logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       
Vous êtes iciAccueil|La vie de l'association|Infos voyage

Infos voyage (27)

Vous qui êtes adhérent et revenez de voyage, vous avez certainement des informations intéressantes à communiquer. N'hésitez pas à nous les transmettre pour que nous puissions les faire apparaitre dans cette rubrique. Envoyez-nous vos bons plans et vos infos voyages par mail à adhabm@free.fr !

lundi, 24 juillet 2017 08:30

Vous souhaitez décompresser après une année bien chargée ? Nos destinations à proximité de Paris !

C’est l’été et pour beaucoup les vacances approchent à grands pas. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour tout le monde !

Nombreux sont les personnes qui travaillent l’été pour subvenir à leurs besoins à la rentrée. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille faire une croix sur ses vacances. Sachez qu’il est tout de même possible de partir pour un weekend ou un court séjour vers de multiples destinations en dehors de la France.

Pour vous donner une idée, voici une sélection de villes à visiter pour celles et ceux qui souhaitent s’évader le temps d’un week-end ou quelques jours !

< Lisbonne
Lisbonne
Le Portugal, et particulièrement Lisbonne, compte sans hésitation parmi les destinations les plus prisées ces dernières années. La vie à Lisbonne est très accessible d’un point de vue financier.
Dotée d’un climat agréable et ensoleillé au fil des saisons, il est possible d’y passer un fabuleux séjour à n’importe quel moment de l’année.
Avec le développement des compagnies aériennes low cost, il est également possible de profiter de tarifs très avantageux, notamment hors saison (juin, septembre et octobre).

< Salou

La ville festive de Salou qui est située à moins de 2 heures de vol de Paris (1h40 généralement) vous accueillera pour passer des vacances sous le signe de la farniente et de la fête ! De nombreux français partent chaque été à Salou pour profiter de la fête mais aussi se reposer sur les nombreuses plages qu’offrent Salou (plus de 14 km de littoral). De nombreux complexes peuvent vous accueillir chaque été face à la mer. Petit conseil, n’hésitez-pas à prendre une location de Vacances à Miami Platja.

< Athènes
Athenes   
Si vous avez toujours rêvé de visiter la Grèce, sachez que sa capitale Athènes fait parti des destinations voyage les plus tendances cette saison. Avec son climat méditerranéen, cette ville attire de nombreux touristes chaque année. Pour accéder aux meilleures offres, pensez donc à effectuer vos réservations bien en avance. Le charme de ses rues et la beauté de la vue depuis l’Acropole sont accessibles en moins de 4 heures depuis Paris.

< Zadar
Zadar 
La petite ville Croate a tout pour vous plaire !
Et elle se situe à un peu plus de 2 heures de Paris. Vous pourrez vous balader dans le vieux quartier et également entendre les orgues marines qui font de la musique grâce aux vagues. Zadar est un endroit vraiment sympathique et n’est pas excessif. N’hésitez-pas à aller visiter les lacs et cascades de Plitvice à environ 2 heures de Zadar.

< Malaga
Malaga

Valeur sûr pour vos séjours, l’Espagne est une destination incontournable pour s’assurer un climat ensoleillé.
En 2 heures et quelques de vol depuis Paris, vous pouvez venir vous détendre sur la Costa del Sol à Malaga. Située en bord de mer, c’est la ville idéale pour pour flâner entre plage et boutiques. C’est une destination qui séduit chaque année de nombreux Français car elle allie vacances abordables et animations en tous genres.

< Rome
Rome
Riche de ses monuments et musées, Rome est la ville parfaite pour une week-end touristique à moins de deux heures de vol de la capitale française.
Très bien desservie par les transports en commun, il est possible de se déplacer d’un bout à l’autre de la ville sans contraintes. Présents dans toute la ville, les plus aventureux ne sauraient se passer de la location d’un scooter pour arpenter les rues. L’Italie est donc à porté de main cet été !
jeudi, 20 juillet 2017 09:48

Expatriation : nos conseils pour déménager et entrer dans votre nouvelle vie en toute sérénité

L’expatriation était une étape indispensable dans votre carrière et dans votre vie et ça y est votre contrat est signé, vous êtes prêt à partir.

Passé la joie de la confirmation de votre date de prise de poste, vous devez maintenant organiser votre départ et ce n’est pas si simple.

Pour que votre déménagement ne transforme pas en cauchemar vos premiers pas dans votre nouveau pays, suivez les conseils de nos globe-trotters !

< Seul ou en famille : bien utiliser ressources administratives et réseau

Détaché, expatrié ou local, en fonction du contrat de travail que vous avez signé, vos conditions de traitement salarial seront différentes :

  • pour votre prise en charge santé et retraite, faites le point avec votre caisse primaire et prenez le cas échéant des assurances complémentaires,
  • assurez-vous auprès de Pôle Emploi et de l’APEC de vos conditions de prise en charge si à votre retour en France vous deviez être en situation de recherche d’emploi.
Départ en famille ?

Si votre conjoint ne peut bénéficier d’une aide à la recherche d’un nouvel emploi via votre entreprise, il sera important :

  • De faire une déclaration auprès de Pôle Emploi pour bénéficier d’aides et d’accompagnement,
  • De joindre avant le départ des réseaux francophones locaux pour bénéficier d’un soutien associatif de la part d’expatriés déjà bien implantés.
Pour vos enfants, bourses et aides scolaires peuvent vous aider pour passer le cap d’inscriptions souvent plus onéreuses à l’étranger.

< Pour 6 mois ou pour 5 ans : bien choisir sa formule de logement

Un point de chute avant de faire vos cartons, c’est mieux.

En fonction de votre contrat de travail et de la durée de votre séjour, plusieurs options s’offrent à vous :

  • Mettre l’ensemble de vos biens en garde meuble pour prendre une location en meublé, solution idéale si vous restez moins d’un an ;
  • Pour un séjour plus long mais une prise en charge minimale (ou pas de prise en charge) de votre déménagement par votre employeur, optez pour un logement vide ou semi-meublé pour acheter sur place et à moindre coût quelques meubles et objets du quotidien ;
  • Long séjour, prenez le temps de choisir un logement qui vous ressemble pour y faire déménager vos meubles et affaires pour avoir des repères familiers dans votre nouvelle vie d’expatrié.
Dans tous les cas, n’hésitez pas à commencer par résider quelques semaines dans une résidence hôtelière ou une location entre particuliers pour vous donner le temps de trouver vos repères dans votre nouvelle ville et choisir votre quartier.

< Préparer le jour J : bien choisir son partenaire de déménagement

Parce qu’une fois votre contrat signé, le jour J de votre déménagement va arriver plus vite que vous ne le pensez, prenez le temps de choisir le partenaire qui va accompagner votre déménagement.

Que votre employeur vous aide financièrement ou non, déménager toute sa vie dans un garde meuble en attendant votre retour ou dans un nouveau pays n’est pas une mince affaire.

Il s’agira donc de bien évaluer le volume à déménager et les possibilités via frêt aérien, ferroviaire ou routier, voire par bateau en sachant que les délais vont varier de 7 jours à 2 mois !

En fonction de vos critères et besoins, contactez 3 à 5 prestataires spécialisés pour faire établir des devis déménagement et prenez le temps de bien comparer les prestations.

Vous avez un doute ? Prenez contact avec des réseaux d’expatriés comme le réseau Pégase pour avoir un retour d’expérience concret et glaner au passage quelques tuyaux et bonnes adresses supplémentaires.
mercredi, 05 juillet 2017 10:01

Découverte du Yellostone

Parc de Yellowstone (Etats Unis). Situé sur 3 états : Idaho, Wyoming, Montana

< Pour s’y rendre, aéroports les plus proches :

Cody et Jackson, Wyoming, Bozeman, Billings, Montana, Idaho Falls, Idaho. West Yellowstone, Montana est desservi de juin à début septembre depuis Salt Lake City, Utah. Le plus pratique pour se déplacer dans le parc est l’automobile.
Entré du parc ; 25 USD par véhicule, valable 7 jours pour les parcs de Yellowstone et Grand Teton.

< Formalités
Il est nécessaire de se procurer une demande de visa électronique, le prix de l’ESTA devrait augmenter en 2018

< Logements

Il y a 9 lodges dans le parc les prix varient de 100 à 600 USD et plus pour une nuit !

Renseignements 

Il y a 12 campings dans le parc , 7 sur la base de « premier arrivé , premier servi » sans réservation ; Il faut arriver assez tôt le matin et trouver une place si il y en a de disponible , solution assez risquée en pleine saison. 5 autres campings opèrent sur réservation que l’on peut effectuer plusieurs mois à l’avance qui en fonction de votre choix de camping vous redirige sur le site de xanterra qui gère les réservations .Le paiement s’effectue en ligne.

Un emplacement de camping coute 26 $USD pour une tente quelle que soit la taille , si vous voulez de la place , réserver un emplacement pour une grande tente. Ces campings sont pourvus de sanitaires mais pas de douches, on peut se doucher au « village » proche pour certains d’entre eux (Grant, Canyon) on y trouve également des laveries et de quoi se restaurer ou acheter des provisions mais à des prix bien plus élevés qu’en dehors du parc ; La solution étant de faire le ravitaillement avant d’entrer dans le parc si on souhaite y séjourner plusieurs jours.

Nous sommes restés 2 nuits au Grant campground et 2 nuits au Canyon campground. Tous deux sont d’immense camping mais sous les arbres avec une intimité respectée, on n’est pas installés les uns sur les autres ;Chaque emplacement est équipé d’une table de pique nique avec bancs et d’un emplacement pour faire un feu ( bien pratique le soir quand les températures baissent) .

Le parc de Yellowstone est immense, une route sillonne le parc en forme de « 8 » c’est la grand loop road de 140 miles soit un peu plus de 210 kms !

Dans le parc beaucoup à voir, surtout les sites géothermiques tous bien indiqués et balisés.

Ne pas manquer la vue du grand prismatic depuis la colline qui le surplombe en prenant le chemin des Fairy falls et en montant parmi les arbres enchevêtrés . Se garer au parking des Fairy falls, suivre le chemin puis monter sur la gauche parmi les arbres couchés. Ne pas hésiter à monter jusqu’au « sommet », la vue sur le grand prismatic est magnifique. Attention à la descente dans les arbres et la poussière !

Les animaux sont présents et bien présents dans le parc, surtout les bisons dans la Lamar Valley qui traversent la route en ignorant les véhicules. La vitesse dans le parc est limitée à 45mph et il n’est pas rare qu’animal surgisse devant vos roues surtout à la tombée de la nuit.

Hormis bisons et cervidés, l’été en plein après mid , nous avons observé un ours à l’ombre dans un sous bois, la dangerosité de ces animaux n’est pas à négliger et les rangers vous le feront remarquer dès que l’occasion se présente .

Yellowstone , un parc pour en prendre plein les yeux.

< Olivier Dambricourt (76)
jeudi, 15 juin 2017 09:50

City trip, nos astuces pour réussir votre week-end

Un grand week-end et l’envie de ne pas trop vous éloigner mais de vous dépayser ?

Une ville, quelques bonnes adresses à tester, un musée, un peu de marche et beaucoup de découverte le tout à votre rythme, le city trip est la formule qu’il vous faut.

