logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       

Conseils préalables

Transport de véhicule par cargo :

Pour ceux qui partent pour un tour du monde ou ont des mers à traverser, comment assurer le passage, les problèmes et combien ça coûte ?

Généralités :

Hormis quelques trajets/situations où l'on pourra opter également pour le ferry ou l'avion, le cargo est presque toujours l'unique moyen pour transporter son véhicule avec au choix des bateaux de type "roll-on/roll-off" (roro) ou des "porte-conteneur".
Dans un porte-conteneur (le plus conseillé), le véhicule est protégé et ne peut bouger pendant le transport; de plus personne n'en connaît son contenu (utile au niveau "convoitises"). A l'intérieur, le véhicule est solidement attaché à l'aide de cordes et de cales en bois clouées dans le conteneur. Vous pouvez laisser vos affaires à l'intérieur de même que partager le container à plusieurs colocataires. Fermez toutes les portes du véhicule et conservez les clefs. Le conteneur sera fermé avec un sceau dont vous garderez le numéro, mais soyez présents sur les lieux pour l'ouverture et la fermeture.
Quant aux "roro", ils offrent moins de garanties pour il est vrai des coûts moindres. Là, le véhicule est sur le pont et on ne peut pas laisser ses bagages avec celui-ci. Mieux vaut donc payer un peu plus cher et avoir son véhicule en soute bien protégé et non au grand air et à l'eau de mer.
En France les deux principaux ports de transit où embarquer sont Le Havre et Marseille.Si l'on part de l'étranger il n'est pas utile de réserver ses bateaux depuis la France. En effet, l'organisation sur place sera généralement plus sûre (vous serez là), plus facile et moins chère. Comptez environ une semaine pour organiser un départ (2 jours à Singapour mais jusqu'à 20 jours en Inde !) et prévoyez aussi quelques jours à l'arrivée. Pratiquement toutes les liaisons inter-ports sont possibles. Sur les lignes les plus fréquentées on peut trouver un bateau en partance en moyenne tous les dix jours, pour les autres... Les temps de traversées sont bien sûr fonction des distances; comptez environ 600 km/jour.
De façon générale, il est également conseillé de se rendre à destination au moins un ou deux jours avant l'arrivée du bateau, et cela afin de connaître les démarches à suivre pour le débarquement. En pratique, cela est tout à fait possible car voyager sur un cargo porte-conteneur avec son véhicule est rarement autorisé; les capitaines n'acceptant en effet pas toujours d'embarquer les passagers à cause le plus souvent de problèmes d'assurances et de places à bord. Et de toute façon, même d'accord, vous paierez bien plus cher le trajet qu'en avion.Au niveau prix justement, n'oubliez pas que les transferts maritimes sont relativement chers. Le prix ne sont pas forcément proportionnels à la longueur du trajet mais plutôt au trafic et au taux de remplissage du bateau. Schématiquement, le coût d'un transport peut se diviser en 3 niveaux : "avant" (mise en conteneur, grutage, frais de port, frais d'agent maritime; soit environ 250 € mini), "pendant" (le fret lui-même; de 600 à 1 900 € selon les liaisons) et "après" (même chose qu'"avant"). Soit en répartition par traversée (en conteneur standard) 60 % fret + 40 % frais annexes en moyenne.

Les transitaires :

Pour embarquer son véhicule il faut la plupart du temps passer par l'intermédiaire d'un "agent maritime" ou transitaire (cf. coordonnées dans les pages jaunes) qui organisera le dédouanement, la mise à disposition d'un conteneur et le grutage. Au port d'arrivée, il faut de plus trouver un autre agent maritime qui fera la même opération pour "importer" le véhicule. Donc, il est nécessaire de toujours demander un "contact d'arrivée" à son agent du port de départ. Les papiers - surtout la "bill of loading", le document indispensable pour récupérer son véhicule et qui est délivré par la compagnie maritime après le départ du bateau - arriveront en effet directement auprès de celui-ci. De plus, le transitaire se chargera de tous les papiers et éventuellement de trouver une compagnie d'assurance sérieuse pour assurer le véhicule dans le pays. Ses frais peuvent être parfois plus importants que ceux du transport. Comme il existe de grosses différences d'un agent maritime à l'autre, faites établir des devis et vérifiez que tous les frais sont inclus.
Le choix du transitaire est donc très important. Et il est parfois préférable de payer un peu plus cher afin d'avoir une garantie de sérieux en retour.

