logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       

Le coin des bourlingueurs (106)

Le coin des bourlingueurs, ce sont des nouvelles d'ABémistes partis aux quatres coins du monde. N'hésitez pas à nous envoyer les vôtres à adhabm@free.fr !

jeudi, 18 avril 2013 08:34

Retour de voyage


Certains pensent que le voyage, ce sont des vacances. D'autres pensent que partir sur les routes pendant deux ans, ce n'est pas à leur portée, que certains pays ne peuvent être traversés sans connaître la langue. Après deux années passées sur les routes des Balkans, de l'Asie centrale et du Maghreb, nous pouvons témoigner aujourd'hui que si nous sommes prêts mentalement par un projet de voyage, tout est possible.

Notre idée était de rencontrer les populations des pays traversés. Avec les contraintes administratives (Durée des visas) nous avons essayé de passer le plus de temps possible avec les familles.

Découvrir des tranches de vie sur cette terre que l'on aimerait sans mal, c'est ce que nous avons vécu durant ces deux années de voyage. Des histoires, des gens, des paysages. Des gens dans les paysages, des paysages sur le visage des gens. Burinés, teintés par les éléments puissants de la nature. Nous avons gardé la mémoire des visages. Nous avons gardé la mémoire des paysages.

Nous avons trouvé sur notre route des êtres avec les mêmes difficultés dans les têtes, dans les corps. Les difficultés de vivre.
Nous avons trouvé une puissance sans faille chez les femmes de tous les peuples rencontrés, dans les Balkans, en Turquie, en Iran, au Turkménistan, au Kazakhstan, en Russie, au Maroc.

Saudubois1Des femmes travailleuses, sensibles, aimantes, réconfortantes.
Nous avons vécu la récolte du coton avec Azar et sa famille, à Adyaman en Anatolie centrale.
En Iran, partagé la vie quotidienne de Fatima et ses deux filles, Shilin et Shima.
Un mariage kazakh nous a montré la fraternité et le respect apportés lors de cette occasion.
A Chypre, nous avons été témoins du courage d'Ayfer pour fabriquer son pain.

Enfin au Maghreb, nous avons échangé, chaque jour, nos connaissances respectives et l'apprentissage d'un vivre ensemble avec des cultures si différentes, mais une ressemblance si forte dans la difficulté pour certains de vivre et pour d'autres de se situer dans ce monde.

Et là, hop ! Petit à petit, pas à pas, nos croyances ancrées au plus profond apparaissent et notre conscience s'élargit. Nous avons essayé de gérer nos peurs, l'inconnu et combattre nos croyances pour mieux se connaître et comprendre l'autre. Nous ne nous sommes plus sentis des étrangers dans ces pays, et avec les familles, nous avons partagé nos impressions et montré que nous ne sommes pas que l'image véhiculée par les médias.

Pendant ce périple, nous avons travaillé sur cet état si fort, si puissant provenant de notre enfance, (Nos croyances), et le poids porté depuis des millions d'années de cette mémoire des cent milliards d'êtres humains apparus sur la terre. Mémoire collective de peuples vivants en paix et de peuples se faisant la guerre.

Le voyage nous a permis de trouver les énergies positives, celles que nous avons partagées avec d'autres êtres vivants, ces inconnus rencontrés sur la route, devenus des amis, des frères et des sœurs de sentiments. Nous avons essayé de trouver des chemins où les énergies des uns et des autres nous ont aidés à mieux nous comprendre.

Saudubois2La «réalité», cette impression pleine, claire, de regarder le vrai sens de la vie, nous l'avons touchée au contact des habitants sur les routes de notre périple.

Ce voyage, cette parenthèse, ce déplacement géographique, ces géographies secrètes, ces mouvements, ces errances et ces contemplations, ces dérives piétonnes, ces fêtes, ces instants partagés, ces constructions visuelles et ces imaginaires (dont il faut en sortir), ces signes, ces significations, ces traces éphémères ou séculaires, ces regards, ces souvenirs et ces directions vers lesquels tourner son visage. Ce temps donné pour cela, pour un mode de vie qui laisse place à l'inconnu, à l'émerveillement est aussi un temps pour faire des choix, trouver un autre chemin, toujours au plus près des hommes et de la nature.