Un seul mot d’ordre : optimisez vos temps de transports pour avoir celui de flâner et pour vous y aider, voici nos astuces pour un city trip réussi.

< Tirer le meilleur parti des vols « low cost »

Avec le développement des compagnies aériennes low cost, il n’est pas difficile de trouver un aller-retour pour Lisbonne, Amsterdam, Londres ou Barcelone à moins de 125 euros même sans avoir fait une réservation de billets très en avance.

Si le prix et le temps de transport réduits sont des atouts, il faut cependant parfois composer avec l’éloignement des aéroports par rapport aux centres villes et des horaires qui pourront vous faire arriver très tôt ou très tard dans la journée.

La solution pour éviter le coût d’un taxi ou de se perdre dans les transports en commun, la réservation d’un taxi moto pour votre arrivée.

Très répandu en Asie, le taxi moto est la formule idéale pour vous amener rapidement et en toute sécurité à votre destination au meilleur rapport qualité/prix. Il pourra même être votre chauffeur privé pour une journée si vous avez envie de programmer une excursion en dehors de la ville.

< Train, métro, tramway… anticiper et faire comme les locaux

Du côté des transports ferroviaires, pour bénéficier des meilleurs tarifs :

- mettez en place des alertes sur les destinations qui vous intéressent,
  • - n’hésitez pas à vous inscrire au programme de fidélité pour recevoir les tarifs promotionnels en avant-première, et tenez-vous prêt à vous lever parfois très tôt.

Le principal atout du train, plus que son prix même si les compagnies s’efforcent de contrer la concurrence aérienne, est bien de vous mener directement au cœur de la ville.

Pour le compléter efficacement et parcourir la ville facilement sans vous épuiser, même si vous avez pensé à vous équiper de bonnes chaussures, adopter les cartes de transport !

Avant de partir, renseignez-vous auprès de l’office du tourisme ou via un city guide afin d’acheter une carte de transport ; elle vous évitera de multiplier l’achat de tickets à l’unité qui vous reviendrait plus cher et pourra même dans certaines capitales vous donner accès à des réductions dans des musées ou expositions.
vendredi, 02 juin 2017 10:04

5 conseils pour organiser un road trip autour du monde

Seul, en couple ou en famille, chaque année des français quittent leur confort pour concrétiser leur projet d’une année sabbatique pour faire le tour du monde.

Vous en rêvez depuis longtemps et avez commencé à jeter les bases de votre voyage ?

Voici 5 conseils pour vous aider à organiser efficacement votre road-trip.

< Mode de transport, un choix primordial pour votre budget

A pieds et transports en commun, en vélo, en moto, en voiture… tout est possible à condition de vous y être longuement préparés physiquement comme mentalement.

N’hésitez pas à consulter les blogs et publications comme le magazine Globe-Trotters de ceux qui ont tenté l’aventure avant vous afin de profiter de leurs expériences positives comme négatives.

Moto ou voiture, faites un contrôle technique complet avant de partir et prenez quelques cours de mécanique pour savoir faire des petits dépannages d’urgence par vous-même.

Votre mode de transport influera beaucoup sur votre budget et sur la façon de vous équiper mais ayez tout de même en tête qu’il sera difficile de faire en dessous de 10 000 euros par personne pour un an de voyage.

< Check-up pour tout le monde pour partir bien assurés !

En plus de la préparation physique, partir pour un long road-trip nécessite de partir en bonne santé. C’est l’occasion d’un check-up complet, de revoir vos vaccins, de soigner une carie qui traîne et même d’apprendre les gestes de premiers secours.

Au moins 3 mois avant de partir, contactez caisse d’assurance maladie, mutuelle complémentaire et assurance pour compléter si nécessaire vos garanties et être paré pour toute situation de petite comme de grande urgence.

< Se mettre en règle avec toutes les administrations pour voyager sereinement et faciliter le retour

Ce n’est peut-être pas la tâche que vous allez préférer dans votre check-list pour préparer votre voyage mais elle est d’autant plus importante qu’elle vous assurera de partir et de revenir le plus sereinement possible :

  • Congé sabbatique, démission ou en situation de recherche d’emploi, assurez-vous des formalités et déclarations nécessaires pour ne perdre aucun droit,
  • Côté impôts, assurez-vous que vos déclarations sont bien enregistrées et que vos paiements pourront bien être prélevés à échéance,
  • Avec des enfants, contrôlez les démarches à effectuer pour assurer la continuité de leur scolarité.

< Donner le préavis de son logement… ou pas !


C’est votre appartement ou votre maison et vous n’avez peut-être pas envie de lâcher votre cocon. Avez-vous songé à le mettre en location ?

Que ce soit via une plate-forme spécialisée, via une agence immobilière ou en direct de particulier à particulier, louer votre logement pour la durée de votre voyage vous assurera de retrouver votre point d’ancrage à votre retour et vous permettra également une rentrée d’argent régulière pendant la durée de votre voyage.

Vous pouvez choisir de louer votre logement vide ou en semi-meublé en optant pour un garde meuble pour mettre en sécurité les biens qui vous sont les plus importants.

Ce sera l’occasion de faire du tri dans vos affaires et pourquoi de mettre en vente ce qui ne vous est plus utile pour arrondir votre budget voyage !

< Roadbook partagé et accès internet

Même si vous ne pas particulièrement adepte des réseaux sociaux, partager votre roadbook via une page Facebook, un compte instagram, un blog ou tout autre solution en ligne permettra à vos proches de suivre votre périple.

En plus d’être rassurant pour votre famille et vos amis, ce partage peut aussi vous permettre de négocier quelques partenariats avec des marques spécialisées pour sponsoriser une partie de votre équipement par exemple.

Pour rester connectés aussi souvent qu’utile, prenez le temps de contacter votre opérateur de téléphonie pour modifier les clauses de votre contrat, prendre une clé 4G et de vous renseigner sur les points internet dans les différents pays et villes que vous allez traverser.

ABM existe pour aider ses adhérents à concrétiser leurs projets, nous vous accompagnons tout au long de vos préparatifs.
mardi, 30 mai 2017 14:03

5 conseils pour organiser votre road-trip en moto

C’est décidé, cette année vous vous lancez dans un road-trip à moto ! Pour vous aider dans la préparation de votre voyage, nous avons interrogé des habitués de cette formule de voyage et avons retenu 5 conseils pour réussir votre voyage.

< Avant de partir, check-up obligatoire pour vous comme pour votre moto

Préparer son voyage moto est l’occasion de programmer un check-up santé complet pour vous et de prendre rendez-vous pour un contrôle technique de votre moto.

  • Pour vous il s’agira de contrôler pression artérielle, rythme cardiaque et vaccins tout en faisant le point sur les premiers gestes de secours à connaître en cas d’accident.
  • Pour votre moto, il s’agira principalement de contrôler freins, pneus et éclairage.
Pour vous comme pour votre moto, ces rendez-vous sont l’occasion de partager avec des spécialistes votre projet et votre destination pour avoir une préparation optimale et en retirer les conseils pratiques qui vous donneront les bons réflexes pour faire face à l’inattendu.

< Homme comme machine, l’indispensable kit de survie !

Dans la continuité de votre check-up, préparez les kits indispensables pour votre véhicule comme pour vous :

  • Trousse de premiers secours avec les médicaments comprenant à minima des antispasmodiques, des antidouleurs (maux de tête, courbatures), des pansements, compresses et lingettes désinfectantes, un kit anti-venin, de l’alcool de menthe, des gants à usage unique, une couverture de survie, des pastilles pour purifier l’eau et quelques barres protéinées en plus de glucose ;
  • Kit de dépannage et de réparation pour votre moto : bombe anti-crevaison, jeu de clés, câbles de rechange (freins, embrayage, accélérateur), bidon d’huile, graisse et chiffon, lampe torche.
A placer dans vos bagages de manière à ce qu’ils soient facilement accessibles, ces deux kits sont indissociables d’un road-trip responsable et serein.

< Gardez une place pour l’aventure mais balisez les étapes et votre budget dans un road-book à partager en ligne

On le sait, road-trip va de pair avec aventure mais si on vous accorde que la liberté de s’arrêter où l’on veut pour profiter d’un point de vue non balisé sur un guide ou d’une rencontre, il est primordial de baliser et partager les étapes de votre voyage.

Avant de partir, établissez les étapes de votre roadbook en prenant soin d’avoir des points de passage connectés à internet qui vous permettront de communiquer sur votre voyage avec vos proches ou tout simplement de mettre à jour votre GPS et votre itinéraire.

De la même façon, établissez votre budget journalier en préparant les devises qui vous seront nécessaires et en vous assurant des conditions d’utilisation de votre carte bancaire…car oui, il n’est pas toujours facile de trouver un distributeur automatique au cœur de la Namibie ou du Rajasthan !

< Voyager léger mais avec un équipement qui vous protège en toutes circonstances

Pour un road-trip à moto, il faut savoir voyager léger sans faire de concession sur la sécurité.

Chaleur ou pas, votre équipement de base devra donc comporter un casque adapté, le combo bottes-pantalon-blouson en cuir et équipements de signalisation (bandes réfléchissantes, gilet jaune).

Les nouvelles microfibres qu’elles soient utilisées pour les vêtements ou le linge de toilette vous permettront de composer votre équipement sans charger vos bagages et seront faciles à laver et à sécher si besoin.

Astuce si vous partez plus de deux semaines : prévoyez une ou deux étapes dans des hôtels offrant des services de laverie.

< Pas de belle aventure sans avoir verrouiller ses contrats d’assurances et formalités de voyage

Parce qu’il serait dommage de vous retrouver bloquer en zone douanière d’un aéroport ou lors d’un contrôle de frontière, prenez le temps de contrôler auprès des autorités compétentes toutes les formalités nécessaires : passeport, visa, permis de conduire international…

Pensez également à contrôler et à mettre à jour si nécessaire votre contrat d’assistance pour être paré en cas d’accident avec la nécessité de rapatriement ou tout simplement avoir une prise en charge en cas d’hospitalisation.
lundi, 24 avril 2017 17:14

Les plus belles îles du monde

< Surprise, une petite île française se cache dans le classement des plus belles îles du monde de Go Voyages !

Spécialiste incontournable des vols secs pour les amateurs de road trip mais aussi de voyages all inclusive pour les amateurs de farniente qui ne boudent pas quelques activités de découverte, Go Voyages fait voyager ses clients sur toutes les mers du globe depuis 20 ans.

Parce que les îles restent une destination de rêve que l’on aime tous, Go Voyages a sollicité les internautes pour établir leur classement des 10 îles paradisiaques à voir dans sa vie et accompagner le lancement de son Guide des Escales pour faire du rêve une réalité.

Décryptage du classement en poche, préparez-vous à partir...

Info Go Voyages

< à moins de deux heures de vol de Paris pour l’île de Beauté !


Véritable surprise de ce classement qui comprend des destinations plus lointaines et exotiques, la lumineuse Corse ravit la 9ème place du classement devant Hawaï.

Montagnes escarpées et chemins de randonnées mythiques comme le GR20, criques isolées et eaux cristallines, entre traditions et modernité, la Corse garde son pouvoir d’attraction et offre le paradis à portée de vol et d’euros.

Une belle surprise pour une île attachante.