. Témoignage :

"Une taxe de 2 300 FF était payable à l'arrivée du véhicule en Afrique du Sud et remboursable si le véhicule quittait le pays dans les 90 jours. Lors du rembarquement, je l'ai signalé à mon transitaire sans trop y croire. 3 mois après mon retour, j'étais remboursé ! Au niveau prix : Transport Abidjan-Cape Town A/S en conteneur = 3 300 FF. Frais de transitaire expédition à Abidjan = 6 600 FF. Frais transitaire réception à Cape Town (tout compris) = 1 980 FF (sans la taxe qui m'a été remboursée). Transport Cape Town-Le Havre A/S en conteneur = 4 400 FF. Frais de transitaire de départ à Cape Town (tout compris) = 4 875 FF. Frais de transitaire au Havre (tout compris) = 4 490 FF.
Par "tout compris" il faut entendre les différentes taxes payées aux douanes (pour la visite), les formalités administratives, la location du conteneur, le chargement ou le déchargement, le stockage, les assurances.A signaler au niveau carburant qu'il faut savoir qu'un réservoir doit être plein ou vide (le danger d'explosion est dû au gaz dégagé par le carburant et non au carburant), mais les douaniers doivent l'ignorer. A Abidjan, le bateau acceptait les réservoirs pleins alors qu'à Cape Town , ils ont vidangé en ne laissant que quelques litres. Or, c'était la même compagnie à l'aller et au retour."(C.Desaintjan).

. Adresses de transitaires :

 - Geodis Overseas : av. Plaine de France, 95700 Roissy. Tél. : 01 48 63 62 73.
- Compagnie Catalina :  Ils peuvent répondre à toutes vos questions et sont de très bon conseil. Ils sont spécialistes sur l'Amérique du sud, et bons nombres de voyageurs sont partis avec eux.
 
Transport par d'autres moyens :

Par ferries :

Dans tous les cas, c'est la manière la plus simple et économique pour transporter sa voiture, sa moto ou son vélo. Très répandus sur l'Europe et souvent un peu moins ailleurs, vous trouverez des ferries un peu partout pour des distances assez courtes. Avantages : les prix pour le transport de véhicules sont fixes, facilement disponibles et la sécurité garantie..
A voir en complément sur abm.fr la rubrique "Voyager en ferries".

Par avion :

Difficilement réalisable pour une voiture car hors de prix, c'est par contre une bonne solution pour une moto. Pour les courtes distances, il est d'ailleurs généralement meilleur marché de choisir le fret aérien que le transport par cargos. Dans ce cas, pour la moto, prévoir au niveau sécurité de dégonfler les pneus, vider l'essence du réservoir, le liquide de freins et l'acide des batteries.
Et pour ce qui est du vélo, vous pouvez le transporter - pneus dégonflés - sur toutes les compagnies en bagage accompagné avec, il est vrai sur certaines, un petit supplément. Un emballage style SNCF peut être suffisant, même s'il peut être utile de bien protéger les parties sensibles. L'intérêt est qu'en transportant votre vélo vous n'aurez pas de surtaxe à payer en-dessous des 20 kg de bagages autorisés en avion.

. Air France Service Fret : 01 41 75 15 15 ou 01 48 62 31 22.
 
