logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       

Préparatifs


Le coût moyen/jour/personne pour un voyage individuel en "routard" et une visite "traditionnelle" du pays.

Le budget

C'est évidemment un critère important pour le choix d'un voyage.Est indiqué dans ce chapitre le coût moyen/jour/personne pour un voyage en individuel (donc non organisé), de type "routard" et une visite "traditionnelle" du pays. Bien sûr dans la pratique selon que l'on soit seul, à deux ou trois, ou encore que le séjour présente quelques spécificités, les choses sont à nuancer.

. Le budget avant le départ. (à rajouter au budget final) .
Le notre fut de près de 1500€. Incluant:
 - Visas
 - Vaccins
 - Équipement complet
 - Billet d'avion pour rejoindre Londres (départ de notre billet TDM) ...

Retrait bancaire :
Il faut préciser que les frais de retrait dans ce type de voyage sont énormes. Sans avoir calculer au détails, nous pensons qu'ils arrivent à peu près entre 8% et 10% du budget total. S'il ne sont pas prévus dans l'estimation du budget, cela compte en frais supplémentaire.
Certains retrait sont effectués à la Scotiabank (Pérou - Chili) car celle-ci possède un partenariat avec la BNP donc sans frais de retrait. Bien que nous n'ayons pas souscrit l'option, la Société Générale propose pour environ 20€ par mois, retrait sans frais illimité.

. Répartition des dépenses

Schématiquement un budget routard correspond à toutes les dépenses quotidiennes sur place (seul le transport pour arriver depuis chez soi est exclu).

Soit :

- Hébergement : hôtels locaux; en gros ceux que vous trouverez dans le Routard ou le Lonely Planet dans la catégorie pas cher. Mais cela peut être aussi selon les endroits le camping, chez l'habitant, etc. Bref, les types d'hébergements dans lesquels vont majoritairement les voyageurs sac à dos selon les lieux.

- Repas : trois par jour pour une catégorie et un principe identiques à l'hébergement incluant donc les restos locaux économiques.

- Transports locaux : terrestres mais à l'occasion aussi aérien. Là aussi, c'est basé sur ce que font les voyageurs de façon générale dans un pays, y compris dans les classes (train) ou le type de véhicules empruntés.- Les dépenses "divers".

Pour avoir une idée du budget

On peut avoir une première idée d'un budget quotidien dans un lieu sur la base 1/3 + 1/3 + 1/3.
C'est à dire : les dépenses d'hébergement = celles des 3 repas = celles des divers.
Tout cela sur le principe de catégories identiques (pas d'hôtel haut de gamme et restos du coin ou l'inverse) et excluant les transports autres qu'urbains (les déplacements d'une étape à l'autre) qui eux sont à inclure dans les "transports locaux".
Même, s'il s'agit là d'une règle pas forcément toujours fiable ni vraie, elle permet souvent d'avoir quand même une idée rapide des coûts.

A signaler aussi que les budgets que nous avons établis pour cette rubrique correspondent à des fourchettes; donc à l'occasion un pays pourra se retrouver dans deux catégories différentes.

D'autre part, le fait que de nombreuses destinations disposent d'un ou deux endroits nettement plus chers que la moyenne nationale n'est pas pris en compte. On part du principe qu'il s'agit ici d'un budget quotidien d'ensemble impliquant la visite de différents lieux ou régions du pays.

Ces chiffres sont aussi basés sur l'expérience d'autres voyageurs et du site frog on the road 

Voici le budget moyen par jour et par personne tout compris sur place (hébergement, transport, nourriture, visites...) hors billets d'avion.

 

