logo abm blanc
FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
       

Le voyage par écrit

Très large choix pour celui qui cherche en France une revue de voyage (au sens large) avec aussi bien des magazines généralistes que thématiques, traitant du monde entier ou au contraire d'une région précise (notamment sur l'hexagone), pour des vacances proches ou des périples lointains, qu'il soit adepte d'un type de voyage ou même professionnel du tourisme.Cela dit, il est à noter que si la quantité est là la qualité est loin d'être toujours au rendez-vous. En effet, on trouvera régulièrement en kiosque des magazines sans intérêt, dont la seule vocation est de distiller un maximum de pubs ou de "publi-rédactionnels" sous l'apparence d'articles ou de dossiers voyages. Heureusement, leur durée de vie est général assez courte...

 
Le monde :
Ou plus exactement les magazines traitant du voyage ou du monde dans leur ensemble. La quasi-totalité de ces revues sont facilement disponibles à l'achat en kiosques (et parfois via Internet).

Afrique Passion :
Mensuel - Prix : 3,90 €.
Un magazine fait par et pour les africains et les amoureux de ce continent. Pas axé 100% voyage mais une excellente approche, notamment socio-culturelle, de ce continent à travers des numéro le plus souvent thématiques ou consacrés à un pays. Bref, un très bon complément au voyage...

Animan :
Bimestriel - Prix : 9 €.
Magazine de voyages et découvertes qui tous les deux mois présente les plus beaux reportages de voyages et de nature avec en plus, dans chaque numéro, un portfolio de 15 images de collection superbement imprimées.

Carnets d'aventures
Bimestriel - Prix : 5,50 €.
L'aventure déclinée sous toute ses formes, y compris pratique.

Couleurs Marrakech
Trimestriel - Prix : ? €.
Le magazine de la culture et de l'art de vivre à Marrakech et au Maroc.

GEO
Mensuel - Prix : 4,90 €.
La revue que l'on ne présente plus et l'équivalent(-concurrent) de National Geographic. Même approche que celui-ci avec toutefois un coté parfois bien plus "engagé" ou critique dans les sujets traités.Pour la découverte du monde et un excellent complément pour le voyage.

Globe-Trotters Magazine
Bimestriel - Prix : 4,90 €.
Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore, c'est la revue d'ABM. On vous renvoie donc au chapitre qui lui est consacré sur le site.

Grands Reportages
Mensuel - Prix : 4,90 €.
Des rubriques pratiques et des reportages sur les quatre coins de la planète, y compris des destinations hors sentiers battus, traités sous l'angle "aventure - nature - découverte". Egalement, beaucoup d'informations utiles à la préparation de futurs périples.Traditionnellement, c'est le magazine en kiosque le plus proche du voyageur indépendant (mais qui intéressera aussi les autres).

Montagne Magazine
Mensuel - Prix : 4,50 €.
Revue thématique de reportages et d'informations pratiques en tous genres sur la montagne en France et à l'étranger. A la croisée de l'alpinisme et des amateurs de treks ou de hautes randonnées. en montagnes.

National Géographic
Mensuel - Prix : 3,90 €.
La formule française de la célèbre revue américaine dont le premier numéro de cette dernière date de... 1888. Bref, une référence pour tout ce qui est photos et des reportages présentés sous l'angle nature, histoire, culture, société.Ce n'est pas une revue pour ceux qui cherchent du pratique, mais un excellent complément pour le voyage et la découverte du monde.

Oogolo Voyages
Trimestriel - Prix : 4 €.
Un magazine grand public qui "propose toutes les astuces pour voyager vraiment pas cher" et qui s'appuie dans sa démarche sur son site Internet.

Partir en croisière
Trimestriel - Prix : 6,10 €. 
Magazine thématique consacré aux croisières de tous types et sur toutes les mers du monde, avec aussi des articles, des reportages et des infos pratiques sur ce que l'on peut découvrir aux escales.

Partir plonger
Trimestriel - Prix : 5,80 €.
Magazine consacré à la plongée (mais aussi plus largement à la mer) et aux voyages.

Passe-Frontières
Bimestriel - Prix : 4,90 €.
Un magazine qui traite du voyage dans son ensemble.

Petit Futé Mag
Bimestriel - Prix : 2,90 €.
Edité par les guides du même nom.

Terre sauvage
Mensuel - Prix : 4,90 €.
Le magazine "grandeur nature" et une référence dans ce domaine avec de superbes photos et un bon contenu. Plus une revue thématique que de voyages à proprement dit.Très intéressant pour découvrir les lieux et les êtres vivant de notre planète.

Trek Mag
Mensuel - Prix : 4,90 €
.LE magazine du trekking, du voyage à pied et de la marche à travers le monde. Beaucoup de reportages et des infos pratiques de tous types.Une revue qui s'adresse à tous les publics, aussi bien randonneurs/trekkeurs du week-end que de destinations lointaines.

Ulysse
Bimestriel - Prix : 4,90 €.
Les pays et les lieux traités avant tout sous l'angle historico-culturel. D'une certaine façon, Ulysse est à la presse tourisme ce que le Guide Bleu est aux guides de voyages.Très intéressant dès lors que l'on recherche une approche plus approfondie des autres sociétés et modes de vie.

Ushuaia Magazine
Trimestriel - Prix : 4,50 €.
Le complément papier de la célèbre série télévisée de Nicolas Hulot.

Vacances pratiques
Bimestriel - Prix : gratuit.
Un mensuel d'infos voyages de 48 pages. Sa particularité est d'abord d'être distribué gratuitement d'abord à Paris et dans quelques villes et de proposer une lettre d'information quotidienne en ligne.

Vivre à l'étranger
Mensuel - Prix : 4,50 €.
Magazine thématique avec de nombreux articles, reportages et conseils sur l'expatriation et la vie sur place dans différents pays. Le tout est traité aussi bien sous l'angle socio-économique que pratique. A la limite du domaine professionnel et touristique.

Voyages d'affaires
Bimestriel - Prix : ? €.
Un bon magazine pratique pour hommes d'affaires avec des articles, des dossiers, plus plein d'informations et d'actualités pouvant intéresser cette catégorie de voyageurs.

Voyages voyages
Mensuel - Prix : 4 €.
Le magazine belge de voyages.

Weva
Bimestriel
- Prix : gratuit.
Un autre magazine gratuit "vacances et week-ends".
 
• La France (métropole et outre-mer) :

Des magazines par régions ou sur un thème concernant la France. Généralement au programme des articles sur divers aspects en rapport avec le sujet (découverte, culture, gastronomie, traditions, etc), agrémentés pour certains d'infos pratiques.A signaler que plusieurs de ces revues ne sont vendues en kiosque que dans les régions qu'elles traitent.
Toutefois, la plupart sont disponibles à l'achat sur Internet.

. Thématique :

Détours en France:
Voyager en France :
Bimestriel - Prix : 5,95 €.

Balades en France
Magazine de randonnée.
Bimestriel - Prix : 5,40 €.

. Géographique
Alpes Magazine :
Patrimoine, culture, découverte.
Bimestriel - Prix : 5,80 €.

L'Alsace
Découverte et passion.
Bimestriel - Prix : 6,50 €.

Bourgogne
MagazinePatrimoine, histoire, art de vivre .
Bimestriel - Prix : 5,80 €.

Bretagne Magazine
Hommes, paysages, patrimoine et culture.
 Bimestriel - Prix : 5,80 €.

Champagne-Ardennes Magazine
Patrimoine, histoire, art de vivre.
Trimestriel - Prix : ? €.

L'Esprit du Sud-ouest
Art de vivre, maisons et gastronomie.
Trimestriel - Prix : 5,80 €.

Massif des Vosges
Patrimoine, culture, découverte.
 Trimestriel - Prix : 6,50 €.

