logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       

Haiti



haiti une destination...

Naturecoeur2
Aventurecoeur3
Culturecoeur3
Détente-vacances coeur0
haiti

en bref...

. Destination : pour voyageur confirmé.
. Port au Prince : 745/910 € en avion.
. Visa.
. A emporter : US $.
. Budget quotidien : 18 à 28 US $/jour.
. Hébergement : petits hôtels ou chez l'habitant.
. Pour se déplacer : bus et taxis collectifs.
. Risques : élevés au niveau sanitaire et sécurité.


Budget "routard"

Comptez de 18 à 28 US $/jour.


Depuis le tremblement de terre de janvier 201O , tout le pays reste paralysé .

Se déplacer

. Par la route

Réseau routier en très mauvais état dont moins d'un quart est plus ou moins goudronné. Une seule route véritablement entretenue (par les Français) reliant Jacmel aux environs de Port au Prince. La circulation en Haïti demeure plutôt anarchique (ne l'oubliez pas si vous louez un véhicule). Pour se déplacer, on peut utiliser les moyens collectifs (appelés "Tap-Tap") que sont les bus ou minibus et les taxis collectifs; toujours surchargés, dans un état souvent vétuste mais très économiques (marchandez). De façon générale, n'importe quel véhicule en état de rouler en Haïti peut-être affrété moyennant finances. Des lignes de bus, assez confortables, relient toutefois Port-au-Prince à Sto Domingo.



Précautions

. Sanitaires

Traitement contre le palu recommandé, plus bien sûr les précautions élémentaires au niveau de l'eau et des aliments.

. Sécurité

Haïti a plutôt mauvaise réputation (dites que vous y allez si vous êtes à St Domingue et vous verrez la réaction des gens !). Au niveau criminalité et délinquance, c'est essentiellement la capitale qui est à éviter obligatoirement dès la tombée de la nuit (faites comme tout le monde, restez à Pétionville la banlieue chic où sont situés les hôtels et restos). Ailleurs, peu de problèmes pour le voyageurs dès lors que vous vous baladez sans valeurs (juste quelques dollars à "donner" au cas où), évitez les rues désertes des villes la nuit et passez outre les "blanc, blanc" ou le regard souvent surpris (et parfois pesant) des haïtiens lorsque vous vous baladez à pied. En attendant, vous serez toujours assailli de partout et tout le temps par une multitude de gens prêts à vous proposer tout et n'importe quoi pour quelques dollars.
Par contre il est vrai que les problèmes "socio-politico-(narco)-économiques" du pays continuent à engendrer une certaine criminalité interne (qui à la base ne concerne pas vraiment le visiteur) pouvant déboucher à l'occasion sur des assassinats ou des actions violentes. Donc, précautions obligatoires quand même et renseignez-vous toujours sur la situation du moment.



A voir, à faire

Rien de vraiment spectaculaire à Haïti, mais plutôt un pays hors sentiers battus et une population qui, au delà parfois du premier contact mercantile, sont à découvrir pleinement (mais faut aussi faire l'effort). Bref, c'est un pays dans lequel on fait un voyage et non du tourisme; dans ce cas mieux vaut aller ailleurs là où c'est plus facile et "organisé".
Port au Prince (musées du Panthéon national et des Arts haïtiens, marchés, cathédrale), Pétionville (la banlieu chic et animée de la capitale, galeries d'art), Jacmel (architecture XIXe, randonnée aux Bassin Bleu, plages, paysages superbes en venant de la capitale); Port Salut (belles plages et balades dans la péninsule de Tiburon ou à la Forteresse des Platons), Cap Haïtien (Palais Sans-Soucis, la Citadelle du Roi Christophe, architecture coloniale du centre ville, plages des environs), Fort Liberté (balade en bateau dans la baie), plus les marchés très animés des villes et campagnes.
Egalement à découvrir la peinture naïve haïtienne avec ses galeries d'art (Pétionville, Jacmel, Cap Haïtien) et la musique (dont le merenge). Dans un domaine autre, il peut être intéressant de rencontrer certaines ONG, organismes de développement ou coopératives agricoles telles le PAPDA (développement), la Fanmi Sélavi (action en faveur des enfants), ou Fondwa (communauté paysanne).
Quant au vaudou, même si officiellement juste 6% des haïtiens se disent vaudouisants, c'est en fait une très large majorité de la population qui est pratiquante et l'influence de celui-ci dans la société haïtienne demeure très important. Peu de chances cependant pour l'étranger que d'assister à des cérémonies ("adaptations" proposées toutefois à Cap Haïtien) et même de parler en détails du sujet avec les haïtiens.


