logo abm blanc
FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
       

Guyane




drapeau_france Une destination...

Nature coeur4
Aventure coeur4
Culture coeur2
Détente-vacances coeur0



En bref...

• Destination : pour voyageur débutant
• Cayenne : 580/850 € en avion
• Passeport ou carte d'identité
• A emporter : Euros
• Budget quotidien : 40 à 55 €/jour
• Hébergement : carbets, chez l'habitant
• Pour se déplacer : voiture, pirogue
• Risques : faibles au niveau sanitaire et moyens au niveau sécurité



cadenas
Retrouvez les bons plans des adhérents sur la page Infos voyageurs !

Pas encore adhérent ? Rejoignez-nous !







Décalage horaire


- 4 heures de décalage en hiver et - 5 en été par rapport à la métropole (GMT - 3).



Electricité


220 Volt avec "prises françaises"



Affluence


Contrairement aux Antilles Françaises, la Guyane ne reçoit qu'assez peu de visiteurs. Moins de 100 000 chaque année (95 000 en 2006) même si le département souhaiterait en voir 50 000 de plus d'ici quelques temps.

Logiquement, sur l'ensemble, les visiteurs sont en très grosse majorité français de métropole (60 000 en 2006). Leur venue est souvent liée à l'activité spatiale de Kourou ou à la présence d'amis ou de famille sur place.




Hébergements


La Guyane n'étant pas une grande destination touristique, les hébergement y sont assez chers et pas forcément toujours très nombreux..

Sur la côte

→ Hôtels : C'est sur la côte que sont situés les hôtels. Plus ou moins de même qualité qu'en métropole, ils sont cependant plus chers et il faut compter au mieux une quarantaine d'Euros pour une double.

→ Gîtes, chambres d'hotes : Comme en métropole on trouve des chambres d'hôtes et des gites de France.

→ Locations : Pour ceux qui pensent rester un minimum de temps il existe les locations de studios ou autres, de même que la colocation qui est assez pratiquée par les "expats" de métropole..


En forêt ou le long des fleuves

Pas d'hôtels en forêt et le long des fleuve, mais ce qu'on appelle des "carbets" (plus aussi quelques bungalows équipés). Les carbets sont des abris en bois dans lesquels on dort en hamac et qui vont du sommaire au confortable. Là aussi les prix ne sont pas toujours des plus économiques et varient bien sûr selon le confort proposé; comptez dans les 8 à 10 € mini pour juste suspendre un hamac avec moustiquaire (qu'il est d'ailleurs utile d'acheter sur place).

Il n'y a pas de camping en Guyane.

Patrick peut accueillir chez lui à Kourou , entre Cayenne et la frontière avec le Surinam ... Guyana .... Vénézuela.... tout globe trotter qui le souhaite !je communique mon tel : 0694206461


Gastronomie


Cuisine

La gastronomie guyanaise est très variée et trouve son origine dans la mosaïque de populations qui compose le département. On trouve ainsi des plats créoles (pimentés), métropolitains, brésiliens ou encore asiatiques (chinois) ou même originaires du Moyen-Orient (libanais).

Parmi les spécialités on notera les accras, le boudin guyanais, différents plats à base de crevettes ou de poissons, des ragoûts de viandes ou de poulets accompagnés de riz, d'haricots rouges ou de couac (manioc), plus divers fruits exotiques. A signaler aussi quelques plats plus "exotiques" préparés avec des espèces locales de "gibiers" comme l'agouti ou le tapir (d'autres comme la tortue sont par contre protégées et interdites à la consommation)

Au niveau boissons les vins et bières sont importés généralement de métropole et sont donc chers à l'opposé des rhums, punchs et autres jus de fruits.

Restaurants

Il existe plusieurs possibilités pour se restaurer avec à la clé un budget bien différent à prévoir.

Le plus économique demeure les marchés ou la cuisine chinoise; pour 5 ou 6 € on arrivera ainsi à faire un petit repas. Pour 10 à 15 € on pourra manger dans de petits restaurants proposant une cuisine locale. Et pour du plus "haut de gamme" ou des produits de métropole (y compris achetés en supermarché) comptez 20 € minimum.





Idées d'itinéraires (1 à 3 semaines)
→ Conseils du Guide du Routard


La Guyane propose avant tout un tourisme écologique (avec notamment la ponte des tortues luths) et d'aventure en rivières, forêts ou marais, mais aussi les nombreux vestiges du bagne (Iles du salut, St Laurent...). A voir également Cayenne (musée national), Cacao (village Hmong), Kourou (base spatiale).

A signaler aussi l'un des plus fameux (et pas encore touristique) carnaval de la zone Caraïbes qui débute le premier dimanche après l'Epiphanie jusqu'à la semaine grasse où il bat son plein jours et nuits tous les week-ends.

Forêt et amérindiens

Découvrir l’Amazonie avec ses fleuves, sa faune, sa flore et les populations qui y vivent fait partie des incontournables de la Guyane. Cependant il faut savoir qu'une large partie de la région est soumise à autorisation préfectorale - et donc interdite aux visiteurs - afin de préserver l'écosystème et le mode de vie autochtone. De plus, hormis pour quelques sentiers balisés, la découverte de la forêt nécessite de passer par une agence locale (intendance, sécurité, guide, etc).