< Oubliées les Caraïbes, direction l’Océan Indien

Pas si oubliées que ça les Caraïbes car au classement des ventes de voyages, les Antilles gardent une place de choix dans le cœur des Français qui les plébiscitent toujours pour des vacances familiales.

Mais est-ce trop de promotions ou un caractère moins « exclusif », ce sont les richesses de l’Océan Indien qui ont pris la place, Seychelles et Maldives en tête.

Destinations plus luxueuses avec leurs îles privées, les îles de l’Océan Indien font donc chavirer les internautes français qui se verraient bien passer une lune de miel façon Robinsons dans un bungalow sur pilotis et au réveil, un petit déjeuner les pieds dans l’eau.

< Le paradis terrestre se trouve dans l’Océan Pacifique

Pas vraiment de surprise pour les grandes gagnantes que sont Tahiti et Bora Bora, respectivement 1ère et 3ème du classement.

Même à 24 heures et des poussières de vol et leur réputation de destination chère, les atolls du Pacifique reste la destination qu’une majorité de Français donnent comme LA destination paradisiaque par excellence.

Faune et flore préservées, récifs coralliens de toutes beauté, longues plages bordées de cocotiers et eaux turquoise, culture et traditions riches… les îles de Polynésie accumulent les atouts pour gagner les votes et en bonus, Go Voyages vous offre dans son Guide des Escales des astuces pour réduire votre budget… le paradis à portée de passeport, c’est maintenant !
jeudi, 13 avril 2017 14:43

Peut-on voyager au Japon avec un casier judiciaire ?

Surnommé le pays du soleil levant face à la Corée pays du matin calme, le Japon est un pays reconnu pour son sens de l’ordre, de la sécurité et du respect d’autrui.
Entre traditions millénaires et ultra modernité, c’est aussi un pays qui garde une part de mystère et attire chaque année plus de touristes mais aussi de candidats à l’expatriation à des fins professionnelles.
Vous souhaitez vous rendre au Japon mais avez un doute sur votre casier judiciaire face au renforcement des contrôles à l’entrée de nombreux pays suite aux différentes menaces terroristes ?

→ Voici quelques informations pour vous permettre de préparer votre voyage sereinement.

< Comprendre le fonctionnement du casier judiciaire
Fichier national et centralisé, le casier judiciaire mémorise toutes les condamnations pénales d’une personne, gère le traitement et l’effacement des informations selon les lois et assure une diffusion des informations qu’il contient sous la foe de 3 bulletins dont destinataires et usages sont réservés.
Ainsi, seul le bulletin n°3 peut être remis à la personne qui en fait la demande pour elle-même ou à son représentant légal ; il comporte des informations restreintes quant aux types de condamnation pénale.
Hors amnistie, il est important de savoir qu’il est possible de solliciter l’effacement d’une inscription auprès du tribunal qui a prononcé la condamnation.
Ce bulletin pourra vous être demandé dans le cadre de l’obtention d’un visa pour l’entrée dans un certain nombre de pays que vous soyez amené à voyager à des fins touristiques ou d’expatriation professionnelle.

< Les différents visas pour voyager au Japon
Il existe de nombreux visas pour voyager au Japon, cela peut effrayer de prime à bord mais il s’agit de répondre à 3 grandes catégories de séjour :

· Séjours temporaires (inférieurs à 90 jours),

· Travail et longs séjours avec la nécessité de présenter un COE (Certificate of Eligibility) pour travailler à long terme, faire un rapprochement familial (mariage par exemple), faire des études,

· PVT ou Working-Holidays, visa réservé aux ressortissants français de 18 à 30 ans dans le cadre du développement des échanges culturels et économiques France-Japon.

Si vous envisagez un voyage d’agrément ou d’affaires inférieur à 90 jours, la France étant signataire d’accords d’exemption réciproque de visa, il n’est pas nécessaire de faire une demande de visa.
Vous n’aurez donc pas à vous soucier de demander un extrait de casier judiciaire comme cela peut être le cas pour les Etats Unis.

Attention toutefois car dans le cadre d’un contrat de travail même de courte durée, votre employeur sera en droit de vous demander un extrait de casier judiciaire si l’emploi auquel vous prétendez amène à faire des contrôles particuliers quant à votre conduite ou moralité.
lundi, 30 janvier 2017 11:23

Tenir un blog, faites vivre votre voyage à vos proches !

 

« J'ai écrit ce livre sous l'emprise du café : 6.000 mots par jour, 12.000 le premier jour et 15.000 le dernier ». Ces mots sont ceux de Jack Kerouac lorsqu'il évoque l'écriture de son roman le plus célèbre Sur la route. L'auteur explique comment il a écrit avec frénésie, en à peine trois semaines, sur un rouleau de 36 mètres de long, l'un des romans les plus célèbres du XXe siècle, trois semaines pour décrire trois ans de voyage. Il a ressenti ce besoin de raconter ce qu'il avait vécu, ses rencontres, des découvertes, ses peurs, ses angoisses. Il présente le voyage comme une quête de soi et son récit comme une déclaration au monde de ce qu'il est devenu. Écrire sur son voyage est un moyen d'expliquer à ses proches ce que l'on a vécu et ce que cela a pu apporter. Aujourd'hui la technologie permet de faire de ce récit, un récit en direct. Vous n'avez plus à attendre votre retour ou un hypothétique coup de fil pour faire part de votre quotidien à vos proches. C'est pourquoi Internet regorge de blogs de voyages. Vous comptez partir en voyage et vous vous dites qu'il est inutile de faire un récit à travers un blog parce qu'il en existe déjà trop ? Vous faites erreur.

Témoigner dans l'instant présent


Durant un voyage, on fait de nombreuses rencontres, on visite des tas d'endroits, on découvre de nouvelles cultures. De ces nouvelles expériences se dégagent un certain ressenti propre au moment que l'on vit. Témoigner de ces instants lorsqu'on les vit est important car cela traduit avec justesse ce que l'on ressent. Laisser passer trop de temps entre ces moments et sa narration peut faire perdre de l'authenticité à votre récit.


La technologie le permet


Créer un blog est très simple. Multitudes de plateformes comme 1&1 par exemple vous permettent de mettre en place un blog en quelques minutes. De plus, aujourd'hui, même à l'autre bout de la planète il est possible de trouver une connexion Internet. Il est simple de poster textes, photos, vidéos… Avec un peu d'organisation, tenir un blog ne devient pas trop contraignant. C'est un moyen facile et efficace de faire vivre à vos lecteurs votre parcours, votre vie de tous les jours de façon quasi instantanée.

Chaque blog est unique


Il est certain que l'on peut vite se perdre au milieu des nombreux blogs relatant des voyages. Pourtant chaque voyage est unique avec ses propres histoires, ses propres surprises et surtout votre propre regard. C'est bien là le plus important. Un blog de voyage est votre récit, votre façon de voir le monde.

Tenir un blog est un formidable moyen de rester en contact avec vos proches en leur faisant partager ce que vous vivez au quotidien. La technologie d'aujourd'hui permet de faire ce récit en direct pour être au plus près de vos aventures et ainsi en garder le charme et l'authenticité.

jeudi, 27 octobre 2016 11:13

Locations de scooters en Thaïlande

Une nouvelle très importante pour tous ceux qui louent ou projettent de louer des 2 roues à Phuket.

C’était dans l’air depuis longtemps, une forte dose de volonté et de ténacité plus tard et voilà c’est fait, Nina’s Cars, société de location de véhicules à Phuket, déjà réputée pour sa qualité de service, sa proximité et surtout son souci de sécurité pour ses clients vient de nous annoncer une grande nouvelle qui devrait, tout au moins nous l’espérons, révolutionner l’approche de la location de 2 roues à Phuket.

Jusqu’alors, le sentiment de liberté, l’insouciance des vacances, la méconnaissance des lois locales et l’apparente simplicité des choses ont fait prendre des risques immenses mais méconnus a tous les touristes louant des 2 roues qui ne sont pas assurés. En cas d’accident les choses pouvaient etre tragiques, gardons bien en mémoire que les lois sont ici Thaïlandaises et que quoiqu’ il en soit elles seront toujours favorables aux Thaïlandais (es)

Pour palier cet état de fait, il y a plus de 3 ans déjà Nina’ s Cars avait mis en place une assurance pour la casse de la moto louée, associée a un service d’assistance 24h/24h assurance et service qui ont fait leurs preuves et soulagé de nombreux clients.

Aujourd’hui Nina's Cars nous annonce qu’ il est possible de souscrire en même temps qu’un contrat de location de 2 roues, une assurance au tiers. Cela signifie que ses clients (ayant souscrit à l’assurance) seront couverts pour tous les dégâts causés a des tiers, dégâts matériels et corporels, il y aura même en option la possibilité d’une assurance vol, incendie et rachat de franchise.

Ces assurances semblent d’autant plus fiables quelle seront souscrites auprès d’AXA Thaïlande que l’on sait être depuis longtemps un partenaire privilégié de Ninas Cars qui, a ce titre, bénéficiera de l’exclusivité de ces produits pour l’ile de Phuket.

Les tarifs de souscription et les niveaux de couverture ne nous ont pas encore été indiqués. Connaissant le professionnalisme et la démarche qualitative de Nina’s Cars gageons qu’ils seront raisonnables.

C’est en tout cas une initiative à saluer et à encourager très fort afin quelle soit couronnée de succès et surtout qui devrait offrir à tous les visiteurs de cette belle ile des vacances plus sereines.
mardi, 18 octobre 2016 15:00

Période de deuil national en Thaïlande

La Thaïlande est actuellement en période de deuil national, suite à la perte de son monarque bien-aimé Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej.
Plusieurs milliers de personnes sont réunies autour du Grand Palais à Bangkok pour assister aux rites et cérémonies religieuses royales en cours et rendre un dernier hommage au père de la nation.

L'Office National du Tourisme de Thaïlande (TAT) invite le public à se tenir informé par le biais des médias et des annonces faites par le Bureau de la Maison Royale et le Gouvernement Royal Thaïlandais pour avoir des renseignements actualisés.
Nous demandons également que la solennité des rites soit observée et que les visiteurs - locaux et internationaux - s’habillent et se comportent de façon correcte et respectueuse.

Durant la période de deuil national, certains festivals et autres activités ont été annulés ou reportés. D'autres événements se dérouleront comme prévu mais pourraient être atténués en marque de respect.

Veuillez consulter la liste ci-après des manifestations reportées ou annulées.
Visiteurs et touristes doivent également être conscients que dans certaines zones les transports pourraient être perturbés. Nous demandons à tous de faire preuve de compréhension et de patience en cas de retard ou de routes fermées à la circulation.