Pays Basque Magazine
Peuple et culture.
Trimestriel - Prix : 6,40 €.

Pays Comtois
Magazine de la Franche-Comté.
Bimestriel - Prix : 5,95 €.

Pays de Provence - Côte d'Azur
Le Sud-est sous tous ses aspects.
Bimestriel - Prix : 5,90 €.

Pyrénées Magazine

Patrimoine, culture, découverte.
Bimestriel - Prix : 5,80 €.

. Outre-mer :

Guadeloupe Magazine
Magazine plus guide.
Trimestriel - Prix : 5,50 €.

Martinique Magazine
Magazine plus guide.
Bimestriel - Prix : 5,50 €.

Réunion Magazine
Magazine plus guide.
Trimestriel - Prix : 5,50 €.

Océan Indien
En plus de la Réunion, les autres îles de la région.
Bimestriel - Prix : 4,95 €.
 
La presse professionnelle :

Non disponibles en kiosque (mais certains sont présents sur le Web), ces journaux ou magazines sont fait par et pour les professionnels du tourisme. Pour les lire vous pouvez d'ailleurs demander à l'occasion à votre agent de voyage.
Au programme, beaucoup d'actualités en tous genres, des articles/dossiers de fond, plus divers aspects pratiques et utiles au milieu professionnel. Très instructif à lire en un sens pour voir comment se font et défont les "produits touristiques" et comment on nous vend parfois certaines choses...

L'Echo touristique
Actu, dossiers, produits, comparatifs.
 Hebdomadaire.

Le Quotidien du tourisme
Conçu comme un journal.
Quotidien.

Tour Hebdo
Actu, dossiers, produits, comparatifs.
Hebdomadaire.

  
Magazine "virtuels" :

Si beaucoup de sites présentent plus ou moins une partie magazine dans leur contenu, bien peu cependant se définissent exclusivement comme tels.

. Absolute Travel Mag :
Contrairement à ce que pourrait laisser croire le nom, c'est en français. Ce mensuel en ligne propose des récits et carnets de voyages, des reportages, des dossiers pratiques et des interviews de voyageurs. Très bien avec réellement une "conception magazine".

. Atacamag :
Un autre "vrai" magazine de voyages sur Internet avec des articles, photos, vidéos et sons de voyageurs faits pour les amoureux de nature et d'évasion.

. Great Five
Un autre magazine en ligne suisse (francophone)


Envoyez-nous les vôtres...

"Voyager, c'est donner un sens à sa vie, voyager, c'est donner de la vie à ses sens" (Alexandre Poussin dans Africa Trek II)

"La vie, ce n'est pas seulment respirer, c'est avoir le souffle coupé !" (Alfred Hitchkock)

"La vie est un long champ à cultiver. Voyager, c'est y semer la diversité de la Terre. Voyager, c'est l'embellir des couleurs du monde." (L. Lesven)

"Les voyageurs n'ont ordinairement pour observer que les lunettes qu'ils ont apportées de leur pays et négligent entièrement le soin d'en faire retailler les verres dans les pays où ils vont." (Jean Potocki)

"Un touriste se reconnait au premier coup d'oeil. C'est un individu habillé d'une manière telle que s'il se trouvait dans son propre pays, il se retournerait dans la rue en se voyant passer." (Philippe Meyer)

"Le vrai domicile de l'homme n'est pas une maison mais la route, et la vie elle-même est un voyage à faire à pied."(Bruce Chartwin)

"Dès qu'il sait marcher, l'enfant sait voyager..."(xxx)

"Lorsque tu voyages, tu fais une expérience très pratique de l'acte de renaissance. Tu te trouves devant des situations complètement nouvelles, le jour passe plus lentement et, la plupart du temps, tu ne comprends pas la langue que parlent les gens. Exactement comme un enfant qui vient de sortir du ventre de sa mère. Dans ces conditions, tu te mets à accorder beaucoup plus d'importance à ce qui t'entour parce que ta survie en dépend. Tu deviens plus accessible aux gens car ils pourront t'aider dans des situations difficiles. Et tu reçois la moindre faveur des Dieux avec une grande allégresse, comme s'il s'agissait d'un épisode dont on doit se souvenir sa vie restante."(Paolo Coelho)

"Qui a l'habitude de voyager... sait qu'il arrive toujours un moment où il faut partir."(Paolo Coelho)

"Heureux le touriste qui a tout vu avant l'arrivée des touristes."(Bernard Arcand)

"Tous les globe-trotters du monde le savent, c'est dans les rues qu'ils se frottent à l'identité d'un pays, tant esthétique que politique, tant mysthique qu'économique".(Manu Chao)

"Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même."(Confucius)

"A quoi sert de voyager si tu t'emmènes avec toi ? C'est d’âme qu'il faut changer, non de climat."(Sénèque)

"Un des grands malheurs de la vie moderne, c'est le manque d'imprévu, l'absence d'aventures."(Théophile Gautier)

"Qui a l'habitude de voyager sait qu'il arrive toujours un moment où il faut partir."(Paolo Coelho)

"Certes, un rêve de beignet c'est un rêve, pas un beignet. Mais un rêve de voyage, c'est déjà un voyage." (vu sur l'un des forums ABM-VF)

"De tous les livres, celui que je préfère est mon passeport, unique in octavo qui ouvre les frontières."(Alain Borer)

"Il y a autant de voyages que de feuilles sur l'arbre du voyageur."(Kenneth White)

"N'ayez jamais peur de la vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d'autres espaces, d'autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît."(Henry de Monfreid)

"Naturellement, les voyages autour du monde ne sont pas aussi agréables qu'ils le paraissent. C'est seulement quand vous avez fui toute cette horreur et toute cette chaleur que vous en oubliez les désagréments et que vous vous souvenez des scènes étranges que vous avez vues."(Jack Kerouac)

"Le plus beau voyage, c'est celui qu'on n'a pas encore fait." (Loick Peyron)

"Si l'on ne se met pas en question, si l'on ne court pas une vraie aventure, au bout de laquelle on sera vainqueur ou vaincu avec le risque de se casser la gueule, alors ça n'a aucun intérêt."(Louis Guilloux)

"Le meilleur qu'on puisse ramener du voyage, c'est soi-même, sain et sauf."(proverbe persan)

"Voyager ajoute à sa vie."(proverbe berbère)

"Le vrai voyageur ne sait pas où il va."(proverbe chinois)

"Courir le monde de toutes les façons possibles, ce n'est pas seulement la découverte des autres, mais c'est d'abord l'exploration de soi-même, l'excitation de se voir agir et réagir. C'est le signe que l'homme moderne a pris conscience du gâchis qu'il y aurait à rendre passive une vie déjà bien courte."(Xavier Maniguet)

"Le monde a gâté mon âme, mon imagination est inquiète, mon coeur est insatiable. Tout est trop petit pour moi : je m'accomode facilement à la tristesse aussi bien qu'au plaisir, et ma vie devient de jour en jour plus vide. Il ne me reste plus qu'une seule ressource : voyager." (in "Un Héros de notre temps" de Mikhaïl Iourévitch Lermontov)

"Je sais, d'expérience, que courir le monde ne sert qu'à tuer le temps. On revient aussi insatisfait qu’on est parti. Il faut faire quelque chose de plus."(Ella Maillart)

"Mais, qu'est-ce que l'Aventure ? Un accident que j'ai toujours cherché à éviter". (Henry de Monfreid)

"On ne fait pas un voyage. Le voyage nous fait et nous défait, il nous invente."(David Le Breton)

"Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. Certains pensent qu'ils font un voyage, en fait, c'est le voyage qui vous fait ou vous défait."(Nicolas Bouvier)

"Marcher seul, sac au dos, c'est se livrer entièrement aux dangers et aux hommes. Il n'y a nulle possibilité de fuite comme à vélo ou d'abri comme avec une voiture."(Bernard Ollivier)