Artisanat, achats

En premier lieu la peintre naïve haïtienne que l'on peut acheter soit sur les marchés (très peu cher) ou dans les quelques galeries d'art (très cher); également de la ferronerie, objets en bois, machette, cigares et rhum locaux. Le tout à marchander.



Gastronomie

Comptez environ 5 US $/pers. pour un repas dans un resto local et de 10 à 20 dans les hôtels et les quelques établissements plus haut de gamme comme à Pétionville. Goûtez à la langouste et au rhum local.



Hébergements

Assez peu d'hôtels "standing" tels que ceux qui avaient été développés lors de la période touristique, sinon encore certains établissements à Port au Prince, Pétionville, Jacmel et surtout au Cap (comptez de 20 à 40 US $/pers.). De façon générale, on peut trouver à se loger aussi dans quelques hôtels locaux de "qualité" pour 10/15 US $ par personne. Très souvent, les hôtels (et les villes) en Haïti sont soumis à de nombreuses coupures d'eau quotidiennes (parfois aussi des problèmes d'électricité), ce qui fait que celle-ci peut être rationnée. Hors des principales villes pas d'hôtels, mais la possibilité de s'arranger directement avec les habitants. Dans tous les cas on peut discuter les prix.





. Formalités et conseils sur la destination par le Ministère des Affaires Etrangères.

Passeport en cours de validité et à nouveau un visa (payant) à demander au préalable.



Adresses utiles

. Ambassade

10 rue Ribot, 75017 Paris. Tél. : 01 47 63 47 78.

. Service culturel

35 av. Villiers, 75017 Paris. Tél. : 01 42 12 70 50.



Guides

. En français

Petit Futé , Ulysse , Guide Gallimard .

. En anglais
Lonely Planet et Bradt "Dominican Republic and Haiti".



Cartes



IGN (1/300 000), plus Hildebrand, ITM, Blay Foldex et Nelles pour souvent une représentation de Haïti/St Domingue.



Sur Internet

Carnets de voyage

> Haiti : reportage photos.
> Haiti Global Village : site communautaire consacré à Haïti et aux haïtiens.
> Les radios locales sur le web.




En avion depuis la France

. Port au Prince

Prix : 745/910 €.
Aéroport à 13 km du centre.
Taxe d'aéroport : 25 US $.
Directs (12h00) Air France de Roissy.
Vols avec changement : essentiellement American Airlines et quelques autres compagnies US "secondaires" vers Port au Prince et Cap Haïtien.
A la limite, il peut être intéressant d'arriver en Haiti avec un vol pour St Domingue et une continuation par voie terrestre.



Par d'autres moyens

Essentiellement deux passages terrestres (Nord et Sud) de/vers St Domingue (moins cher au niveau aérien), et une arrivée possible en bateau de croisière US à Cap Haïtien.












Repères

• Dans la partie ouest de l'île d'Hispaniola, au Sud-est de Cuba, qu'elle partage avec la République Dominicaine
• 27 750 km2 pour 8 122 000
• Capitale : Port au Prince
• Décalage horaire : - 6 heures en hiver et - 7 heures en été par rapport à la France (GMT-5)
• Electricité : 110 Volt
• Conduite à droite
{module[192]}



Présentation


Haïti occupe pour un tiers, avec St Domingue, l'île d'Hispaniola qui est la première terre que découvrit Christophe Colomb. Son territoire bordé de plus de 1 700 km de côtes (Atlantique au nord et Caraïbes au sud) possède un relief assez montagneux pouvant atteindre à l'est 2 680 m (Haïti signifie d'ailleurs "pays montagneux"). Celui-ci alterne avec de basses plaines où sont produits notamment le café, la canne à sucre et la banane qui, avec la bauxite, sont les principales ressources du pays.