Fonctionnement des attractions touristiques
Grand Palais et Temple du Bouddha d’Emeraude Fermés jusqu’au 20 octobre.
Wat Pho (Temple du Bouddha couché) Ouvert
Wat Arun (Temple de l’Aube) Ouvert
Musée National de Bangkok
Galerie de la Reine Ouvert (09h-16h)
Fermeture jusqu’au 16 octobre
Stade de boxe Ratchadamnoen Fermé jusqu’à nouvel ordre
Stade de boxe Lumpini, Ramindra
Hellfire Pass Memorial Museum, Kanchanaburi Fermé pour un mois.
Fermeture jusqu’au 16 octobre
Cabaret l’Alcazar, Pattaya Ouvert (show quotidien à 17h, 18h30, 20h et 21h30 - Le dernier show étant annulé jusqu’à fin octobre).
Show Tiffany, Pattaya Ouvert (show quotidien à 18h, 19h30 et 21h)
Muay Thai Live à l’Asiatique The Riverfront Fermé jusqu’au 17 octobre
Siam Niramit Ouvert (17h-20h)
Phuket Simon Cabaret Ouvert (18h-22h30)
Calypso à l’Asiatique The Riverfront Ouvert (aucun alcool)
La place du Buddha Amulet Market, Bangkok Fermé jusqu’à nouvel ordre
A Chiang Mai, rue piétonne les samedis et dimanches & marché de nuit Fermé jusqu’à nouvel ordre

Evénements et Festivals annulés
• Buffalo Racing Festival 2016, Chon Buri
• Nakhon Phanom Illuminated Boat Procession
• Oasis: Supersonic – Thailand Premiere, Bangkok
• Morrissey Live in Bangkok
• Scorpions 50th Anniversary Tour 2016, BITEC, Bangkok
• Lee Jongsuk Fan Meeting Variety in Bangkok, Thunder Dome, Bangkok
• BIGBANG Made [V.I.P] Tour in Bangkok, IMPACT Arena
• Ghost Fair at Mega Bangna, Bangkok
• Bangkok Symphony Orchestra 2016 - The Sound of Thai Heritage
• Yi Peng Festival, Chiang Mai
• Pattaya Loi Krathong Festival
• Festival International de Feux d’artifice, Pattaya
• Célébrations du Nouvel An, Pattaya

Beaucoup de concerts et de spectacles locaux et internationaux ont été annulés.

Evénements reportés à une date ultérieure
• La Fin du Carême Bouddhique à l’Indo-China Market, Mukdahan
• Concert Moderndog à l’IMPACT Muang Thong Thani
• Concert ECTau Bitec Bangna, Bangkok
• Group Riding Bangkok (tours à vélo)
• FB Battery River Kwai Semi Marathon à Kanchanaburi
• Chanthaburi Scenic Marathon
• Harmony World Puppet à Kanchanaburi 2016 (reporté du 20 au 26 février 2017)
• Krabi Adventurous Trophy 2016
• Bangkok Street Show 2016 à Lumpini Park


Pour vous renseigner sur le statut des événements, veuillez contacter les bureaux locaux de l’Office National du Tourisme de Thaïlande ou le Call Center de la TAT au 1672 (uniquement en Thaïlande).

Liens utiles :
Gouvernement Royal Thaïlandais : www.thaigov.go.th/en/index.php  (en anglais)
TAT Contact Center: www.tatcontactcenter.com/index.php
jeudi, 13 octobre 2016 09:48

48 destinations en Inde avec 1seul billet

Grâce à "l'explore India Pass" de la compagnie Jet Airways, vous pouvez voler sur 48 villes indiennes.

Voyager vers les plus belles et mystérieuses destinations indiennes est plus facile que jamais. Jet Airways, la première compagnie aérienne privée internationale en Inde, lance l’Explore India Pass, qui permet aux passagers de découvrir jusqu’à 48 destinations domestiques en volant avec la compagnie indienne grâce à un seul billet. Ce pass est accessible aux voyageurs au départ de France pour bénéficier d’une réservation simple et flexible sur les vols domestiques.

Avantages de l’Explore India Pass :
• Possibilité de réserver jusqu’à 48 destinations domestiques avec un seul billet
• Franchise bagage étendue : de 15 à 23 kg en classe économique et de 30 à 46 kg en « Première », la classe Affaires de Jet Airways
• Changement de destination ou de dates de voyage à tout moment
• Tarifs réduits pour les « early booking »
• Jet Airways est la seule compagnie à proposer ce produit

Grâce à l’Explore India Pass, les voyageurs bénéficient de connexions fluides et profitent du confort offert par la flexibilité des réservations.
En effet, une seule référence de réservation est nécessaire pour l’ensemble des vols internationaux et domestiques. Les passagers ont ainsi accès à un calendrier clair de tous leurs vols, ce qui rend plus
simple que jamais la possibilité de modifier les dates ou les destinations. »
jeudi, 15 septembre 2016 12:03

Valises et visas, un nouveau jeu pour les Globe-Trotters

Valises et Visas est un jeu de société qui s’adresse à un public passionné de voyage et de savoir.

Le principe en est simple : il s’agit de faire le tour du monde en répondant à des questions de culture générale (histoire, géographie, littérature, cinéma, sciences naturelles, modes de vie etc...) .

Après avoir obtenu votre passeport il vous faudra passer par 8 étapes et revenir à votre point de départ, la France métropolitaine.

Les questions sont rédigées de façon très variée : questions simples, QCM, questions par indices, blancs à remplir, devinettes etc.…. elles sont d’un niveau assez soutenu et, si elles sont accessibles à tous les âges, elles font la part belle aux connaissances propres à la génération des «  baby boomers ».

Chacune des 10 phases du jeu comporte 6 fiches de 48 questions (2880 questions) ce qui permet de jouer de très nombreuses fois.

Si la part de compétition est bien présente – il faut être le premier à boucler son tour du monde – les souvenirs de voyage, les anecdotes et les franches rigolades que suscitent les questions doivent être l’autre part d’un jeu avant tout convivial.

Crée par un breton, ce jeu développe ses connaissances et surtout de garder la tête dans les voyages au bout du monde.

http://www.valisesetvisas.fr/fr/
fg.savina@wanadoo.fr


vendredi, 29 juillet 2016 08:56

Quelques astuces pour réussir ses photos de vacances

Sans photos, un voyage n'a pas la même saveur. Elles ont pour rôle de garder les meilleurs souvenirs de nos vacances. On espère tous des photos de paysage de montagne ou de famille réussies pour les insérer ensuite dans des albums photos ou en faire des poster à l'aide de sites spécialisés comme PosterXXL.
Voici donc quelques astuces pour vous aider à prendre de bonnes photos pendant vos vacances.

Mieux connaître son appareil photo

De bonnes photos impliquent de bien connaître son appareil. Il ne suffit pas de savoir enclencher le flash automatique et d'appuyer sur un bouton pour prendre un bon cliché. C'est pour cette raison qu'il est utile de bien lire le manuel de son appareil photo avant de partir en vacances. Vous en apprendrez ainsi davantage sur les différentes fonctionnalités qu'il possède. Pour les possesseurs d'appareils photo numériques, cet article pourra mieux vous éclairer concernant les fonctions automatiques et manuelles. Il vous explique ainsi la définition des différents signes que l'on retrouve sur les appareils numériques.

Respecter les règles de photographie et ayez l'esprit créatif

Pour réussir ses photos, il est également important de savoir quelques règles. La règle des tiers par exemple, va vous permettre de mettre en valeur le sujet le plus important de votre photo. Pour l'appliquer lorsque vous prenez une photo, il faut imaginer que vous tracer le paysage en trois lignes horizontales et trois lignes verticales. Le sujet que vous souhaitez prendre en photo doit être placé à un croisement de ses lignes, votre photo est ainsi équilibrée. Une photo réussie est également épurée et originale. Ayez ainsi l'esprit créatif pour prendre la photo de monuments connus de tous comme la Tour Eiffel ou le Mont Saint-Michel. Lorsque vous prenez un paysage en photo, faites en sorte d'éviter qu'une grue, un panneau ou encore un poteau électrique vienne parasiter votre cliché.

Pensez à la qualité avant la quantité

Inonder votre appareil numérique de photos ne vous apportera peut-être pas les souvenirs de vacances que vous espériez. Pour garder les meilleures photos de voyage, pensez d'abord à la qualité plutôt qu'à la quantité. Il vous est souvent inutile de prendre le même paysage de loch écossais une dizaine de fois. Prenez le temps de prendre la photo que vous souhaitez, un ou deux clichés suffisent. Gardez aussi en tête que plus vous aurez de photos stockées dans votre appareil photo et plus le tri à votre retour de vacances sera long. La sélection des photos doit également se faire avec soin. Si les photos prises lors de votre voyage vous font remonter des souvenirs à la surface pendant de nombreuses années, alors c'est qu'elle est réussie.
Pour découvrir d'autres astuces pour vos prochains voyages, alors venez jeter un œil par ici.
mercredi, 06 juillet 2016 13:53

Les conséquences du Brexit sur votre séjour à Londres

 

Les Britanniques ont décidé le 23 juin dernier de leur sort : à 51,9%, ils ont manifesté leur souhait de quitter l’Union Européenne. Pour le secteur touristique du Royaume-Uni, les répercussions auront un impact tant pour les Britanniques eux-mêmes que pour les Européens qui veulent se rendre sur leur territoire. Les premiers risquent de perdre de leur pouvoir d’achat, en revanche les seconds, nous, sommes gagnants. Et si pour les Français, Londres était une destination de choix pour une virée culturelle, festive ou shopping, elle n’aura certainement jamais été aussi avantageuse que cet été !  Dans cette période de latence, il faut être plus malin et moins frileux que les autres…

< Londres : le bon plan de cet été ?

D’un point de vue économique, les conséquences du Brexit sont encore difficiles à envisager, mais les principales places des marchés européens ont accusé un fort recul, et surtout la livre sterling a chuté brutalement par rapport à l'euro, perdant plus de 10% sur la seule journée du 24 juin.

Pour les vacanciers, cette baisse cache en fait une bonne nouvelle : la facture de leur séjour en Grande-Bretagne devrait considérablement baisser et notamment cet été ! Hôtels, restaurants, les tarifs des accueillants devraient être revus à la baisse pour rassurer les touristes. Surtout, les voyageurs français et européens vont bénéficier d’un taux de change très avantageux et notamment pendant la période de soldes qui débute : parfait pour une virée shopping à Londres !

< Conseils pratiques pour un séjour dans le Londres post-Brexit 

Visa : Avant toutes considérations, il faut relativiser les éventuelles peurs des baroudeurs : pas de panique, le retour des visas, ce n’est pas pour demain ! D’abord parce que les procédures pour mettre en application la sortie officielle de l’Union Européenne devraient prendre deux ans, ensuite parce que selon les nouvelles modalités, il est possible qu’il faille un visa mais vous serez au courant bien longtemps à l’avance !

Santé : Pour le reste des aspects administratifs, là aussi, aucun changement ne devrait bouleverser vos prévisions de voyage dans les deux prochaines années. Coté santé, la plus grande association touristique britannique, ABTA l’assure : les cartes Européennes d'Assurance maladie resteront valables en Grande-Bretagne pour un moment encore.

Transport : Si, comme l’ensemble des traités qui lient le Royaume-Uni à l’Union Européenne, ceux ayant trait au transport aérien vont devoir être renégociés, là aussi pas d’inquiétudes, l’augmentation du prix du billet d’avion n’est pas à l’ordre du jour. Alors où que vous viviez en France, il y a forcément une ville proche de chez vous qui dessert l’un des six aéroports londoniens. Le plus important d’entre eux est Heathrow, le plus fréquenté du monde. Pensez à prévoir le transfert, par exemple pour rejoindre Londres depuis l’aéroport d’Heathrow.