"Un voyageur est une espèce d'historien; son devoir est de raconter fidèlement ce qu'il a vu ou ce qu'il a entendu dire; il ne doit rien inventer, mais aussi il ne doit rien omettre."(Chateaubriand)

"A mon sens, écrire un voyage c'est faire le portrait des pays qu'on parcourt et le narrateur n'a pas le droit de les rendre méconnaissable."(Léonie d'Aunet)

"Le tourisme est le moyen qui consiste à amener des gens qui seraient mieux chez eux dans des endroits qui seraient mieux sans eux."(Philippe Meyer)

"Les grands voyages ont ceci de merveilleux que leur enchantement commence avant le départ même. On ouvre les atlas, on rêve sur les cartes. On répète les noms magnifiques des villes inconnues..."(Joseph Kessel)

"Voyager ne sert pas beaucoup à comprendre mais à réactiver pendant un instant l'usage des yeux : la lecture du monde."(Italo Calvino)

"On peut voyager non pour se fuir, chose impossible, mais pour se trouver."(J. Grenier)

"Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page."ou une variante... "La vie est un livre. Si on ne voyage pas, on n'en écrit qu'une page..."ou encore une autre..."Le monde est un livre dont chaque pas nous ouvre une page."
"L'important c'est de n'être que de passage."(E. Dabit)


"Je crois que l'on en apprend plus sur un pays en lisant, et en particulier en lisant ses romans, qu'en le visitant."(Anthony Burgess)

"On voyage pour changer, non de lieu, mais d'idées."(H. Taine)

"Marcher ne serait rien en soi, fût-ce pendant près de mille kilomètres, s'il ne fallait emporter un certain nombre de choses indispensables."(J. Lacarrière)

"Lorsqu'on emploie trop de temps à voyager, on devient enfin étranger en son pays."(R. Descartes)

"Une des dispositions constantes de l'homme est de souhaiter être ailleurs que là où il est."(Jacques Réda)

"Pour bien aimer un pays il faut le manger, le boire et l’entendre chanter."(Michel Déon)

"Il y a de grands voyages qu'on ne fait bien qu'en pantoufles."(J. Sarment)

"En somme, je m'aperçois que les voyages, ça sert surtout à embêter les autres une fois qu'on est revenu !"(Sacha Guitry)

"Vous pensez échapper à vos problèmes en partant en voyage, et ils partiront derrière vous."(S.I. Witkiewicz)

"Le voyage apprend la tolérance."(B. Disraeli)

"Le voyage est un retour vers l'essentiel."(proverbe tibétain)

"Voyager, c'est être infidèle. Soyez-le sans remords; oubliez vos amis avec des inconnus."(Paul Morand)

"Le voyageur est ce qui importe le plus dans le voyage."(André Suarès)

"Un bon voyageur ne doit pas se produire, s'affirmer, s'expliquer, mais se taire, écouter et comprendre."(Paul Morand)

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent. Pour partir,coeurs lègers,semblables aux ballons, De leur fatalité jamais ils ne s'écartent, Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons ! (Beaudelaire)

"Les touristes ont horreur de regarder. L’appareil regarde pour eux. Quand ils ont fait clic-clac, ils sont apaisés, ils ont amorti leur voyage. Les piles de photos qu’ils conservent sont autant de diplômes certifiant qu’ils se sont déplacés."(Jean Dutour)

"Quand on voyage sans connaître l'anglais, on a l’impression d’être sourd-muet et idiot de naissance."(Philippe Bouvard)

"Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche."(Montaigne)

"Ce serait une belle chose que de voyager, s’il ne fallait point lever si matin."(La Fontaine)

"Rien ne développe l'intelligence comme les voyages."(Emile Zola)

"Voyager, c'est demander d'un coup à la distance ce que le temps ne pourrait nous donner que peu à peu."(Paul Morand)

"Un pays, c'est pour moi, une visage, un sourire, un accueil, un prénom, bien plus que des villes, des montagnes, des forêts ou des rivières"(Pierre Fillit)

"Partir, c'est quitter son cocon, ouvrir ses ailes et s'envoler. C'est s'apercevoir qu'on n'est pas les seuls sur la planète, qu'on ne sait pas tout comme on le pensait. On devient plus humble, plus tolérant, un peu plus intelligent ." ( P.Fillit)

"Qui n'a pas quitté son pays est plein de préjugés."(Carlo Goldoni)

"Partir n'est plus un luxe réservé aux autres. C'est juste une expérience extraordinaire."(préface du premier GDR; 1973)

"Voyager c'est vivre, apprendre le monde. Quand j'aurai appris, je pourrai mourrir tranquille."(Charlotte Pioch)

"Celui qui ne voyage pas ne connaît pas la valeur des hommes."(proverbe maure)

"Au premier voyage on découvre, au second on s'enrichit." (proverbe touareg)

"Le voyage est ton père; quand tu te seras trouvé tu rentreras, et la terre sera ta mère."(proverbe du Zanskar)

"L'aventure n'existe pas. Elle est dans l'esprit de celui qui la poursuit et, dès qu'il peut la toucher du doigt, elle s'évanouit, pour renaître bien plus loin."(Pierre Mac Orlan)

"Le voyage pour moi, ce n'est pas arriver, c'est partir. C'est l'imprévu de la prochaine escale, c'est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose, c'est demain, éternellement demain." (Roland Dorgelès)

"Partir, c'est mourir un peu" (E. Haraucourt)

"Partir, c'est crever un pneu !"(Coluche)

"On sait bien où l'on veut aller, mais on ignore quand, comment, par quel chemin on y parviendra. Inutile de s'en trop soucier d'avance; on verra bien..."(Théodore Monod)

"Les voyages, ça ressemblent à l'amour ! Il y a les amours qui éclairent et ceux qui assombrissent. Tout dépend du coeur qui les vit, et les hommes ont le coeur qu'ils peuvent."(L. Pelletier)

"Le secret pour voyager d'une façon agréable consiste à savoir poliment écouter les mensonges des autres et à les croire les plus possibles. On vous laissera, à cette condition, produire à votre tour votre petit effet et, ainsi, le profit sera réciproque."(Dostovieski)

"Un voyage de 1 000 km commence toujours par un pas."(Lao Tseu)

"Les voyages sont l'éducation de la jeunesse et l'expérience de la vieillesse."(Francis Bacon)

"L'impulsion du voyage est l'un des plus encourageants symptômes de la vie."(Agnès Repplier)

"Ah ! Les français ça voyage mal, c'est comme le camembert !" (Claude Zidi)

"Les sites les plus beaux ne sont que ce que nous en faisons. Quel homme un peu poète n'a dans ses souvenirs un quartier de roche qui tient plus de place que n'en on pris les plus célèbres aspects des pays recherchés à grands frais !"(Honoré de Balzac)

"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."(Barbay d'Aurevilly)

"Tant il est vrai qu'on est persuadé que les voyages forment le jugement et perfectionnent l'homme, qu'on prétend être comme ces plantes qui ne peuvent porter de bons fruits qu'après avoir été transplantées."(F. Deseine)

"En route, le mieux c'est de se perdre. Lorsqu'on s'égare, les projets font place aux surprises et c'est alors, mais alors seulement, que le voyage commence." (Nicolas Bouvier)

"Tout bien considéré, il y a deux sortes d'hommes dans le monde : ceux qui restent chez eux, et les autres."(Rudyard Kipling)

"Le plus difficile pour un homme qui habite Vilvoorde et qui veut aller vivre à Hong-Kong, ce n'est pas d'aller à Hong-Kong, c'est de quitter Vilvoorde."(Jacques Brel)

"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va."(Christophe Colomb)