Et finalement, au retour de ce voyage, pourrons-nous dire que nous avons changé, réussi à aller à l'essentiel ? Le temps nous le dira. Les autres aussi !

mercredi, 07 novembre 2012 15:08

Voyage et épices

TDM 2012-NICARAGUA-OMETEPE 066Nous sommes partis 1 an à l'aventure, avec l'objectif de rallier la Patagonie au Mexique en bus.

8 mois passès couleur locale à traverser le Brésil, l'Argentine, le Chili, la Bolivie, le Pérou, l'Equateur, la Colombie, le Salvador, le Costa Rica, le Nicaragua, le Guatemala, et le Mexique, suivis de quelques mois en itinérance en van en Nouvelle Zélande.

Nous sommes heureux de venir présenter notre périple, mais aussi la préparation de ce voyage et les nombreux conseils qui nous ont facilité la vie pour cette année pas comme les autres.

Vous pouvez jeter un oeil sur notre blog pour voir ce que nous avons fait : http://voyage-et-epices.blogspot.com 
jeudi, 25 octobre 2012 14:59

Where is Fabien

FabienFabien, 33 ans, toutes mes dents. Sauf celles de sagesse !

Fallait-il y voir un signe, je me mets en congé sabbatique de mon emploi d'ingénieur en mars 2012 et décide de partir pour un tour du monde solo d'une vingtaine de mois.

Passionné d'écriture, c'est tout naturellement que j'ouvre ce blog. Entre journal intime et carnet de voyage, j'y relate mes (més)aventures, mes coups de coeur, mes rencontres. Bref, tout ce qui fait le piment d'un tel périple !

Fabien LIONNET

My Blog : http://www.whereisfabien.com 
mercredi, 10 octobre 2012 15:51

Oulan Bator

 Sera-t-elle un peu chinoise ?

En ex-"Mongolie extérieure". Sera-elle un peu russe ? Accolée à l'immense Sibérie. Oulan-Bator est mongole, évidemment ! Fascinante capitale disproportionnée.

mongolie 1Vincent de Louvigny www.vincentdelouvigny.com À l'aube, sous les ailes du gros transporteur, dans les replis sombres des collines, se multiplient les ronds de champignons blancs et, à l'approche de la grande capitale, les toits de feutre clair se serrent maintenant derrière des barrières : que de yourtes sans troupeaux ! J'ai lu quelque chose sur les terribles zud* qui ont décimé les bêtes ces hivers passés.

Deux heures plus tard, je suis au coeur de la ville, sur la monumentale place historique, au pied de la grande voile du trimaran de la steppe, immeuble hardi de verre et d'acier. Aile immobile.

Comme le sont aussi tout près les vieux génies grimaçants ou débonnaires du temple millénaire.

Si près qu'un raccourci d'éternité allie, dans le même angle de vue, les toitures vernissées retenant les esprits de l'air et les étages vitrés, très modernes, éclatants de reflets lumineux, le tout sur fond de grand ciel bleu mongol.

Piétonne, on ne va pas loin dans ce pays. Il est fort risqué de s'aventurer dans les immenses carrefours où bondissent les nombreuses voitures rugissantes qui doivent certainement tourner en rond dans le centre puisque l'asphalte ne peut conquérir les milliers de kilomètres de pistes, hors de la capitale super motorisée. Et les policiers, aussi drôles que droits, slaloment, de trottoirs en ronds-points, sur leurs trottinettes à moteurs...Au pays où la lutte est le sport national, les bagarres entre ados sont vives mais leur violence me semble ritualisée. Pas de quoi se sentir en insécurité.

D'ailleurs, de curieux couples m'intriguent : un jeune en jean tient fermement par le bras une personne âgée – homme ou femme ? – en bottes de cuir et long manteau ceinturé. Sans doute accompagne-t-il dans le chaos de la capitale l'ancien de la famille pour des raisons peut-être administratives ou médicales.