Amérique Latine
euros
Argentine
32,00
Bolivie
22,00
Brésil
30,00
Belize
25,00
Chili
27,00
Cuba
30,00
Costa rica
31,00
Colombie
29,00
Equateur
24,00
Guatemala
19,00
Jamaïque
35,00
Mexique
40,00
Nicaragua
22,00
Paraguay
25,00
Pérou
25,00
Panama
22,00
Salvador
19,00
Uruguay
26,00
Venezuela
23,00
Antarctique
300,00
Afrique
euros
Afrique du sud
48,00
Botswana
71,00
Egypte
20,00
Kenya
40,00
Mauritanie
26,00
Malawi
30,00
Maroc
33,00
Mali
22,00
Namibie
45,00
Ouganda
52,00
Tanzanie
65,00
Tunisie
20,00
Madagascar
25,00
Mayotte (France)
50,00
Océanie
euros*
Australie
57,00
îles Fidji
50,00
îles Cokes
70,00
île de Pâques
46,00
Nouvelle-Calédonie
75,00
Nouvelle-Zélande
60,00
Polynésie Française
90,00
Asie/Orient
euros
Birmanie
25,00
Cambodge
27,00
Corée du sud
35,00
Chine
25,00
Israël
24,00
Inde
17,00
Indonésie
22,00
Japon
60,00
Jordanie
29,00
Laos
25,00
Malaisie
22,00
Maldives
38,00
Mongolie
20,00
Népal
30,00
Taïwan
27,00
Thaïlande
25,00
Tibet
30,00
Pakistan
27,00
Philippines
30,00
Singapour
37,00
Sri Lanka
28,00
Syrie
26,00
Viêt-Nam
25,00
Hong-Kong
34,00
Bruneï
34,00

Généralités

. Prévoir un minimum

Première règle, n'oubliez pas qu'un budget vraiment trop serré gâchera 9 fois sur 10 votre voyage et vous apportera avant tout son lot de frustrations quotidiennes. Donc, économisez plus ou revoyez la durée et/ou le trajet, même s'il est vrai que vous pouvez envisager de travailler sur place. Mais pour un voyage de quelques mois est-ce bien la meilleure solution ? Et puis où, quoi et comment; difficile si l'on ne s'est pas un peu renseigné au préalable. A la limite autant chercher au préalable quelques bourses et sponsors si l'on a donné un thématique à son voyage.Quant à ceux qui espèrent voyager pour rien ou simplement 1 ou 2 €/jour, cela relève avant tout de la naïveté, voire à la limite d'une tendance à vouloir vivre au crochet des populations rencontrées y compris les plus démunies.

. Combien ?

En matière de finances tout dépend bien sûr des envies de chacun, de son train de vie, des modes de transport et des pays visités.
Deux exemples opposés, glanés à ABM, avec une personne sortant des études (pas d'impôts ni de logement), voyageant seul par la route (stop en Europe puis transports locaux en Asie) qui s'en est tiré avec 3 000 € pour une année et un couple qui a dépensé 25 000 € choisissant des pays "chers" (Afrique du Sud, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Australie, Nouvelle-Zélande), les déplacements en voiliers et en avion sans jamais se priver.

Leurs budgets TdM

. Aujourd'hui, Ailleurs. Découvrir le monde. Le monde, les pieds en l'air. Le tour de SebTon meilleur tour du monde

Mais, globalement, on peut dire que pour une majorité de voyageurs 6 500 à 9 000 € par personne pour un an tout compris en "routard" semblent une bonne moyenne. Soit en gros 20 à 25 €/jour pour peu quand même que l'on voyage à deux (moins de frais d'hébergements par personne), que l'on privilégie les structures et transports locaux, et que l'on opte plutôt pour des régions comme l'Asie ou l'Amérique Latine traditionnellement plus économiques pour le voyageur que l'Amérique du Nord ou le Pacifique.

Le budget par postes

Aux éventuelles recettes que vous pourriez avoir en cours de route (travail) et "chez-vous" (ventes de biens, sous-location...), il faudra opposer l'ensemble des dépenses.
 
C'est à dire :