Des témoignages sur le transport :

Véhicule 4x4 :

"Si vous pouvez entrer votre véhicule dans un container, c'est plus sûr. Une fois chargé à bord, personne ne saura ce qu'il contient. Monter à bord coûte plus cher que prendre l'avion (par contre c'est généralement l'inverse pour le transport du véhicule). De plus, l'avion permet des escales pendant le transit du véhicule. Un véhicule peut voyager de trois façons en cargo :
1) Sur un cargo aménagé : c'est le plus pratique et probablement l'un des meilleurs rapports qualité/prix. Mais peu courant.
2) Sur une plate-forme : le plus cher, le moins sûr et le plus galère.
3) Dans un container : la meilleure solution (prix et sécurité). Mais attention aux dimensions du container et de votre véhicule. Les deux tailles les plus standards sont 20 ou 40 pieds de longueur. Sachez qu'à partir de 6 mètres, les tarifs changent de beaucoup. Vérifiez aussi la largeur. Pour la hauteur, il existe des containers sans toit (plus cher et moins pratique). La hauteur du véhicule entre plus ou moins en ligne de compte selon les compagnies de fret. Il est important que le véhicule soit bien protégé surtout contre l'eau de mer.
Exemples de prix pour notre Land Rover :
- Anvers-Guayaquil (33 jours) : 1 000 US $/personne et pour le véhicule 3 500 US $ A/S avec la compagnie Polish Ocean Line.
 - On peut aussi trouver des liaisons du Brésil vers l'Italie (Rio de Janeiro-Gênes en 17 jours), sur roro (rouliers) avec la compagnie Grimaldi. Ces bateaux sont des gros monstres de six étages qui peuvent contenir 5 000 voitures. La traversée revient à 1 300 US $/personne et 1 500 US $ pour le véhicule. - Bombay-Le Havre sur simple plate-forme (pour 10 cm de trop, notre véhicule ne rentrait pas dans un 20 pieds) : 2 700 US $ + frais de dédouanement.
- Transport bateau en container avec taxes de ports de départ et d'arrivée incluses : Madras-Singapour (8 000 F); Singapour-Perth (8 000 F); Sydney-Los Angeles (18 000 F); Puerto Limon (Costa-Rica)-Puerto Cabello (Venezuela) (6 000 F); Buenos Aires-Cap Town (13 000 F); Cape Town-Le Havre (8 000 F, plus cher dans l'autre sens).
"(F. et M. Dupuis; 1997)

Camping-car :

"En quittant les USA pour la France par le New Jersey (Port Elisabeth) nous passons chez le transitaire pour valider les divers documents d'embarquement de notre camping-car. Je demande s'il faut passer comme à l'aller par les "US Customs". On m'indique que non, ce n'est pas nécessaire, avec les documents en ma possession, je peux aller directement au port. OK, direction le port. Zut, arrivée pause de midi, poireautage sous le chaud soleil, vue sur la Statue de la Liberté en face du dock pendant près de deux heures.
 Ouverture du bureau d'enregistrement. Et on me demande le certificat d'enregistrement de la carte grise. Je dois retourner aux US Customs. On négocie: pas possible, notre avion part dans 4 heures et on m'a expressément indiqué qu'il nétait pas nécessaire de passer par ce bureau de douanes. On m'explique que dans ce cas, je peux laisser la carte grise qui me sera réexpédiée par la poste.
Je me dis que OK, je tente le coup. Je laisse ledit document et tout se débloque. Le véhicule est arrivé un mois après au Havre sans carte grise. Ça a été compliqué de dédouaner un véhicule auprèè des douanes françaises avec la seule photocopie de cette foutue carte grise. Aujourd'hui, elle n'est toujours pas arrivée....
Moralité: se méfier des consignes données par le transitaire américain. Chemin normal = transitaire -> douanes -> port et idem à l'arrivée."
(octs@wanadoo.fr)