"Le voyage, comme l'amour, représente une tentative pour transformer un rêve en réalité."(Alain de Botton)

"On ne voyage pas si on ne rêve pas le voyage qu'on fait. Je ne parle pas du rêve qui endort, mais de celui qui réveille, en nage, à la gorge, l'hirsute, le traviole, le pas racontable, le si beau qu'on arrête de vieillir."(Daniel Mermet)

"Et il n'est rien de plus beau que l'instant qui précède le voyage, l'instant où l'horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses."(Milan Kundera)

"Ce n'est pas dans je ne sais quelle retraite que nous découvrirons : c'est sur la route, dans les villes, au milieu de la foule, chose parmi les choses, homme parmi les hommes."(Jean-Paul Sartre)

"Il est des voyages qu'on dirait faits pour illustrer la vie même et qui peuvent servir de symboles à l'existence. On se démène, on trime, on sue sang et eau, on se tue presque, on se tue même vraiment parfois à essayer d'accomplir quelque chose - et on n'y parvient pas."(Joseph Conrad)

"L'une des choses que j'apprécie le plus quand je voyage à l'étranger, c'est de penser que je vais retourner en France."(P. Daninos)

"J'ai parfois l'impression de vagabonder autour du monde dans le seul but d'accumuler le matériau de futures nostalgies."(Vikram Seth)

"Mieux vaut avoir des souvenirs que des regrets, donc voyagez !"(M.P.)

"L’imagination vaut bien des voyages et elle coûte moins cher."(G.W. Curtis)

"L'homme n'a pas besoin de voyager pour s'agrandir; il porte avec lui l'immensité."(Chateaubriand)

"On voyage autour du monde à la recherche de quelque chose et on rentre chez soi pour le trouver."(G. Moore)

"Le vrai voyage, c'est d’y aller. Une fois arrivé, le voyage est fini. Aujourd’hui les gens commencent par la fin."(Hugo Verlomme)

"Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d'autrui."(Montaigne)

"Le voyage n'est nécessaire qu'aux imaginations courtes."(Colette)

"Le voyage est une espèce de porte par où l'on sort de la réalité comme pour pénétrer dans une réalité inexplorée qui semble un rêve."(Guy de Maupassant)

"Moi, le seul voyage qui m'intéresse, c'est la mort. Parce qu'on ne rapporte pas de diapos."(Wolinski)

"Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux."(Marcel Proust)

"L'important arrive non pas au terme de la route, mais bien avant, pendant le trajet lui-même."(M. Pavic)

"Il n'y a d'homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie."(Lamartine)

"Un voyage prouve moins de désir du pays où l’on va que d’ennui du pays que l’on quitte."(A. Karr)

"On ne voyage pas pour voyager mais pour avoir voyagé."(A. Karr)


"La plupart des voyages trouvent leur intérêt dans l'anticipation qu'on en fait ou le souvenir qu'on en garde; la réalité se limite le plus souvent à la perte de ses bagages."(R. Nadelson)

Et pour bien d'autres encore, "Evene - Citations" : 20 001 citations et proverbes, 5 000 auteurs, près de 100 pays, issus de tous types de sources et sur tous les sujets, des plus philosophiques aux plus actuels…

Si vous connaissez des sites concernant des écrivains voyageurs, contactez-nous :

. Nicolas Bouvier (1929-1998)Dès 1953, ses voyages le conduisent vers l'Orient et l'Extrême-Orient puis, dans les années 1980, vers l'Amérique du Nord. Ses récits, tout comme ses ouvrages d'iconographie et ses expositions photographiques, lui ont valu de multiples récompenses.

. Blaise Cendrars (1887-1961)Le nom de Blaise Cendrars est associé au voyage. En train, en bateau, en voiture, l'auteur de "Bourlinguer" a parcouru le monde bien souvent sans un sou en poche. Sa vie est déjà tout un roman...

. Bruce Chatwin (1940-1989)Il était un voyageur, un conteur et un amateur d'insolite.

.  Joseph Conrad (1857-1924)Vingt années de navigation sur les mers du monde et vingt années d'écriture pour cet explorateur de la condition humaine.

. Alexandra David-Neel (1868-1969)La biographie mais aussi la fondation qui entretient de façon active le souvenir de la célèbre voyageuse et propose quantité d'activités dans le cadre d'un centre culturel tibétain.

. Jack Kerouac (1922-1969)A son époque, il avait choisi de voyager à travers le continent américain pour aller à la rencontre d'une Amérique autre que celle déjà formatée qu'on lui proposait.

. Jack London (1876-1916)"Le loup des mers", "L'Appel de la forêt"... autant de titres évocateurs de l'oeuvre humaniste de Jack London, véritable routard dont la vie aventureuse, de San Francisco au Klondike jusqu'aux mers du Sud, ne fut que le brouillon perpétuel d'une oeuvre littéraire militante.

. Albert Londres (1884-1932)La référence en matière de journalisme et des écrits, souvent engagés (bagne de Cayenne, colonisation en Afrique), récoltés aux quatre coins du monde.

. Ella Maillart (1903-1997)Voyageuse, auteur et photographe notamment de la Chine et de l'Asie centrale d'avant guerre.

. Jean Mallaurie (1922-)LE spécialiste du Grand Nord.

. Bernard Moitessier (1925-1994)Ecrivain et vagabond des mers du Sud.

. Henry de Monfreid (1879-1974)"Mais, qu'est-ce que l'Aventure ? Un accident que j'ai toujours cherché à éviter".

. Théodore Monod (1902-2000)L'un des derniers grands explorateurs-naturaliste du désert.

. Antoine de Saint Exupéry (1900-1944)L'auteur du "Petit Prince" qui a puisé une partie de son inspiration dans les voyages.

. Annemarie Schwarzenbach (1908-1942)Un destin douloureux, une vocation à l'amour qui s'est exaltée dans la souffrance, le rêve et les voyages dont notamment ceux faits avec Ella Maillart.

. Wilfred Thesiger (1910-2003)Ecrivain et explorateur des déserts d'Arabie.

. Nicolas Vanier (1962-)Le Grand Nord canadien, l'Alaska, la Sibérie, autant de destinations sources de son inspiration.

. Henri Vernes (1918-)Le créateur de Bob Morane qui, à l'instar de son personnage, a lui aussi parcouru le globe lors d'une vie plutôt aventureuse.

 
• Etonnants voyageurs :

Chaque année au mois de mai se déroule le Festival Etonnants Voyageurs....
C'est l'un des plus étonnants festival international du livre d'aventures et de voyage proposant des débats, expositions, stands et dédicaces d'auteurs. 150 écrivains du monde entier défendent chaque week-end de Pentecôte la littérature à travers une thématique particulière.

Au delà des auteurs reconnus qui participent à ce type de manifestation, nombre d'autres voyageurs anonymes espèrent, eux aussi, publier tôt ou tard les récits de leurs périples aux quatre coins du monde. Pas toujours évident...

Pourtant, les opportunités existent. Et grâce aux éditeurs bien sûr, mais aussi par le biais de l'auto-édition, tout est possible à chacun.

La littérature de voyage... ou plus exactement les collections spécialisées ou disposant d'un fond assez conséquent sur le voyage (autres que les guides). C'est à dire : récits historiques, découvertes et explorations, carnets de route, essais socio-ethno, photos ou croquis de voyages, etc...
Un petit topo sur les principales tout en sachant que de très nombreux autres éditeurs ont aussi chez eux des ouvrages se rapportant à la littérature de voyage non réunis dans des collections spécifiques.
Sans oublier non plus tous ceux qui publient leurs aventures en auto-édition...
 
Récits, romans, essais... :

. Acte Sud. Collection "Aventures"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
De grands textes de voyages et d'explorations, romans, récits, témoignage plus ou moins contemporains d'auteurs français et surtout étrangers pour environ 80 titres disponibles.
- Quelques auteurs :
Théodore Monod, Haroun Tazieff, Isabelle Eberhardt, Nicolas Vanier...

