logo abm blanc
FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
       

Moyens traditionnels

 Bien qu'Internet devienne de plus en plus présent dans notre vie de tous les jours, il ne faudrait pas pour autant en oublier les autres modes de communications, y compris lorsqu'on est en voyage.
Bref, qu'il s'agisse du courrier ou du téléphone, chacun a encore son utilité pour le voyageur.

→ Le courrier :

. Récupérer celui reçu à son adresse perso :

Pour ceux qui sont partis longtemps. Ce n'est pas parce que vous êtes à l'autre bout du monde que vous ne recevrez plus de courrier à votre domicile. D'ou l'intérêt de savoir comment récupérer celui-ci.
Pas de problèmes pour ceux qui n'ont pas changé d'adresse et dont le logement est occupé par la famille/amis/co-locataire/sous-locataire. Ce sont ces derniers qui récupéreront vos factures et autres missives avant de faire le tri et les faire suivre. Sur le même principe, si votre logement est vide, laissez les clés à quelqu'un qui se chargera de cette tache (c'est aussi, à l'évidence, conseillé pour des raisons de sécurité).
Par contre, si vous déménagez, vous avez intérêt à contacter avant le départ votre bureau de poste afin d'effectuer une demande de réexpédition de courrier. Les contrats de réexpédition temporaires de La Poste vont de un mois à une année. Moyennant 20 € environ, elle vous fera suivre celui-ci à l'adresse de votre choix (famille, amis...).Autre solution, s'adresser à une société de domiciliation de courrier et prendre une boite postale sur Internet comme avec par exemple Courrier du Voyageur. Cela va de la simple garde de courrier à la numérisation de tous vos courriers sur Internet. Le paiement des factures ou les réponses aux courriers sont également possibles.

. En recevoir :

Un peu plus compliqué, ne serait-ce que parce que vous ne savez pas forcément où vous serez à telle date. Mais, avec un minimum d'organisation, on peut toujours ou presque arriver à recevoir ses lettres - et même colis - en cours de route. Bien entendu, la réception de courrier en voyage concerne surtout là aussi ceux qui partent longtemps. Plusieurs solutions existent.

. La Poste Restante :

Le moyen le plus connu et traditionnel. Il existe des Postes Restantes dans tous les pays. Pas vraiment besoin d'en connaître l'adresse exacte puisque l'acheminement "poste restante" se fait toujours à la poste centrale de la ville (General Post Office).
En cas d'envoi en Poste Restante (mot identique en anglais), le plus important est de bien mentionner les coordonnées du destinataire en indiquant d'abord le prénom puis le nom en majuscules soulignées afin d'éviter que le courrier ne soit rangé à l'initiale du prénom par le préposé (une "piste" en cas de perte). De même, ne jamais mettre Monsieur ou Madame qui pourrait aussi prêter à confusion. On doit donc écrire (dans la langue locale ou en anglais) :
Prénom, NOM
Poste restanteGeneral Post Office
Ville, Pays .
Le correspondant devra mentionner de plus ses coordonnées au dos pour qu'en cas de non retrait du courrier celui-ci lui soit retourné (même si souvent les retours ne sont que "théoriques"). A signaler que le système fonctionne plus ou moins bien selon les pays, et que les pertes ("organisées" ?) ne sont pas rares. D'où, bien sûr, l'intérêt de ne jamais mettre d'argent ou quoique ce soit de valeur ou d'important dans les courriers à envoyer.
Lors d'un voyage, on pourra donc indiquer à ses proches les dates approximatives de passages dans les villes où l'on voudra recevoir du courrier. Au niveau dates, soyez cependant prévoyants et indiquez comme limite d'envoi au moins 10 à 15 jours avant votre départ des villes en question; le temps que le courrier arrive. Le courrier en Poste Restante reste généralement en instance trois semaines à un mois. . Bureaux American ExpressAutrefois un service gratuit proposé à ceux qui disposaient de travellers chèques American Express. Mais ce service de "poste restante" est désormais supprimé car trop peu utilisé.

