logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       

Généralités




Les grandes dates du transport aérien, des pionniers au XXIe siècle...
A voir aussi : l'histoire des compagnies aériennes.




Quelques rappels historiques: L'histoire de l'aviation plus en détails



1890 Le français Clément Ader est le premier à faire décoller un aéroplane.
1909 Louis Blériot traverse la Manche.
1919 Création des premières compagnies aériennes
1924 Premier tour du monde aérien avec escales réalisé en... cinq mois et demi.
1927 Charles Lindbergh traverse l'Atlantique en 33 heures.
1930 Premières hôtesses de l'air sur lignes commerciales.
1947 Pour la première fois un avion passe le mur du son.
1952 Utilisation des premiers avions de ligne à réaction (les De Havilland Comet) par les compagnies commerciales.
Années 60/70 Arrivée en France des premiers charters (Nouvelles Frontières, Le Point de Mulhouse...) concurrents des compagnies régulières. A l'époque ceux-ci ne peuvent être que des avions affrétés par des groupes déjà constitués avec interdiction de vente aux particuliers; souvent ceux-ci sont aussi obligés par la Loi de partir des pays voisins (Belgique, Suisse).
1969 Premiers vols du Concorde (mais ouverture des premières lignes en 1976) et du Boeing 747.
1974 Pour faire face à l'augmentation du trafic aérien, un nouvel aéroport est inauguré en juin à Paris après 10 ans de travaux. Il est baptisé "Charles de Gaulle" et est considéré comme le plus moderne d'Europe.
1978 Début de la déréglementation du trafic aérien aux Etats-Unis.
Années 80 Développement des charters en réponse à la demande croissante de voyages de la part du public. Petit à petit de plus en plus de compagnies régulières proposent aussi des tarifs négociés accessibles à tous.
Années 90 Face à la concurrence et la déréglementation de plus en plus présentes, on assiste par le système des alliances et des rachats à la création de pôles de compagnies. Sur ce principe, avec British Airways, Lufthansa et Air France, l'Europe compte alors trois méga-compagnies pesant chacune plus de 30 millions de passagers/an. A elle seule Lufthansa et ses partenaires contrôlent 19% du trafic mondial passagers.
1er janvier 1993 Début effectif de la déréglementation européenne. Les compagnies des pays de la CEE sont autorisées à proposer des liaisons entre n'importe quels pays membres. Cette possibilité sera étendue en 95 aux réseaux domestiques dès lors que les lignes seront des prolongement de/vers le pays d'origine des compagnies.
1995 Fin du monopole sur le réseau domestique français; Air Inter est désormais concurrencée par des privées comme AOM et Air Liberté. En janvier lutte acharnée (et suicidaire) entre Air Liberté et Air Inter sur la ligne Paris-Toulouse qui devient pendant un temps l'une des lignes les moins chères au monde au kilomètre.
1996 Le trafic aérien continue de s'accroître partout dans le monde. Rien que pour les compagnies régulières on compte 1,3 milliard de passagers dont 404 millions en international. Egalement 103 millions de passagers intra-communautaires en 1996, soit plus d'un tiers d'augmentation en 5 ans.
En janvier, avec Nantes et Toulouse-Lyon-Italie, Alitalia est la première compagnie étrangère à proposer des vols domestiques sur l'hexagone. Elle sera suivie quelques mois plus tard par Lufthansa avec un Bordeaux-Marseille-Munich.
Fin 1996, après TAT, British Airways rachète Air Liberté, ce qui lui permet de détenir du coup 20% du trafic domestique français. Quatre ans plus tard British revend sa filiale à Swissair qui la regroupe avec AOM et Air Littoral dans le but de créer la deuxième compagnie française. Mais quelques mois plus tard c'est la faillite et AOM-Air Liberté, rebaptisé Air Lib, sort du groupe Swissair lui-même très mal en point.
1997 1er avril : ouverture totale du ciel européen à la concurrence des compagnies des pays membres de l'Union. Fusion sous forme de "location-gérance" d'Air France et d'Air Inter, puis ensuite de TAT et Air Liberté.
En septembre, fusion totale Air France-Air Inter sous un seul et même nom. Décision de privatisation partielle (et non totale comme prévue à l'origine) du Groupe.
1999 Privatisation du Groupe Air France.
1999/2000 Ouverture de nouvelles pistes à Roissy (saturé) permettant d'accroître la capacité d'accueil de celui-ci de près de 75%. Et donc finalement l'ouverture réelle du ciel de/vers Paris.
2000 Fort développement de l'Internet et de la vente de billets en ligne qui indirectement oblige encore plus les compagnies à créer des alliances.
Crash et arrêt de la commercialisation du Concorde.
2000/2001 Avec la mise en route de l'Airbus A-380 l'avion du XXIe siècle est né, tant au niveau technologique que des équipements pour le passager. Afin de contrer Airbus, Boeing réfléchit à un nouvel avion commercial qui volerait presque à la vitesse du son et permettrait de gagner 15% de temps de vol en long-courrier.
2001 Les attentats de septembre aux Etats-Unis entraînent un début de crise dans le monde du tourisme et poussent de nombreuses compagnies, déjà mal en point, à une quasi faillite. Reprise des vols du Concorde en novembre après plus d'un an d'arrêt.
2002 Si les années 70 furent les années charters, les années 2000 sont celles des compagnies "low-cost" (à bas prix). Développement de ce type de transporteurs avec la mise en service de très nombreuses liaisons, notamment courant 2002 de/vers la France avec la compagnie Buzz par la suite rachetée par Ryanair.
2003 Fin de la compagnie Air Lib et arrêt définitif des vols Concorde d'Air France et de British Airways.
En septembre la fusion Air France - KLM fait de la "nouvelle compagnie" la deuxième alliance mondiale et la première européenne au niveau de l'aérien. Par la même occasion fin du projet d'un troisième aéroport parisien (prévu pour 2015) remplacé de fait par celui d'Amsterdam Schipol.
2005 Premiers vols de l'A-380, le plus grands avion commercial au monde dont la commercialisation commence en 2007.
2008 La flambée du prix du pétrole réduit l'activité de nombreuses compagnies dont certaines sont amenées à disparaître.