1 - Les impôts et autres factures qui continueront à arriver pendant votre absence ainsi que les frais que vous aurez également au retour pour réintégrer une vie sédentaire.
2 - Les dépenses préalables prévues pour l'équipement, les guides, les cartes.
3 - Celles concernant vos documents de voyages à faire ou à refaire avant départ (du passeport aux assurances), plus le coût des visas pour l'ensemble des pays. Sans oubliez la santé et les vaccins à renouveler parfois.
4 - Le prix du transport principal, généralement l'avion, acheté ou à acheter en route, plus une estimation du coût des transports annexes ou de liaisons ainsi que des forfaits s'ils sont envisagés. Ne pas oublier les taxes d'aéroport qui, lorsqu'elles ne sont pas déjà incluse dans le prix du billet, s'échelonneront souvent entre 10 et 40 US $ en international.
5 - Le budget quotidien sur place que vous pouvez d'ailleurs détailler par postes (hébergement, nourriture, visites, transports locaux, divers). Par expérience, lorsque l'on reste dans un même lieux, on s'aperçoit souvent que les dépenses quotidiennes d'hébergement correspondent à celles des trois repas du jour, elles-mêmes assez similaires aux frais annexes quotidiens. Bien entendu, cela s'entend à catégories égales et non si l'on associe les supers restos à l'hôtel bas de gamme ou l'inverse
6 - Pensez aux souvenirs que vous achèterez (et parfois renverrez chez-vous) ainsi que les autres petits plaisirs non prévus auxquels vous ne résisterez pas. Estimez également les poste photos et communication (des cartes postales au téléphone en passant par le web).
7 - Si vous envisagez des activités particulières (trek, plongée, etc...) ayez une première idée des prix. Et sauf si le lieux vous semble important, réalisez-les dans les endroits qui semblent les moins onéreux. Il demeure quasi-obligatoire de prévoir ce genre d'extra dès le départ car sur place, principalement dans les pays économiques, leurs coûts pourront vous paraître exorbitants par rapport à ce que vous avez pris l'habitude de dépenser quotidiennement (ex. : en Inde payer pour une activité 50 US $ alors que vous n'en dépensez pas plus de 10 pour vivre chaque jour). A ce sujet, ou pour certaines choses, réfléchissez à ce que cela vous coûterait dans votre pays.
8 - Prévoyez toujours une petite réserve au cas où (d'où l'intérêt une carte bancaire).
9 - Dernière chose, n'oubliez pas les commissions de change et autres variations monétaires auxquelles vous aurez droit lorsque vous changerez votre argent.

Pour faire des économies : "Trucs et astuces du voyageur" sur abm.fr

1 - Eventuellement, commencez par placer une partie de votre budget pour qu'il vous rapporte, y compris lorsque vous serez en route. Voyez votre banquier afin de trouver les meilleurs placements (ou ceux sans gros risques) n'impliquant pas une durée d'immobilisation de votre argent, plus les modalités de transferts vers votre compte lorsque celui-ci sera à sec.
2 - Privilégiez les périodes creuses pour vos déplacements principaux.
3 - Evitez "l'hyper haute-saison" dans les endroits fréquentés et ne séjournez pas trop longtemps dans ces derniers qui sont souvent les plus chers du pays. Au contraire restez plus dans les coins économiques à plus forte raison s'ils vous plaisent.
4 - Ayez toujours une première idée des prix et faites jouer la concurrence. Demandez-vous si la même chose ou le même service n'est pas disponible ailleurs pour moins cher.
5 - Si vous êtes seul essayez de partager votre hébergement et les locations de véhicules. Pour le transport si vous restez longtemps dans des pays assez grands (USA, Australie...), n'hésitez pas à acheter un véhicule puis à le revendre ensuite.
6 - Voyez d'abord le rapport qualité-prix avant le prix seul, et attention aux dépenses annexes ou cachées pour les offres les plus alléchantes.
7 - Evitez de vous fourvoyer dans des "mauvais plans" ou des affaires apparemment "très rentables et sans risques". Outre des problèmes, vous risquez également d'y perdre votre argent.
8 - Réfléchissez bien et informez-vous avant d'entreprendre les dépenses les plus coûteuses.
9 - Toutefois n'oubliez pas que le voyage doit demeurer d'abord un plaisir et non une série de contraintes et de frustrations...

 Itinéraire :

• Le choix :

Question itinéraire, tout dépend bien sûr des envies de chacun et accessoirement aussi de son budget.Selon que l'on aime la nature, les vieilles pierres, que l'on souhaite de bonnes conditions de voyage ou au contraire un aspect plus aventureux, le choix ne se portera pas évidemment sur les mêmes endroits.
Sans oublier le climat qui peut parfois imposer ses contraintes (voies de communication réduites, activités impossibles...), même s'il est vrai que l'hiver, la saison des pluies, les grosses chaleurs permettent souvent de découvrir d'autres aspects d'un pays.En attendant le voyage est une aventure, pas une destination.