. Autres lieux de réception :

A l'occasion, si l'on est sûr de séjourner dans tel ou tel hôtel d'une ville, on peut toujours indiquer l'adresse de celui-ci afin d'y recevoir son courrier. Mais attention, la pratique demeure très aléatoire; les hôtels n'aimant pas toujours faire office de bureau de poste surtout si en plus on n'est pas client.
Quant au consulat de votre pays, n'espérez rien. Ils ont en général autre chose à faire.

. En envoyer :

. Lettres et cartes postales :

Pas grand chose à dire sinon que vous avez intérêt à privilégier les envois depuis les pays où la poste est réputée pour bien fonctionner. De même, préférez les postes des grandes villes et évitez de laisser votre courrier à poster à un quasi inconnu (hôtelier ou autre) qui dans certains cas se chargera surtout de récupérer les timbres pour lui. Et pour que ça soit plus rapide, choisissez toujours les envois par avion et même mettez vos cartes postales sous enveloppes.

. Colis :

Sous-entendu votre surplus de bagages. En effet, à la longue votre sac risque fort de déborder de souvenirs et autres achats effectués en route, sans parler des affaires dont on n'a plus besoin au fil du temps. Dans ce dernier cas, on peut essayer la revente; des fringues aux guides de voyages, tout peut généralement trouver acquéreur (boutiques, marchés, annonces dans les hôtels routards, etc). Reste aussi la possibilité de réexpédier chez soi son surplus, soit par la poste (privilégiez comme pour le courrier les pays où les prix sont intéressants et la poste sûre), par voie maritime (pour du volume) et à l'occasion par avion (cher). Vous pouvez aussi confier vos affaires en sus à un compagnon de route sur le départ ou mieux à vos proches si ceux-ci viennent vous voir pendant le voyage. A l'inverse n'espérez pas trop qu'un inconnu se charge de vos colis dans un aéroport (à éviter de votre côté également bien sûr pour des raisons de sécurité).

Sur le web :

A voir les codes postaux utilisés pour pas mal de pays du monde.
Eventuellement aussi, les sites des postes étrangères (une centaine de pays) pour y rechercher le tarif des affranchissements en vigueur.
 
Fax et télégrammes :

Deux supports pour le moins en perte de vitesse vu les nouveaux modes de communication.

. Télégrammes :

A désormais quasi disparu. Donc, autant le reléguer aux oubliettes.

. Fax :

Il a connu sa petite heure de gloire avant l'arrivée massive de l'e-mail. Bref, il s'utilise encore mais de moins en moins dès lors qu'existe Internet.
En voyage, vous pourrez aussi bien recevoir qu'envoyer des fax depuis les postes mais aussi les hôtels (le plus simple et le plus pratique pour la réception) ou même parfois certaines boutiques. Comme pour la poste restante, vous pouvez indiquer vos lieux de passage à vos correspondants qui auront intérêt à mentionner de façon visible votre nom (majuscules et souligné) et, selon, la date approximative de votre passage. Bien évidemment, encore faut-il que ceux-ci connaissent les numéros où faxer.
Vu la qualité parfois médiocre de l'impression, rédigez toujours vos textes de manière aérée en prévoyant de larges marges. Ecrivez aussi lisiblement, en noir et pas recto-verso. N'oubliez pas non plus, si vous souhaitez une réponse, le numéro (avec si possible l'indicatif depuis la France) auquel on peut vous joindre.
Quant au prix d'envoi (et parfois même de réception !) attention aux abus car, un peu partout dans le monde, l'envoi d'un fax est facturé bien au delà du temps réel de communication. Et à la longue ou pour plusieurs pages, ça peut vite revenir assez cher...
 
Le téléphone :

Première chose à ne pas oublier, le décalage horaire. Ayez toujours une idée de l'heure qu'il peut bien être chez votre correspondant avant de l'appeler.
Egalement, utile à connaître, les codes téléphoniques des pays et régions du monde.

. Téléphone "classique" :

En clair, si vous n'avez pas votre portable en voyage.

. Tarifs :

La première choses à savoir est que partout dans le monde ou presque, il existe des tarifs réduits selon les jours et/ou les heures d'appel. Donc, utile de toujours se renseigner sur les meilleurs moments d'appel (demandez à la poste ou à votre hôtelier). De plus, dans la plupart des pays, l'international marche désormais sans trop de problèmes.