Respect naturel.

J'ai vite trouvé l'usage des taxis, doigts serrés baissés. Tout véhicule est un taxi potentiel, mais il faut une bonne âme pour écrire en mongol – un beau dessin ! – le lieu de ma destination et avoir de préférence une petite idée du nombre de tugriks (monnaie de Mongolie) nécessaires dans cette ville qui n'en finit pas de s'étirer.

France Vulliet (74)
mercredi, 03 octobre 2012 08:58

Bike for Bread

Cairo_-Baladibread_051© Nathalie PellegrinelliL'un de mes vieux rêves va bientôt se réaliser: filmer la culture du vélo à travers la planète.

Avec BIKE FOR BREAD, un documentaire pilote j'exprimerai mon regard de cyclonaute passionné et tenterai de décrire avec poésie le destin de ces insolites livreurs de pain qui nourrissent chaque jour le Caire, une métropole de plus de 18 millions d’habitants. 

En un seul click, un coup de pouce, 1 euro ou plus, vous pouvez contribuez à concrétiser ce projet sur http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/bike-for-bread

 Avec Raphaël Jochaud, je me rendrai  au Caire du 9 au 22 décembre 2012 pour tourner ce documentaire. Le montage sera réalisé au printemps 2013 par Roman Droux.

Claude Marthaler
mercredi, 19 septembre 2012 08:56

Népal


NepalCdB→ Katmandu Freak street est redevenue népalaise et c’est très bien. Encore quelques “babas” qui traînent dans quelques guesthouses à 3 euros, c’est un peu glauque, sans intérêt. Durbar Square, une merveille, les temples, la vie tout simplement au milieu des chefs-d’oeuvres, des marchés, la misère aussi, avec tous ces enfants des rues.
Katmandu n’est pas un paradis pour tout le monde... Et ce palais magnifique, tout sculpté, en bois noir, la maison de la Kumari, cette petite fille de 8 ans à qui l’on dit qu’elle est une déesse, enfermée, prisonnière au nom d’une religion. J’ai croisé ses grands yeux noirs, tout de rouge vêtue et ce n’était pas un déguisement, si petite dans cette maison si sombre. C’est ça aussi le Népal et ses mystères.

→ Baktapur à 15 km de Katmandu, une merveille de ville, en partie piétonnière, des palais, des temples, des rues pavées de briques. J’ai adoré me lever tôt pour parcourir la ville qui s’éveille. Découvrir la vie dans ce décor qui semble sortir d’un film. C’est presque irréel tellement c’est beau. Un quartier de potiers, incroyable, des fêtes, une procession pour un mariage, toujours de belles surprises chaque jour.
jeudi, 06 septembre 2012 15:04

A la croisée des chemins

Alacroiseedeschemins-HautA la croisée des chemins est le blog de notre voyage autour du monde que nous avons débuté au mois de janvier 2011 jusqu'au mois de mai 2012.

Nous l'avons rempli de tout ce qui fait un voyage: des articles sur les préparatifs, des récits de voyage, des coups de coeur ou de gueule, des rencontres, des recettes de cuisine, un peu d'histoire, le tout agrémenté de photos et de video.

Nous avons aussi profité du voyage pour nous essayer au slow travel, en voyageant en cargo depuis l'Europe jusqu'en Amérique du Sud et en nous arrêtant pour faire du bénévolat dans des associations de protection de l'environnement.

Et puisque ce petit exercice d'écriture nous a bien plu et malgré notre retour, nous continuons à alimenter régulièrement le blog.

Alors rejoignez-nous à la croisée des chemins !     

http://alacroiseedeschemins.fr
dimanche, 10 juin 2012 14:19

Le pays des gens heureux

LE PAYS DES GENS HEUREUX -  VANUATU

Pannetier1Au mois d’Octobre 2011 je commençais l’aventure de ma vie en me rendant au Vanuatu. La République du Vanuatu est située entre la Nouvelle-Calédonie et les îles Fidji, au cœur du Pacifique Sud. J’ai passé trois mois au cœur des tribus de ce pays qui est hors du commun.