- S -

• Sécurité :
Désigne les mesures prises à bord des appareils ou pendant le vol. Le personnel cabine se doit d'exposer avant le décollage les mesures prévues en la matière : usage des ceintures, gilets de sauvetage, masques à oxygène, sorties de secours. Ces mêmes conseils sont reproduits sur un feuillet disponible en face de chaque siège. Selon le déroulement du vol, certaines précautions peuvent être demandées aux passagers; la plus courante étant de garder attachée sa ceinture de sécurité.

• Stand-by ou J-1
Embarquement de dernières minutes selon les places encore disponibles.

• Statut de vol :
Détermine les possibilités d'embarquement (visible aussi sur le billet).
OK : place confirmée
WT : vol complet, en liste attente
RQ : place en demande, ni confirmée, ni refusée.

• Stop-over :
Possibilité d'arrêt pendant plus de 24 heures à une escale de sa destination finale. A prévoir à l'émission du billet.

• Surbooking :
C'est la vente de plus de places qu'il n'y en a de disponibles dans un avion, ce qui fait que certains passagers ne peuvent embarquer. C'est une pratique couramment employée par les compagnies aériennes. Pour diminuer les risques, mieux vaut donc arriver à l'heure à sa convocation. Lors de surbook, le voyageur lésé a droit à un dédommagement.
En vol régulier, si l'on est victime de surbook et l'on possède un billet marqué "OK", on peut exiger un hébergement aux frais du transporteur ou/et un transfert sur un autre vol, de même que des indemnités (demandez une confirmation écrite).
Ainsi, tout passager refusé par un transporteur européen n'importe où dans le monde, ou par une compagnie non-européenne au départ d'un pays de l'Union Européenne peut bénéficier, s'il s'est bien présenté à l'heure à l'enregistrement, d'une indemnisation comprise selon les cas entre 250 et 600 € (250 € pour un vol de moins de 1 500 km, 400 € entre 1 500 à 3 500 km, 600 € au delà). Sauf accord de votre part, cette indemnité ne peut être payée qu'en "argent" et non en bons d'achats ou crédits de vols à venir. On peut de plus exiger le remboursement sans frais de son trajet et, si on le souhaite, demander également un dédommagement supplémentaire en passant devant les tribunaux.

