logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       
Vous êtes iciAccueil|Transports terrestres|Vos expériences|Vos expériences - Taxis collectifs - Afrique
jeudi, 22 octobre 2009 12:59

Vos expériences - Taxis collectifs - Afrique

Afrique

<> Benin (8/02)
"Attention aux taxis brousse dont la conduite reste très dangereuse; négocier une conduite cool si possible avant de monter dans le véhicule."(
phtournut@club.lemonde.fr)

<> Burkina-Faso
----- (8/06) ------
"Taxis collectifs très développés. Aucun confort, lents, aucune ponctualité et coûts intéressants. Il y en a partout."
(betout.michel@wanadoo.fr)

----- (12/03) ------
"Taxis collectifs très développés."
(coeurtamtam@wanadoo.fr)

----- (3/02) ------
"Taxis collectifs très développés. Le taxi brousse est un moyen original de voyager, à condition de ne pas craindre une certaine promiscuité ou d'accepter de voyager sur le toit !"
(pierrot@venuat.com)

<> Cameroun (7/01)
"Comme partout en Afrique, les taxis collectifs partent lorsqu'ils sont pleins, sauf parfois sur certaines destinations "grandes" ou en fin de journée. Ne pas les croire quand ils vous affirment partir bientôt; fiez-vous au remplissage. Très efficace sur les grands axes. Le remplissage est de plus en plus importants lorsqu'on s'éloigne des zones fréquentées.(Llirabelle@netcourrier.com)

<> Cap Vert (11/01)
Taxis collectifs très développés; c'est le meilleur moyen pour découvrir l'archipel et le meilleur marché. Confortables et grandes fréquences."
(rolfou@yahoo.fr)

<> Ethiopie
 --- (8/05) ----
"Taxis collectifs développés mais, selon les lieux, plus ou moins nombreux. On est souvent entassé. Un peu plus cher que le bus. Véhicule en assez bon état. Départ quand c'est plein. La meilleure place est celle de devant comme toujours."
(angy8@bluewin.ch)

--- (12/02) ----
"Taxis collectifs développés mais, selon les lieux, plus ou moins nombreux. On est souvent entassé. Un peu plus cher que le bus. Véhicule en assez bon état. Départ quand c'est plein. La meilleure place est celle de devant comme toujours."
(Laure.Curt@hospvd.ch)

<> Guinée (8/00)
"Taxi collectif développé. En 505 ou 504... jusqu'à 12 personnes ! En minibus Toyota, jusqu'à 20 personnes. On donne souvent à l'étranger la meilleure place. Repas offert sur certains trajets en 505. Les déplacements sont très longs et fastidieux, surtout à la saison des pluies (été)."
(nicos_@caramail.com)

<> Madagascar
--- (11/04) ----"Les Taxi B sont un genre de minibus collectif. Il y a en a partout et c'est le moyen de déplacement des malgaches. C'est parfois fatiguant car les routes ne sont pas toujours en très bon état et les temps de trajets sont longs. Très sympa. Prix fixes. Impératif d'arriver très tôt à la station des taxi-B (pas après 7h00 du matin sinon risque d'attente de plusieurs heures)."
(cannelle@bzh.net)

--- (9/04) ----
"Taxi collectif : super convivial et bien développé. Très économique mais pas d'heures précises de départ ou d'arrivée. Confort un peu sommaire mais à 10 passagers dans un break..."
(marinea@free.fr)

--- (8/04) ----
"Taxi B : les routes sont parfois "défoncées", mais le réseau routier s'est amélioré depuis 2 ans. Mieux vaut prévoir son sac plastique pour les nausées, les malgaches ont souvent le mal des transports, vous dépannerez votre voisin. Il y a des "récréations" pause-pipi, rarement prévu avec buissons pour les femmes. Les sacs voyagent très bien sur la galerie et une bonne bâche les protègent; cependant une housse pour protéger le sac à dos est très utile."
(occitanie31@oreka.com)

--- (4/04) ----
"Taxis collectifs très développés. Attente parfois longue, mais à Tana on peut réserver son billet à l'avance au parking des départs et ainsi avoir une place devant à côté du chauffeur ce qui est plus confortable et plus sympa pour la vue."
(angelinaperrin@yahoo.fr)