. Editions Arthaud. Collections "La traversée des mondes" et "Sans limites"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :Des témoignages et des livres illustrés sur l'univers de la mer, de la montagne, du désert et des grands espaces naturels qui font rêver. Les aventuriers et les voyageurs d'hier et d'aujourd'hui comme les explorateurs de demain font partager des émotions hors du commun.
- Quelques auteurs :
Eric Tabarly, Charcot, Frison-Roche, Antoine, Haroun Tazieff...

. Autrement. Collection "Monde"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
D'excellents ouvrages axés sur l'approche des pays et des peuples qui nous entourent à travers des enquêtes "ethnographiques" assez poussées. Egalement des sous-collections pour une meilleure compréhension du monde et de l'époque dans laquelle nous vivons.
- Quelques auteurs :
Ouvrages généralement collectifs pour la centaine de titres pouvant se rapprocher du voyage.

. Editions Chandeigne. Collection "Magellane"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Une quarantaine de récits, souvent oubliés, de grands voyageurs européens du XVIeme au XVIIIeme siècle.
- Quelques auteurs :
Bartolomé de Las Casas ou Willem Barentsz pour les deux plus connus.

. Editions Du Laquet. Collection "Terre d'encre" :
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Un lieu ou un pays à travers la vision et les émotions d'un écrivain pour des récits, lettres ou nouvelles. En tout une quarantaine d'ouvrages.
- Quelques auteurs :
Des écrivains francophones actuels pas très connus.

. Editions Gallimard. Collection "Découvertes"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
De remarquables ouvrages formant une collection encyclopédique illustrée au format poche. Sur les deux cent et quelques titres, quelques dizaines peuvent se raccrocher aux voyages traitant aussi bien de destinations (Tibet, Venise, Japon, Ile de Pâques...), de peuples (touaregs, aborigènes d'Australie...) que de choses diverses et variées (sites archéologiques d'Asie Centrale, les mégalithes...).
- Quelques auteurs :
Des spécialistes reconnus dans leur discipline pour ces monographies.

. Editions La Découverte. Collection "Littérature et voyages"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Une quarantaine de récits en format poche des grands voyageurs et découvreurs de notre monde.
- Quelques auteurs :
Marco Polo, Cortès, Cook, Bougainville, Lapérouse, Darwin, René Caillié...

. Editions Laffont. Collections diverses
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Une cinquantaine de récits de voyages ou "d'explorations" contemporaines répartis dans plusieurs collections.
- Quelques auteurs :
Cousteau, Jacques Lanzmann, Jean-Louis Etienne, Sylvain Tesson, Alexandre Poussin, Didier Régnier...

. Petite Bibliothèque Payot. Collection "Voyageurs"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Une excellente collection de poche disposant d'environ 200 titres pouvant entrer dans la catégorie "Voyageurs". On y retrouve aussi bien quelques grands classiques du récit de voyage que des choses moins connues avec toutefois une prédilection pour les auteurs (célèbres ou non) des XIXeme et XXeme siècles.
- Quelques auteurs :
Nigel Barley, Anita Conti, Nicolas Bouvier, Ella Maillart, Stevenson, Mark Twain...

. Editions Phèbus. Plusieurs collections
 A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Une cinquantaine de rééditions des grands récits d'explorations du XXeme siècle et des siècles passés, de l'Aventure ou les classiques de la Mer.
- Quelques auteurs :
Jack London, Francisco Coloane, Odette de Puigaudeau, Alain Bombard...

. Editions Plon. Collection "Terre humaine"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Une collection de poche et des ouvrages de référence dans le domaine "socio-ethno". Pour une mémoire écrite des communautés humaines, peuples ou tribus du monde entier...
- Quelques auteurs :
Jean Malaurie, René Dumont, Claude Levi-Strauss, Wilfred Thesiger...

. Editions Presse de la Cité. Collection "Sud lointain"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Une vingtaine de romans sur fond de voyages aux quatre coins du monde, essentiellement aux XIXeme et XXeme siècles.
- Quelques auteurs :
Divers auteurs pas forcément des plus connus.

. Editions Quinzaine littéraire - Louis Vuitton. Collection "Voyager avec..."
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Les récits de grands écrivains qui furent aussi de grands voyageurs. Chaque ouvrage est précédé d'une étude par un spécialiste de l'auteur et de son oeuvre. Il est complété généralement par une iconographie choisie et une bibliographie.
- Quelques auteurs :
Ernst Junger, Blaise Cendrars, DH Lawrence, Joseph Conrad, Paul Morand...
 
Photos, aquarelles, "Beaux livres" :

. Editions Anako/Pages du monde. Plusieurs collections "thématiques"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Une centaine de beaux livres ethnographiques, documentaires ou de témoignages, associant la photographie et le texte, pour garder vivante la mémoire des peuples et de leurs cultures.
- Quelques auteurs :
Des voyageurs écrivains et/ou photographes actuels.

. Editions du Garde-Temps. Collection "Ecrivains voyageurs"
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Une douzaine de beaux livres illustrés sous forme de carnets de voyages sur diverses destinations.
- Quelques auteurs :
Des voyageurs écrivains et/ou photographes actuels.

. Editions Olizane. Collections "Beaux livres" (et "Objectif terre")
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
Une trentaine de beaux livres de photos de voyages.Egalement, la collection "Objectif terre" concernant des récits actuels et des documents anciens.
- Quelques auteurs :
Ecrivains ou photographes actuels ou d'autrefois pas forcément très connus.

. Editions Transboréal. Plusieurs collections
A voir sur le web...
- Types d'ouvrages :
De beaux ouvrages de voyages marqués par une réelle connivence entre leurs auteurs et le milieu humain ou le monde naturel.Egalement, en parallèle, des textes de voyageurs du passé, du XVIIeme au XXeme siècle, présentés par des historiens ou des spécialistes.
- Quelques auteurs :
Auteurs, illustrateurs ou photographes actuels dont plusieurs sont des habitués du Festival des Globe-Trotters.
également...

. Editions du Chêne : des beaux livres dans la collection "Evasion".

. Editions Flammarion : la collection "Carnets de.." pour une dizaine d'ouvrages mêlant textes et aquarelles de voyages.

. Editions Gallimard : idem que Flammarion avec la collection "Carnets du littoral" (France et Dom-Tom).
 
Divers et variés, d'autres collections :

. Editions Albin Michel : collection "Latitudes".

. Editions de l'Aube : collections "Carnet de voyage" et "Cuisines migrantes".

. Editions Géorama : collections "Carnet de bord" et "Regard sur le monde".

. Editions Glénat : collections "Hommes et océans" et "Hommes et montagnes" pour une quarantaine d'ouvrages.

. Editions Hachette/Guide du Routard : collection "Le polar du routard" pour une douzaine de titres.

. Editions de l'Harmattan : de très nombreux ouvrages, notamment de sciences-humaines, dans diverses collections.

. Indigène Editions : arts et savoirs des sociétés Aborigènes, Indiennes, Inuits, Berbères, Tibétaines...

. Institut du Monde Arabe : de multiples ouvrages divers et variés.

. Editions Kailash : livres et littérature sur l'Asie avec l'édition d'écrivains-voyageurs d'hier et d'aujourd'hui.

. Editions Karthala : les relations Nord - Sud à travers une vingtaine de collections.
 
La littérature et les voyages sur le Web :

. Chroniques Nomades :
Livres de bord, carnets de route, écrits de voyage, road movies, reportages, témoignages d'ici et d'ailleurs... pour cet excellent site où les arts et la littérature rencontrent le voyage.