• Sûreté :
La sûreté concerne la prévention des actes terroristes avec notamment le contrôle des bagages effectué avant l'arrivée en salle d'embarquement. Tous les bagages à mains doivent passer dans une appareil de contrôle électronique; leur contenu étant visualisé sur écran. Chaque passager doit également passer sous un portique de détection. Quant aux bagages laissés sans surveillance ou abandonnés, ils peuvent à tout moment être détruits, sans possibilité d'indemnisation pour leur propriétaire.



- T -

• Tarif négocié ou tarif discount :
Prix négocié entre voyagistes et compagnies pour des vols charters ou autres.

• Tarifs aériens :
L'époque étant à la concurrence et à la déréglementation, ceux-ci peuvent parfois rapidement fluctuer pour un même billet sur une même desserte. Pour de nombreuses destinations, les passagers peuvent choisir entre les tarifs vols réguliers, "low-cost" et charters, plus le cas échéant les offres promotionnelles ponctuelles proposées aussi bien par les compagnies que les voyagistes. En vols réguliers, en plus des pleins tarifs correspondant en gros aux classes Economique, Affaires et Première, on trouve bien sûr des tarifs négociés pour toutes ces classes, plus des réductions réservées à certaines catégories de passagers (jeunes, retraités, famille, couple, etc). Bien entendu, selon les tarifications, les conditions d'utilisation du billet mais aussi les divers services et avantages à bord seront différents.

• Taxe d'aéroport :
A acquitter à l'enregistrement des bagages lorsqu'on quitte un aéroport. Montant très variable selon les endroits et les compagnies. A savoir aussi : pas de taxe pour les transits et la somme à débourser peut déjà être incluse dans le prix du billet comme c'est le cas au niveau européen.

• Taxi aérien :
Désigne les services aériens effectués par des appareils de petite capacité (20 sièges au maximum) pour des déplacements à la demande essentiellement dans le domaine du voyage d'affaires. Il existe en France une centaine de compagnies spécialisées.

• Téléphone :
De plus en plus répandu à bord des appareils. Comptez environ de 3 à 7 € la minute selon la destination, les transporteurs et les systèmes d'appels utilisés. A cela s'ajoute une taxe d'appel d'environ 2 €. Le tout est payable uniquement par carte de crédit. Pour des raisons de sécurité, l'utilisation de téléphones portables personnels est rigoureusement interdite à bord... même si d'ici quelques temps les choses pourraient changer.

• Terminal :
Les gros aéroports disposent de différents terminaux réservés chacun à différentes compagnies et à leurs comptoirs.

• Timetable :
Ou "dépliant horaire". Edités par les transporteurs, ils renferment l'ensemble des caractéristiques de la compagnie (agences, réseau, horaires, flotte, service à bord, etc) et parfois aussi d'autres infos plus générales (taxes d'aéroports, transports ville-aéroports, etc). Ils sont édités deux fois par an (fin mars et fin octobre), sont gratuits et s'obtiennent essentiellement auprès des compagnies. Toutefois, avec le développement d'Internet les dépliants "papier" sont de plus en plus remplacés par de l'info "en ligne".

• Tour-opérateur ou TO :
Même chose que voyagiste. En matière d'aérien, il négocie les prix ou affrète les avions. A l'opposé, l'agence de voyages n'effectue que des ventes et perçoit une commission.

• Transit :
Période ou zone réservée aux passagers devant changer d'appareil lors d'une escale d'un vol direct.



- U -

• Union Européenne :
Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède.

• Urgences :
Pour motifs graves, le commandant de bord est habilité à prendre toutes mesures susceptibles de sauvegarder la sécurité d'un ou de l'ensemble des passagers : retour à l'aéroport de départ, atterrissage d'urgence, déroutement, etc.