. Cartes :

Au niveau tarifaire, dans de nombreux pays, vous trouverez facilement des cartes téléphoniques locales à bas prix (en vente souvent en supermarché et autres boutiques) proposant d'appeler moins cher vers la destination de votre choix. Mais attention, faites jouer la concurrence au niveau tarifs et sachez aussi que le plus souvent ces offres oublient de préciser les coûts d'accès à la communication qui sont généralement loin d'être négligeables. Ainsi, pour une carte permettant théoriquement une heure de communication, vous n'obtiendrez parfois en réalité qu'au mieux quelques dizaines de minutes si vous avez multiplié les appels...
A signaler au passage, que l'utilisation de cartes pour des appels locaux ou sur le pays est aussi très intéressantes pour ceux qui voyagent avec leur téléphone portable pour lesquels une communication locale peut être facturée au tarif international (cf. plus bas).
Plus simple, sans (mauvaise) surprise et pour plus de liberté (pas de problème d'utilisation partielle contrairement aux cartes précédentes), la carte France Télécom. Moyennant 15 €/an, vous pouvez obtenir cette carte qui permet d'appeler en France sans argent; les communications étant prélevées au tarif français directement sur votre facture téléphone chez vous (ou celle de quelqu'un d'autre si vous n'avez plus d'adresse). De façon générale, elle fonctionne à partir de n'importe quel téléphone ou cabine. Elle permet de passer/recevoir des appels de/vers la France depuis les trois quart de la planète. La communication passe via un "standard francophone" ce qui évite bien des problèmes lorsque l'on ne maîtrise rien d'autre que le français comme langue. Bref, vraiment un truc intéressant à bien des niveaux.

. Divers :

A signaler pour mémoire, le PCV qui existe toujours; votre destinataire payant alors la communication.
Dernier truc, pour simplifier les choses à tout le monde, lorsque vous êtes en voyage, téléphonez vous-mêmes d'abord quitte à demander ensuite à votre correspondant de rappeler. En effet, imaginez parfois l'angoisse - et la note - de certains devant appeler à l'autre bout du monde un numéro d'hôtel ou autre sans trop savoir qui va répondre au téléphone et le temps qu'il faudra pour que vous arriviez à l'autre bout du fil. D'ailleurs au niveau prix, sachez qu'il est possible d'acheter des "minutes à tarifs réduits" depuis la France vers tous les pays du monde, y compris directement sur le web.

→ Téléphone portable :

Vu l'évolution des techniques (et des formules d'abonnement), le voyageur devrait aussi pouvoir utiliser tôt ou tard son portable dans de nombreux pays pour un coût raisonnable. Mais pour l'instant il est vrai qu'au niveau couverture à tarifs intéressants, ceux-ci fonctionnent d'abord sur l'Europe et quelques autres endroits. Ne serait-ce aussi que parce que certains pays comme les Etats-Unis disposent d'autres normes (d'où l'obligation de louer un téléphone).
Bref, ce n'est pas parce que l'on a pris son portable avec soi en voyage que celui-ci fonctionnera obligatoirement partout.

. A voir avant le départ :

Dans tous les cas, assurez-vous avant de partir que :

- un réseau existe dans l'endroit où vous souhaitez vous rendre (la norme GSM couvre 95% de la planète mais est absente de certaines zones reculées),
- votre téléphone est compatible avec la norme et les fréquences locales (les Amériques ou le Japon possèdent un système différent de celui de l'Europe),
- votre opérateur propose des formules et des prix sur la destination de votre choix.Si l'une de ces condition n'est pas effective, votre portable ne fonctionnera pas et la seule solution consistera alors à en louer un sur place ou auprès de votre opérateur quitte à devoir changer de numéro pour l'occasion. Au niveau location, comptez de 20 à 70 € la semaine hors communications selon les opérateurs et surtout le type de mobile ou formule nécessaire.
Mais dans tous les cas, sachez que l'émission ou la réception d'appels à l'étranger peuvent rapidement coûter très cher même s'il est vrai, qu'au niveau tarifs, il faut nuancer selon le type de téléphone/abonnement choisi.

