure cette bonne journée de plein air par un dernier moment convivial, celui du thé. Le compteur kilométrique du vélo de l’une d’entre nous indique 40,5 km.

 Nous avons tous apprécié cette sortie loin des routes très fréquentées car elle nous  a permis de contempler la faune et les beaux paysages de la Dombes : étangs, champs de blé doré, forêts…

Avant de nous séparer nous discutons des prochaines activités prévues en juillet un pique-nique et en août un repas au restaurant puis regagnons nos  voitures. Il est 19h30 quand j’arrive chez moi fatiguée certes mais ravie de ma journée. 


> Martine Rémy (ABM Lyon)

mercredi, 11 juillet 2018 16:47

L'infini mongol

Prendre le bon chemin .....
Voilà bien un choix crucial dans ce pays sans route, sans poteau indicateur, sans GPS, sans téléphone portable.

Coupés du monde, oui, nous le sommes avec à l’horizon des monts de quartz et de granit. La voiture roule vite, au moins

50 km/h sur cette piste caillouteuse et poussiéreuse.

Pas le moindre signe de vie animale ou humaine, juste une végétation rase, sèche et éparse. Ces montagnes au loin nous semblent inatteignables. Nous roulons tout l’après-midi.

Elles ne se rapprochent que lentement, très lentement. Parfois la piste se sépare en deux.

Notre chauffeur n’hésite jamais sur le chemin à prendre. Il paraît que toutes les pistes mènent quelque part...

En fin de journée, nous arrivons à destination.

Un petit campement, quelques vestiges d’un monastère. Nous faisons connaissance avec ce qui deviendra notre habitat pendant dix jours. Nous poussons une porte d’un mètre de haut — c’est ainsi que nous nous “assommerons” régulièrement — et c’est l’émerveillement.

La yourte baigne dans une couleur orangée, deux lits en bois, peints de couleurs vives, orange, bleu, rouge ; une table basse, deux tabourets, un tapis, un poêle au milieu.

Mon enthousiasme ne connaît plus de borne.

C’est un espace douillet, un vrai cocon. Nous installons nos affaires. Le camp est implanté au pied d’une rivière, pour l’heure, asséchée.

Un petit rongeur passe entre mes pieds... tiens, le cocon n’est pas hermétique. Il faut refermer les sacs à dos dans lesquels nous avons des provisions de bouche. Par prudence, car nous ne savons pas à quoi ressemblera la nourriture pendant ce séjour loin de tout, nous avons emporté des barres de céréales, des fruits séchés, du chocolat...

Nous visitons le monastère d’Ongiin, qui fut un site important malgré son isolement. Il abritait une centaine de moines au XIVe siècle.

Complètement détruit sous l’ère communiste, il renaît lentement. Un seul bâtiment a été reconstruit.

Un office a lieu. Une vingtaine de fidèles attentifs et recueillis, un vieux moine, quelques moinillons un peu dissipés et perdus dans les rites. Le moine interrompt souvent sa litanie pour leur donner des consignes. C’est un temple modeste et très pauvre, ici pas de Bouddha couvert d’or mais un petit portrait du Dalaï Lama. À la fin de l’office, tout le monde part en procession dans la montagne, formant un long ruban coloré.

La soirée s’écoule. Assis devant notre yourte, nous écoutons la vie, les aboiements des chiens, les cris des enfants et les voix des adultes venant du campement de nomades installé sur la colline, face à nous, sur l’autre rive de la rivière. Dans le lointain, on entend le bourdonnement des chèvres et des moutons qui ruminent, parqués dans leurs enclos.

Soudain, sans bruit, un troupeau de chevaux passe à quelques mètres de nous. Le lit asséché de la rivière amortit le martèlement de leurs sabots. Puis des cavaliers arrivent, rassemblent les animaux et s’éloignent.

Le soleil se couche, un vent tiède se lève.

C’est une nuit paisible et sans doute très vieille.” (Citation de Galsan Tschinag)

 

> Annick Glentzlin (45)
Article paru dans Globe-Trotters magazine n°176

mercredi, 04 juillet 2018 14:55

Globe-Trotters N°180 vient de paraître !

Globe-Trotters magazine N°180 vient de paraître, 80 pages couleurs de voyages et d'aventures :

Slow Down ! Ça y est, l’été est là. Et avec lui l’envie irrésistible de profiter de quelques jours de congés pour partir. Le rythme du quotidien déteint alors parfois sur nos voyages : il faut rentabiliser les vacances !