- V -

• Validité des billets :
C'est l'un des principaux critères justifiant les différences de prix pour une même classe auprès d'une même compagnie. En général, plus la validité est large, plus c'est cher. Minimum 1 jour, maximum 1 an.

• Véhicules :
Autos et motos peuvent être transportées sur le même vol que leurs propriétaires lorsqu'il s'agit d'avions de grande capacité. Le nombre de véhicules étant toutefois souvent limité, il est conseillé de contacter le transporteur assez longtemps à l'avance.

• Ventes hors taxes :
Elles sont proposées dans les boutiques de la zone sous douane uniquement pour les départs vers l'étranger (hors Union Européenne) ou les Tom. Pas de ventes pour les vols domestiques et le Dom. On peut également effectuer ces mêmes achats à bord lors de liaisons internationales ou vers les Dom-Tom.

• Vol courier :
Acheminement urgent de matériel par l'utilisation d'espaces en soute sur les vols passagers de compagnies régulières. Certaines sociétés achètent des billets auprès de différentes transporteurs pour n'utiliser que l'espace bagages; le siège passager n'étant donc pas utilisé celui-ci est revendu par l'entreprise à bas prix.

• Vol direct :
Vol effectué sur le même numéro de vol d'une même compagnie, mais avec des escales techniques et/ou commerciales pouvant d'ailleurs parfois impliquer un changement d'appareil.

• Vol non-stop :
Vol effectué sans arrêts.

• Vol régulier :
Liaison effectuée par une compagnie régulière et programmée à l'avance.

• Vol sec :
Billet vendu seul sans prestation.

• Voyagiste ou tour-opérateur :
n matière d'aérien, il négocie les prix ou affrète les avions. A l'opposé, l'agence de voyages n'effectue que des ventes et perçoit une commission.



- Z -

• Zones :
Différentes zones existent dans un aéroport : la "zone des départs" où s'effectuent les formalités d'enregistrement, la "zone réservée" accessible uniquement aux passagers embarquant ou débarquant et qui inclue la "zone sous douane" où se situent les boutiques hors taxes et les salles d'embarquement, la "zone de livraison des bagages", la "zone des arrivées" où peuvent attendre les personnes venues accueillir des passagers.





- H -

H.L.E. ou Heure Limite d'Enregistrement :
Très variable selon les aéroports, les destinations, les compagnies aériennes et les types de billets : généralement de 20 mn à 1 heure avant le décollage. Passé ce délai, le transporteur a le droit de refuser l'embarquement du passager.

Handicapés :
Des dispositions particulières existent. A l'aéroport des accès et des équipements spéciaux (stationnement, bornes d'appel, etc) sont prévus de même qu'une assistance gratuite et un embarquement prioritaire. Dans certains cas, des réductions sont également applicables.

Horaires :
Tous les horaires de départ et d'arrivée sont mentionnés sur le billet; ils font partie intégrantes du contrat qui lie la compagnie au passager. Par contre, les guides horaires publiés par la plupart des transporteurs, aéroports, voyagistes ou serveur Internet n'ont qu'une valeur indicative. En tout état de cause, une modification d'horaires intervenant après achat du billet sera (ou devrait être) toujours précisée par courrier ou téléphone par le service réservation du transporteur ou de l'agence de voyages. Par précautions, on peut aussi appeler pour confirmation la veille du départ.

Hub :
Ou "plaque tournante". Base d'une compagnie dont l'un des buts est de regrouper les passagers et d'assurer leur correspondance vers leur destination finale.



- I -

I.A.T.A. :
En français "Association Internationale du Transport Aérien". Regroupe et réglemente presque toutes les compagnies du monde (environ 300).

Inclusive Tours :
Terme désignant l'achat d'un vol + des prestations au choix (nuit d'hôtel, location de véhicule,etc)

Indemnisation (auprès des compagnies) :
D'après la Loi, on peut obtenir une indemnisation (limitée à certains plafonds) auprès de son transporteur en cas de dommages matériels, perte ou retard conséquent des bagages, annulation, retards aériens et dommages corporels des passagers. Souscrire certaines assurances complémentaires permet d'accroître le montant de ces indemnités.



