Imprimer cette page
mercredi, 06 août 2014 10:00

SOCOTRA, île mystérieuse... île merveilleuse...

José-Marie Bel parcourt le Yémen, l'Ethiopie et l'île de Socotra depuis 1974.

De retour d'un tout récent séjour, voici ses quelques lignes et des conseils de voyage pour découvrir cette île méconnue.

L'île de Socotra ,en sanscrit "Dwipa Sukhara", « île de la Béatitude" ou "la Bienheureuse", la plus grande des îles du Yémen, vaste de 3626 km2, se niche dans l'océan Indien à la pointe de la corne de l'Afrique, du cap Guardafui, non loin des routes maritimes entre la mer Rouge, l'Afrique de l'est, le golfe Persique et l'Inde, cette vaste région maritime tristement réputée par le piratage somalien.
Elle est la plus proche de l'Afrique, du cap Guardafui ou cap des Aromates.

Cette grande île, à 800 km d'Aden et 480 km de Mukalla, la grande ville yéménite située à son nord au bord de l'océan Indien (ou plutôt mer d'Arabie), a environ 125 km de long sur 42 km de large au maximum. Elle ressemble à un long fuseau d'est en ouest.

Elle fait face à la frontière yéméno-omanaise, au sud-sud-est du ras Fartak, distante de 380 km. Il faut deux à trois jours de boutre odoriférant (effluves de requins séchés à l'air ambiant mêlées aux vapeurs de mazout du moteur) pour arriver à la capitale Hadibû, vague grand bourg endolori qui rassemble la plus forte population de l'île, soit environ 15 000 âmes.

Le boutre, appelé dhow ou sambuk est un voilier à voile latine régional; on en rencontre quelques uns qui viennent d'Inde ou de Mukalla.

Aller à Socotra ne laisse pas indifférent car c'est y faire un séjour hors de notre temps. C'est tout simplement éblouissant et bouleversant...

Lire la suite dans Globe-Trotters magazine de septembre/octobre 2014...

Informations pratiques

Lu 1437 fois