"Lors de la récupération de notre camping-car la surprise fut de taille en appelant la compagnie maritime à notre arrivée à Singapour. Il fallait payer une société pour récupérer le camping-car sur le quai et le faire sortir du port. Nous n'aurions pas le droit, ou ce serait trop compliqué de le faire nous-même. On nous annonce la note : 11 000 F, plus que le prix de la traversée ! Nous nous rendons à notre compagnie maritime, Maerks.
On explique le problème et très rapidement, le directeur nous propose de nous aider à récupérer le camping-car par nous-même, sans frais. Par contre, il se décharge des formalités de douanes, mais cela, on sait faire. Le surlendemain, nous passons avec deux personnes de la compagnie 2 heures au port mais en sortons avec le camping-car. Le travail était assez compliqué : détacher le véhicule du flat, le descendre du flat et compléter les documents du port. Pourquoi Maerks nous aide-t-elle de la sorte ? Sûrement le fait d'être une famille avec nos trois enfants y est pour beaucoup. Maerks Chittagong avait été sympa et ils voulaient en faire autant ici à Singapour. Passage à la douane : 5 mn, mais carnet de passage en douane obligatoire.
Au niveau prix en "porte-containeur" pour la traversée Chittagong (Bangladesh) - Singapour :
1) "Conteneur standard" 20 ou 40 pieds : le véhicule ne doit pas excéder 5,85 m en longueur, 2,33 m en largeur et 2,19 m en hauteur pour un 20 pieds. Pour un 40, la longueur ne doit pas dépasser 11,99 m. Prix de la traversée : 800 US $ pour un 20 pieds.
2) "Open Top" (ouvert par le haut) 20 ou 40 pieds : moins de 5,08 m de longueur et 2,23 m de largeur pour un 20 pied. Pour un 40, longueur 11,62 m et largeur 2,22 m. Le véhicule sera mis dans l'open top à l'aide d'une grue. Prix : 2 300 US $ pour 40 pieds.
3) "Flat Rack" (plate-forme) 20 ou 40 pieds : uniquement si votre véhicule dépasse les dimensions précédentes sans excéder 2,50 m de large. Prix : 3 100 US $ pour un 20 pieds.". (A. Haize-Roux et S. Marais; 2000)

Moto :

"L'organisation du transport de la moto en container entre Madras et Singapour a été à lui seul une aventure d'une quinzaine de jours. Il a fallu négocier et motiver le transitaire ainsi que les douaniers pour faire avancer les choses au plus vite, nous y serions encore !
Le carnet de passage en douane est incontournable; un Danois a vu sa moto confisquée au Pakistan pour défaut de présentation du document. Il lui a fallu s'en faire expédier par courrier rapide à Quetta pour pouvoir récupérer sa monture. Ce carnet est valable un an, il est aisément reconduisible auprès des Automobile Club, pour peu qu'on aie le contact sympathique."
(Ph. Abadie; 1998)
 

La route et ses dangers :

Première chose importante à connaître avant de circuler dans un pays : savoir de quel côté on va rouler. A droite, à gauche... ou pas vraiment défini (dans ce cas suivez les autres). Solutions pour tous les pays du monde avec "Which side of the road".
Ensuite, il est préférable d'avoir une idée de l'état des routes, de la circulation, des risques, etc, que l'on va rencontrer. Début de réponse avec le site du "Ministère des Affaires étrangères". Des conseils pour tous les pays du monde avec une fiche pour chaque. Et parmi les différents sujets abordés comme les risques de vol, terrorisme, etc, un rubrique consacrée à la route et ses dangers. De façon générale, ce site est complet sur le sujet. Toutefois, relativisez un peu par rapport à ce qui est indiqué sous peine de ne plus sortir de chez vous; y compris en voiture.

Les risques par modes de transports :