- J -

J-7 ou J-15 :
Billets soldés à 7 ou 15 jours d'un départ.



- L -

Liste d'attente :
Il arrive parfois que la compagnie ou l'agence de voyages ne puissent confirmer une place sur un vol en raison des réservations déjà effectuées par d'autres clients. Si l'on souhaite quand même partir sur ce vol, on se retrouve alors inscrit en liste d'attente et l'on doit attendre qu'une place se libère. Si malgré tout on ne peut embarquer, ni l'agence, ni la compagnie ne sont responsables.

Litiges :
En cas d'annulation ou de retard du vol, de pertes ou de bagages endommagés, etc, on peut obtenir réparation. Il faut alors adresser par écrit une réclamation à la compagnie ou à l'agence ayant vendu le billet.

Long-courrier (également moyen ou court-courrier) :
Liaison longue distance, en gros plus de 4 heures de vol (moyen-courrier de 1 à 4 heures et court-courrier moins d'une heure).

Low-cost :
Nouveau type de compagnies à "bas coûts" qui pour réduire leurs frais et proposer les tarifs les plus compétitifs utilisent souvent des aéroports secondaires proches des grandes agglomérations (ex. : Beauvais pour Paris) et n'offrent qu'un service minimum ou payant à bord des appareils. La compagnie irlandaise Ryanair, avec ses Beauvais-Dublin, a été celle qui la première à fait connaître ce type de transporteur en France.



- N -

No-show :
Se dit d'un passager qui ne s'est pas présenté à l'embarquement. Sans assurance, les frais d'annulation se montent souvent à la totalité du prix du billet.

Non endorsable, non reroutable :
Mentions souvent marquées sur un billet indiquant qu'il n'est pas utilisable sur une autre compagnie et qu'aucun changement d'itinéraire n'est possible.



- O -

Objets précieux :
A garder avec soi en cabine car en cas de perte la responsabilité du transporteur est très limitée. Et si le contrat habituel d'assurances ne couvre pas la perte ou le vol de tels objets, il est alors nécessaire de souscrire une garantie complé mentaire. Ne pas oublier les justificatifs d'achat afin d'éviter les problèmes lors des passages en douane, ni d'établir une déclaration si leur valeur dépasse 7 500 €.

Open :
Billet pour lequel on peut fixer librement sa date retour dans la limite de sa validité.

Open jaw :
Ou "billet panachable ". Permet d'arriver dans une ville et de repartir d'une autre, pas forcément d'ailleurs du même pays.






- P -

Pass aérien :
Forfait permettant plusieurs déplacements (en nombre plus ou moins limité selon le cas) dans un ou plusieurs pays.

Passeport :
Hormis pour l'Union Européenne, plus quelques pays européens proches, et dans le cas de voyages oragnisés à destination de pays touristiques (Turquie, Maroc, etc) pour lesquels la carte d'identité ou un passeport périmé depuis moins de 5 ans est suffisant, un passeport en cours de validité est nécessaire. Certains pays exigent même que cette validité soit effective 6 mois après la date d'entrée ou de sortie de leur territoire. Les enfants de moins de 15 ans peuvent figurer sur le passeport de leurs parents.

Pax :
Terme employé par les professionnels du tourisme pour désigner un passager ou un client.

Pénalités :
Somme à payer ou retenue en cas de modification, d'annulation, de remboursement de billet non utilisé, perdu ou volé. Variable selon le motif, les délais et le type de billet.

Plaque tournante :
Même chose que "Hub".

Prepaid :
Billet qui peut être envoyé à l'étranger depuis la France (ou l'inverse). Système couramment proposé par les compagnies aériennes ainsi que par certains voyagistes.

Prestations à bord :
Hormis avec les compagnies "à bas prix" où tout est payant à bord, selon les transporteurs, les vols et la classe dans laquelle on voyage sont offerts gratuitement à bord diverses prestations : repas, boissons, journaux, etc. Toutefois, en classe Eco, certaines choses telles les boisssons alcoolisées peuvent parfois être payantes. On peut également bénéficier pour la plupart des liaisons régulières longs-courrier de repas spéciaux (végétarien, san sel, etc) si l'on en fait la demande lors de la réservation ou au plus tard 24 heures avant le départ. En long ou moyen-courrier des programmes TV, films, musique sont également à disposition des passagers, tout comme de plus en plus le téléphone, le web ou le fax.

