logo abm blanc
FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
       
Vous êtes iciAccueil|Tourisme responsable|Népal : savoir vivre, savoir voyager
jeudi, 10 septembre 2009 10:18

Népal : savoir vivre, savoir voyager

Népal : savoir vivre, savoir voyager.



Le Népal, en 1970, recevait 46 000 visiteurs. En 1991, 300 000 touristes se rendaient dans ce pays himalayen (400 000 en 2000 NDLR). La beauté des paysages, l'accueil des habitants expliquent cet engouement justifié; mais le développement du tourisme ne va pas sans susciter des nuisances dommageables aux Népalais et à leur cadre de vie.
Vous allez découvrir un peuple dont les valeurs, les religions, les coutumes, le mode de vie sont profondément différents de notre univers et parfois déroutants pour nous, Français.
Cette rencontre soudaine entre deux cultures nous fait adopter, par ignorance ou distraction, un comportement dont les multiples conséquences n'apparaissent jamais au voyageur de passage.
Nous souhaitons vous faire profiter de notre connaissance du Népal et mettre ici en relief certains aspects de la vie népalaise. Les Népalais sont naturellement accueillants, mais l'usage de quelques règles du savoir-vivre népalais vous permettra de créer des liens privilégiés.
Pour être respecté il faut être respectable.
Il est de bon goût d'adopter des vêtements plus conforme à la "mode népalaise" qu'à un séjour estival sur la Croisette.
Dans la Vallée de Kathmandou et en trekking vous serez au contact de la population, laborieuse et amicale. Le plus grand service que vous pourrez lui rendre c'est de ne jamais rien distribuer, pas de stylos, ni de bonbons, ni de roupies... rien. Encourager la main tendue par des aumônes inopportunes, c'est bien souvent, en fin de compte, se faire plaisir et cela n'a jamais résolu les problèmes. Donner, c'est inciter les enfants à faire la manche, activité plus lucrative et plaisante que la fréquentation de l'école. Les gosses grandissent, le sourire ne fait plus recette, ils rackettent les plus petits : voie ouverte vers la délinquance... Privilégiez plutôt les dons aux écoles ou aux associations qui travaillent sur place, elles connaissent parfaitement les besoins réels de la population.
Il est fréquent d'être sollicité pour des soins médicaux (médicaments pour le mal de tête, mal de ventre...). Seul un médecin pouvant assurer un diagnostic et un suivi médical peut répondre à cette demande. Il est prudent de s'abstenir de toute distribution de médicaments ("Doctor Hoïna": je ne suis pas docteur !).
Être visé et mitraillé à chaque détour de chemin par des bataillons d'étrangers n'encourage pas les relations amicales. Demandez toujours l'autorisation avant de "prendre" un Népalais en photo. Et si on vous demande un bakchich c'est la preuve que des mufles sont passés avant vous, refusez poliment et renoncez à votre cliché. Si vous promettez une photo, envoyez-la ou équipez-vous d'un Polaroïd.
La nature en Himalaya est aussi fragile que celle de nos campagnes françaises, elle n'est pas faite pour digérer les déchets. Beaucoup de Sirdar ont pris conscience des problèmes d'environnement, pas tous, aussi une attitude éducative sera certainement profitable.
Le Népal et les Népalais vous accueillent, vous vous sentirez certainement "chez vous" mais souvenez-vous que vous êtes chez eux. L'enrichissement que vous retirerez de votre voyage sera à la hauteur de votre respect de la population et de son milieu naturel environnant.
Bon voyage. !

- Brochure "Voyager au Népal" de l'association Népal-France (55 Bd de Charonne, 75011 Paris) -
Lu 3922 fois

Derniers adhérents en ligne

jeperignon   gagouband   jcpeugeot   demellerin   pmatveeff   ffeugeas   thodobbelaere   ppicard   frbonnaud   phlautridou   adhabm   sohumbert   opaugam   cgaudin   chduhourcau  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public