--- (10/03) ----
"Toutes les compagnies de taxi-brousse s'alignent sur les mêmes tarifs, mais il est toujours possible de négocier. Si vous prenez la place de devant, vous serez deux passagers à coté du chauffeur... sur un seul siège bien sûr."
(Foinel@aol.com)

--- (7/01) ----
"Taxis collectifs très développés et de divers types :
1) Les minibus japonais : assez rapides, souvent bien pleins, pas trop chers (prix fixe affiché), confort moyen... selon la taille du passager.
2) Les 404 familiales : pour les trajets plus courts, claustrophobes s'abstenir, on s'est entassé à 13 dans un break 404.3) Les bâchées : pour les pistes de brousse - trajets courts - pratique là où les autres voitures ne vont pas."
(pascal.millot6@libertysurf.fr)

--- (11/00) ----
"Réseau de taxis collectifs (voiture, minibus, camion) très développé. Pas très rapides. Le confort dépend du type et de l'état du taxi-brousse emprunté. Nécessité d'attendre que le véhicule soit plein avant de partir. Il n'y a pas de règle générale pour réserver ou pas. Une part de chance est nécessaire afin de ne pas attendre trop longtemps que le taxi-brousse soit complet. Les longs parcours se font généralement en minibus. Prendre un taxi-brousse à Madagascar est tout un art. De plus, aucune règle n'existe et ce qui marche bien un jour ne se vérifiera pas nécessairement le lendemain.
C'est également l'occasion de discussions et souvent de rencontres très riches.Il existe plusieurs moyens de transport allant de la charrette à zébus (pour le plus lent et inconfortable) au minibus japonais style Mazda ou Nissan (pas forcément rapide, ni confortable). Certaines pistes sont parcourues par des gros camions. Les parcours les plus courts se font généralement en voiture style 504 break. La première étape se passe dans les gares routières où plusieurs compagnies sont regroupées. Chacune a ses rabatteurs qui se précipitent sur vous.
Tous vous disent qu'ils sont pratiquement pleins et près à partir, bien entendu. A ce moment là, il vaut mieux être méfiant et ne pas hésiter à faire le tour de la station pour voir lequel est le plus chargé. Mais là non plus, il n'y a pas de science exacte. Bien souvent, une seule personne part mais quatre ou cinq l'accompagnent et elles sont toutes dans le taxi-brousse. Un autre indice est le chargement du toit. Pas forcément fiable non plus, vu la quantité de marchandises que peut avoir une seule personne.Une fois que vous aurez choisi judicieusement votre compagnie, le rabatteur s'empressera de mettre votre bagage sur le toit du minibus. Il vous reste à payer et choisir votre place si certaines sont encore disponibles. La meilleure est à côté du chauffeur, ensuite celle juste derrière lui. Les places de droite sont des strapontins qui souvent se relèvent dans les virages.
Quant aux places du fond, une fois assis, si vous avez de grandes jambes, vous ne pouvez plus bouger. Pour soulager vos douleurs, essayer de contracter et décontracter muscle par muscle et penser à autre chose. Un petit massage a l'arrivée serait la bienvenue ! Ensuite, il ne reste plus qu'à attendre, car les taxis-brousse ne partent que lorsqu'ils sont pleins. Cela peut prendre jusqu'à 5h. Mais vous ne vous ennuierez pas. Le spectacle est partout autour de vous et les gens viennent discuter. Ces longs moments sont aussi l'occasion de rencontrer d'autres touristes et d'échanger des expériences. Côté nourriture, pas d'inquiétude. Plusieurs marchands vous proposeront des gâteaux, du pain, des sambos mais également de l'ail ou des poules vivantes.Une fois que le rabatteur commence à installer la bâche sur les bagages et installer les ficelles, le départ ne devrait plus tarder.