Prix d'appel :
Tarif intéressant sur lequel repose la publicité d'une agence ou d'une compagnie pour une destination.

Programme de Fidélisation :
Ou "Frequent Flyer ". Proposé par une compagnie, c'est un système permettant aux passagers empruntant ses lignes (ou celles de compagnies associées ou encore de chaînes d'hôtels ou de location de véhicules) d'accumuler des "kilomètres" afin de bénéficier ensuite de billets gratuits ou d'avantages divers.



- R -

Réclamations :
Dans tous les cas, elles sont à effectuer sous un mois après la date retour, le cas échéant par lettre recommandée avec accusé de réception adressée à l'agence qui a vendu les prestations. Si les problèmes ont eu lieu pendant le voyage, il est préférable d'avoir en sa possession un maximum de preuves attestant de sa bonne foi. Ceci dit, même si un arrangement à l'amiable est envisagé, le règlement d'un litige peut souvent prendre pas mal de temps.

Reconfirmation :
Sauf pour la France et une partie de l'Europe, il est en principe obligatoire de reconfirmer auprès du transporteur son vol retour dans les 72 heures avant le décollage sous peine de se voir, le cas échéant, annuler sa réservation.

Refus d'embarquement :
Si le motif est liée à la pratique du surbooking, la compagnie est tenue, en vol régulier, de verser des compensations. Par contre si le refus repose sur le non-respect de l'heure limite d'enregistrement, un comportement incorrect, la non reconfirmation ou toutes autres raisons légitimes, il ne peut y avoir de dédommagements.

Remboursement :
Attention tout n'est pas remboursable, sauf si l'on voyage à plein tarif. En cas d'annulation d'un billet plein tarif en vol régulier, il faut retourner celui-ci au plus tard 30 jours après la date limite de validité pour obtenir son remboursement. Les billets à tarifs réduits ou promotionnels sont généralement soumis à des conditions particulières de remboursement, et ne sont d'ailleurs remboursables que si l'on a souscrit une assurance annulation. Pour ce qui est des charters, là aussi, le remboursement complet ou partiel ne peut être obtenu que si l'on a souscrit un contrat d'assurance incluant le motif de l'annulation. Ne pas oublier que la déclaration d'annulation est à faire généralement sous les 5 jours, avec parfois un avis sous les 24 heures suivant l'événement ayant entraîné l'annulation. Par contre en cas de perte ou de vol du billet pas de dédommagement à attendre et l'on doit acheter un nouveau billet.

Remise des billets :
Les billets ne sont pas systématiquement délivrés de suite par les agences. Très souvent, en régulier, ils ne sont disponibles sur place que quelques jours avant le départ; et sous certaines conditions ils peuvent être aussi envoyés par courrier. Par contre pour les charters, les compagnies "à bas prix" et même de plus en plus de compagnies régulières, il n'est délivré la plupart du temps qu'une convocation pour l'aéroport qui permettra juste avant de partir de retirer son titre de transport ou d'embarquement au comptoir du voyagiste ou du transporteur.

Réservation ou Résa. :
Place effective sur un vol déterminé (jour, date, numéro de vol) à partir du moment où le billet est payé. Lorsqu'un client choisit un billet pour une destination quelconque auprès d'une agence de voyages, celle-ci va d'abord vérifier qu'il reste des places soit, s'il s'agit d'un vol charter, auprès du tour-opérateur qui affrété l'avion, soit auprès de la compagnie s'il s'agit d'une liaison régulière. En cas de places disponibles, si le client est toujours décidé, l'agence fera alors une réservation ferme. S'il y a hésitation de celui-ci, elle peut poser une option jusqu'à une date proche. Dans ce dernier cas, la place est alors bloquée et ne peut-être proposée à quelqu'un d'autre jusqu'à la date choisie. Toutefois, si ce système se pratique généralement sans problèmes avec les compagnies régulières, en charters les options ne sont pas toujours autorisées, notamment en période de pointe et sur les destinations fortement demandées.