Visites : Pour les visites touristiques et culturelles londoniennes, être citoyen de l'Union Européenne n’a jamais rien changé : contrairement à Paris où plusieurs musées sont gratuits pour les résidents européens de 25 ans, ce genre de dispositif n’existe pas au Royaume-Uni. Rassurez-vous, les entrées de la National Gallery ou du British Museum resteront elles gratuites pour tous !
lundi, 27 juin 2016 13:24

Visiter la Chine, d’accord, mais où aller ?

Dire que la Chine est un grand pays n’est pas tellement original, car c’est effectivement un des plus grands pays au monde. Mais cela permet de souligner le fait qu’il est impossible de tout voir de la Chine en un seul voyage sauf au très long cours et que les déplacements nombreux nécessaires entraînent des coûts de transport très significatifs.

Du nord au sud et de l’est à l’ouest, les cultures agricoles sont différentes, les habitudes alimentaires sont variées, les paysages urbains et ruraux ne sont pas semblables et de nos jours, le développement économique, social et culturel est très diversifié selon les régions.

La côte orientale de la Chine est celle qui a vécu le plus grand développement notre ère moderne, principalement parce qu’à l’opposé, les marches de l’ouest sont des régions montagneuses peu faciles d’accès donnant sur des pays n’ayant que peu participé aux grandes révolutions industrielles du XIXe et du XXe siècles.

En terme d’intérêt touristique, une grande partie des sites culturels ou naturels majeurs n’ont été découverts qu’au XXe siècle et ils ne deviennent accessibles que très progressivement.
Ainsi, par exemple, l’armée des guerriers en terre cuite de Xi’an n’a été (re)découverte qu’en 1974 après quasiment deux millénaires d’oubli et les sculptures rupestres de Dazu redécouvertes pendant la 2e guerre mondiale n’ont pu commencer à être visiter qu’à partir de 1980. En 1996, il fallait encore près de cinq heures de route pour s’y rendre à partir du plus proche aéroport – celui de Chongqing - , alors que désormais, il n’en faut plus deux. Bus : 2h, 45rmb. Droit d’entrée de 130rmb (basse saison) à 180 rmb (haute saison) pour tout le site. Le taux est d’environ 7rmb=1€.

Il y a en Chine 45 points remarquables inscrits au patrimoine de l’humanité par l’Unesco, ce qui fait bien plus de sites, car certaines inscriptions rassemblent plusieurs sites, et ils sont répartis sur tout le territoire chinois.

< Arriver en Chine

Il y a en gros 3 points d’entrée (ou de sortie) principaux pour les vols internationaux : Pékin, Shanghai ou Hong Kong. Guangzhou (que les français appellent Canton) est aussi un point d’entrée aérien important, mais je ne le cite pas du fait de la proximité de HK. Chacune de ces cités présente un intérêt particulier (voir articles).

Pour prendre l’avion à Paris, il vous faut avoir un visa chinois. Les frais consulaires sont assez réduits, mais il vous faut passer par un centre agréé pour les visas qui coûte plutôt cher (voir le site www.visaforchina.org où figurent tous les documents nécessaires). Au total, le visa revient à 126€ (visa de tourisme « L ») pour tous les citoyens de l’espace Shengen. Ce visa augmente d’une manière folle : il était de 70€ début 2015, de 101€ en mars 2016 et de 126€ aujourd’hui quelque soit le nombre d’entrées.
Note : Il n’y a pas de visa pour HK, mais si vous passez de Chine à HK, vous devez avoir un visa à entrées multiples pour revenir en Chine. Comme il est désormais au même prix, n’hésitez pas à faire une demande d’entrée multiple … si les choses n’ont pas changé entre temps.

Les autorités chinoises demandent un nombre impressionnant de documents dont un qui peut être troublant : une preuve de revenus, tel que certificat de travail (à demander à votre employeur) ou certificat d’imposition ou certificat de scolarité (pour ceux qui sont encore étudiants) ou preuve de revenus (par exemple pour les retraités). Si vous avez un solde de plus de 1000€ sur un compte en banque, la photocopie de l’extrait de compte est acceptée.

< Les transports

Ce qui va grever votre budget dans un voyage en Chine, ce sont les transports. Il vous faut donc prendre des décisions pour arbitrer entre budget et nombre de sites. Prenez juste conscience que la Chine n’est plus une destination si bon marché que cela, même si se nourrir n’est pas le plus dispendieux.
Pour avoir une idée des circuits possibles, vous pouvez vous rendre sur le site www.chine-evasion.com. Il s’agit d’une agence locale basée à Pékin en qui on peut avoir confiance : ils ont reçu en 2015 (du gouvernement chinois) le prix de la première agence réceptive de francophones (10000 visiteurs, soit 10% du nombre de francophones entrés en Chine en un an).

Votre futur périple commence donc dans l’une des trois grandes villes (Pékin, Shanghai, HK) et se terminera dans la même ou une autre de la liste. De très nombreuses compagnies aériennes desservent la Chine à partir de Paris que ce soit en ligne directe ou indirecte. Les tarifs les moins chers se trouvent sur internet entre 5 et 7 mois à l’avance.

< Circuit dit « classique »

Le circuit « classique » en Chine comprend une arrivée par Pékin, puis Xi’an, Guilin (en fait surtout Yangshuo) et une sortie par Shanghai. Si vous avez un peu de temps, vous pouvez ajouter PingYao (voir article) entre Pékin et Xi’An et à Shanghai, prolonger un peu votre séjour pour aller visiter les jardins de Suzhou, la « petite venise de l’est ». On parle souvent du « village de Suzhou », mais il y a quand même 4 millions d’habitants (1,3 millions en 2000).

Pékin est en train de devenir une mégalopole. La ville déborde de son cadre et empiète sur le Hebei, la province dans laquelle elle est enclavée. La construction du 7e périphérique est en cours (à Paris, il y a en a trois, pas tous complets : le boulevard périphérique, la A86 et la A104). Ce septième périphérique passera par Chengde, ancienne résidence d’été des empereurs et listé par l’Unesco avec en particulier son « Petit Potala » reproduction en plus petit du « vrai » Potala de Lhassa. Chengde est à 230km au Nord de Pékin. Il faut 3,5h de bus et le billet coûte 85rmb.
De très nombreux travaux sont en cours pour transformer la région en ce qu’on appelle le « Grand Pékin » qui va rassembler la ville de Pékin et celle de Tianjin pour un total d’environ 135 millions d’habitants !). D’ores et déjà deux lignes de TGV parallèles ont été construites entre ces deux villes, car une seule ligne n’était plus suffisante pour supporter la fréquence nécessaire des rames pour transporter tout le monde.
Tous les monuments à Pékin sont accessibles en métro sauf la Grande Muraille et les Tombeaux Ming. Grande Muraille à Badaling : prendre un billet gare du nord accessible par la ligne 2, sortie A à Xizhimen, 6rmb, entrée à Badaling 45 rmb. Tombeaux Ming, ligne de métro 5 jusqu’à Bei Tiantongyuan et prendre le bus 22 jusqu’à Changping.

On se retrouve très facilement dans le métro à Pékin, car sur les plans et les pancartes des stations, les noms sont aussi en caractères alphabétiques. Par contre, il est à peu près certain que vous ne serez pas tout seul dans les rames, surtout aux heures de pointe où les employés du métro n’hésitent pas à tasser avec enthousiasme les voyageurs dans les wagons. Prenez une carte (yi ka tong) dans n’importe quelle station de métro (coût 20rmb) que vous chargez avec le montant que vous voulez. On clique (comme pour la Navigo à Paris) en entrant. Mais à Pékin, on clique aussi en sortant. Tout trajet en métro coûte 2 rmb. En bus, on paye aussi avec la yi ka tong, mais je ne sais pas combien coûte le bus (pas cher), car une fois chargée, on ne regarde plus vraiment combien cela débite à chaque fois …
A Shanghai, le système est le même avec la « Shanghai Public Transportation Card», sauf que les trajets en métro varient de 2 à 4 rmb suivant le périple (lignes et durée), et que l’on peut aussi payer dans les taxis avec cette carte qui répond au doux nom de Jiao Tong Ka.

Pour aller de Pékin à Xian en passant ou non par Ping Yao, voir sur le site de chine-evasion (rubrique train) qui comporte des horaires et les prix.

De Xi’an à Guilin, il est préférable de prendre l’avion. A Guilin, l’attraction phare est la descente de la rivière Li jusqu’à Yanshuo. C’est très touristique, mais cela reste magique. Il y a soit les gros bateaux touristiques, soit les bamboo boat à moteur (190 rmb avec le bus) ou une alternative intéressante : le bamboo rafting sur la Yulong River. Cela vaut la peine de rester un peu à Yangshuo pour les promenades aux alentours, au milieu des rochers karstiques. On peut louer un scooter électrique pour environ 50 à 60 rmb la journée. Un VTT coute environ 20rmb par jour.

Shanghai est une ville spéciale : ce n’est plus la Chine, c’est Shanghai. La vieille ville avec le jardin du Mandarin Yu a un charme très agréable, la partie à l’est de la ville (Pudong) jadis vierge de tout bâtiment avant 1990, est désormais un amas impressionnant de gratte-ciels d’acier et de verre souvent d’ailleurs transformés en écrans vidéo géants. A visiter : le petit musée des shikumen, une architecture de « cités » dans l’ancienne concession française (quartier de Xitiandi) et les temples (bouddha de jade et Jing’An Temple, et surtout le temple de Longhua, peu fréquenté bien que ce soit le plus vieux temple de Shanghai). A faire : la promenade sur le Bund. Il s’agit du quai côté Puxi en face de la skyline de Pudong violemment éclairée de pubs polychromes affichées sur les bâtiments.
La nuit, la rue de Nankin (Nanjing Lu) est un kaléidoscope de couleurs à base d’affichages LCD et de néons, où les fast food chinois et occidentaux avoisinent les boutiques de mode, de souvenir et de friandises. Etonnant et très particulier (voir article)

Dans toute la Chine, on trouve de nombreux temples et pagodes. Mais ce sont en général des vestiges d’antan. Aujourd’hui, environ 80% des chinois sont athées.

< Les autres régions

En dehors de ce circuit classique, il existe de nombreuses régions qui possèdent toutes leur charme propre. Le Yunnan au sud ouest est la province ayant le plus de minorités ethniques différentes (26 sur les 55 représentant 8% de la population chinoise). Le Yunnan, la « province du printemps éternel », est la région de Chine où l’on fait le fameux thé Pu’er, le préféré de la dernière dynastie et qui a des propriétés anti cholestérol. C’est de là que partaient les galettes de thé pressées vers le Tibet par la fameuse Route du Thé.

Juste au dessus du Yunnan, on trouve le Sichuan, une région partagée entre la plaine et les premiers contreforts du massif tibétain. On y trouve les pandas, et les plus beaux villages tibétains car à une altitude raisonnable. A voir également le Grand Bouddha de Leshan au sud de la capitale Chengdu (voir article).

A l’est du Sichuan, on trouve Chongqing qui a pris son envol industriel au moment de la deuxième guerre mondiale avec les usines d’armement. C’est une région très montagneuse, et la seule ville de Chine où il n’y avait pas de vélo dont la pratique est vraiment très difficile du fait des pentes abruptes. Des travaux de terrassement gigantesques ont été entrepris pour araser les sommets des montagnes afin de combler les vallées afin d’obtenir un terrain moins accidenté. Chongqing est le point de départ des croisières des Trois Gorges sur le Yangtze avec le passage du Grand Barrage comportant une cascade de 5 écluses gigantesques (voir article).