Pas de surprises, de tous les modes de transports, la voiture est le plus dangereux; les risques de mourir d'un accident y sont 30 fois supérieurs à ceux du bus, 45 fois à ceux du train (et 90 fois à ceux de l'avion). Bien entendu, selon les pays les dangers ne sont pas identiques et c'est dans le "Tiers-Monde" que l'on risquera toujours le plus l'accident. Raisons évidentes avec des réseaux routiers souvent limités, constitués de pistes ou de mauvaises routes généralement peu ou pas entretenues, plus un parc de véhicules assez disparate et déglingué qui accueille souvent à son bord trois ou quatre fois plus de passagers que prévus.
De tous les véhicules qui roulent, les minibus (ou assimilés) et taxi-collectifs sont les plus dangereux, ne serait-ce déjà que parce que leurs chauffeurs essayent au maximum de rentabiliser leurs courses tant dans les durées que le nombre de personnes transportées. Si vous voulez limiter les risques évitez les trajets de nuits (plus meurtriers), ceux en zones dangereuses (montagnes, zone de banditisme reconnues) ou en périodes difficiles (hiver) pour lesquels vous préférerez l'avion ou le train s'ils existent. Privilégiez les places près des issues ou des vitres, et pour ce qui est de vos bagages gardez-les si possible avec vous ou rendez-les passe-partout en les enveloppant dans un sac s'ils doivent voyager sur le toit.
Si vous utilisez les services d'un taxi ou d'une voiture particulière n'hésitez à faire adopter au chauffeur la conduite désirée et demandez lui si nécessaire dans sa langue de rouler moins vite ou d'adapter sa conduite aux circonstance. Choisissez votre véhicule plutôt que l'inverse et négociez toujours les prix avant. Enfin, sans surprise, sachez que par rapport à la France, la mortalité en voiture est 10 à 30 fois supérieure dans les pays en voie de développement, 3 à 4 fois dans les pays de l'Est, mais par contre inférieure de moitié en Europe du Nord, au Japon et aux USA.
 
Itinéraires :

Définir l'itinéraire :

Le plus souvent vous trouverez de meilleures cartes et guides de voyages en Europe qu'une fois sur place. Les Automobiles Club à l'étranger ne sont pas toujours au point au niveau des informations et les bonnes cartes pas toujours évidentes à trouver (dans nombre de pays cherchez-les plutôt dans les stations que les librairies).
Les trajets faciles sur une carte peuvent s'avérer difficiles dans la réalité, donc ne pas prévoir trop de kilomètres. Comptez une moyenne journalière de 150/200 km dans les pays où l'infrastructure routière et les conditions laissent à désirer (pour le vélo, cf. "Voyager en vélo").
Pour ce qui est de l'Europe vous pouvez préalablement calculer sur le web vos itinéraires routiers avec cartes, hôtels, restaurants et campings directement sur le site Michelin ou sur Mappy (très complet) qui concerne 18 pays, 450 000 km, 55 000 localités et propose différents choix avec leurs coûts. 

Conseils :

Si vous partez pour un raid ou hors sentiers battus, prévoyez votre itinéraire en fonction des saisons. Evitez celle des pluies (mousson d'été en Inde par exemple), l'hiver en Alaska, l'été dans les déserts australiens. Si vous pensez aller dans des coins isolés, un GPS est indispensable (GPS marin en deux dimensions, GPS terrestre en 3 dimensions). Et de façon générale ayez du bon matériel, fiable, en quantité suffisante, avec au moins une première idée de son utilisation ou des réparations nécessaires.
Bien plus fréquente que pour un raid, l'utilisation en voyages d'un véhicule (le vôtre ou de location) se limite généralement pour la plupart des gens à des trajets "simples", présentant moins de risques, même si parfois les conditions routières sont loin d'être idéales. Malgré tout prévoyez toujours différentes choses comme une bonne trousse à outils (pour son véhicule), un minimum à manger et surtout à boire dans les régions les moins fréquentées. De façon générale, évitez de rouler de nuit, conduisez prudemment et faites attention à l'état des route et d'abord aux autres véhicules, piétons et mêmes animaux que l'on peut rencontrer.
Le premier danger pour le voyageur vient de la route. Si vous décidez de découvrir par vous-mêmes des pistes ou des voies difficiles, quelques règles de prudence s'imposent. Ayez d'abord un véhicule en bon état (y compris s'il s'agit d'une location) et pensez à faire le plein dès le réservoir à moitié vide car les pompes sont parfois rares. Prévoyez également suffisamment d'eau et ne vous engagez pas sur des pistes difficiles sans être équipé ou au moins renseigné avant.
Et si vous tombez en panne, à plus forte raison en pleine chaleur, dans un coin désertique ne vous déplacez pas et restez à l'abri du véhicule en attendant le passage d'autres véhicules.
 

Derniers adhérents en ligne

jprabonneau   adhabm   bebenoist   plemaitre   stcassonnet   jrose   catherine   fjourdain   chveque   jcpeugeot   jmhelle   cvandyk   jmserour   acabot   symarchand  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public