logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       

Le coin des bourlingueurs (106)

Le coin des bourlingueurs, ce sont des nouvelles d'ABémistes partis aux quatres coins du monde. N'hésitez pas à nous envoyer les vôtres à adhabm@free.fr !

vendredi, 29 janvier 2016 14:19

Népal Kathmandou

Excuse me, can you take me in picture ?

Dis-je avec un grand sourire à une passante, choisie au hasard, à Durbar Square (Katmandou, Népal).
Hasard ? Jamais en voyage !

Elle s’appelle Katrin, elle est bénévole dans une association népalaise :Local women’s handicrafts.

La fondatrice, Nasreen, n’est autre que son amie d’enfance…
Le lien est créé.

Et hop ! Me voilà l’après-midi-même en selle sur un VTT de location, aux côtés de Katrin, afin de découvrir le plus motivant des chantiers actuellement en cours pour l’association, à quelques kilomètres de là !

Le chantier Je vous épargne mon périple en VTT avec sa selle trop basse, les rues gorgées de nids-de-poule… Je découvre enfin le chantier : une maison édifiée en vue d’accueillir des femmes népalaises défavorisées, ayant besoin d’un abri, d’un soutien, d’une formation afin de rebondir dans la vie.
mardi, 01 décembre 2015 08:34

Vera Cruz, ville portuaire dansante

Les plages caraïbes sont bien tristes dans cette région du Mexique mais le principal port de ce bout de côte vibre au son de la musique. Un contraste avec ces pickups montés par des militaires pointant des mitrailleuses qui sillonnent les rues de cette ville portuaire, plaque tournante du trafic de drogue vers le grand voisin du nord.

Sans doute la ville du Mexique qui compte le plus de musiciens par habitant. Depuis le matin mais surtout le soir, les mariachis jouent devant leur terrasse de cafés et de restaurants attitrée. Et vous auriez bien tort de prendre votre petit-déjeuner à l’hôtel alors que vous pouvez le déguster un peu partout dans le centre au son des marimbas et des guitares. À la tombée de la nuit, en été du moins, la municipalité s’en mêle : au centre du Zocalo, les chaises forment un grand cercle réservé aux danseurs, pas toujours bien jeunes mais qui maîtrisent les pas des danses traditionnelles comme le danzon. La tradition du “savoir danser” se transmet sous nos yeux des grands-mères à leurs petites filles à tresse et même à leurs petits-fils. Un orchestre sur le podium donne le tempo et les spectateurs applaudissent.

Entre deux soirées musicales, il reste la promenade dans la forteresse navale San Juan de Ulua, construite juste après la conquête des Espagnols, aujourd’hui enclavée dans le port à deux pas des portiques à conteneurs, et la visite gratuite du Museo historico naval qui contient nombre de cartes, de maquettes et d’objets originaux consacrés au passé colonial de la ville. Une étape pour un bain... de musique !

Gérald Orange (76)

jeudi, 19 novembre 2015 13:28

Honduras, Iguana Station

Utila est une petite île magnifique où il fait bon vivre et qu’il faut préserver à tout prix car l’écosystème qu’elle renferme est tout à fait particulier. En effet, 20 % de l’île est composé de mangrove, c’est-à-dire, un écosystème de marais maritime qui est l’un des plus productifs en biomasse sur notre planète. La mangrove est peuplée de nombreuses espèces : oiseaux, reptiles, crabes, mollusques, crustacés, insectes, et poissons sans oublier les magnifiques palétuviers rouges et noirs qui sont les principales espèces végétales.

La mangrove d’Utila recèle une autre merveille : le Swamper, petit iguane noirqui ne vit que sur 8 km2 dans le monde.

Ctenosaura bakeri est son petit nom scientifique. Cet iguane mesure entre 50 et 70 cm et c’est l’un des seuls à avoir évolué dans la mangrove, sûrement à cause de la compétition avec un voisin plus gros. Les femelles pondent leurs œufs dans le sable et 60 à 70 jours plus tard les œufs éclosent et les petits retournentvivre dans la mangrove.

 Iguana Station est un centre qui lutte pour la sauvegarde de cette espèce et dans lequel nous avons été volontaires.