Les îles Vanuataises sont sublimes ! Paysages de rêve, gens souriant et heureux de vivre, traditions, culture tribale qui est restée intacte, danses coutumières, fonds marins grandioses... Vous pouvez d’ores et déjà vous faire une idée du Vanuatu. Tout le Monde peut y trouver son bonheur.

Si vous aimez l'aventure et les sensations fortes, rendez-vous sur l'île de Tanna où vous pourrez visiter l'un des volcans en éruption le plus accessible du Monde.  Vous pourrez aussi escalader les divers volcans de l'île d'Ambrym appelée "île noire", découvrir en plongée les épaves des bateaux américains échouées au fond de l'océan en vous rendant sur l'Ile d’ Esperitu Santo. De même, pour les amoureux de l’océan, vous serez heureux d’aller vous baigner dans les magnifiques lagons bleu appelés "Blue Holes" situés sur les îles à Santo, Tanna et Efaté.

Pour les passionnés des cultures du Monde, partez à la découverte d’une culture tribale préservée avec une continuation de la chasse, des danses coutumières, des rites initiatiques, de la pêches coutumière à l'arc, de la construction des maisons avec des matériaux naturels et de la médecines naturelles avec des plantes sauvages.

Pannetier2Pour ceux qui aiment bricoler et le travail manuel, apprenez la fabrication de paniers et nattes avec des femmes locales Mi-Van et la confection d’arc et flèches avec les Hommes qui perpétuent la chasse et la pêche coutumière.

Pour les amoureux de la Nature, le Vanuatu est un pays qui a su protéger son environnement; beaucoup d'îles n'ont pas d'infrastructures ce qui permets de marcher dans un environnement préservé de toutes formes de pollution. Partez à la découverte de villages coutumiers où les villageois vivent comme leurs ancêtres et perpétuent les traditions  en faisant "LA COUTUME" (Terme Mi-Van pour décrire de fait de vivre selon un mode de vie ancestral).

Pour ceux qui souhaitent du repos, il vous sera possible de vous baigner dans une mer transparente aux couleurs de rêve et vous relaxer dans une atmosphère zen et chaleureuse !

VOUS NE REVEZ PAS VOUS ETES AU VANUATU ; " LE PAYS DES GENS HEUREUX "!!!!

Noémie PANNETIER 

> Chaine You tube : http://www.youtube.com/user/1000Noemie/videos

 


mardi, 22 mai 2012 10:03

La balade au Paraguay

Nous venons de quitter le Paraguay après y avoir passé 3 semaines et nous voudrions vous donner nos impression sur ce petit pays, coincé entre deux "grands" le Brésil et l’Argentine et qui n‘a guère l‘occasion de voir des touristes comme nous, voyageant en camping-car.

Paraguay1Lorsque nous y sommes allés, on nous a demandé "pour voir quoi ? Il n’y a rien à voir !" et nous avons pourtant été enchanté de notre trop court séjour !

Certes, Asuncion ne nous a pas emballée mais peut-être n’avons-nous pas su aller aux bons endroits mais ensuite, notre halte à San Bernardino au bord du lac Ypacarai et notre promenade dans la Cordillera nous a charmé : les petits villages que nous avons traversés sont vraiment adorables avec leurs rues pavées, leurs petites places ombragées de grands arbres …

Nous n’avons pas pu "profiter" du Chaco comme nous l’aurions souhaité car il y avait trop d’eau des récentes pluies d’avril mais notre petite incursion jusqu’à Filadelfia nous en a donné un petit aperçu.

mercredi, 02 mai 2012 15:21

Les yeux de Julia

Julia_parentsJulia, 3 ans, est partie faire le tour du monde avec ses parents.

D’échange de maisons en rencontres, elle nous propose ses yeux d’enfant sur notre société, à travers une grande découverte du « nouveau monde ».