Leur itinéraire de TdM :

Le monde,
les pieds en l'air
.
C notre tour.
Labaraka.net.
Le tdm d'Elodie et Manu.
Un tour de notre monde

• La liste

Concrètement pour déterminer le périple, commencez par lister les destinations en trois catégories : celles que vous voulez voir, ne pas voir, et les éventuelles. Ajouter à cela les endroits où le cas échéant vous souhaitez réaliser une activité spécifique (trek, plongée...), assister à une fête ou un événement, passer - ou au contraire ne pas passer - une période précise de l'année. Cette liste reflétera d'abord vos envies premières qui bien entendu évolueront au grès de vos lectures, contacts et autres informations d'avant départ.
Ajoutez-y également une première estimation des durées de séjour et des déplacements longues distances (utile par rapport aux validité des visas ou au budget quotidien à prévoir). Selon ensuite les "réalités financières", les modes de transports possibles et autres difficultés, celle-ci continuera à s'affiner avec le temps jusqu'à dessiner au moment du départ la trame et la durée du voyage. Toutefois, il y a fort à parier qu'entre ce que vous aurez prévu et ce que vous ferez il y aura toujours pas mal de différences...

• Les difficultés :

En attendant n'oubliez pas que chaque pays offre plus ou moins de difficultés à voyager. Pour un voyageur peu expérimenté, ou un début du périple, mieux vaudra souvent privilégier le plus simple. D'ailleurs, si vous voulez entrer progressivement dans votre voyage, choisissez aussi de commencer par des destinations "faciles".
De plus, il n'est pas forcément judicieux d'enchaîner trop ou trop longtemps des pays difficiles, ou même simplement dits du Tiers-Monde.
Au delà de créer un contraste qui fera tour à tour apprécier les uns et les autres, c'est surtout en cas de problèmes de santé, de fatigue, ou simplement de "blues prolongé" que l'on aura intérêt à faire halte dans les pays "occidentalisés". Le fait de retrouver d'une certaine manière ses repères et de bénéficier de meilleures infrastructures permettra toujours de mieux recharger les batteries (l'option "grand hôtel-bon resto" peut avoir le même effet ailleurs). D'autre part, cela sera aussi plus commode si vous comptez faire venir votre famille ou vos amis en cours de route. Dernier conseil, ne jouez pas les Rambo, dans tous les cas évitez les pays ou régions à risques.

• Liberté :

De façon générale gardez toujours en tête une certaine souplesse dans votre trajet afin de pouvoir modifier celui-ci en fonction des événements, des rencontres et de vos envies. En matière de transports, si vous ne disposez pas de votre propre véhicule, privilégiez les billets open ou modifiables.
Encore une fois choisissez votre parcours par vous-mêmes sans vous sentir obligé de collectionner les pays ou à l'opposé de passer des semaines dans un endroit parce que tout le monde le fait. Et si vous souhaitez faire un "zapping du monde" ou simplement effleurer certains pays, pourquoi pas c'est votre voyage, même s'il est vrai que c'est avec le temps que l'on découvre le mieux les choses.

• Idées et conseils par zones géographiques :

→ Les "zones favorites"
Indéniablement, si l'on se réfère aux périples effectués par les voyageurs au long-cours, certaines régions du monde ont plus la côte que d'autres.

¤ L'Amérique du Nord :Hormis pour ceux qui ont opté pour un "tour des Amériques" (notamment avec un véhicule), elle n'est que moyennement concernée du fait principalement du budget nécessaire. Assez souvent, les gens y arrivent par New York et en sortent par le Mexique (terrestre) ou Los Angeles (avion vers l'Asie ou le Pacifique) ou l'inverse.

¤ Amérique Centrale :Plus programmée qu'autrefois mais un peu aussi en tant qu'étape de transition entre le Nord et le Sud du continent, ou accessoirement par ceux qui préfèrent atterrir là plutôt qu'en Amérique du Nord.- Caraïbes :Une région totalement absente des TdM, hormis de ceux qui voyagent en bateau.

¤ Amérique du Sud :Un classique dans nombre de voyages au long-cours, notamment pour ce qui est des pays Andins. Intérêts variés, formalités simples, budgets raisonnables en sont les principales raisons.L'Argentine/sud du Brésil et le Chili en sont généralement les points d'entrée/sortie de/vers l'Europe et l'Afrique du Sud pour les premiers et le Pacifique pour le second.

¤ Pacifique :Et plus particulièrement l'Australie. Même si l'étape nécessite un bon budget, c'est un stop fréquent dans les tours du monde ("on est aux antipodes"). Pour le reste, la Nouvelle-Zélande et très ponctuellement la Polynésie sont parfois programmées par les tourdumondistes.

¤ L'Asie :Le continent incontournable de la quasi totalité des projets. Comme pour l'Amérique du Sud - sinon même plus - l'intérêt, la diversité, voire "l'exotisme, associés à un coût du voyage peu élevé expliquent son attrait. A nuancer cependant avec d'abord l'Asie du Sud-est, la Chine et l'Inde/Népal qui attirent évidemment bien plus que le reste du continent.