Des visites au sein du centre sont mises en place pour sensibiliser les touristes et les populations locales aux besoins de l’espèce. Pour s’assurer que, malgré tout, le swamper continuera à vivre, la station possède mâles et femelles qui se reproduisent en son sein. Les œufs sont mis en couveuses et après éclosion les petits sont gardés une année avant d’être remis dans la mangrove. La station, chaque année, récolte aussi des œufs dans la nature afin de les mettre en sécurité.

Ce fut une expérience très enrichissante que nous recommandons à tous.

< Arthur Bostvironnois et Céleste Josephe (59)
http://unitedadventurers.wix.com/notrevoyagesolidaire

mardi, 13 octobre 2015 08:48

Autour du Monde à trottinette !

C’est l’aventure dans laquelle se sont lancés Valérie, Sean et leur petite fille de 5 ans !

A trottinette, tout est plus facile ! Se déplacer, rencontrer les curieux qui veulent l’essayer, partager avec d’autres familles locales qui ont des enfants.

La trottinette est un vrai vecteur de rencontres !

En tout cas au Vietnam,  où ils ont passé un mois sillonnant le Nord, puis le Sud, allant à  la rencontre des cultures et des peuples, mais aussi partageant les traditions dans des villages  isolés hors des sentiers touristiques. Et ils ont tout filmé !


Si vous aussi vous voulez visiter le vieux Hanoi avec une étudiante, apprendre à coudre avec des minorités Hmong, ou jouer à faire voler des scarabés avec les enfants des villages...venez regarder les vidéos et suivre leurs aventures autour du monde en 2016 sur leur site internet www.thekidtrotter.com/fr.

mardi, 15 septembre 2015 14:00

Allo le monde

Ayant largué nos amarres parisiennes, nous voici partis pour un tour du monde avec nos deux filles de 7 et 10 ans.

Nous avons commencé par trois mois aux USA puis 1 mis et demi à Cuba, nous sommes ensuite parti à la découverte des merveilles d'Amérique centrale pour deux mois et demi, nous continuerons par 3 mois en Amérique du Sud puis partirons à la découverte de l'Océanie puis de l'Asie.

Notre voyage est ponctué de rencontres avec les habitants et notamment les enfants au travers de nos filles ainsi que de rencontres avec d'autres globetrotteurs.

Vous pouvez suivre nos aventures sur notre blog allolemonde1.wordpress.com

lundi, 07 septembre 2015 18:04

Retour sur 6 mois de marche en Amérique du sud

6 mois après notre départ de Mexico en Février 2015, The 10K Walk marche en Bolivie !

Deux mois sur l’Altiplano (hauts plateaux) nous attendent, avec en plus quelques sacrés défis en perspectives: 4 ascensions mythiques - Potosi, Sajama, Tunupa, Licancabur - et les traversées de deux salars (Coipasa et Uyuni)...toujours à pied.

Nous sommes Hervé (26) et Elliot (24), et notre aventure The 10K Walk, est une marche au long cours du Mexique à Ushuaia, en Argentine : objectif 10 000 kilomètres à pied en un an… !

Un pari fou dont l’objectif kilométrique ne sera pas réalisé, tout simplement puisque notre aventure change, nous change, et que nos objectifs évoluent à chaque épreuve.

< Explications :

Eliot295Les 4 premiers mois en Amérique centrale, nous avons marché dans la région peu visitée du Chiapas au Mexique, parcouru la zone indigène Q’eqchi au Guatemala, réalisé l’ascension du Volcan Concepción au Nicaragua.

Nous avons traversé le Costa Rica de bout en bout sous la pluie en rejoignant la côte pacifique via l’ancienne voie ferrée avant de s’enfoncer dans la jungle panaméenne au contact de la communauté indigène Ngöbe.

98 jours de marche déjà très sportifs (3100 km, 31.5km/jour en moyenne), riches en découvertes et assez éprouvant (moustiques, humidité pesante, chaleur étouffante…).