. Téléphone perso :

On emporte son téléphone, on garde son numéro avec juste un forfait "monde" ou "itinérance" de son fournisseur.
Dès lors, sur le plan pratique, vous paierez tous vos appels au tarif international même si ceux -ci se font au niveau local (l'appel transite par la France, d'où l'intérêt dans ce cas d'utiliser en plus les téléphones/cartes locales), de même que la partie "internationale" de vos interlocuteurs. En effet, sachez que quelque soit le lieu où vous vous trouverez, les personnes souhaitant vous joindre n'auront qu'à composer votre numéro habituel.
Ils paieront donc un tarif domestique français; l'appel étant ensuite rerouté automatiquement vers le réseau local du pays où vous êtes (cette partie est à votre charge). A l'inverse, pour appeler, vous devrez composer le numéro de votre destinataire comme si vous appeliez d'un téléphone fixe du pays; c'est à dire avec les indicatifs internationaux.
Inconvénient, en gardant votre numéro habituel vous pouvez recevoir tout un tas d'appels non "souhaités" en voyage que vous payerez au prix fort. De plus, pour cause de normes différentes, votre mobile ne fonctionnera pas aux Amériques et dans quelques autres pays. Bref, cette solution est avant tout intéressante pour l'Europe d'où, en plus, les tarifs de/vers la France demeurent raisonnables.

. Location de téléphone :

Pour les pays à normes non européennes. Deux possibilités :
- Votre opérateur vous loue un téléphone dans lequel vous insérez votre carte Sim. On retombe alors sur le même principe que le téléphone perso avec juste un appareil adapté aux normes locales.
- Votre opérateur vous loue un téléphone et un abonnement temporaire à un opérateur du pays où vous allez. C'est notamment le cas pour tout ce qui est continent Américain ou du Japon. Dans ce cas, vous vous voyez attribué un nouveau numéro de téléphone.
Avantages : vous ne recevez des appels que des gens que vous avez choisis, vos communications internes sont facturées au tarif local ou national (et non international) et surtout vous ne payez pas les appels que vous recevez quelles qu'en soient leurs provenances.Inconvénients : prix de location assez élevé et un peu compliqué à gérer si l'on se déplace dans plusieurs pays.

. Téléphone satellite :

Il marche partout, y compris dans les zones où il n'existe rien au niveau réseaux. Mais autant en avoir réellement l'utilité tant à l'achat (hors de prix pour une utilisation "grand public") qu'à la location (au moins 100 € la semaine) que pour ce qui est des communications passées ou reçues (de 2 à 5 € la minute).

. En résumé, que choisir ?

Hormis si l'on veut être joignable à tout instant ou lors de déplacements à caractère professionnel, bien se poser d'abord la question de l'utilité réelle d'un téléphone en voyage.
Et, si oui, est-ce que les coûts engendrés ne seront pas supérieurs à ce que l'on dépensera en utilisant la téléphonie locale ?
Ensuite, quelle est l'utilisation prévue : appeler, être appelé, les deux, en local, en international ?
Pour simplement appeler, l'utilisation de cartes locales (en national et/ou international) ou, en cas d'appels très peu nombreux, du réseau "classique" sont souvent suffisants.
Pour ce qui est d'être appelé, à chacun de voir si le fait d'être facilement joignable est primordial.
De même, va-t-on visiter plusieurs pays et quelles sont les durées de séjours prévues ?
Un forfait local sera surtout intéressant si l'on reste sur une même destination et que des appels locaux/nationaux sont envisagés.
Ne pas oublier qu'il est toujours possible de coupler différents modes de téléphonie. Ainsi, à un portable que l'on utilisera pour recevoir des appels ou téléphoner vers un autre pays, on couplera un système de carte prépayée pour tout ce qui est local ou national. A l'inverse, si l'on dispose d'un forfait local, on pourra toujours utiliser ces mêmes cartes pour appeler vers l'étranger.
Enfin, dernière chose, quel que soit le mobile choisi, n'oubliez pas ses batteries et le moyen de les recharger...
 

Derniers adhérents en ligne

adhabm   cvandyk   phlautridou   ccohen   catherine   opaugam   fbouvet   bebenoist   olpiccin   eleguinio   mfournier   aclerenard   ddemange   akaufmann   gemahu  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public