Haïti est peuplée à 95% de Noirs. Une partie de sa population vit à l'étranger, notamment aux Etats-Unis et au Canada. C'est aussi l'un des pays les plus pauvres au monde où l'espérance de vie ne dépasse pas 53 ans, dont les aléas de l'Histoire, une mauvaise réputation et une économie désastreuse entièrement dirigée par les Etats-Unis font qu'il n'a toujours que peu de perspectives pour les années à venir. Si le catholicisme est la religion officielle, le vaudou tient une place prépondérante dans la vie de la plupart des haïtiens.



Histoire


• IIIe siècle av. JC : arrivée dans l'île des indiens Tainos qui disparaîtront peu de temps après la conquête espagnole.
• 1492 : l'île d'Hispaniola est découverte par Christophe Colomb qui arrive dans les environs de l'actuel Cap Haïtien.
• 1496 : fondation de Santo Domingo de Guzman (côté St Domingue), première ville des Amériques.
• XVIe siècle : arrivée massive d'esclaves africains pour remplacer les indiens disparus.
• 1697 : partage de l'île entre la France (Haïti) et l'Espagne (St Domingue).
• XVIIIe siècle : prospérité de la partie française grâce au café et à la canne à sucre.
• 1791 : soulèvement des esclaves et des "petits blancs" menés par Toussaint Louverture; début d'une guerre qui ruine le pays.
• 1795 : la partie espagnole d'Hispaniola est cédée par traité à la France.
• 1804 : départ des Français et naissance d'Haïti, première république Noire au monde. Dessalines se proclame rapidement Empereur d'Haïti, mais une rivalité oppose bien vite le Nord (l'Empire) au Sud (la République, sécessionniste).
• 1820 : Haïti est réunifié par Jean-Pierre Boyer qui gouvernera jusqu'en 1843.
• 1822-1844 : les haïtiens envahissent, avant d'en être chassés, la partie est de l'île qui était retournée à l'Espagne en 1809, puis devenue indépendante en 1821.
• 1850-1910 : dictatures, anarchie et misère pour le pays.
• 1910-1934 : occupation américaine. Les gouvernements haïtiens successifs continueront par la suite cette "coopération" avec les USA.
• 1937 : à St Domingue, le dictateur Trujillo fait massacrer 10 000 à 20 000 émigrés haitiens pour "blanchir la race".
• 1957-1987 : dictature sanglante de François Duvallier suivie en 1971 par celle de son fils Jean-Claude qui lui succède.
• 1990 : après Leslie Manigat, le Père Aristide est élu Président de la République avec près de 70% des voix.
• 1991 : en octobre, un coup d'état militaire mène le général Cedras au pouvoir. Exil d'Aristide aux Etats-Unis.
• 1994 : présence militaire américaine pour quelques mois qui aide le Père Aristide à retrouver le pouvoir et entreprendre la reconstruction du pays.
• 1995 : en décembre Aristide perd à nouveau le pouvoir au profit de René Préval.
• 1998 : 64 ans après, nouvelle rencontre des chefs d'état d'Haïti et de St Domingue.
• 2001 : après une campagne ayant suscité de vives tensions nationales, réelection (très constestée) d'Aristide à la tête du pays.
• 2004 : violentes manifestations contre le régime de plus en plus dictatorial d'Aristide, intervention franco-américaine et exil d'Aristide en Afrique. En septembre, le cyclone "Jeanne" fait plusieurs centaines de morts dans le pays.
• 2006 : René Préval à nouveau élu à la tête d'un pays en pleine anarchie.



Climat


La saison sèche va de décembre à mars; c'est la meilleure période pour se rendre à Haiti. Le reste de l'année est la saison des pluies qui se caractérise par de violents orages pouvant parfois transformer les rues en véritables torrents. C'est aussi une période de forte chaleur et d'un taux d'humidité élevé parfois éprouvants.

Equipement à prévoir

Des vêtements légers plus un plus chaud pour l'altitude ou les nuits de la saison sèche. Egalement de quoi se protéger de la pluie.



Langues


Langue officielle : Français, même si celui-ci n'est parlé que par 10 à 15 % de la population. En fait, c'est le créole qui demeure la langue majoritairement parlée en Haïti.