Le blog propose une découverte à thèmes autour des métiers de son papa et de sa maman : aménagement et urbanisme, alimentation et santé.

http://lesyeuxdejulia.wordpress.com
mardi, 24 avril 2012 09:04

Retour d'Argentine

ARGENTINE_2012_397Depuis plus de 50 ans, mon épouse et moi-même  parcourons le monde et ses 5 continents, principalement en découverte individuelle.

Par rapport aux clichés et craintes, une destination était absente de nos choix, l’Amérique du sud.

Après consultation des guides « Lonely planet » sur les pays latino américains, l’Argentine nous a semblé le plus abordable.

En avril 2012, de Buenos Aires à la Cordillère des Andes, nous avons parcouru 5000km dans cet immense pays en voiture de location avec hébergement dans des hôtels modestes sans réservations.

A chaque retour de voyage, nous relatons des impressions et surtout pas d’affirmations.

 L’Argentine nous a agréablement comblés.

La population nous est apparue accueillante, souriante et agréable.

ARGENTINE_2012_343Les grands espaces et leurs paysages sont magnifiques, très sauvages et à peine domestiqués.

Ce pays n’est pas encore atteint par la pollution numérique qui envahie la plupart de nos contrées d’Europe depuis une dizaine d’années.

Conduire en Argentine ne présente aucun danger, les Argentins conduisent bien et aiment les sports mécaniques, la police y est très présente mais peu répressive.

Bien que la population vive chichement après avoir traversé de nombreuses crises, hormis certains  quartiers de Buenos Aires, elle affiche, dans l’ensemble,  une certaine joie de vivre.

En conclusion, nous n’avons qu’une envie, celle d’y retourner, car on n’a vu qu’environ un dixième de ses richesses, l’image la plus forte que nous en gardons, est celle d’un pays où la vie ressemble à celle que nous connaissions en France dans les années 50, sans nostalgie, car c’était aussi des années difficiles mais heureuses.

Nous souhaitons à ce pays d’évoluer vers plus de confort pour ses habitants et surtout d’éradiquer la misère, source de nombreux drames.

Roger BOURREAU (Avril 2012)
mercredi, 14 mars 2012 11:25

Incaheulla


C'est l'histoire de deux amies, Cécile et Mathilde, qui rêvent de voyager le long de la Cordillère des Andes, en sillonnant les parcs nationaux. Elles travaillent deux ans sur la préparation de leur périple en montant un dossier où un parcours est déterminé et des projets scientifiques sur l'environnement y sont présentés. Très vite, une troisième amie, Sara,  se greffe au projet.

Mathilde_1L'équipe  remporte une bourse grâce à Paris Jeunes Aventure, et part le 12 janvier 2011 pour Ushuaïa au sud du sud du continent américain.
Les trois amies ont plusieurs objectifs : faire le plus gros du parcours à pied, découvrir la faune et la flore locale et rencontrer les communautés autochtones pour en apprendre davantage sur leur façon de gérer les espaces naturels.

La Patagonie les enchante mais les fait aussi déchanter sur leur ambitions de faire le voyage uniquement à pied. Elles gardent alors leur force pour les parcs et font le reste en auto-stop, ce qui se révèle être le meilleur moyen de rencontrer beaucoup de personnes. Des paysans, des étudiants, des familles et même un député, chacun d'eux ont su se révéler de parfaits guides touristiques ou de très chaleureux hôtes, qui ont su leur faire connaître leur culture, leurs traditions, et la beauté de leur pays.
L'itinéraire change souvent et le plan devient vite celui de ne pas avoir de plan !

Tout s'organise selon leurs rencontres, elles travaillent ainsi pour un parc national au Chili, ou encore pour un centre de recherche, et se lancent même dans la confection d'artisanat... Ouvertes à toutes les opportunités qui s'offrent à elles, Cécile, Mathilde et Sara n'arrêtent pas d'apprendre et de découvrir de nouvelles choses. Les paysages sont magnifiques et inspirants, à tel point qu'elles se lancent dans un reportage photo que Geo.fr publie
( http://www.geo.fr/voyages/vos-voyages-de-reve/patagonie-splendeurs-naturelles-de-l-ete-austral ).