. Terres d'écrivains :
Ce site se propose de faire découvrir la littérature (y compris de voyage) à travers les lieux de France, prestigieux ou insolites, ayant accueillis ou marqués la vie d'écrivains plus ou moins connus.

. Ecrivains-Voyageurs.Net :
Un choix de livres pour la randonnée, récits de voyages et bibliothèque du voyageur plus des notes de lecture et des liens sur le sujet. Excellent !

. Livres (et films) de voyages :
L'un des espaces de discussion VF.

L'idée de vendre des articles à la presse ou d'éditer le récit de ses aventures est un bon moyen de financer de futurs voyages. Du moins c'est ce que pensent beaucoup.
Mais attention, il est loin d'être évident de s'improviser écrivain ou d'obtenir un quelconque succès pour ses écrits. Comme dans beaucoup d'autres domaines, rien n'est jamais sûr et les désillusions, sinon parfois les pertes financières, toujours possibles. Car au delà des difficultés financières ou propres à la commercialisation de son travail, il ne faut pas oublier non plus qu'un des éléments de la réussite réside aussi et surtout dans la qualité de ses écrits. Un voyage "extraordinaire" ne fait pas forcément un récit extraordinaire...
 
Pour bien démarrer :

Comme toujours, avant de se lancer dans le reportage ou la réalisation d'un bouquin mieux vaut connaître les quelques règles de base en matière d'écrits de voyages. Et tout d'abord, quel est le but premier d'un récit ?
Le récit est là pour interpeller le lecteur, le faire réagir, le transporter en d'autres lieux, vers d'autres cultures et d'autres gens. Il doit lui apporter les éléments indispensables pour qu'il puisse vivre et ressentir les mêmes choses et les mêmes émotions que celles perçues par l'auteur. Auteur qui pour y arriver devra se conforter dans son rôle "d'intermédiaire" entre la réalité d'un moment vécu et l'imaginaire à vivre du lecteur.
Dès lors, le moindre sujet, événement, personnage, la moindre ambiance sera fouillée afin d'en extirper au mieux un contenu et une intensité. Sans oublier toutefois de prendre le recul nécessaire en se mettant de temps à autres à la place de ses lecteurs.
Pour réussir, il faudra faire preuve d'observation et surtout d'implication. La prise de notes sur le moment devient alors nécessaire, ne serait-ce déjà que pour conserver l'état d'esprit de l'instant et préserver "l'authenticité" du récit. Ecrire simplement au retour n'autorise plus la même intensité, le même passion ou la même implication. Le temps a passé, des distances sont prises, les sensations se sont émoussées et les souvenirs s'enfouissent dans la mémoire. Seules les notes recueillies à chaud permettent de replonger dans l'ambiance et l'atmosphère; raison de plus pour ne pas trop tarder à commencer sa rédaction.
Au niveau de la rédaction justement certains ingrédients demeurent essentiels.
De manière plus générale, qu'il s'agisse d'un bouquin ou d'un article, prenez soin de votre style. Ainsi, si l'aventure est humaine et personnelle utilisez le "je", impliquez-vous dans le récit et interpellez vos lecteurs en prenant position, n'hésitez pas à faire des apartés, des retours en arrière sans forcément suivre l'ordre chronologique du voyage. Inutile de tout traiter, de tout développer, ne choisissez que les moments forts quitte à les ressituer. N'abordez que les personnages les plus intéressants, faites les parler ou dialoguer. Evitez les longues descriptions plates et fastidieuses, ne mélangez pas récit et informations pratiques.
Faites quelque chose de vivant en utilisant si possible des phrases courtes. Variez les rythmes, écrivez au présent dans un style direct, alternez impressions, descriptions, actions. Choisissez un vocabulaire évocateur, pas trop technique, des mots chocs et imagés. Ne vous focalisez pas sur la construction des phrases, suivez votre objectif et utilisez au mieux les infinies possibilités de la langue française. Relisez fréquemment et ôtez tout ce qui n'apporte rien, ralentit le rythme, alourdit le style ou heurte l'oreille. Ecoutez et acceptez les critiques des autres. Enfin, choisissez des titres évocateurs, ayez une bonne accroche pour plonger d'entrée dans l'ambiance et donner l'envie de continuer la lecture. Soignez votre chute, et même si c'est la "conclusion" évitez le petit côté nostalgique habituel du type "c'est déjà fini" ou "je reviendrai" on ne peut plus pénible et scolaire. Posez plutôt une question, interpellez vos lecteurs, faites ressortir la force de l'aventure afin que le récit se prolonge dans les esprits. Bref, faites en sorte de laisser une ouverture vers l'avenir....
 
Editer :

Avant de se lancer :

Il faut d'abord savoir qu'il vaut mieux ne pas trop tarder pour faire la rédaction de son récit. Des souvenirs récents, bien présents à l'esprit, sont toujours préférables à d'autres déjà enfouis dans la mémoire. D'autre part, un voyage "extraordinaire" ne fait pas forcément un bon livre (ou un bon article) car, avant toute chose, le texte doit être bien écrit et être original tant par son sujet que par sa rédaction. Il en va de même, d'une certaine manière, en ce qui concerne les photos que l'on souhaiterait y insérer.
En cours de rédaction, ou à la fin de celle-ci, faire lire son texte par différentes personnes est plus que préférable. Cela permet d'obtenir des avis et des regards critiques qu'en tant qu'auteur on n'a pas - ou plus - forcément. Et c'est surtout des remarques négatives que l'on doit le plus tenir compte même si, à l'occasion, celles-ci peuvent parfois s'avérer déplaisantes. Si l'on veut commercialiser un bouquin à une grande échelle, il ne faut pas oublier qu'il existe des modes au niveau des sujets ou des pays racontés. Dans certains cas, si l'on arrive trop tard, cela peut fermer certaine portes, notamment au niveau des éditeurs ayant récemment publiés un récit identique au vôtre. Sans parler du désintérêt du public pour des sujets déjà lus et relus.
Enfin, sachez que vivre de sa plume est loin d'être une chose évidente. Si chaque jour sortent environ une quinzaine d'ouvrages, on ne compte en France pas plus de 2 000 écrivains déclarés cotisant à la Sécu-écrivains (et très peu d'écrivains-voyageurs). Sur ce chiffre juste la moitié touche plus que le Smic, avec quand même une petite centaine qui gagnent plus de... 70 000 €/an.

Choisir son mode d'édition :

La rédaction, c'est à dire la première partie du travail achevée, reste ensuite à choisir son mode d'édition. Qu'il s'agisse d'un simple fascicule, d'un récit ou d'un livre de photos, trois possibilités se présentent à vous :

. L'édition "classique" :

Elle est effectuée par les bons soins d'une maison d'édition qui financera l'opération et assurera la diffusion et la communication. C'est la solution à laquelle rêvent beaucoup; mais attention, avant que le rêve devienne réalité... Bref, si cela demeure toujours envisageable, les chances sont infimes (et les droits d'auteurs limités, de 3 à 15% du prix de vente). Mais il est vrai aussi que si votre aventure a bénéficié de quelque audience dans les médias, les possibilités de publications s'en trouveront bien sûr largement accrues. Ceci dit, rien n'empêche d'envoyer des manuscrits en ayant au préalable pris soin de bien sélectionner les éditeurs intéressés par le voyage. Dans le cas de récits, sachez toutefois que les comités de lecture ne lisent bien évidemment pas l'intégralité des ouvrages; du moins dans la première phase de leur travail. Et de fait, l'on sera jugé 9 fois sur 10 sur la ou les premières pages. Donc autant dire que l'on a intérêt à soigner son style et son amorce pour susciter l'envie d'aller plus loin.