Plus à l’ouest et au nord, on trouve la Région Autonome du Tibet, délicate à visiter à cause de l’altitude, et le Qinghai où l’ethnie tibétaine est également très présente. C’est par là que passe le train Pékin Lhassa avec Tanggula, la plus haute gare du monde à 5005m.

Encore plus au nord et à l’ouest, on arrive au Xinjiang dont près de la moitié du territoire un désert inhospitalier : celui du Taklamakan, que Jacques Lanzman a nommé « le désert d’où l’on ne revient pas ». La route au nord de ce désert a été la plus empruntée par la Route de la Soie avec des villes comme Kashgar, Aksu ou Turpan et l’on peut admirer de nombreuses sculptures rupestres, témoignages bouddhistes visibles en de nombreux endroits au cœur de la roche des montagnes environnantes. Ce n’est pas une région très facile à visiter en ce moment du fait des troubles résultant de la lutte des ouighours contre le gouvernement central de Pékin, mais cela reste encore très faisable.

A l’est du Xinjiang, la province du Gansu recèle un des spectacles minéraux les plus étonnants avec les couches de grès multicolores des danxia de Zhangye. En continuant vers l’est, on passe dans la toute petite région du Ningxia à majorité musulmane (ethnie Hui), au milieu de la Route de la Soie qui reliait l’Extrême Orient au Moyen Orient. C’est là que sont produites 80% des fameuses baies de goji devenues à la mode en Europe.
C’est en -200 avant JC que le premier Empereur de Chine (celui de l’armée des guerriers de terre cuite), installé à Xi’an dont le nom était Chang’An à l’époque, décida d’envoyer des émissaires pour essayer d’acquérir des chevaux remarquables, petits, nerveux, résistants dont les sabots ne s’usaient pas vite. Il s’agissait d’une opération stratégique, la cavalerie étant à l’époque d’une importance capitale dans les armées. La route de la soie était en fait plutôt une route des chevaux …

Toutes les provinces de Chine n’ont pas été citées. Et certaines valent vraiment un voyage à elles seules. C’est le cas par exemple du Guizhou aux constructions en bois étonnamment bien conservées (pont couvert, temple suspendu, …)

< Quelques informations pratiques

Le rmb (renmenbi) ou yuan chinois est indexé principalement sur le dollar. Actuellement, il faut environ 7 rmb pour 1€. Inutile de changer en dollars, l’euro est parfaitement accepté dans tous les points de change. Il peut y avoir une légère variation entre les changes, mais elle est limitée. Il est probablement préférable d’emporter de l’argent liquide, mais attention aux pickpockets. Les cartes de retrait (Visa, Master Card) sont acceptées par beaucoup d’ATM (distributeurs de billets) un peu partout en Chine. Mais faites attention à votre plafond en fonction de votre carte

Santé : pas de vaccination spécifique exigée, mais il est très recommandé d’avoir ses vaccinations habituelles à jour (dont le tétanos). Si vous avez un traitement médical, emportez ce qu’il vous est nécessaire mais pas en excès et apportez une copie de votre ordonnance.

En Chine, la plupart des gens sont bilingues : ils parlent chinois … et chinois. En effet, si la langue orale officielle est le mandarin (dialecte de la région de Beijing), les autres dialectes sont le langage privilégié dans leur région : le shanghaien à Shanghai, le cantonnais dans le Guangdong, le tibétain au Tibet, et il y a plus de 100 dialectes. Les idéogrammes sont identiques pour tout le monde, mais pas la langue orale et comme peu de chinois savent parler anglais, vous risquez d’avoir quelques difficultés de communication. Méfiez vous également de la gestuelle, ce qui nous semble un geste logique peut leur être totalement incompréhensible et réciproquement. Ainsi en faire le geste de commander deux bières (signe « deux » avec le pouce et l’index dressés) veut dire « huit » pour un chinois …
Heureusement, le sourire reste le sourire.

< Michel Lo (Paris)
mercredi, 18 novembre 2015 11:23

Un week end ou une semaine à Barcelone

Barcelone, c’est quand même assez grand à visiter, et même les dites visites sont chères, vous pouvez passer tranquillement une semaine sans vous ennuyer.

Si vous ne venez que pour un week-end, pensez bien au fait que vous n’irez qu’à l’essentiel, c’est à dire les trois ou quatre choses à visiter mais que vous allez rester sur votre faim.

Parlant de faim : on mange plutôt pas mal à Barcelone et la nourriture est plutôt moins chère qu’à Paris, sauf si vous restez dans les quartiers touristiques genre Ramblas où on vous attend avec le sourire mais avec lecteur de carte Visa à la main.

La caractéristique principale de la nourriture Barcelonaise est la « tapa » . La quasi totalité des restaurants les proposent, y compris parmi les plus huppés. Le principe est celui de la convivialité, à savoir que l’on met les plats en commun et chacun goûte un peu à tout.

< Y ALLER :

On peut choisir le TGV ou l’avion. Je ne recommande pas la voiture, car elle ne sert à rien à Barcelone, et cela vous coûtera de toute façon bien plus cher en base 2, et pas moins cher en base 4.

Pour l’avion, évitez Ryan Air qui part d’un aéroport débilement loin de paris (Beauvais). En fait en ajoutant le prix de l’A/R pour aller à Beauvais, Ryan Air est rarement un bon plan. Essayez de voir avec Vueling, Easyjet et Transavia.

< HOTELS :

Pas de conseil spécial pour les hôtels, sauf si vous êtes des fêtards et vous ne pouvez pas utiliser les transports en commun qui s’arrêtent en gros à minuit (sauf un peu plus tard le samedi soir). Le régime est à peu près le même que celui des transports parisiens.

Donc, pour économiser, prenez un logement plutôt en dehors du centre, pas trop loin d’u métro. Un des sites les moins chers reste booking.com, mais on trouve aussi quelques belles occasions sur d’autres sites.

Par contre, si vous voulez faire la fête très très tard, regardez où vous allez terminer votre nuit d’agapes pour ne pas avoir un trop gros trajet en taxi.

< TRANSPORT :

Deux sous sections : voyage aéroport Barcelone et transport pour vos visites

< AEROPORT-VILLE

Il y a 4 moyens d’aller en ville à partir de l’aéroport (et vice et versa) : taxi, Aerobus, Train Renfe et bus 46

- taxi : de 25€ à 30€ (dépend bien entendu où vous allez). Soumis aux problèmes de trafic, de 15mn à 45mn

- Aerobus : environ 6€. Soumis aussi aux problèmes de trafic. Avantage par rapport au bus : ne s’arrête pas partout, donc on peut compter sur une demi heure de BCN (aéroport El Prat) à place d’Espanya.

- bus 46 : 1€ (avec la carte T10). Un peu plus long que l’Aerobus parce qu’il a des arrêts. Compter entre 25mn s’il n’y a pas du tout de circulation et 1 h. On arrive Place d’Espanya, avec une correspondance gratuite pour le métro. La carte T10 s’achète dans les distributeurs qui se trouvent devant la gare RENFE (la RENFE est à l’Espagne ce que la SNCF est à la France).

- train ligne R2. Vous amène du Terminal 1 jusqu’à la gare centrale Barcelona Sants. 1€ avec la T10.

Bref, si vous arrivez au terminal T1 de l’aéroport et que vous voulez acheter la T10, vous devez prendre la navette pour le terminal T2 (gratuite), puis aller à la station de train pour acheter votre T2. Là, vous avez le choix entre prendre le train pour Sants, soit de prendre le bus 46 pour Espanya.

Avantages du train

- pas soumis aux encombrements

- vous êtes déjà sur place pour prendre le train

Inconvénients du train :

- longue correspondance à pied pour le métro à Sants (ne vous trompez ps prenez la bonne sortie, sinon, cela vous décomptera un nouveau trajet à 1€)

Avantages du bus 46 :

Vous amène à la Place de Espanya où il est plus facile de prendre le métro

Inconvénients du 46 :

- Il faut aller rechercher la station (quai de bus spécial, suivre les indication 46)

- Pas de place pour les bagages

- soumis aux aléas du trafic

- regardez le trajet du 46, il se peut que cela puisse vous arranger de vous arrêter ailleurs qu’à Espanya

< TRANSPORT EN VILLE

On a parlé de la T10. C’est une carte de 10 trajets qui coûte environ 10€. Bonne nouvelle, vous pouvez utiliser cette carte à plusieurs : le premier met la carte dans le lecteur (un peu comme à Paris), et la machine la lui rend. Dès qu’il a récupéré le ticket, le tourniquet se débloque, et il peut passer le ticket au suivant avant de passer etc …

Dans le bus, après le chauffeur, il y a une machine à valider, on valide autant de fois qu’il y  de passagers.

Correspondances : vous avez le droit à autant de correspondances dans le métro, et une correspondance Bus-Métro OU Métro-Bus à l’intérieur d’une période de temps de 1h15 après le premier compostage.

Par exemple, vous prenez le 46 (bus) à l’aéroport, et jusqu’à 1h15 après le compostage (qui s’inscrit au dos de la T10), vous pouvez prendre le métro (par exemple à Espanya). Quand vous allez repasser la T10 pour rentrer dans le métro, il ne vous comptera pas un compostage de plus.

Par contre, si vous ressortez ensuite du métro et que vous prenez un autre bus, cela vous comptera un autre trajet, même si cela fait moins de 1h15.

Si vous ressortez du métro, vous ne pouvez pas faire une correspondance avec un autre métro : toute sortie du métro est définitive (mais vous avez éventuellement le droit de prendre une correspondance avec un bus).

PIÈGE : Sur les machines à tourniquet, vous devez mettre le ticket dans la machine à votre gauche. Sur les machines à portes vitrées, vous devez mettre le ticket dans la machine à votre droite.

En dehors de la T10 (et des billets à l’unité qui valent plus de 2€), vous avez la possibilité de prendre des cartes séjour.

La Barcelona Card se prend pour 2, 3, 4 ou 5 jours, et elle est assez chère car elle comprend la gratuité dans certains musées. Malheureusement pas les plus courus. Il y a également une réduction sur un certain nombre d’autres musées, mais ce n’est pas toujours très pratique.

La Barcelona Card 2 jours s’appelle Barcelona Card Express et comprend tous les transports illimités pendant 2 jours et des réductions dans certains musées. Le 3, 4 et 5 jours ont la gratuité dans certains, et des réductions dans d’autres.

Exemples de prix en 2015 : Barcelona card Express 20€ (on peut l’avoir à 18€ en l’achetant en ligne, et on la récupère au kiosque de Tourisme à l’aéroport. On la valide à la première utilisation. ATTENTION, c’est par date de jour, et pas par période de 24h. Donc si vous la validez le soir, vous ne l’avez pas bien amortie …).

PIÈGE : sur la Barcelona Card Express, il est écrit « Hola BCN ». Et donc dans certains musées où il y a réduction, on vous demande de montrer la carte de la ville qui vous est donnée en même temps que la Barcelona Card Express. Donc, à avoir toujours avec soi si vous voulez amortir votre Barcelona card.