¤ Moyen-Orient et Asie Centrale : Ce ne sont pas les régions les plus présentes dans les tours du monde, même si certains ayant opté pour la voie terrestre en direction de l'Asie (autre que le Transsibérien) incluent cette partie du monde (et encore juste Turquie/Iran pour ce qui est du Moyen-Orient).

¤ L'Afrique :Presque toujours absente des voyages au long-cours. N'étant pas déjà le continent le plus visité des touristes (hors Afrique du Nord et Océan Indien), celui-ci ne dispose pas non plus d'un réseau aérien intéressant au niveau financier propice aux tours du monde.- L'Europe :Hormis par ceux qui partent vers l'Est par voie terrestre (et encore), pas ou peu d'étapes européennes sont généralement programmées.

• Le sens :

Dans quel sens partir ? Le plus souvent ce sont la date de départ et les conditions météo en découlant (hiver austral, mousson, etc) qui en déterminent le choix. Accessoirement aussi, pour certains, l'envie de commencer son périple par voie terrestre et d'entrer progressivement dans le voyage pour ce qui est de la "route vers l'Est". Cela dit, dans la pratique, on trouve autant de monde dans un sens que dans l'autre.

• Durée :

Généralement, la plupart des tours du monde ne dépassent pas une année, pour 3 à 6 mois minimum. Raisons principales : durée légale du congé sabbatique, année scolaire (étudiants ou voyage en famille), validité maxi pour ce qui est de l'aérien, budget "raisonnable", plus la notion pour beaucoup qu'une année représente une bonne durée pour un tel périple ou un break suffisant avant de passer à autre chose.
Reste aussi que certains partent (ou restent) pour plus longtemps, y compris plusieurs années pour quelques-uns. Pourquoi pas; à chacun de voir tout en sachant que plus la durée sera longue et plus le retour à une vie "classique" sera difficile à tous niveaux pour certains.
Quant à ceux qui rêvent d'un voyage sans retour ou perpétuel, hormis dans le cas où il y a le désir de s'installer quelque part, ça demeure(ra) presque toujours justement du domaine du rêve...

Choisir ses modes de transport :

Partir en tour du monde, mais par quel(s) moyen(s) ? Au delà de l'avion quasiment incontournable pour un tel périple, d'autres options s'offrent aux voyageurs.
Donc, outre ses envies de découvertes, les difficultés des pays visités ou le budget quotidien sur place, le ou les moyens de transports principaux envisagés doivent être pris en compte, ne serait déjà que dans le choix "cohérent" de l'itinéraire.

• L'avion :

 Les "billets tour du monde" sur abm.fr

Trame de très nombreux voyages au long-cours, l'avion notamment avec ses "billets tour du monde" dicte très souvent les principales escales d'un itinéraire.

• L'avion comme moyen principal :

Ou plus exactement comme moyen principal entre les grandes étapes du voyage. C'est le choix de la majorité combiné ensuite avec des parcours terrestres entre divers lieux de visite.
Dans la pratique, si l'on souhaite limiter les frais, on sera le plus souvent obligé de s'aligner sur une certaine logique du transport aérien et des alliances de compagnies. En clair, mieux vaudra construire son trajet autour de la vingtaine de villes charnières existant dans le domaine de l'aérien, et surtout suivre les réseaux des principales alliances aériennes mondiales proposant des forfaits sur l'ensemble de leurs lignes.
En attendant, le système adapté aux tours du monde est désormais plus que rodé, et ce à des tarifs très abordables si on s'y prend bien. Un inconvénient de taille cependant pour ceux qui souhaitent partir plus de 12 mois avec la validité des billets tour du monde limitée à un an.

• L'avion comme moyen complémentaire :

Même si on ne veut pas forcément privilégier l'avion lors d'un tour du monde, on sera malgré tout quasiment obligé d'utiliser celui-ci à un moment donné de son voyage. A commencer bien sûr pour traverser les Océans; même s'il est vrai que pour ceux qui ont beaucoup de temps ou un bon budget il existe des solutions au niveau maritime.
Dès lors que l'avion n'est plus essentiel, un billet tour du monde ne s'impose plus. Et l'on achètera alors simplement au préalable ou en route les trajets adéquates, tout en respectant encore une fois les principales routes aériennes si l'on souhaite faire des économies.