Ces 2 derniers mois (Juillet/Aout), en Equateur puis au Pérou, ont marqué une nouvelle étape dans l’aventure….la cordillère des Andes ! Cette mythique chaine montagneuse dont nous faisons notre fil rouge jusqu´á Ushuaia. Des montées interminables, un temps capricieux rendant cette aventure encore plus dure mais des paysages incroyables et surtout la découverte du chemin Inca et de ses vestiges.

Ainsi, depuis 6 mois, The 10K Walk c'est des échanges et des bons moments avec les gens qui ont toujours un mot gentil ou une attention à notre égard (fruits, eau, ou encore … des énormes papayes de 3kg pas facile à transporter..!). C’est ce que nous attendions de notre périple; en marchant hors des sentiers battus, nous allons aléatoirement à la rencontre de cultures (notamment indigènes), et découvrons chaque pays dans sa vérité, parfois banale, parfois incroyable.

On nous dit souvent “ça doit être incroyable chaque jour, vous devez profiter un max”. Et bien la réalité est plus complexe. Trouver son chemin, maintenir le rythme pour arriver avant la nuit, essayer de trouver de quoi faire du feu en altitude, repousser les chiens très agressifs dans les campagnes, défier les moustiques, programmer chaque ravitaillement... fait que chaque jour est loin d'être une partie de plaisir.

La réalité des Andes c'est en effet un sac parfois lourd 14-15kg, une moyenne de 1100m de dénivelé positif par jour et beaucoup plus de nuits á la belle étoile (souvent á plus de 3500 m donc frio frio)… mais on en redemande !

C'est pourquoi nos 6 prochains mois (Bolivie puis Patagonie) sont un concentré de défis, avec toujours le souci d'apprendre de nouvelles compétences (longue périodes d'autonomie notamment sur le “Greater Patagonia Trail”).

Ainsi, en plus de notre marche quotidienne, nous réaliserons de nombreuses ascensions comme celles citées en Bolivie, ainsi que des trails sur mer de glace (“Circo de los Altares”) lors de nos 4 derniers mois en Patagonie.

Suivez notre itininéraire sur thehttp://the10k.travelmap.fr/ ainsi que sur  https://www.facebook.com/The10KWalk

The 10K Walk en chiffres :

-       3941 km á pied

-       7 pays traversés

-       31,5km de moyenne en Amérique centrale

-       25km de moyenne et 1100m positifs par jour dans les Andes équatoriennes et péruviennes.

-       6/8 litres d'eau par personne dans l'humidité de l’Amérique centrale

-       12kg sur le dos en moyenne en Amérique centrale

-       14-15kg sur le dos en moyenne en Equateur et au Pérou

-       357 piqures de moustiques, sanguros, araignées…

-       34 coups de gueule contre soi-même pendant la marche (de très jolis jetés de bâtons)

-       7 kg de moins pour chacun

Meilleurs perfs :

-       plus de 20 attaques de chiens dans une même journée dans les Andes péruviennes

-       44km et 1200m positifs á environ 3500-4000m d'altitude au Pérou

-       4 journées consécutives á 42 km au Mexique

-       1 piqure de moustique á 3500m d’altitude

jeudi, 13 août 2015 19:22

Keep cool and Travel

Après un road trip aux USA de 3 mois, ayant rencontré les ours et baleines d'Alaska puis arpenté les volcans d'Hawaï, et goûté la cuisine cajun en Louisiane, Anne-Claire et Fabio s'envolent à présent pour 4 mois au Canada, d'Ouest en Est pour de nouvelles aventures .....en Wwoofing!

Première étape: Victoria sur l'île de Vancouver.

Vous pouvez suivre ces expériences sur www.keepcoolandtravel.com/ 
mardi, 04 août 2015 13:57

Djibouti, lac Assal - un endroit hors du temps

Depuis Djibouti-ville, une heure et demie sont nécessaires pour rejoindre le lac Assal.

Nous partons donc le matin assez tôt, faisons des pauses en route et pouvons apercevoir le lac de différents points de vue.

Arrêt aux sources d’eau chaude et au lac Assal où nous roulons en 4X4 sur la banquise de sel !

C’est impressionnant ce sel de partout, l’eau y est turquoise et si on s’y baigne, on flotte tellement c’est salé !

Arrêt pour voir les vendeurs d’objets en sel et acheter des sachets de sel.