Plusieurs centaines de kilomètres arpentés dans les campagnes chiliennes, argentines, boliviennes et péruviennes et autant de fleurs de montagnes répertoriées pour le compte du jardin botanique du Lautaret avec lequel un partenariat avait été établi avant le départ.

L'auto-stop les menant plus vite que prévu aux endroits voulus, l'équipe avance plus rapidement et les filles sont déjà rendues au Pérou au bout d'un an. C'est là que Sara arrête l'aventure. Cécile et Mathilde poursuivent dorénavant le voyage à deux, avec six mois d'avance sur l'itinéraire initial. Poursuivant avec leur éternel sac à dos et leur tente, les deux amies s'émerveillent toujours autant de ce qu'elles découvrent et continuent de faire des rêves, toujours plus fous. Le dernier en date : rentrer en bateau pour la France ! Ne reste plus qu'à trouver l'heureux voilier...

www.incahuella.com
mardi, 06 mars 2012 14:28

Famille autour du monde

BeguierVoilà la famille Béguier, composée de Claude 39 ans, Sandrine 39 ans le pilier de la famille, Max l'aîné 14 ans au moment du départ, Clémentine 11 ans au moment du départ et Lilly 4 ans au moment du départ. 

Pourquoi ce tour du monde ?

Certains diront  pour s'échapper à la vie d'aujourd'hui, d'autres diront une lubie qui leur est passée par la tête.....et bien c'est un peu un condensé et un mélange de tout ça.
Mais c'est tout d'abord un rêve devenu réalité par toute la tribu, un projet familiale réfléchi depuis 3 ans. C'est aussi un moyen de montrer  que le monde n'est pas celui qu'il connaisse , mais qu'il existe autre chose ailleurs, d'autres cultures, d'autres modes de vie, qui méritent tout autant que le nôtre d'être vécu.

 Pour ce projet plusieurs choix s'offraient à nous, soit louer notre maison une année ou deux et revenir dans nos pénattes, soit la vendre et en revenant vivre encore une nouvelle aventure, on a choisi la seconde solution, c'est pas la plus simple car elle demande un brin d'organisation . ... On verra on a qu'une vie !!!

http://5beguierautourdumonde.over-blog.com/
vendredi, 10 février 2012 15:28

Echappée belle

FredNat"Notre Echappée Belle" - 1 an à 2 autour du monde.

D'août 2010 à juillet 2011, Nathalie et Frédéric sont partis, sacs au dos, autour du monde.

Après avoir rejoint Moscou en bus, puis empruntant le mythique Transsibérien, passant par la Russie, la Sibérie, la Mongolie puis la Chine, leurs pas se sont portés vers le Népal où ils ont pu côtoyer à pied, seuls et sans guide, les plus hauts sommets de la terre.

Enfin c'est en Thaïlande, Laos et Malaisie qu'ils ont achevé la partie asiatique de leur périple.

Après ces 6 mois, ils ont alors atterri sur le continent sud-américain pour arpenter, toujours par voie terrestre, la Patagonie, l'Argentine, le Chili, la Bolivie, le Pérou et enfin l'Equateur.

Ils  nous montrent, sans être des professionnels de l'aventure, qu'il est possible de prendre la décision de s'évader pendant un an à la rencontre du monde, de ses cultures, de ses paysages, et surtout d'oser mettre en œuvre les moyens nécessaires pour vivre ses rêves.