• Les transports en commun terrestres :

Voyager "en train" et "en bus" sur abm.fr

C'est ce que souhaite privilégier nombre de ceux qui, pour diverses raisons, n'ont pas trop envie d'utiliser l'avion.
Et c'est vrai que l'on pourra aller partout en transports en commun, du moins jusqu'à ce qu'on se trouve confronté à un obstacle naturel (mer, montagne, jungle, désert) ou administratif (frontière fermée). On signale à ce sujet que pour ce qui est du train, celui-ci permet de faire un vaste tour de l'Asie, via la Russie et la Chine, puisque l'on peut partir de Paris et aller jusqu'au Vietnam par ce mode de transport. Il permet également de se déplacer facilement en Amérique du Nord (et toutefois beaucoup moins ailleurs).
En attendant, voyager en bus, trains et autres ne coûte pas vraiment cher, offre une grande liberté, un vaste choix de directions possibles, et représente une expérience originale qui permet surtout de prendre son temps et de découvrir progressivement les choses et les gens. Bien sûr, cela nécessite du temps et peut s'avérer fatigant - voire monotone - pour certains.

• Le stop :

Quelques rares adeptes envisagent leur tour du monde par ce moyen de déplacement, même si ce n'est pas forcément pour la totalité de leur périple. Et à la clé d'innombrables rencontres et de réelles économies même s'il est vrai qu'il vaut mieux être motivé, avoir du temps et être seul.
TdM et modes de transports

• Les bateaux :

"Voyager au fil de l'eau" sur abm.fr

Très peu de monde effectue un tour du monde par voie maritime, que ce soit en cargo ou même à la voile.

• Le cargo :

Même si cela n'est finalement qu'assez peu connu, il est tout à fait possible de faire un tour du monde en cargo (des agences spécialisées existent). Ceux-ci offrent en effet des opportunités de voyages circulaires d'une durée généralement de 80 à 100 jours avec de nombreux arrêts sur plusieurs continents. Le cas échéant pour ceux qui souhaitent des durées ou étapes plus longues, il est possible d'utiliser les services de plusieurs bateaux. Toutefois, un peu comme pour l'aérien, on sera là aussi plus ou moins obligé de suivre une certaine logique en matière d'escales.Mais voyager en cargo demeure dans tous les cas une expérience unique; le cargo étant bien plus qu'un simple mode de locomotion. Quelques "inconvénients" cependant avec tout d'abord le prix (en gros au mieux 100 US $/jour), les destinations un peu limitées, et puis surtout la nécessité d'avoir déjà une certaine motivation pour ce type de voyage.
Reste que l'on peut toujours envisager l'expérience en tour du monde à travers simplement la traversée d'une mer ou d'un océan. Le tout via les services d'agences spécialisées car l'époque du cargo-stop ou de l'échange "boulot à bord contre transport" est plus que révolue...

• Voilier :

C'est le choix de quelques-uns, parfois d'ailleurs plus intéressés par la mer que le voyage. Mais faire un tour du monde à la voile ne s'improvise pas, et cela à tout niveau. Outre les compétences nécessaires et le budget, il faut également du temps et une réelle motivation pour ce type de voyage. C'est d'ailleurs pour cela que nombre de périples à la voile durent plusieurs années, souvent dans un cadre familial ou de retraite.
Cela dit, à l'occasion d'un tour du monde "plus classique", rien n'empêche de faire un bout de trajet par ce moyen dans certaines régions du globe. Outre le fait que de nombreux voiliers font du charter, il existe aussi des possibilités d'embarquement pour ceux qui ont les connaissances (et/ou le budget).

• Ferries et croisières :

De manière anecdotique, on peut enfin citer les ferries qui dans le cas de la Méditerranée et de l'Europe du Nord disposent de larges réseaux. Des réseaux qui, bien employés, offrent d'intéressantes opportunités pour se déplacer et visiter de nombreux pays.
Quant aux croisières, c'est surtout pour ceux qui voudraient avoir un petit aperçu des Caraïbes pour pas forcément trop cher (souvent les croisières en elles-mêmes ne sont pas très chères; ce sont les excursions et services proposés à bord qui le sont) que l'idée peut être séduisante et intégrée au périple.