Certains chargements font l'objet de véritables prouesses techniques. Les rabatteurs ont l'art de se déplacer sur les bords des toits et de faire des nœuds.Parfois tous les passagers sont là mais il n'y a ni véhicule, ni chauffeur. Il faut donc attendre que le gérant de la compagnie trouve une solution. Autre aléa possible : la pénurie d'essence pour raison administrative.Enfin vous partez. Les arrêts sont peu nombreux. Ils ont pour but une pause toilette, adaptée aux garçons et non pas aux filles car toujours dans un endroit désert ! Pas un arbre, pas un tas de cailloux…Autre raison de s'arrêter : les repas. Ils ont lieux dans les restos routiers.
Souvent le riz cuit depuis le matin et est donc plutôt insipide. Ces longs voyages sont également des moments de discussion avec les autres voyageurs. Mais parfois personne ne parle le français. Normalement, chaque banquette est occupée par trois passagers mais parfois quatre personnes s'entassent. Les enfants ne sont pas comptés et peuvent être deux voir trois pour une mère. Ils sont très sages et s'endorment dès les premiers kilomètres, même sur les pistes défoncées.Les chauffeurs sont en général prudents. Excepté lorsque le chargement est peu important.
Dans ce cas, les pneus crissent et les virages sont pris à gauche. De nombreux policiers contrôlent le nombre de passagers et le chargement. Tout litige se règle à l'aide de quelques billets.Réserver permet d'avoir une bonne place mais empêche de prendre le véhicule le plus plein. Dans ce cas, une grande part de chance doit être au rendez-vous. Mais pour certains parcours il est impératif de réserver car les taxis-brousses sont peu nombreux. Ils tombent rarement en panne (une seule en trois semaine).
Les camions sont "adaptés" aux pistes plus difficiles. Le chargement est encore plus impressionnant. Vous vous retrouverez coincés entre le pain, les poissons et les caisses de bière. Il peut y avoir jusqu'à dix-huit personnes, enfants compris, pour six places. Certaines fois vous serez obligés de descendre du camion pour qu'il puisse monter la côte. Si vous n'avez pas de place assise, il est difficile de trouver un endroit pour vous accrocher.
De plus, ne lâchez plus votre point d'ancrage car vous ne le retrouverez pas. Le plafond étant bas, votre tête se souviendra des bosses de la piste. Les camions mettent environ deux heures à faire 20 km.Quant aux 504 break, elles sont utilisées sur des parcours plus courts. Vous êtes serrés mais les conditions sont acceptables. Elles sont souvent décorées d'autocollants du style "Jésus, I love you". Evidemment, elles ne sont pas reluisantes. Le compteur kilométrique est bloqué mais elles peuvent avoir jusqu'à 900 000 km.
Dans les villes, les taxis sont souvent des 4L car faciles à bricoler et les pièces détachées ne sont pas chères. Par contre, il peut vous arriver de perdre le pot d'échappement ou de tomber en panne sèche. Mais les chauffeurs ont un bidon et si ce n'est pas suffisant, ils siphonneront avec leur cigarette dans la main !Dans certaines villes, vous n'échapperez pas aux pousse-pousse. A la fin de la journée, vous serez fatigués de dire "Non merci".
A Antsirabe, ils sont 6 000 et votre arrivée dans la gare routière peut être l'occasion d'une émeute !Après plusieurs centaines de kilomètres dans ces véhicules vous serez harassés, cassés, fatigués mais tellement contents. Vous aurez vu des paysages superbes et rencontrés de nombreuses personnes. Vous aurez traversé des villages typiques et découvert la vie de tous les jours. Et vous aurez certainement eu des péripéties."
(Valeriecabioch@aol.com)

<> Mali
--- (12/06) ----
"Taxis collectifs très développé. Les taxis collectifs (bâchés, taxis-brousse, etc) se trouvent partout, partent quand ils sont pleins (sauf si on se les réserve entièrement), sont bon marché mais, comme les bus, sont soumis aux aléas de la mécanique locale. Eviter de payer d'avance, ou bien ne donner qu'un acompte (on est pratiquement sûr de partir... mais nettement moins d'arriver)."
(info@dominiquedavid.com)

--- (8/06) ----
"Taxi collectif très développé. Avantages : le prix, le réseau. Inconvénients : le confort, la ponctualité et la lenteur."
(betout.michel@wanadoo.fr)