Notre site : www.nataderic.fr
mardi, 07 février 2012 11:30

La balade de Pégase

Un petit coucou d’Ushuaia où nous sommes actuellement :

USHUAIAAprès une traversée sans histoire en cargo du Havre à Buenos Aires - avec escales à Dakar (Sénégal) Freetown (Sierra Leone) Vitoria, Rio de Janeiro et Santos (Brésil) - nous avons enfin débarqué au bout d’un mois de mer ; nous sommes restés quelques jour pour découvrir un peu la ville puis nous avons entamé la longue descente vers le sud par la route n° 3 vers la Patagonie avec un arrêt à la Péninsule Valdès ; bien que les baleines soient déjà parties, nous avons pu contempler les colonies de manchots et de lions de mer, sans compter les nandous, les guanacos et même les tatous.

Nous avons ensuite continué la longue descente jalonnée d’arrêts et de découvertes de la Patagonie pour enfin parvenir en Terre de Feu après la traversée du détroit de Magellan ; c’est ensuite la piste sur la partie chilienne avant de retrouver la route n° 3 pour les derniers 300 kms.

Ushuaia se mérite : en plus de la piste, il y a le vent tout au long du parcours mais qui devient de plus en plus froid et pour finir les températures : il fait un petit 4° quand nous arrivons à 16 h le 30 janvier, au cœur de l’été austral !

Notre camping-car Pégase n’a pas tellement apprécié les « ripios » (pistes) et il arrive face au canal de Beagle au point ultime de sa descente vers le sud, tout crotté et endolori par ses épreuves, mais, tout comme nous, fier d’y être parvenu !!!

USHUAIA1Après cette première étape, nous allons remonter sur Puerto Natales et le Parque Torres del Paine au Chili, avant de revenir sur El Calafate en Argentine pour contempler le Perito Moreno. Nous espérons que tout se passera aussi bien pour la suite de notre parcours.

Nous tenons tout particulièrement à souligner la gentillesse des Argentins que nous avons eu l’occasion de rencontrer et qui nous ont toujours renseigné avec le sourire ; seul bémol, leur manière de conduire !

Pas stressés même s’il faut faire la queue lorsqu’ils sont piétons, ils deviennent très « impatients » dès qu’ils sont au volant !!! Enfin, nous n’avons jusqu’à présent ressenti aucun sentiment d’insécurité où que nous nous soyons arrêtés.

Hasta luego !

Marie-Agnès et Alain
laballadedepegase.blogspot.com
vendredi, 20 janvier 2012 16:49

Transcarpate Roumaine

SimonbisSimon est parti marcher dans les Carpates à la découverte de nombreux massifs.

« La Roumanie a été le plus gros morceau de mon voyage, deux mois de marche pour traverser une vingtaine de massifs.

Plus qu’un passage, une immersion totale dans ce pays qui offre d’innombrables terrains de jeu pour les randonneurs. Des pâturages aux immenses forêts, en passant par les crêtes jusqu’au sommet du Moldoveanu à 2554 mètres d’altitude et le château de Dracula, chacun pourra y trouver massif à son pied !

Vous pouvez téléchargez le topo de cette randonnée qui reprend l’ensemble des massifs et de leurs variantes traversés par l’itinéraire de la « Transcarpate Roumaine », sorti de l’imaginaire de randonneurs rêveurs.
Un itinéraire de plus de 1000 kilomètres de la frontière Ukrainienne à la frontière Serbe. »

Lien direct pour le topo : www.transcarpatie.dubuis.net/telecharger/topo_roumanie.pdf

Site de Simon : www.transcarpatie.dubuis.net

 

mardi, 06 décembre 2011 19:15

Amazigh – Les montagnes des "hommes libres"

Amazigh – Les montagnes des "hommes libres"

LilianPour cette nouvelle expédition, c'est en nomade que Lilian a décidé d'aller observer les vallées et traverser intégralement l'Atlas Marocain, à pied. Le voyage commencera au Nord du Moyen-Atlas avant de s'achever plusieurs semaines plus tard sur une plage de l'Atlantique. Lilian profitera de cette traversée pour faire l'ascension des trois plus hauts sommets d'Afrique du Nord. (Jbel Toubkal 4167m, Jbel Ouanourakrim 4089m et le le Ighil M'Goun culminant à 4071 m d'altitude).