• Le vélo :

 "Voyager à vélo" sur abm.fr

Les TdM à vélo est depuis longtemps assez répandu chez le voyageur au long-cours.Facile d'entretien, économique, écologique, propice aux rencontres, le vélo offre de plus une certaine liberté d'action dans le voyage. Il permet également de trimballer plus de choses qu'en sac à dos et présente l'avantage de pouvoir être mis en soute (aussi bien en avion qu'en bus ou train) lors des transferts ou même simplement lorsqu'on a envie de changer de moyen de locomotion. Bref, beaucoup d'avantages, y compris pour un tour du monde, mais qui passe quand même par un minimum de motivation (et accessoirement de condition physique), même si voyager à vélo est à la porté de chacun.
Quant à la durée nécessaire pour effectuer un TdM à vélo, il n'est pas forcément nécessaire de disposer de plusieurs années devant soi (même si certains périples du genre dépassent largement les 12 mois). En effet, en ciblant mieux ou réduisant ses étapes et leurs nombres, en se limitant à un continent ou une zone géographique, ou même en couplant vélo et transports en commun, on pourra généralement faire un bon voyage qui ne dépassera pas une année.

• Moto, voiture et camping-car :

 "Voyager avec son véhicule" sur abm.fr

Ce sont le moyen que choisissent certains pour leur tour du monde. Mais la préparation et l'aspect pratique en cours de route sont un peu, voire très différents, de ce qui concerne celui qui part sac au dos.
Dans tous les cas l'option du véhicule perso fait que l'on disposera d'une grande liberté. Et c'est vrai aussi qu'en famille la voiture et surtout le camping-car présentent également pas mal d'avantages et facilitent le voyage quand on veut partir longtemps. Revers de la médaille, se déplacer de la sorte pour un tour du monde, y compris en moto ou scooter, nécessite quelques connaissances mécaniques et surtout revient relativement cher, voire même parfois très cher. Du moins si l'on garde le même véhicule sur tout le trajet...

• Un seul véhicule pour tout le voyage :

Au delà de l'achat-aménagement-assurance-etc de celui-ci, il faudra déjà le faire transporter obligatoirement par mer si l'on doit traverser notamment l'Atlantique ou le Pacifique. En plus du temps que cela peut prendre (transports et paperasse), le coût du passage en container grimpe vite selon le volume. A cela il faudra ensuite ajouter bien des frais, taxes et dépenses annexes à chaque fois que l'on passera une frontière dans nombre de pays, plus bien sûr tout ce qui concerne l'entretien. Bref, au final un budget pour le moins conséquent à prévoir que certains chiffrent d'ailleurs à l'équivalent au mieux d'une "personne supplémentaire" pendant tout le périple.Il est donc clair que voyager de la sorte s'adresse surtout à ceux qui ont les moyens où à la limite n'ont pas de mers à faire traverser à leur véhicule.

• Plusieurs véhicules pour le voyage :

Cela dit, on peut tout à fait voyager avec son propre véhicule en limitant les coûts. La solution étant d'en changer à chaque nouvelle zone de son tour du monde. En effet, une succession de locations et même d'achats/reventes diminueront d'autant la facture finale du voyage dans de nombreux cas.
Outre le fait d'avoir des machines locales (ça peut faciliter en cas de réparations et même parfois pour la paperasse), on pourra à l'occasion faire de bonnes affaires au niveau achat/vente là où existe un certain marché. Dans plusieurs pays on trouve maintenant des sociétés spécialisées dans le créneau "voyageur" qui s'occupent des formalités et même parfois rachètent le véhicule qu'ils vous ont vendu à la fin de votre périple (c'est le cas notamment en Australie).
Quant aux locations successives, si on les effectue de façon judicieuse dans le temps et aux bons endroits, la note finale peut ne pas être trop excessive.


• Argent :

Que doit-on emporter, sous quelles formes, et doit-on prendre tout son argent avant le départ ?
Pour un voyage longue durée on pourra d'ores et déjà oublier les post-chèques (retrait limité à quelques pays et obligation d'avoir un compte CCP) et bien sûr les chèques vacances (valables quasi-exclusivement en France). Reste alors évidemment les cartes de crédit, les travellers et le cash que l'on aura le plus souvent intérêt à associer lors d'un long voyage.