- Quelques recommandations utiles :

Si vous pensez que votre manuscrit peut être piraté (c'est très rare) envoyez un double à la Société des Gens de Lettres (38 rue du Faubourg Saint Jacques, 75014 Paris. Tél. : 01.40.51.33.00). Il vous en coûtera aux alentours de 45 € et votre texte sera ainsi protégé. Un récit de voyage n'est pas un roman, donc les critères de sélection reposent aussi sur l'aventure vécue. C'est pour cela qu'il peut être utile d'envoyer avec son texte un petit dossier de presse. Sachez qu'une fois édité vos droits se limiteront à ce qui est inscrit dans votre contrat. C'est à dire généralement à ce que souhaite votre éditeur : peut-être une exclusivité des ventes (pas de ventes perso autorisées), arrêt de la diffusion à sa convenance, invendus envoyés chez les soldeurs, etc. Donc, autant être vigilant sur les termes de son contrat.

. L'édition "à compte d'auteur" :

Elle présente beaucoup plus de possibilités, mais aussi de très gros inconvénients pour l'auteur. Dans ce cas, celui-ci paye une maison d'édition pour qu'elle l'édite (la diffusion n'est pas toujours comprise). De fait, l'éditeur est toujours gagnant, par contre l'auteur, lui, n'est jamais certain de récupérer la mise versée à celui-ci, ni même dans certains cas d'obtenir un pourcentage intéressant sur les ventes. En attendant, c'est une pratique courante dans tous les domaines de l'écriture qui permet d'ailleurs à certains éditeurs de boucler leurs fins de mois (attention aussi aux arnaqueurs). Au niveau juridique, comme pour l'édition normale, il s'agit d'un acte commercial devant être concrétisé par un contrat auteur/éditeur.

. L'auto-édition :

C'est la pratique la plus courante, ne serait-ce déjà que par le nombre de refus des maisons d'édition. Dans ce cas, l'auteur est son propre éditeur et dispose donc d'une totale liberté. De fait, c'est par ce système que l'on récolte aussi le plus d'argent sur le prix de vente. Au passage, signalons que le prix public est un critère important de la vente; et très souvent un prix faible (ou du moins raisonnable) fera augmenter les ventes et le tirage, et donc bien sûr réduira le coût unitaire de fabrication.
Comme l'on est amené à s'auto-financer, il est conseillé de bien réfléchir et de limiter les coûts de réalisation. Donc, autant faire un maximum de choses soi-même et prévoir à l'économie. Par exemple, si l'ouvrage doit être envoyé par la poste, bien définir le nombre de pages et la mise en page afin de rester dans une certaine gamme tarifaire par rapport au poids. Les photos coûtent cher à l'impression, représentent-elles un plus pour l'ouvrage, et si oui avec un tirage couleur ou noir et blanc ? Reste aussi que dans certains cas, la photocopie demeure la solution la plus intéressante. Suite à ces questions, il est également nécessaire de déterminer le tirage le plus rentable, et à ce sujet 2 000 exemplaires chez un imprimeur semble être le nombre minimum.
En gros, pour environ 7 500 €, on peut obtenir cette quantité pour un bouquin de 250 pages comprenant en plus une couverture et des photos couleurs à l'intérieur. Mais dans tous les cas, il ne faut pas oublier de multiplier les devis auprès des imprimeurs, y compris étrangers (notamment en Belgique, Italie ou Espagne), en s'adressant si possible à ceux disposant de tout le matériel nécessaire à l'impression car la soutraitance coûte cher. Grâce à cela on peut généralement espérer obtenir d'assez bons prix.
Sur le plan juridique, l'auto-édition est assimilée à une profession libérale. A ce sujet l'Association des Auteurs Auto-édités , peut fournir entre autres choses toute la documentation nécessaire.

. A savoir :

Quel que soit le mode d'édition, l'ouvrage doit posséder un numéro ISBN pour l'identification (c'est gratuit), et de plus en plus un code-barre pour sa commercialisation en librairies (env. 30 €). Egalement, la Loi oblige à des dépôts légaux auprès de la Régie du dépôt légal de la Bibliothèque Nationale et du Ministère de l'Intérieur; à voir auprès de l'AFNIL (30 rue Dauphine, 75006 Paris, tél. : 01.44.41.29.19) qui vous enverra une doc complète et gratuite.Enfin, en tant qu'éditeur, vous avez droit de figurer gratuitement sur les réseaux Electre (Tél. : 01.44.41.29.40 et même adresse que l'AFNIL) qui servent de référence au monde de l'édition et aux libraires.Enfin, sachez qu'il existe des annuaires d'éditeurs, diffuseurs et distributeurs avec les spécificités de chacun. Chaque année Livre Hebdo (Tél. : 01 44 41 29 17) publie le "Guide édition et diffusion francophones", 40 € pour plusieurs milliers de coordonnées. On peut aussi trouver ce guide dans les bibliothèques, organismes d'information ou les centre culturels.

. La commercialisation :

C'est en fait la partie la plus dure du travail, surtout bien sûr dans le cas de l'auto-édition. A la base, il est bon d'avoir déjà réfléchi sur les débouchés et les modes de distributions possibles de son ouvrage. Quel est l'objectif choisi : se faire plaisir ou au contraire assurer un nombre important de ventes ?
Dans un premier temps, il faut savoir qu'au niveau commercialisation, les livres se vendent d'abord par correspondance (notamment de plus en plus sur le web), puis en supermarchés et enfin en librairies. Donc, même si l'on peut parfois laisser son ouvrage en dépôt-vente dans les librairies spécialisées, autant consacré son énergie à autre chose.
Il y a d'abord les possibilités offertes par les salons et festivals de voyages, les circuits de conférences ou, si l'on dispose en plus d'une expo photos, les expositions qui s'adressent à un public ciblé et intéressé, puis les rédactionnels dans la presse écrite nationale et locale (pas toujours évident), sans oublier les revues d'associations de voyageurs. Et puis bien sûr, il reste tous les autres moyens permettant de toucher un certain public et dont les retombées pourront s'avérer fort différentes selon ce que l'on souhaite vendre. En vrac : les comités d'entreprises, le porte à porte, la vente dans la rue, l'affichage public, les foires et marchés, le mailing, etc.

D'où peut être aussi l'intérêt pour se simplifier la tâche de passer par un réseau de distribution (à la limite plus intéressant à chercher qu'un éditeur) qui le cas échéant assurera une distribution nationale de l'ouvrage, de même que parfois une certaine publicité notamment via ses représentants et son catalogue des titres disponibles. D'autre part, c'est le distributeur qui prendra à sa charge le stockage, la mise en place, les frais de transport, le réassortiment de l'ouvrage auprès des librairies.
Des économies de temps et d'argent non négligeables pour l'auteur qui, même s'il peut lui aussi essayer de gérer son propre réseau de points de vente, s'apercevra vite que la distribution en librairies est fréquemment une source de problèmes et de dépenses.
Pour arriver à convaincre un distributeur la forme de l'ouvrage est (malheureusement) aussi importante, sinon plus, que le fond. En effet, celui-ci ne prendra qu'un bouquin répondant à un certain nombre de critères purement commerciaux, et donc pouvant s'avérer à court terme un produit intéressant et rentable pour lui. De la même manière qu'avec un éditeur, il est fortement conseillé de bien connaître ses droits avant de s'engager.
Bien entendu, chaque mode de commercialisation implique des retours financiers différents. Si la vente directe présente bien sûr les gains les plus importants, un dépôt personnel en librairies avec faculté de retour laisse à celles-ci de 30 à 40 % du prix public.
Quant aux distributeurs, ils prennent généralement de 50 à 60 % selon les cas (mais payent les libraires). Pour mémoire, avec un éditeur, l'auteur peut espérer un gain moyen de 10 % du prix public. Toutefois, il ne faut pas oublier que si certains intermédiaires coûtent cher, ils peuvent aussi permettre de faire des économies, ne serait-ce déjà que par un travail et des moyens qu'à titre personnel on aurait bien souvent du mal à développer.
Ne pas oublier non plus que le produit des ventes n'est jamais versé directement et que très souvent le paiement s'effectue à 60 ou 90 jours fin de mois; soit jusqu'à 4 mois après commande. Pour atténuer cet inconvénient, il peut être utile de fonctionner alors avec un système de traites. La somme due est alors acceptée sur votre compte à signature de la traite et le montant débité au libraire/distributeur/éditeur à une date choisie par lui sur une période maxi de 90 jours.
Bref, à la longue, tous ces moyens peuvent s'avérer payants. Mais dans tous les cas il ne faut pas perdre de vue que, plus que la rédaction de l'ouvrage, c'est surtout sa commercialisation qui restera toujours l'étape la plus difficile . 
 