La Hola BCN est une carte de transport sans réduction dans les musées. Exemple de prix pour la hola BCN 2 jours en 2015 : 14€

S’achète dans tous les distributeurs de métro (comme la T10)

Mon conseil : achetez une T10 pour avoir des trajets pour le premier et le deuxième jour. Ensuite, selon vos activités, vous pouvez continuer à la T10 (par exemple si vous avez l’habitude de marcher), ou prenez une des cartes (Hola BCN ou Barcelona Card)

< QUE VISITER ?

Chacun a ses propres centres d’intérêt, et donc difficile de donner une liste dans l’absolu. Cependant, les lieux les plus souvent cités comme incontournable sont : La Sagrada Familia, la Casa Batllo, la Casa Milà (aussi appelée La Pedrera), le Parc Güell, la Fondacion Miro, La Stade du Camp Nou et le Musée Picasso.

Sagrada Familia : une oeuvre majeure de Gaudi dont on poursuit la construction aujourd’hui malgré le fait que tous les plans ont été brûlés pendant la guerre civile et qu’une grande partie des maquettes ont été abîmées ou plus ou moins détruites.

La Barcelona card donne 1€ de réduction, mais laissez tomber et achetez votre billet sur internet A L’AVANCE avec réservation d’horaire. Si vous ne le faites pas, vous risquez fort e ne jamais visiter la Sagrada Familia.

Je recommande de prendre l’audio-guide, car on a du mal à comprendre sans quelques explications. Par contre, les 4,50€ pour aller visiter les tours ou plus exactement l’une des tours ne vaut pas vraiment le coup.

A noter : réduction pour 65 ans et plus.

Casa Battlo : très impressionnante de dehors, mais je ne suis pas certain que l’intérieur vaut les 21,50€. 

La Pedrera : 20,50€ mais plus intéressante à mon avis. Mais même si vous êtes passionnés d’architecture, on n’y passe guère plus d'une heure. Comme c’est cher pour ce que c’est, pas besoin d’acheter le billet à l’avance.

< Le Parc Güell.

C’est un parc magnifique dont l’accès en dehors de la partie Gaudi est gratuit. Cela peut valoir la peine d’y faire un saut, car on voit tout Barcelone (aller au point culminant des Trois Croix). La partie Gaudi est elle payante et s’appelle la partie « monumentale », non pas parce qu’elle est grande, mais parce qu’il y a quelques monuments. Joli, mais est-ce que cela vaut les 8€ ?

Sans doute, mais en période touristique, il vaut mieux acheter et réserver l’horaire sur internet (7€ au lieu de 8), car il n’y a que 400 visiteurs autorisés par heure. (65 ans et plus : 4,90 en ligne)

C’est dans cette partie monumentale qu’on voit le fameux monstre de Gaudi qui garde les escaliers.

Conseil : arriver par la station de métro Vallcarca, car il y a des escalators pour monter jusqu’au Parc. Ce qui fait que vous serez tout en descente pour aller à une entrée vers la partie monumentale et ensuite pour redescendre vers une station de métro (Lesseps)

< La Fondacion Miro

Un peu à l’écart, elle se trouve sur la Colline de Montjuic. Pour y accéder, s’arrêter à la station Paral-lel, puis prendre le funiculaire (carte T10 ok).

Jusque mars 2016, le funiculaire est en réfection, et il y a des bus de remplacement.

Miro, on aime ou on n’aime pas, mais il y a quand même des belles céramiques. J’ai été fasciné par la fontaine de mercure qui n’est d’ailleurs pas de lui. 

< Le Stade du Camp Nou

Il faut vraiment être un fan de football pour aller visiter ce stade qui n’est qu’un stade, même s’il abrite la fameuse équipe du Barça. Mais ça doit déplacer les foules, car dans la ville, on n’arrête pas de voir des touristes (et peut être pas seulement d’ailleurs) se promer en maillot de foot avec dans le dos le nom de leur joueur préféré.

< Musée Picasso

C’est un Picasso qu’on ne voit pas dans les autres musées, et donc il me semble que la visite vaut la peine. On y voit des oeuvres de jeunesse assez étonnantes, et de nombreux tableaux de sa période bleue. Mais le plus remarquable de la collection sont les études cubistes faites par Picasso à partir du tableau Las Meninas de Velasquez. C’est étonnant et même si on n’est pas vraiment touché par le cubisme, cela vaut la peine de voir des 58 toiles autour du tableau de Velasquez. Ce tableau ne se trouve d’ailleurs pas dans le musée, et cela vaut la peine d’en avoir une photo sur le téléphone portable pour prendre ses repères.

Il y a toujours un peu la queue, sauf le dimanche où il y a vraiment une queue infernale (gratuit à partir de 15h le dimanche …). Recommandation : achetez en ligne en réservant. 11€ pour l’expo permanente, 7€ pour les 65 ans et plus.

Quand vous avez acheté en ligne, vous recevez un email avec la commande et un QR code. Vous devez soir imprimer ce document ou présenter votre smartphone. Inutile de faire la queue, il vous suffit d’entrer directement par une des portes et présenter votre reçu en bas de l’escalier qui mène à la collection.

A ces « incontournables », j’ajoute quand même Les Ramblas (de la place de Catalunya jusqu’à la colonne Christophe Colomb), et quelques édifices religieux : la Cathédrale (notez que la Sagrada Familia est une basilique et non pas une cathédrale, car l’évêque n’y réside pas), Santa Maria del Pi, Santa Maria del Mar et San Pau del Camp (avec son petit cloître vraiment joli)

Ne manquez pas le marché « La Boqueria » sur les Ramblas. Vous pouvez essayer d’y manger, cela vaut la peine, mais c’est assez difficile de trouver une place sur les petits stands. Par contre, si vous souhaitez faire du shopping (jambon, fruits, huile, etc..) préférez le marché Sainte Catherine (Mercat de Santa Caterina) pas très loin mais beaucoup moins cher.

< Une mention spéciale à 2 restaurants :

- le Jai-Ca dans Barceloneta (Carrer de la Ginebra). On y sert des taps de fruits de mer en plus des classiques. Goûtez en particulier les couteaux grillé au beurre d’escargot, c’est remarquable (navajas en espagnol). Mais c’est plain de chez plein et en arrivant, allez tout de suite voir le patron pour prendre votre tour en vous armant de patience. Il y a deux établissements de la même maison à quelques pas l’un de l’autre. Allez plustôt à celui qui se trouve plus à l’ouest (celui plus à l’est est à l’angle de Ginebra et Baulard).

- Le Can Margerit près de la station de métro Poble Sec. Il se trouve Carrer de la Concordia, près de l’angle avec Carrer de l’Olivera. Il vaut mieux réserver car l’établissement est assez couru (il ouvre à 20h30). L’ambiance est celle d’une taverne avec des tonneaux dans l’avant salle. On prend un petit verre et on va se servir au tonneau pour goûter leur production qu’on peut consommer en pichet à table.

LA spécialité à essayer est le conejo a la jumiliana. C’est du lapin (conejo), cuit croustillant à l’huile mélangé à des oignons et gousses d’ail en chemise fondants parsemé d’herbes (dont thym et fenouil).

< QUAND Y ALLER ?

Il est préférable d’y aller en intersaison, voire en hiver, car sinon, il y a vraiment beaucoup de monde. Il me semble que les meilleurs mois sont de octobre à avril.

Si vous le pouvez, essayez d’éviter le dimanche et le lundi. Arriver un Lundi pour partir un dimanche (on ne fait pas grand chose les jours d’arrivée et de départ) semble donc être la meilleure solution pour une semaine à Barcelone. Si vous n’avez qu’un we, essayez de partir le jeudi soir pour rentrer le dimanche.

< POUR VOUS AIDER A VOUS REPÉRER

Vous trouverez mes épinglettes en fichier .kmz à http://www.belt.fr/ABM/epinglettes

Note : pour utiliser ces épinglettes, je vous recommande d’utiliser sur votre smartphone le logiciel gratuit MAPS.ME. Il est disponible sur IOS et Android

Puis, vous téléchargez la ou les cartes des pays qui vous intéressent (gratuit toujours, mais attendez d’avoir une liaison wifi pour le faire)

Enfin, ouvrez le fichier .kmz sur votre téléphone (par exemple en vous l’envoyant par email, et en cliquant dessus sur votre téléphone). Vous choisissez alors de l’ouvrir avec MAPS.ME

L’avantage de MAPS.ME est qu’une fois les cartes téléchargées, vous n’avez plus besoin de réseau pour utiliser la carte (avec les épinglettes). Et si en pllus votre téléphone a un GPS, il vous indique où vous êtes sur la carte.

Note 2 : ces fichiers sont « mes » épinglettes. Je les mets sans réticence à disposition, et comme je les ai utilisées sur le trrain, elles sont assez juste. Mais il n’y a que les lieux que j’ai bien voulu mettre. C’est à vous de partir de cette base pour vous faire vos propres points.

Note 3 : vous pouvez aussi charger ce fichier .kmz sur tous les logiciels google de cartographie (dons google earth et google maps, mais il vous faut être en réseau contrairement à Maps.me)







vendredi, 17 avril 2015 14:10

Choisir sa banque lors d'un TDM

Nos conseils pour choisir une banque pour vous accompagner durant votre voyage !

< Plusieurs interrogations se posent logiquement :

• rester fidèle à sa banque (avec ou sans négociation)
• faire marcher la concurrence
• opter pour une banque en ligne (si ce n'est pas déjà fait)

< Définir ses besoins en voyage

Avant toute chose, il est primordial de bien cerner ses besoins, que ce soit pour un voyage au long cours ou non. Au-delà d'être capable d'estimer son budget, il faut être capable de répondre aux questions suivantes :

• Quel est votre itinéraire prévu ? Quels pays traverserez-vous ?
• Quel est votre budget moyen pour une année de voyage ?
• Combien de retraits allez-vous faire par mois et pour de quels montants ?
• Combien de paiements par carte bancaire comptez-vous faire ?

En règle générale, pour un voyage au long cours d'un an, le budget d'un « tour du mondiste » moyen se trouve aux alentours de 10 000 euros soit 28 euros par jour (dépenses hors équipements, assurances et frais bancaires). Ce budget varie fortement en fonction de votre mode de voyage, de vos destinations et de vos envies !

< Comment comparer les banques ?

Une fois les besoins estimés, il ne reste plus qu'à comparer les différentes offres proposées par les banques classiques ou celles en ligne. Facile, non ? Pour faciliter votre comparaison, voici quelques éléments clés à prendre en compte et à demander aux banques.

< Coûts de la carte et de la formule

Les coûts annuels de la formule adaptée à l'international sont à ajouter au coût de la carte bancaire en tant que telle. En bref, ne pas oublier les frais de la formule en plus de celles de la carte ! Néanmoins, dans certaines formules, le coût de la carte est directement intégré à celui de la formule. Certaines banques peuvent souvent offrir des réductions sur la carte bancaire.

< Visa-Mastercard

J'en profite pour parler du dilemme Mastercard / Visa. Comme nous sommes deux, nous en prenons une de chaque. Posséder une carte de chaque vous permet de payer quasiment partout dans le monde. De plus, en cas de perte ou de vol d'une de vos cartes, vous ne vous retrouverez pas sans moyen de paiement au milieu de nulle part !