• Carte :

Incontestablement elle vous facilitera toujours la vie grâce aux possibilités (il est vrai parfois théoriques) de retrait permanent d'argent partout dans le monde et surtout la crédibilité financière qu'elle peut apporter. Sans oublier qu'elle évitera le plus souvent les dépôts de garanties lors notamment de location de véhicules.Sauf si vous voyagez à plusieurs, pas la peine de s'encombrer de plusieurs cartes différentes. De toutes, Visa et sa large couverture de distributeurs automatiques semble la plus appropriée pour ceux qui comptent voyager dans différents pays. Evitez par contre les cartes peu connues et les trop "haut de gamme" que certains commerçants refuseront parfois à cause des taux de commission élevés qu'elles engendrent.
Important, vérifiez le débit hebdomadaire maximum qui vous est autorisé par votre banque, notamment si vous prévoyez de grosses dépenses occasionnelles en route. N'hésitez pas à négocier le plafond avec votre banquier que d'ailleurs il sera toujours préférable d'aller voir avant le départ.
Et puis dernière chose, quitte à la refaire, vérifiez que sa validité est incluse dans la durée de votre périple (pas évident en effet que de devoir demander une nouvelle carte en cours de route !).

• Travellers :

Si la carte revêt un caractère de plus en plus obligatoire pour voyager, tout le monde n'utilise pas les chèques de voyages. En attendant, surtout pour un voyage dans plusieurs pays, choisissez American Express qui présente l'avantage d'être connu partout. Faites établir vos travellers dans la devise la plus appropriée à vos destinations et évitez les trop grosses coupures.

• Cash :

Indispensable car il vous dépannera toujours en cas de problèmes. Prévoyez des US $ et/ou des Euros (selon les destinations envisagées) en petites coupures (de 20 maxi). Privilégiez aussi les billets neufs; les vieux ou abîmés pouvant en effet être parfois refusés par les changeurs.A signaler aussi que dans certains pays ou régions, le dollar et de plus en plus l'Euro peuvent remplacer la monnaie locale. Donc, prévoyez-en toujours plusieurs dizaines en cash et refaites votre stock au fur et à mesure de vos dépenses.

• Quantités :

Pour un voyage longue durée aucun intérêt d'emporter tout son argent avec soi (pertes, vols, baisse des taux, etc), surtout si celui-ci est placé.Une carte bancaire (et accessoirement l'envoi de fond en cours de route) vous laissera la plus grande liberté dans ce domaine. A vous bien sûr de savoir gérer ensuite votre compte ou de le faire gérer par quelqu'un d'autre.Sans règle générale, on peut dire qu'il est préférable d'avoir en permanence avec soi au minimum 4 ou 5 jours d'avance en cash (devises ou monnaie locale), et à l'opposé peu recommandé de disposer de grosses sommes en liquide (augmentation des risques de vols).Quant à la quantité de travellers à emporter certains prendront le minimum, voire rien du tout, privilégiant d'abord les transactions par cartes alors que d'autres opteront au contraire pour un budget avant tout sous cette forme. N'oubliez pas que les travellers peuvent aussi s'obtenir à l'étranger.

• Devises :

Pendant des décennies le dollar US a régné quasiment partout dans le monde. Mais, désormais, avec l'arrivée de l'Euro les choses ont quelque peu changé. Et dans une majorité de pays - sinon même la totalité - la nouvelle devise s'échange maintenant sans problème à son taux réel. Dès lors, aucun intérêt à accumuler les frais bancaires si l'on peut directement passer sur place de l'Euro à la monnaie locale sans transiter par le dollar. Donc, regardez quelle devise est la plus appropriée à votre parcours et prévoyez en conséquence quitte à panacher si nécessaire aussi bien pour le cash que les travellers.
Schématiquement, à l'heure actuelle, on peut dire que l'Euro s'échange très bien dans toute l'Europe, le Moyen-Orient, le pourtour Méditerranéen, la quasi-totalité de l'Afrique et de plus en plus de pays asiatiques et du Pacifique. Seul point de "résistance", les Amériques. Là, dans certains pays, même si la devise européenne est acceptée, les taux proposés sont souvent encore en dessous de la réalité et le dollar toujours aussi présent, sinon même reconnu comme monnaie parallèle.
Enfin, sachez également que les bureaux de change Thomas Cook, présents dans près de 100 pays, prennent les Euros et d'autres monnaies partout dans le monde (on peut aussi s'y faire envoyer de l'argent).

Derniers adhérents en ligne

palandre   adhabm   anlambert   vabecart   gemahu   angenty   jmserour   miricher   jprabonneau   bebenoist   plemaitre   stcassonnet   jrose   catherine   fjourdain  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public