Responsabilité :
Avec la Loi du 13 juillet 1992 concernant la vente de voyages, c'est maintenant l'agence qui a vendu la ou les prestations au client qui est entièrement responsable en cas de litiges. Cette loi stipule que c'est uniquement la responsabilité civile de celle-ci qui doit être mise en cause lors de problèmes, même s'il y a erreur d'un sous-traitant ou d'un intermédiaire (aéroport, transporteur hors disposition légale, etc...). Très souvent, dans la pratique, la plupart des difficultés se règlent à l'amiable. Mais, si l'on souhaite entamer une procédure devant les tribunaux, il faut donc obligatoirement se retourner contre le point de vente de son achat qui, lui même, devra poursuivre les responsables directs afin de récupérer les dédommagements qu'il pourrait avoir déjà versé. Dans tous les cas, c'est le contrat qui accompagne chaque vente qui fait office de référence.

Retard ou report du vol :
Il faut que le retard ou le report soit "important" pour être pris en considération. A partir de 2 heures (vols de moins de 1 500 km), 3 heures (1 500/3 500 km) ou 4 heures (vols de plus de 3 500 km) vous pouvez exiger sur le moment divers services de la part du transporteur (boissons, repas, hébergement, etc). Et à partir de 5 heures de retard vous avez droit au remboursement de votre billet. En cas de grève ou pour des retards/reports liés à des questions de sécurité le transporteur peut toutefois dégagé sa responsabilité.

Retards aériens :
Les raisons : augmentation du trafic, aéroports, espace et contrôle aériens saturés, intervenants multiples, priorités militaires, problèmes météo, retards des voyageurs, départs en masse à certaines dates, rotations multiples d'un même appareil le même jour, etc. Bref, il est assez fréquent qu'un avion décolle avec 10 ou 15 minutes de retard.

Routing :
Itinéraire emprunté par les avions. Il est essentiellement fonction des compagnies, des jours de vol, du type d'appareil ou même de la saison.






- D -

Devises :
Même si le montant des devises que l'on peut emporter ou rapporter d'un voyage n'est pas limité, les douanes françaises obligent d'établir une déclaration pour toute somme au moins égale à 7 500 €. Quant aux devises à emporter, il est conseillé de se munir à la fois de sa carte de crédit, de travelers et de liquide en petites coupures. Dans nombre de pays, il n'est maintenant plus vraiment nécessaire de prévoir ses devises en $ US, l'Euro faisant très bien l'affaire.

Documents de voyage :
Il est possible de se déplacer à l'intérieur du territoire national avec un simple permis de conduire ou un livret de famille. Bien entendu, pour l'étranger et les Dom-Tom la carte d'identité ou le passeport, avec selon les destinations un visa, sont nécessaires. Pour quelques pays, des vaccins sont également obligatoires (fièvre jaune, hépatites, etc); chaque vaccination effectuée étant répertoriée sur un carnet de vaccination. La compagnie est en droit de refuser l'embarquement à tout passager n'étant pas en possession des documents de voyage appropriés à son déplacement. En effet, outre le fait qu'elle soit tenue responsable, elle devrait supporter en plus le coût du rapatriement (dont elle pourrait demander le remboursement au passager).

Dommages :
C'est la mauvaise exécution d'un élément du contrat de transport se traduisant par un préjudice pour l'usager. La plupart du temps le règlement s'effectue par un accord à l'amiable avec la compagnie ou l'agence responsable. Pour les cas graves, par contre, le différend ne peut souvent être réglé que par une procédure judiciaire longue et coûteuse. Dans ce cas, c'est au plaignant de faire la preuve du préjudice.