La presse :

. Quels sujets ?

Réussir implique aussi de bien choisir ses sujets, et en premier lieu de traiter ce que l'on connaît ou l'on ressent le mieux, pas forcément à l'autre bout du monde ou dans un contexte difficile. Il peut être d'ailleurs utile de se spécialiser selon ses envies et de commencer au plus près de chez-soi, à moindres frais, histoire de se faire la main, de tester ses capacités et voir les réactions, sans oublier bien sûr de demander conseil et de regarder (d'un oeil critique) ce que font les autres. Pas la peine non plus de faire trop long; trois ou quatre feuillets (1 500 signes/page) semblent suffisants dans un premier temps pour démarcher un média.
Si vous partez dans l'idée de faire un reportage, préparez bien votre sujet tant au niveau de sa réalisation que des débouchés médiatiques. Informez-vous, préparez un planning et rentabilisez votre voyage en prévoyant plusieurs angles d'approche. Par exemple, la traversée d'un pays à vélo peut induire des articles et photos mettant en avant le moyen de locomotion, les peuples et cultures rencontrées ou une population particulière et ses coutumes, la faune et la flore, les paysages, l'architecture, etc. N'oubliez pas non plus les informations pratiques à recueillir sur place, elles vous feront gagner un temps précieux et éviter de longues recherches lorsqu'on vous demandera en plus une fiche pratique sur le pays. Grâce à cela, vos possibilités de débouchés auprès des médias n'en seront que plus importantes au retour, surtout si vous avez parlé préalablement de vos projets à quelques-uns. Mais attention, comme partout, il existe aussi des modes (et des piratages) et arriver trop tard avec un article vu et revu ferme beaucoup de portes.

. Et pour qui ?

Les médias, et en premier lieu bien sûr la presse voyage, sont très sollicités. Donc, seule la qualité ou le scoop ont généralement des chances d'être retenus et de rapporter quelque argent. Mais on ne doit pas oublier non plus que chaque support dispose déjà d'un lot de journalistes ou de pigistes et travaille souvent avec des agences en matière de photos. Evitez aussi dans vos recherches de faire une fixation sur la presse nationale à gros tirage. Même si à l'occasion celle-ci recherche des articles "d'amateurs", il existe aussi de multiples publications locales, associatives, thématiques, d'organismes privés et publics ou à tirages réduits qui, sans pour autant être spécialisées dans le voyage, pourront être intéressées par votre travail. En plus de cela c'est un bon moyen pour se faire la main avant de s'attaquer à autre chose.
A ce sujet les médias régionaux peuvent présenter un bon tremplin à la publication de récits ou de photos. Même si la demande n'est que rarement formulée (à vous aussi de la susciter) elle existe car, de temps à autres, cette presse aime bien faire rêver ses lecteurs en leur présentant des articles de voyage sur des destinations exotiques ou peu fréquentées. Faites plutôt simple mais pas simpliste, dans le descriptif (pas forcément vécu) en évitant de trop choquer tant au niveau du texte que des photos. Les titres ayant leur tirages essentiellement en milieu urbain sont généralement plus difficiles à décrocher que ceux qui traitent du monde rural, et habiter la région est parfois un avantage. Sachez aussi qu'un journal dispose souvent de plusieurs éditions locales.
Enfin, on rappelle qu'il existe aussi des journaux virtuels que l'on aurait tort de ne pas solliciter.

. Style :

Pour beaucoup de reportages nécessitant des photos, c'est l'image qui reste le plus important; le texte étant fréquemment retouché selon le style du magazine. Ceci dit, connaître justement ce style est un plus que de toute manière on aurait tort de négliger. A signaler au passage une petite astuce qui s'avère très souvent payante : lorsque vous proposez un reportage à un journal, essayez de présenter celui-ci dans une mise en page et une forme identiques à ce qu'il serait s'il était publié. Outre le fait d'avoir déjà un travail à peu près calibré, vous donnerez plus de force et d'impact à votre reportage (ça atténuera aussi ses faiblesses), et surprendrez souvent votre interlocuteur qui aura parfois un regard moins critique.

. Rémunération :

Mais gare aux illusions. Ainsi, à moins d'être déjà connu, n'espérez pas être payé sur commande, au contraire. Car, évidemment, la rémunération est loin d'être toujours au rendez-vous. Vous n'aurez juste parfois que la satisfaction d'avoir été publié, ce qui peut être déjà un premier pas en attendant mieux.
De toute façon, on aurait tort de croire que plus un journal est connu, plus la rémunération est importante. C'est même parfois le contraire (mais en général ils ne s'en vantent pas !). Tous ne pratiquent pas en effet le tarif moyen de 45 € le feuillet (1 500 signes) et il assez courant que l'on vous offre pour votre travail un échange de marchandise (exemple : un billet d'avion) ou une publicité gratuite si vous disposez d'un bouquin à vendre.
Ne pensez pas non plus arriver à décrocher régulièrement et facilement de nombreux contrats qui plus est très bien rémunérés; la réalité est souvent tout autre. Il faut savoir en effet être patient, et même très patient, car entre deux réussites il peut se passer pas mal de temps. D'où la nécessité si l'on veut réussir de prévoir ses ressources ou tout au moins de trouver un banquier compréhensif. Autant de raisons pour débuter "petit", prudemment et pas forcément dans le domaine du sensationnel et du lointain.

. Continuer... :

Malgré tout, rien ne vous empêche d'établir un plan d'action et de contacter des supports nombreux et variés. Faites marcher votre imagination pour trouver des débouchés. Utilisez le téléphone, le fax, Internet, faites des mailing personnalisés en indiquant les grandes lignes de votre sujet, en présentant un extrait, en joignant à l'occasion une diapo représentative. Si les gens ne vous connaissent pas, n'oubliez pas de vous présenter brièvement et ayez un press-book des travaux déjà publiés. Et puis bien sûr faites des relances, car convaincre demande parfois beaucoup de temps et d'énergie.
Par la suite, lorsque vous avez réussi à caser quelques-uns de vos travaux, entretenez vos relations, proposez régulièrement d'autres choses. Vous ayant fait confiance une première fois, un même média vous reprendra d'autant plus facilement (du moins si le premier résultat a été satisfaisant). Et si par hasard, vous ne pouvez répondre à une demande, renvoyez systématiquement vers d'autres personnes de votre entourage. Vous aurez tout à y gagner.
Quant à votre statut, sauf si vous arrivez à devenir salarié (de plus en plus rare), vous serez considéré le plus souvent comme travailleur indépendant avec toute la liberté, mais aussi les contraintes, notamment financières, que cela implique. Puis quand vos piges vous feront gagner aux alentours du Smic, vous pourrez alors prétendre au statut de journaliste.
 

Derniers adhérents en ligne

adhabm   seescuret   paponte   herolland   amcherchali   catherine   jpvaulot   cvandyk   jalalanne   acressent   chriduhurt   fragenis   pachesnais   bruroger   jacimenti  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public