Argent


Gourde (100 centimes).
Taux de change du jour

US $ recommandés (cash, travelers, carte) même si l'on peut changer des Euros. Cartes de crédit utilisables dans quelques endroits "haut de gamme" (hôtels, resto...).  Les taux de change par carte ne sont pas toujours des plus intéressants. On peut changer son cash dans les banques ou plus simplement, sans trop de risques, auprès des changeurs des rues qui sont tout à fait reconnus (connaissez quand même le cours du jour et changez des petites sommes).

Conseils

Pour le voyageur l'argent peut vite s'avérer un casse tête en Haïti. En effet, si la Gourde est la monnaie officielle, le dollar US est largement utilisé (prévoyez un bon stock de petites coupures) et remplacera toujours sans problèmes la monnaie locale. Toutefois, pour les petits achats mieux vaut avoir aussi en réserve des Gourdes en petites coupures (billets le plus souvent très délabrés), car peu de gens disposent de monnaie.

Malgré tout, la difficulté première pour le visiteur réside d'abord dans le fait que les Haïtiens parlent la plupart du temps en dollars... haitiens (et utilisent le "$" par écrit). Le dollar haïtien n'étant qu'une vision de l'esprit (comme autrefois les anciens Francs en France) puisqu'il n'existe ni billets ni pièces dans cette monnaie. Donc, déjà, ne confondez pas les dollars US et haïtiens (précisez ou faites vous toujours préciser).

De plus, pour les gens, 3 dollars haitiens = 15 Gourdes = 1 dollar US de manière fixe et cela quel que soit le change entre le US $ et la Gourde (qui tourne en général aux alentours de 1 pour 16). Donc, par exemple, 300 dollars haïtiens faisant 1 500 Gourdes, si vous payez en dollars US on vous demandera 100 US $ alors que si vous choisissez la Gourde (échangée contre des US $ à 1 pour 16) vous ne paierez plus que 93,75 US $. A vous de choisir. Si vous voulez, vous pouvez tenir compte de ce petit décalage dans vos transactions ou mieux le considérer aussi comme un "pourboire", ce qui vu la pauvreté de la population est préférable.

Sachez enfin que de façon générale, en Haïti, tout se marchande, s'achète ou se loue et qu'en tant que "blanc" vous paierez automatiquement plus que les haïtiens.



Affluence


Après une tentative de développement du tourisme à l'époque de la dictature des Duvallier (synonyme de "tranquillité et de stabilité" pour les TO ?), celui-ci est retombé au niveau zéro depuis les années 90. Donc, même si le pays a officiellement accueilli 96 000 visiteurs en 2004, pas vraiment de touristes en Haïti. 6 400 français sont cependant entrés en Haïti en 2000.

Les seuls "blancs" (occidentaux) en Haïti sont généralement des coopérants ou des "humanitaires", des religieux dont beaucoup membres de sectes protestantes - que les mauvaises langues (?) disent financées par la CIA à des fins d'espionnage - ou du personnel diplomatique.



Précautions


Voyage individuel

Vu la situation en Haiti, le tourisme n'y est pas du tout conseillé.



Stats socio-éco
[Cf. détails et sources]


"Qualité de vie" (rang)
2004            
153/177
PIB/hab.
2004 1 500 US $
Revenu moyen mensuel
2003 35 US $
Inflation 2004 + 22%
Chômage 2004 4,8% pop.
Seuil de pauvreté 2003 80% pop.
Pop. avec moins de 2 US $/jour 2002 0%
Espérance de vie 2005 53 ans
Taux de migration (pour 1 000 hab.) 2005 - 1,68
Croissance pop. 2005 + 2,261%
Taux d'alphabétisation 2002 51,9%
Population urbaine 2003 37%
Liberté de la presse (rang)
2006 87/168



Plus d'infos sur...


The World Factbook



Derniers adhérents en ligne

wamaalej   lrobert   gcorsaletti   frharivel   mgommeaux   hemadelaine   jprabonneau   jpmeoc   ocfauvet   sabonbois   flabarre   cdemange   odgaillac   phlautridou   cgeorgel  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public