--- (8/03) ----
"Réseau très développé de taxis collectifs. Un peu plus cher que le bus mais beaucoup plus confortable. Attention à ne pas se faire avoir sur le supplément bagages."
(pauline_paquin@hotmail.com)

--- (8/02) ----
"Taxis collectifs très développés. Ils partent quand ils sont pleins; il ne faut donc pas être pressé !"
(lefebvre.veronique@noos.fr)

--- (1/01) ----
"Taxi collectif développé sur les petits trajets. Confort moyen (mais normal pour taxis-brousses). Rapides et coûts normaux."
(marie-claude.cornee@univ-rennes1.fr)

<> Maroc
---- (9/03) ------
"Taxis collectifs très développés et peu coûteux quand le taxi est plein. Mais il faut avoir le temps d'attendre que le taxi se remplisse. Conseillé de payer pour deux places quand on est une femme et prendre le siège de co-pilote (cela est fréquent pour les femmes)."
(pegsrigou@hotmail.com)

---- (8/03) ------
"Au Maroc, plus que le taxi collectif, il est préférable à mon avis de prendre le bus (la compagnie CTM est la meilleure). Les taxis roulent dangereusement et s'arrêtent trop souvent en route pour prendre d'autre personnes."
(schoukairy@hotmail.com)

---- (2/03) ------
"Taxis collectifs très développés. Un peu plus cher que le bus mais, en tenant compte du supplément bagage, on y gagne pour les courtes distances et quand il n'y a pas de bus avant longtemps. Le taxi part quand il est plein sauf si quelqu'un paye les places vides."
(pauline_paquin@hotmail.com)

---- (9/02) ------
"Taxis collectifs très développés. Bonne alternative au bus surtout sur les liaisons peu fréquentes en bus. La plupart du temps ils sont plus rapides que le bus pour un prix quasi identique. Seul inconvénient, attendre que le taxi se remplisse mais ça c'est le service taxi collectif."
(pindavid@hotmail.com)

<> Mauritanie (9/06)
"J'ai trouvé les transports difficiles, notamment les taxi-brousse où ils entassent un max comparé au Sénégal. Dans les pick-up on se soucie avant tout des bagages, ensuite les passagers sur les bagages... Peu importe la sécurité ou le confort !"
(georgetpatou@hotmail.com)

<> Niger (11/00)
"Il existe un réseau de taxis-brousse (504 breaks en très bon état). Prix à peine supérieurs aux bus. Se méfier car les distances sont très longues au Niger. On y passe souvent entre 15 et 20 heures. Par contre les routes principales sont en très bon état."
(unpeuplusloin@hotmail.com)

<> Sénégal
---- (8/03) -----
"Taxis collectifs très développés. Plus chers que le bus mais on gagne du temps."
(pauline_paquin@hotmail.com)

---- (2/03) -----
"Taxis collectifs très développés et peu chers. Maxi 7 personnes pour le départ, tarifs à négocier. On peut prendre plusieurs places pour obtenir un peu plus d'espace. Faire attention aux bagages."
(roldoziere@club-internet.fr)

<> Tunisie (6/03)
"Les louagistes (taxis collectifs) en Tunisie ont établi un code spécifique de communication par signes pour pouvoir contourner les policiers.
Avec un signe de main, le conducteur demande à un confrère venant de l'autre côté de la route s'il a laissé des policiers derrière lui. Le louagiste en face lui répond également en signe. Il lui demande soit de ralentir (présence de policiers), soit il l'informe que la zone est libre (comprendez aucun policier dans l'environ).
 Il peut donc continuer à rouler à toute vitesse et faire des folies dans les virages ! L'ironie dans l'histoire c'est que lorsque les louagistes rencontrent des policiers sur leur chemin, ils les saluent d'un signe de main innocent.
A leur voir les saluer, on dirait qu'ils suivent le code de la route à la lettre !"
(raptor@altern.org)
Lu 3297 fois

Derniers adhérents en ligne

palandre   adhabm   anlambert   vabecart   gemahu   angenty   jmserour   miricher   jprabonneau   bebenoist   plemaitre   stcassonnet   jrose   catherine   fjourdain  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public