De fait l'activité touristique y est assez ciblée, et en gros trois types seulement de découvertes y sont avant tout proposées : les marais de Kaw (faune dont caïmans noirs), la remontée du Maroni (flore, faune, populations indiennes ou Neg' marrons) et l'embouchure de quelques fleuves côtiers (forêt, rivière, orpaillage). Comparée aux autres pays, une balade en forêt coûte relativement plus cher aussi en Guyane qu'ailleurs. Par contre il est vrai que les prestations y sont de qualité et s'adressent à tout le monde.



Principaux centres d'intérêt


**** : à ne pas manquer
*** : très bien
** : à voir
* : éventuellement

Cayenne * (ville)
Marais de Kaw *** (faune dont caïmans)
Cacao ** (village Hmongs)
Fleuve Approuague *** (aventure, remontée du fleuve)
Fleuve Oyapock *** (aventure, remontée du fleuve)
Saül et environs *** (balades en forêt)
Réserve de Macouria ** (faune)
Montsinery * ("bagne des Anamites")
Kourou *** (centre spatial)
Iles du Salut **** (vestiges du bagne)
Fleuve Sinnamary ** (barrage, remontée du fleuve)
Fleuve Mana *** (aventure, remontée du fleuve, tortues)
St Laurent du Maroni *** (vestiges du bagne)
Fleuve Maroni **** (populations locales, remontée du fleuve, balades en forêt)



Artisanat, achats


Au niveau des souvenirs à rapporter on notera avant tout l'artisanat autochtone avec notamment les sulptures en bois, poteries, armes et tissages.






Transports terrestres


Le réseau routier est limité quasi-uniquement à la zone côtière, sur l'axe St Laurent - Kourou - Cayenne.

Bus et minibus

Le train n'existant pas en Guyane, les transports en commun sont assurés par les bus de la SMTC et diverses compagnies de minibus ou taxis collectifs qui complètent plus ou moins le réseau bus. En attendant l'ensemble demeure cher, et traverser la Guyane de la frontière du Brésil à celle du Surinam coûte presque 100 € pour en gros 400 km.

Voiture

Il existe plusieurs loueurs de voitures dans le département. Mais là aussi les prix demeurent assez élevés, de l'ordre de 50 € mini/jour. A la limite autant être à plusieurs si l'on veut rentabiliser, surtout qu'un véhicule peut s'avérer quand même utile si l'on veut sortir un peu de l'axe principal.

Deux roues

Si se déplacer à moto/scooter est une option à la limite possible pour la Guyane, le vélo n'est pas forcément l'idéal pour tout le monde du fait du climat chaud et humide. Dans tous les cas attention aux vols et à la conduite de certains automobilistes locaux.

Stop

Pour ceux qui ont le temps c'est finalement peut-être le meilleur moyen de se déplacer en Guyane, du moins sur l'axe Cayenne - Kourou - St Laurent où il y a un certain trafic notamment tôt le matin ou en fin d'après-midi. A éviter quand le soir pour des questions de sécurité.



Voie fluviale


Le réseau routier étant limite à la zone côtière (il n'y pas de train en Guyane), le seul mode de transport existant pour l'intérieur reste la pirogue à moteur ou l'avion.
En dehors des "pirogues-taxis" qui permettent de traverser pour quelques Euros le Maroni pour se rendre au Surinam ou l'Oyapock pour le Brésil, il n'y a pas de service régulier.

Remontées de fleuves

Donc, pour remonter le Maroni, la Mana et quelques autres rivières, il faudra soit utiliser les services d'une agence locale soit essayer de trouver les opportunités par soi-même.

La première solution est la plus simple et logiquement aussi la plus coûteuse. Toutes les agences ont dans leurs programmes plusieurs remontées allant de quelques heures à plusieurs jours avec l'organisation adéquate.

Quant à trouver par soi-même, c'est tout à fait possible (ça circule pas mal sur les fleuves). Mais cela nécessite quand même d'avoir parfois un peu de temps, de savoir s'adapter au niveau couchage si besoin, et surtout de connaître les prix et de bien les négocier. Comptez par exemple entre 50 et 80 € pour faire Saint Laurent - Mariposoula en 2 ou 3 jours.

De façon générale, il faut savoir aussi que l'on ne pourra pas aller partout car une large partie de l'intérieur est interdit aux visiteurs et soumis à autorisation préfectorale. Et ce dans le but de préserver les populations et les écosystèmes.



Vols intérieurs


En plus de la pirogue il reste l'avion pour se déplacer vers l'intérieur. Le réseau demeure cependant très limité avec juste des liaisons entre Cayenne, Saül et Maripasoula proposées par Air Guyane. Comptez en gros 120 à 150 € A/R.



Derniers adhérents en ligne

adhabm   bebenoist   rtourbot   fmaignan   phlautridou   opaugam   cvandyk   ccohen   catherine   fbouvet   olpiccin   eleguinio   mfournier   aclerenard   ddemange  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public