< Astuce
Pour « protéger » vos moyens de paiement, apprenez le cryptogramme (numéro au dos de votre carte bancaire) de votre carte bancaire. Une fois retenu, faites-le disparaître en le grattant ou en le dissimulant sous un sticker.

< Frais de gestion, de paiement et de retrait

De manière générale, les frais de gestion du compte via internet sont, à notre avis, toujours gratuits. Cela vous permet d'effectuer des virements, d'obtenir vos RIB, etc.

En revanche, les frais liés aux retraits et aux paiements sont l'un des éléments clés à prendre en compte. Ils varient entre la zone euro et la zone dite « hors euro ».

Chaque opération (paiement ou en retrait au distributeur) est souvent facturée comme suit :

• un coût fixe lié à l'opération, souvent compris entre 1 et 3 euros par opération
• un coût variable correspondant à entre 1 et 3 % de la somme payée/retirée

Ces coûts peuvent faire monter très vite vos frais bancaires ... d'où l'importance d'estimer vos besoins en terme de nombre et de montant des retraits et des paiements.

< Les petits plus

Vous avez choisi une banque ? Posez-vous la question de savoir si elle est présente à l'étranger et/ou si elle entretient des partenariats avec d'autres établissements. Cela permet de réduire vos frais bancaires en retirant dans des distributeurs partenaires. Pour l'Australie, nous étions passés par la BNP qui avait une alliance avec la Westpac, ultra-présente sur ce pays-continent. Les retraits effectués chez ce partenaire ne nous étaient pas facturés.

Selon la carte bancaire que vous choisissez, cette dernière peut vous permettre d'être assuré(e) en cas de perte, vol, retard, etc. C'est le cas notamment de la Visa Premier ou de son équivalent Mastercard Gold.

Attention aux assurances des CB, ces assurances ne sont généralement valables que trois mois.

Enfin, le dernier petit plus est la possibilité de négocier (ou non) avec votre banque (HSBC, BNP, Société Générale, Crédit Agricole, etc.) afin d'obtenir des tarifs préférentiels.

< Les banques en ligne

Les banques en ligne proposent des tarifs plus qu'intéressants. Bien souvent, la carte bancaire est gratuite et les frais de paiement et de retrait se situent autour de 2 euros par opération + 2% du montant.

Ces banques en ligne (type Fortuneo, Boursorama, HelloBank, ING Direct, etc.) sont de plus en plus utilisées par les voyageurs au long cours. Néanmoins, pour pouvoir ouvrir un compte au sein de ces banques, il est nécessaire de respecter certaines conditions d'accès (revenus conséquents et/ou dépôt d'une grosse somme sur des livrets d'épargne).

< Quelle banque pour notre tour du monde

Après avoir éliminé les banques en ligne (car nous voulons des conseillers en chair et en os), nous nous sommes attelés à la comparaison des banques dites classiques. Selon nos besoins et à la suite de nos recherches, nous avions retenu deux banques à savoir la BNP et la Société Générale.

Après exposition de notre projet à ces deux banques, nous avons opté pour la solution Jazz Internationale de la Société Générale. Nous remercions d'ailleurs l'agence d'Arras (place Foch) pour son soutien et sa réactivité.

< Qu'est-ce que la formule Jazz ?

C'est avoir la possibilité d'utiliser sa carte bancaire en paiement et en retrait sans aucun frais à l'étranger. L'option Jazz est une sorte de forfait mensuel qui vous permet de retirer et de payer de manière illimitée (option 2) sans contrainte de montant dans le monde entier. Finis les calculs savants et la gestion du planning des retraits, cette formule vous permet d'utiliser votre carte comme si vous étiez en France.

La formule Jazz se décline en 3 options. Nous avons opté pour l'option 2 de cette formule.

Quelque soit la banque choisie, vous serez toujours soumis aux taux de change fluctuant.

< Voici une petite liste de conseils et d'astuces :

• emporter deux cartes bancaires (Visa et Mastercard) pour être parer à toute éventualité
• retenir vos cryptogrammes et les effacer pour éviter d'être « cardjacked »
• prévenir votre banque que vous partez en voyage pour éviter les mauvaises surprises (blocage de vos cartes ...)
• relever vos plafonds de retrait et de paiement si nécessaire
• faire l'option de sécurité qui vous envoie un SMS pour valider vos achats en ligne. Il est parfois possible de le remplacer par la date de naissance
• mettre en place une procuration avec une personne de confiance
• noter précieusement les numéros nécessaires en cas d'opposition ou de problème
• oublier les « traveler »s cheques » ! Nous sommes à l'ère 2.0

Tatiana et Romain http://vadrouille-et-tambouille.com
mercredi, 08 avril 2015 11:28

Le mal des montagnes

Qui dit séjour en haute altitude, dit risque du mal des montagnes ! N’étant pas des habitués de la haute montagne et vivant au niveau de la mer, nous nous sommes grandement renseignés sur ce mal qui peut vous gâcher votre séjour.

Voici donc quelques infos sur comment le détecter et comment y faire face.

Détecter le mal des montagnes

Le mal des montagnes est aussi connu sous le nom de mal aigu des montagnes ou MAM – en anglais acute mountain sickness (AMS) ou plus simplement altitude sickness.

A partir de 3 000 ou 3 500 mètres d’altitude, il est important d’écouter son corps et de respecter certaines règles d’acclimatation, que nous vous proposons ci-dessous. D’un point de vue technique, plus vous montez en altitude, plus la pression atmosphérique décroît ce qui veut dire que l’oxygène vient à manquer en comparaison à l’air habituellement respiré à nos altitudes. Pour répondre à cela, certains mécanismes compensateurs type hyperventilation ou autres se déclenchent chez chacun d’entre nous. Mais, car il y a un « mais », si ces mécanismes sont insuffisants, BING, des symptômes apparaissent, c’est ce qu’on appelle le mal des montagnes !

Les symptômes du mal des montagnes

Pour éviter de devoir se faire évacuer d’urgence en hélicoptère, il est donc important de savoir décoder les signaux de son propre corps.

En haute altitude, après 6 à 12 heures, les symptômes suivants peuvent apparaître :
  • mal de crâne, notamment l’arrière du crâne (le plus sérieux)
  • nausées et vomissements
  • fatigue et insomnie
Attention, tous ces symptômes ne sont pas à prendre à la légère car un œdème cérébral peut se former et entraîner de graves conséquences voire la mort chez certaines personnes ! Bien entendu, cela arrive rarement … mais soyons prudents.

L’acclimatation, le remède à l’altitude

Le « remède » (si l’on peut appeler ça ainsi) pour faire face à ce phénomène naturel s’appelle l’acclimatation. Il faut avoir à l’esprit que le mal des montagnes dépend notamment de trois facteurs qui sont:
  • l’altitude
  • la vitesse d’ascension
  • la sensibilité personnelle
Palier de 500 mètres

La règle la plus importante à nos yeux est celle des paliers de 500 mètres de dénivelé. En effet, au-delà de 3 500 mètres d’altitude, il est primordial de ne pas dépasser les 300 à 500 mètres de dénivelé ascendant par jour pour s’acclimater efficacement.

Le plus important est la différence d’altitude entre deux nuits consécutives car les passages de col peuvent engendrer de gros dénivelés.

Côté descente, aucune restriction … enfilez vos baskets et courez !

« Bistare, bistare » comme disent les népalais

Monter doucement et sans faire d’efforts inutiles tout en respirant bien. La marche à une telle altitude n’est pas une course (sauf pour ceux qui font l’Everest marathon !), le but étant d’arriver au sommet.

Lorsque l’étape se termine, il est primordial de ne pas aller se coucher directement. En effet, la position allongée et le sommeil ralentissent le rythme cardiaque, ce qui ne fera qu’accentuer la sensation d’inconfort et réduire l’oxygénation du corps. C’est pourquoi, il est parfois recommandé de rester actif et notamment d’effectuer une marche à plus haute altitude, d’y rester une heure et de redescendre doucement. Cela permet au corps de s’acclimater à ce nouveau milieu où l’oxygène se fait plus rare.

Boire toujours plus !

L’air étant plus sec en altitude, il est également important de bien s’hydrater, c’est-à-dire qu’il ne faut pas hésiter à boire entre 3 ou 4 litres d’eau par jour. De plus, l’eau peut vous apporter un surplus d’oxygène.

En revanche, même si cela paraît logique, la consommation d’alcool est à proscrire surtout lors de la montée !

Enfin, le remède maison est la soupe à l’ail ! Une bonne soupe à l’ail au diner semblerait aider  mieux appréhender l’altitude …

Et si rien ne fonctionne ?

Alors, dans ce cas, il faut redescendre d’un palier de 500 mètres et y rester jusqu’à ce que l’ensemble des symptômes soient passés.

Si les symptômes s’aggravent, il faut simplement savoir jeter l’éponge et pourquoi ne pas profiter de treks à plus basse altitude qui proposent parfois de meilleurs panoramas que ceux en haute altitude.

Quid des médicaments ?

Un classique pour les trekkeurs semble être le Diamox (Acétazolamide) qui permettrait d’améliorer l’acclimatation. Il peut être délivré sur prescription médicale.

Néanmoins, selon nous, il est plus important de s’écouter et de connaitre ses limites …

< Texte et photo Tatiana et Romain http://vadrouille-et-tambouille.com

mardi, 15 juillet 2014 11:26

Rando en tête, marche à La Réunion

En quête d’authenticité ? Besoin de vous dépayser ?

Votre voyage commence ici

L’ile de La Réunion vous invite à vivre des moments intenses et exceptionnels pour faire de votre séjour un véritable voyage d’émotions.

Avec ses 900 kilomètres de sentiers balisés et ses 1000 kilomètres de pistes côtières facilement accessibles, l’île de La Réunion est un terrain de jeu idéal à explorer en toute sécurité à pied, à cheval ou en VTT.

Dans un décor grandiose, au cœur d’une nature sauvage et préservée classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, vous partirez à la découverte des cirques de Mafate, Salazie et Cilaos adossés au célèbre Piton des Neiges.

L’occasion de vous ressourcer en admirant des paysages hors du temps où s’épanouit une nature luxuriante, témoin d’une biodiversité exceptionnelle.

Dans un décor de basalte façonné au cours des ans par les coulées de lave du Piton de la Fournaise, un des volcans les plus actifs au monde, vous traverserez des paysages lunaires à couper le souffle.

Bienvenue en terres volcaniques ! Parce que La Réunion est encore plus belle vue d’en haut, les amateurs de sensations fortes ne rateront pas l’expérience inoubliable d’un spectaculaire survol de l’île en hélicoptère ou en ULM.

Pour que vacances riment aussi avec plaisirs et loisirs, La Réunion vous emmène dans une plongée au cœur de ses magnifiques cascades à découvrir en canyoning, en canoë-kayak ou en rafting.

L’île de la Réunion n’est pas une île exotique comme les autres, c’est un concentré de ce que le monde a de meilleur.

Plus d'informations .



Page 1 sur 2

Derniers adhérents en ligne

rtourbot   jybenad   maburge   malaurensan   pbestauros   vejourne   aetienne   alvincent   mahouari   cbethmont   ddemange   cdemange   adhabm   acerf   jprabonneau  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public