Drôle de vie pour ces hommes !

< Léa Amand (35)
lundi, 03 août 2015 08:55

Coup de coeur pour Gokarna (Inde)

Gokarna, c’est l’un de ces endroits où l’on se sent bien instantanément, un de ces lieux où l’on trouve vite ses repères, et l’on y ressent comme une évidence un bonheur profond et l’envie d’y revenir…

Gokarna, c’est une station balnéaire touristique, mais aussi une petite ville typiquement indienne et pleine de ferveur religieuse — centre de pèlerinage hindou.

Certains la comparent à Goa d’il y a trente ans, c’est-à-dire plus authentique et moins mercantile. Située au sud de Goa et au nord du Kerala, dans l’État du Karnataka, Gokarna est accessible en bus, ou en train (la gare est à 9 km de la ville).

La plupart des touristes y séjournent de décembre à février. En mars, il commence à faire bien chaud (32 à 34 °C) — et les hébergements sont 30 % moins cher…

Sur la plage principale, d’environ 2 km de long, la baignade est parfois délicate à cause des vagues par moments suffisamment hautes pour que des surfeurs viennent y pratiquer leur sport favori. Pour se baigner dans une mer moins agitée, il faut se rendre au sud de la ville sur les superbes petites plages en forme de criques sablonneuses bordées de rochers et de palmiers : Kudle Beach et surtout Om Beach, véritable petit paradis sur terre.

Farniente, cuisine délicieuse, cours de yoga ou cures de remise en forme à base de médecine ayurvédique, de quoi y passer plusieurs semaines sans avoir le sentiment de s’ennuyer. Après mes sept premiers mois de voyage, Gokarna est incontestablement l’un de mes gros coups de coeur. Sur mes cinq séjours en Inde, c’est l’endroit que j’ai préféré.

< Frédéric Tinland (92)

  http://fredalaventure.blogspot.fr/

mercredi, 10 juin 2015 15:13

Un bus en Alaska

Nous poursuivons notre route vers le nord, vers Fairbanks, seconde ville plus importante de l'état. Parce que le film « Into the Wild » nous avait donné envie d'aller voir l'Alaska, nous nous devions d'aller voir le bus du héros de Sean Penn. C'est chose faite ! Le bus réel est toujours en place dans les plaines de l'Alaska, mais voici quelques photos de celui utilisé pendant le tournage.

Des randonneurs partent régulièrement faire un trek pour aller voir le fameux bus. Ma petite jambe ne peut pas me porter jusqu'à lui pour le moment (et puis perso, je trouve ça assez glauque comme rando).

Nous arrivons dans la soirée à Fairbanks, et l'on découvre qu'il y a des sources d'eaux chaudes (Hot Pool Springs à Chena), ouvertes jusqu'à minuit ! On prend notre auto, nos maillots, la Go Pro et hop, dans l'eau !

On a adoré ce moment, 41 C° dans l'eau, d'autant qu'il était 23:00 et que le soleil n'était toujours pas couché ! Oui parce plus on remonte vers le nord, plus les journées sont longues, voir trèèès longues. Le soleil ne se couche quasiment pas.

Le lendemain, nous avons passé la journée à Fairbanks car c'est le Memorial Day ( jour de congé officiel aux États-Unis, célébré chaque année lors du dernier lundi du mois de mai. Les américains rendent hommage aux membres des Forces armées des États-Unis morts au combat)-Journée off !

On repart vers le sud de l'état, en passant par ce que nous avons baptisé entre nous « la route magique » (Richardson Highway)

On a roulé jusque tard dans la nuit: on ne se lassait pas de regarder les couleurs. Il a bien fallu s'arrêter dormir, mais vu que le soleil ne se couche pas, nous perdons un peu nos repères (bon, j'ai toujours ma jolie montre à l'heure française: à l'heure où j'écris, il est 2h01min 23 sec chez vous).

Suivre l'aventure sur http://keepcoolandtravel.com

Derniers adhérents en ligne

jprabonneau   adhabm   bebenoist   plemaitre   stcassonnet   jrose   catherine   fjourdain   chveque   jcpeugeot   jmhelle   cvandyk   jmserour   acabot   symarchand  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public