Halte-là ! Ralentissez ! Et si, cet été, vous profitiez des beaux paysages et de ceux qui voyagent à vos côtés ? Et ce au rythme des transports locaux — qui parfois ne passent qu’une seule fois par jour, à des horaires approximatifs —, des courants des fleuves (pour vous laisser porter et découvrir la faune et la flore qui les bercent), des coups de pédales et des pas qui se suivent sans que le paysage ne change toutes les minutes.

Prendre le temps en voyage n’est pas une perte de temps, mais un enrichissement de chaque seconde. Profiter de chaque lieu, les découvrir sans compter les heures, vivre au rythme des siestes pour mieux se ressourcer. Rencontrer des inconnus dans des transports en commun, prendre le temps d’échanger, se laisser envoûter par des saveurs nouvelles dans une cantine de marchés couverts, et revenir chez soi non pas en affirmant avoir tout vu d’un pays, mais d’y avoir vécu et de s’en être imprégné.

Cette édition d’été vous invite à la lenteur : au rythme des pas qui s’enchaînent en Irlande, des trains en Inde ou en Mauritanie, ou encore des courants du fleuve Amazone ou des eaux du Mékong au Laos. Le Chili, la Chine, l’Éthiopie et la Roumanie sont également à l’honneur. En chemin, n’oubliez pas de vous régaler notamment à Bangkok. Et rendez-vous en septembre pour le Festival des Globe-trotters !

Bon été à vous tous !
Perrine Gourgeot (75)

Vous pouvez le commander

samedi, 30 juin 2018 10:13

ESTA, Etats-Unis les formalités pour séjour devient facile !

> Tout savoir sur lESTA pour les Etats-Unis

Visiter l’Amérique : c’est un rêve que partagent beaucoup de Français, et ce, de tous les âges. Voyager en famille ou en amoureux, voire pour un séjour entre amis : c’est le must des destinations pour une escapade citadine. Le dépaysement et l’aventure seront assurément aux rendez-vous. Il reste à remplir les formalités pour ce faire.

Voyager aux États-Unis implique notamment de sortir de la zone euro. En ce sens, vous devez vous lancer dans quelques démarches administratives pour ce faire. Mais vous devriez avoir un ESTA Etats Unis, c’est désormais chose facile. Le point.


> L’ESTA : c’est quoi ?

L’ESTA pour les États-Unis est une autorisation électronique de voyage. C’est notamment ce qui vient remplacer les VISA touristes pour les séjours de courte durée. Il s’agit d’un document qui vous autorise à rester sur place pendant au plus 3 mois d’affilée, et ce, pendant 2 ans.

Vous aurez donc 24 mois pour faire des allers et retours dans le pays. De quoi vous permettre de visiter les principales villes et régions des États-Unis : New York, Las Vegas, Los Angles, Hawaï, etc.

L’ESTA est renouvelable au bout de 2 ans. Les démarches pour sa prolongation, mais également pour son obtention sont faciles et à la portée de tout le monde. Il suffit de remplir un formulaire en ligne. En quelques minutes, la demande sera envoyée et la réponse vous parviendra par mail dans les 72 heures. Vu la rapidité, et dans le but de profiter amplement de chaque jour proposé par le VISA électronique, on vous conseille de vous y prendre à la dernière minute pour en faire la demande.

Pour ce qui est des dossiers à fournir dans ce genre de procédure finit les paperasses. Vous n’avez besoin que d’une adresse mail, d’un passeport valide et du formulaire de demande.

> ESTA Etats-Unis : attention aux délais

Comme susmentionné, l’ESTA est valable pendant 2 ans renouvelables. Mais attention, si votre passeport tombe à court de validité au cours de ces 24 ans, le VISA électronique de séjour le sera automatiquement. Vous devriez donc refaire une demande après avoir obtenu votre nouveau passeport.

En outre, ce document n’est possible que pour un séjour de 90 jours d’affidé maximum sur place. Si vous dépassez ce délai, vous risquez d’avoir quelques problèmes à la douane. En règle générale, on conseille aux voyageurs de laisser 2 ou 3 jours non pris sur le VISA pour le retour.

Dans tous les cas, l’ESTA n’est pas fait pour les séjours de longue durée. Si tel est le cas, vous devez passer par les démarches classiques de demander de VISA.

> Une facilité de procédure, mais pas pour tout le monde

Quand il s’agit de l’ESTA, on parle d’une facilité de procédure. Mais attention, si par le biais d’une telle prestation les autorités ont voulu désengorger les ambassades, il n’en demeure pas moins que cette autorisation électronique de séjour n’est pas valable pour tout le monde.

