logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       

Janvier 2011 : troisième voyage au Mali et en particulier au Pays Dogon.

Parfois, un lien fort se tisse avec un pays à cause d’un sourire, d’une rencontre ou d’une sensibilité particulière pour sa culture. Ce fut le cas en 2008 avec Hassimi mon guide Dogon. Et en janvier 2010, je retourne au Pays Dogon pour approfondir avec lui ma connaissance de sa culture en visitant d’autres villages perchés dans la falaise.

Janvier 2011, cette fois, retour à Endé dans ce village de la plaine dont Hassimi est originaire et qui m’avait accueillie la première fois. Sa famille s’est agrandie avec Fatoumata qui vient de naître. J’y reçois un accueil émouvant.

Je reviens avec un projet qui me tenait à coeur et qui sera une vraie surprise pour le village entier. Lors de mes deux précédents séjours, j’avais recueilli des sourires, des musiques, des sons et des histoires. J’avais été impressionnée par la richesse des traditions que, ni la modernité ni le développement touristique important de cette région, n’avaient amoindries. Les Dogon sont fiers, courageux et tellement chaleureux ! C’est donc à mon tour de leur faire un cadeau.

Même si de rares touristes envoient les photos qu’ils ont prises, les populations n’ont jamais l’occasion de voir un film ou documentaire réalisé sur eux, et auxquels ils ont participé à leur insu. Je suis donc venue de France avec mon ordinateur, un grand drap blanc et un vidéoprojecteur.



Mali1Il restait à trouver un groupe électrogène ce dont s’est chargé Hassimi. Un mur en banco dans une grande cour fit l’affaire. Notre première séance de cinéma fut annoncée par le bouche-à-oreille auquel les Africains sont habitués. Ils ont ainsi regardé le DVD que j’avais réalisé sur Endé, les villages Dogon, le Festival des masques de Bandiagara et ils ont découvert également le port de Mopti, le Niger et la ville de Djenné.

Autant de lieux que peu de villageois connaissaient, certains d’entre eux n’ayant guère voyagé au-delà de 20 ou 30 kilomètres d’Endé. Et pour le plus grand nombre, c’était leur première séance de cinéma !
Il y eut tellement de rires, d’effusions, de commentaires que mes deux petits haut-parleurs ne risquaient pas de les concurrencer. De toute façon le français n’est guère compris ni parlé par la majorité de la population, seules les images importaient.

L’ambiance était à la fête et il n’était pas question que le cinéma de plein air s’arrête à la fin de ce premier film. Heureusement, j’avais de la ressource et en plein cœur de la brousse africaine, les éléphants du festival de Jaipur firent leur parade. Les enfants s’étonnaient de voir que l’on puisse monter dessus et admiraient leurs décorations.

Les coiffures des Himbas de Namibie soulevèrent aussi de grandes exclamations. Cette confrontation des cultures fut d’une grande richesse pour tous, enfants comme adultes. Il commençait à se faire tard et les mères réclamaient leurs enfants, sans résultat… Alors l’écran blanc s’éteignit…


Mali3Pour se rallumer deux soirs plus tard. Cette fois, notre salle de plein air accueillit au moins 200 personnes, mais elle n’avait pas de places limitées ! Certains étaient revenus pour voir les mêmes films une deuxième fois. Pour moi, le spectacle était hors de l’écran. Toutefois, malgré ma joie de leur faire découvrir leur propre pays et ceux de mes voyages, j’avais un peu de stress concernant la sécurité… En Afrique, ce n’est pas un problème et il faut bien admettre qu’il y a fort peu d’accidents comparés aux risques pris. Il m’a fallu accepter que les enfants s’assoient sur les fils électriques voire tripotent mes branchements de fortune…



Mission accomplie, il était temps pour moi de repartir. Tandis que je grimpais dans la falaise avec mon précieux vidéoprojecteur dans le dos, les conversations étaient animées auprès des puits, les uns se vantant d’avoir vu les films, de s’être même reconnus, les autres se désolant de n’être pas venu. Une fois rentrée en France, Hassimi m’a écrit que ce fut vraiment l’événement de l’année dans son village et que l’on en parlerait encore longtemps.

Voilà qui récompense grandement les heures que j’ai consacrées à mes diaporamas !


Catherine Jeudy-Pinon
ABM Nantes

Derniers adhérents en ligne

wamaalej   sylavigne   hherodet   lherodet   pondina   pbestauros   aupagnier   rappriou   adhabm   sroinson   mabrotons   chlefebvre   mchattier   opaugam   cherveau  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public