Douanes :
Franchises autorisées pour les personnes de plus de 17 ans (hors Union Européenne) :
- Vin : 2 l et
soit alcool de moins de 22 degrès : 2 l
soit alcool de plus de 22 degrès : 1 l
- Tabac : 200 cigarettes ou 50 cigares ou 250 g de tabac
- Parfum, café, thé : 50 g, 500 g, 100 g
- Autres marchandises : 200 € pour les plus de 15 ans et 100 € pour les plus jeunes.
Quant à la possession de contrefaçons, y compris pour un usage personnel, elle est désormais punie par une Loi (confiscation, amendes, poursuites, etc).

Duty free shops :
Boutiques sous douane des aéroports où l'on peut acheter au départ (vers l'étranger et les Tom depuis la France) divers produits hors taxes. Intérêt variable selon les aéroports et les pays. Deux duty reconnus mondialement : Amsterdam et surtout Dubaï. Depuis 1999 il n'a plus de duty pour les vols intra-communautaires même si parfois certaines tarifications spéciales peuvent cependant s'appliquer.



- E -

Embarquement :
Une fois terminées les formalités d'enregistrement auprès de la compagnie, on doit se diriger vers la salle d'embarquement. Le numéro de celle-ci figure sur la carte du même nom remise lors de l'enregistrement. Pour embarquer, on doit alors passer les contrôles (douane, sécurité) muni de cette carte et des documents de voyage nécessaires. Pour les vols internationaux les passagers ont ensuite accès à la zone d'achats hors taxes. Une fois en salle d'embarquement, on doit présenter sa carte d'accès à bord au personnel de la compagnie avant de monter dans l'appareil et s'installer à la place indiquée sur celle-ci.

Enfants et bébés :
N'occupant généralement pas de siège, les bébés (moins de 2 ans) paient le plus souvent 10 % du prix adulte. Quant aux enfants (moins de 12 ans), ils paient la plupart du temps 100 % en charter, ou bénéficient de réductions chez certaines compagnies régulières (mais pas toutes en "négocié"). Au maximum ces réductions peuvent atteindre 50 %. Entre 4 et 12 ans, ils peuvent aussi voyager seuls (rare en charters) pris en charge par le personnel de cabine.

Enregistrement :
C'est l'opération qui consiste, sur présentation du billet et de sa pièce d'identité au comptoir de la compagnie, à valider le passage et le dépôt des bagages en soute. C'est aussi à ce moment là que l'on choisit sa place dans l'avion.

Escales :
Seuls les vols non-stop sont sans escales. Les autres, y compris les directs, comportent toujours des escales techniques et/ou commerciales. Pour ces dernières la compagnie embarque et débarque des passagers. Si le vol est direct (même numéro de vol) il n'y aura pas de changement de compagnie même s'il peut y avoir parfois changement d'appareil. A l'occasion, les passagers peuvent être amenés à séjourner (rarement plus de deux heures) en salle de transit de l'aéroport lors de l'escale.

Etiquettes bagages :
Nécessaires pour rechercher ses bagages sur le tapis de livraison ou en cas de perte de ceux-ci. Par précaution, on peut utiliser deux étiquettes avec ses coordonnées (y compris sur place à aller), l'une à l'intérieur et l'autre à l'extérieur de chaque bagage. Une autre étiquette indiquant par codes les aéroports concernés par le voyage est également apposée par le personnel d'enregistrement sur tous les bagages en soute. Mieux vaut alors retirer celles d'un voyage précédent afin d'éviter les erreurs d'aiguillage.



- F -

Forfait :
Ensemble de produits vendus à un client par une agence pouvant comprendre le transport plus diverses prestations au choix (hébergement, restauration, véhicule, visite, etc).

Franchise bagages :
Poids et/ou quantité de bagages transportés gratuitement.

Fumeurs :
Désormais, quasiment tous les vols partout dans le monde sont non-fumeurs.



- G -

Grossesse :
Chaque compagnie propose sa propre réglementation en la matière. Mais, généralement, elles n'acceptent plus à bord les femmes enceintes au delà du 7ème mois.



Derniers adhérents en ligne

marardon   adhabm   sabonbois   odechailler   opaugam   rdemougin   grperra   catherine   brtanguy   andupont   dabarreteau   anverdier   hemadelaine   agiudicelli   lgilbert  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public