Profitant de cette avancée en solitaire, il livrera un témoignage inédit de son aventure avec un matériel audiovisuel léger, qui lui permettra d’avoir un rapport beaucoup plus naturel avec les populations rencontrées, et surtout accéder à des endroits encore jamais explorés par les grosses équipes de tournage. Tout au long du périple, il rencontrera des gens qui lui feront part de leur culture et de l'idée du Maroc d’aujourd’hui.

Ce projet mettra l'accent sur le côté aventure, mais il donnera avant tout la parole aux Berbères, à ces hommes libres des vallées, aux bergers semi-nomades qui peuples l'Atlas. Lilian désire avant tout dresser un portrait original de ce territoire montagnard et de la culture berbère en profonde mutation.

Pour suivre l'aventure ou retrouver les précédentes expéditions:

http://editions-ventdularge.e-monsite.com/

samedi, 29 octobre 2011 16:04

Voyages à venir

Sur la route/septembre/Kazakhstan

Un premier abord distant, une hospitalité sans faille, septembre 2011


 sautdubois Les rencontres n’ont pas été quotidiennes au Kazakhstan. Et pour cause, nous avalons des kilomètres, des kilomètres sans rencontrer qui que ce soit. Au loin, de temps en temps, tous les 100 km peut-être, nous apercevons un berger avec son troupeau de vaches, de brebis ou de chameaux. Sinon, il faut attendre la fin de l’après midi, au moment du bivouac, lorsque nous nous arrêtons dans un petit village situé à 2-3 km de la route, pour faire une rencontre et échanger avec un kazakh.

  Nous recherchons une place où stationner à l’intérieur de l’enclos d’une maison, pour passer une nuit tranquille. Chaque maison est entourée de tôles grises ou de couleur, servant de barrière.   Alors, forcément, nous attendons  de voir quelqu’un à l’extérieur pour lui demander hospitalité. Bien souvent à l’aide des mains, nous faisons comprendre que nous souhaitons passer la nuit en dormant dans notre fourgon. La première réaction est souvent neutre. Ne nous comprenant pas toujours immédiatement,  dire que nous sommes des touristes français les étonnent et l’on sent déjà une petite curiosité à nous écouter. On prend notre temps, sans précipitation. On attend qu’ils nous posent des questions. Ils réfléchissent. Et puis, une fois dissipée leur première inquiétude, que le « Da » est donné, le fourgon garé, ils nous laissent nous installer, sans nous envahir, heureux de nous accueillir.
mardi, 25 octobre 2011 10:34

« Sur les traces de » Huguette et Aldo

Aldo6 mois après notre voyage à vélo en Argentine et Chili, nous repartons le 20 Octobre pour un nouveau périple à vélo de 6 mois en Asie du Sud Est.

Un voyage qui sera bien différent du précédent ne serait ce par le climat et la culture des pays traversés successivement:

Nord Thailande depuis Chiang Rai, Laos, Vietnam, Cambodge pour terminer par le Sud Thailande.

Nous nous refusons d'avoir un itinéraire précis et planifié, notre seule contrainte: la date de retour depuis Bangkok le 12 Avril prochain.

Comme lors de nos précédents voyages nous vous ferons partager notre périple grâce à nos photos et commentaires sur le blog :

http://hadige39.blogspot.com/
jeudi, 06 octobre 2011 11:54

Une famille autour du monde

Photo_Lebourg« Tous les esprits sont occupés.

Tous ? Non, une famille résiste encore et toujours à la pensée unique Pont-de-Chatou / La-Défense-et-retour.

N'écoutant que son courage et le bruit de son camion, cette famille a décidé de parcourir le monde.

Europe, Asie, Océanie, Amériques, c'est parti pour quatre ans. Allez, hop ! »

www.lebourgdumonde.fr  



Derniers adhérents en ligne

wamaalej   lrobert   gcorsaletti   frharivel   mgommeaux   hemadelaine   jprabonneau   jpmeoc   ocfauvet   sabonbois   flabarre   cdemange   odgaillac   phlautridou   cgeorgel  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public