Il y a des cas où la demande est refusée. Ce peut être dans le cas où vous serez un ressortissant des pays dits de « à risque », ou encore si vous avez passé un long séjour sur place au cours des dernières années. Les États-Unis s’inquiètent tout de même de la sécurité sur leur territoire. Raison pour laquelle, ils font une vérification de chaque demande qui leur proposé.

Dans tous les cas, pour ceux dont la demande d’ESTA est refusée, il reste les procédures classiques de demande de VISA, qui prennent un peu plus de temps, mais qui peuvent vous ouvrir les portes à un VISA pour un court séjour en Amérique.   

samedi, 30 juin 2018 10:08

Partir autour du monde, la nouvelle édition vient de parâitre !

Guide pratique.

Pour préparer un grand voyage en toute simplicité

« Vivre sans réveil, sans horaire… prendre enfin le temps de s’émerveiller de la beauté du monde et de la richesse des hommes qui le peuplent.

Qui n’a pas rêvé un jour de partir pour quelques mois, ou même plusieurs années ?

Aujourd’hui le rêve est à portée de main.

Nombre de voyageurs ont tenté l’aventure…

Pourquoi pas vous ?

Partir autour du monde, le guide qui donne des réponses aux questions que vous vous posez et tous les conseils utiles et futés pour vous lancer dans votre propre projet !

Faites le pas...

De nouveaux horizons vous attendent ! »

Commander la nouvelle édition 2018.

mercredi, 27 juin 2018 15:35

Un circuit incontournable en terre maya!

> sites archéologiques, ville coloniale et cénotes.

- Le célèbre site archéologique de Tulum est un des trésors de la culture maya ; c’est la seule cité maya érigée en bord de mer. Ce magnifique port précolombien était relié à Chichen Itza via Coba par un ’’sache’’ (chemin de pierre) dont on a retrouvé les vestiges.

- Coba est situé à 42 km de Tulum. Elle fut la cité maya la plus puissante du nord de la péninsule. Elle occupe un immense territoire de 70 km2 dont la plus grande partie est encore enfouie dans la forêt. Le site possède l’une des pyramides les plus hautes (42m) de toute la zone maya ;

Faire l’ascension (autorisée) de Nohoch Mul vous offre une vue admirable et imprenable sur la jungle et les 5 lacs qui entourent Coba.

- Chichen Itza est situé à 159 km de Coba.

Chichen itza signifie en maya ‘’la bouche du puits des sorciers de l’eau ; c’est l’une des splendeurs de la région et ce fut la cité la plus puissante du Yucatan. Ses ruines sont spectaculaires et s’étendent sur 300 ha. Parmi les plus importantes structures à admirer : le somptueux Castillo (la pyramide de kukulkan) le gigantesque terrain de pelote et le groupe des Milles Colonnes…

- Valladolid, située à 50 km de Chichen Itza, est surnommée “la sultane de l’Est’’. C’est une jolie ville au charme colonial et à l’atmosphère authentique, où il fait bon d’y séjourner et de visiter dans ses environs Ek Balam et des cénotes.

 

  • > Les cenotes du Yuvatan : 

On estime à 8.000 voir à 10.0000 le nombre de cénotes dans la péninsule !

La nature calcaire du sol rend sa surface très perméable et empêche l’existence de cours d’eau.

Ceux-ci se trouvent en dessous de la surface du sol ; parfois, le sol calcaire s’effondre, laissant à découvert une partie des rivières souterraines. Ces espèces de puits naturels dissimulés en pleine jungle constituent les cénotes.

Pour les Mayas, les cénotes étaient des lieux sacrés qui servaient de porte d’entrée au ‘’monde d’en dessous’’.

Il y a 4 grands types de cénotes : ouverts, semi-ouverts, cavernes et souterrains.

Un nombre impressionnant de cénotes ont été aménagés et ’’commercialisés” afin de recevoir un maximum de visiteurs souhaitant s’y baigner ; faire de la plongée-tuba ou de la plongée sous-marine ou encore de l’exploration de rivières souterraines…

Je vous conseille de choisir et découvrir des cénotes gérées par des communautés mayas et non par des sociétés commerciales de lieux d’amusement !

> Lionel Adnot

Page 1 sur 117
adhabm   tpelletier   opaugam   bebenoist   cpec   akaufmann   sberthuin   tderetz   stmuller   frbernard   cbethmont   pemeriau   nodesousa   frbonnaud   mrocton  
Copyright © 2018 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public