logo abm blanc
FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
       
Vous êtes iciAccueil|Transports terrestres|Voyager en vélo|Voyager à vélo
jeudi, 10 septembre 2009 15:20

Voyager à vélo

Pourquoi voyager à vélo ?

Simplement parce que ce mode de transport permet de voyager en prenant son temps. Le temps de rencontrer, de contempler, de s'arrêter, de respirer... C'est en se déplaçant avec ce moyen de locomotion qui rend totalement indépendant que l'on ressent véritablement un pays ou une région. C'est l'occasion d'aller vers les autres, de pouvoir s'arrêter sur la route et d'admirer la vie qui se déroule sous ses yeux. Et devenir alors un spectateur privilégié.

Bien sûr, pour faire avancer la machine il faut pédaler, et si l'on manque de préparation, et surtout de motivation, il est vrai que l'expérience peut parfois se transformer en galère. Toutefois il n'est pas forcément nécessaire d'être un sportif aguerri pour partir à vélo. En effet rouler à son rythme et ne pas être trop chargé sont parmi les clés de la réussite; donc... Et de toute façon un vélo se rangera toujours facilement dans un compartiment de train, le toit d'un autobus ou les soutes d'un avion partout dans le monde. Sans parler que l'on peut aussi simplement louer un vélo pour une partie de son périple.
 
La machine et l'équipement :

Le vélo :

On a le choix, VTT ou randonneur, cher ou bon marché; à chacun de voir selon son budget. Pour un voyage longue durée mieux vaut acheter du matériel robuste et sur mesure car cela évite bon nombre de tracasseries mécaniques, autant pour le vélo que pour celui qui pédale. Par contre, pour un périple d'un à deux mois cela n'est pas nécessaire, surtout si l'on met son vélo dans des bus ou des trains où il risque d'être abîmé.
TDM_2512_3
L'équipement :

Il est important de bien connaître son matériel avant de partir. Il vous faudra donc choisir celui-ci en fonction du type de vélo que vous avez, des contraintes de poids ou de place, et de vos compétences (n'emportez que des outils dont vous savez vous servir !).
Pour les longs voyages, particulièrement dans des pays démunis, il est conseillé de choisir du matériel robuste, surtout un cadre en acier qui permet d'être ressoudé dans n'importe quel petit atelier (à la différence de l'alu, du carbonne, etc).

. Le casque :

S’équiper d’un casque de vélo (non obligatoire mais fortement recommandé) parfaitement ajusté vous permettra d'avoir la seule protection contre les chutes éventuelles.

. La selle :

C'est un élément important. Certains préfèrent le cuir qui s'adapte mieux à la morphologie mais se déforme sous la pluie, d'autres la mousse. Pour une longue durée, une selle en cuir semble toutefois inévitable. Attention de ne pas partir avec une selle neuve. Soyez sûr que vous la supporterez, sinon votre voyage se transformera vite en calvaire.
Pour les filles, n'oubliez pas que les selles femmes et hommes sont différentes. Demandez à votre vendeur une selle adaptée à votre morphologie.

. Le guidon :

on peut opter pour la corne de taureau qui a l'avantage de vous redresser un peu sur le VTT. Le système de suspension des potences Flexstems (élastomère) est très efficace (60 € env.). Sur la piste, il devient presque indispensable lorsqu'on y a goûté.

. Le rétroviseur :

peut s'avérer utile sur la route.

. Les gants :

 également très précieux.

. Les pneus :

les pneus de VTT sont adaptés et accrochent bien sur la piste. Si l'on roule sur le sable, ne pas hésiter à dégonfler. Emportez aussi un pneu de rechange souple que vous plierez dans vos sacoches. Certains mettent une bande en kevlar dans le pneu afin d'éviter les crevaisons. Pensez à emmener des rustines et surtout de la colle. N'oubliez pas la pompe et du fil pour recoudre les pneus éclatés dans la brousse.

. La chaîne :

élément bien sûr très important, prévoyez une chaîne de secours. Il est indispensable d'avoir trois plateaux à l'avant, le grand protégeant les autres en cas de chute; à l'arrière prévoyez petit (28 ou 30). Faites attention au dérailleur arrière assez vulnérable.

. La béquille :

un tube d'aluminium appuyé au sol et coincé sous la selle permet au vélo chargé de rester debout. Pour le transport, elle est ficelée le long du cadre (velcro).

. L'éclairage :

même si cela peut paraître une option car il est rare que l'on roule la nuit, autant prendre toutes ses précautions. La dynamo est efficace, mais procure un frottement non négligeable. Les fils qui se baladent finissent souvent sectionnés (avion, accrochage...). De nouveaux modèles sont disponibles, utilisant des ampoules de type LED, qui offrent un très bon éclairage et surtout une longévité des piles sans équivalent (une centaine d'heures pour certains modèles Cateyes). Les lampes halogènes consomment énormément d'énergie (durée de 2 à 5 heures max.), ce qui conduit à recharger les accus très souvent ou à prévoir un budget pile important.
En plus de l'éclairage présent sur le vélo, on pourra également adapter si nécessaire d'autres lumières avec de simples lampes à piles (pas cher et pratique).

. Les garde-boue :

utiles. Choisir ceux qui se posent et se retirent facilement car la boue qui s'entasse risque de perturber le roulement.

. Les porte-bidons :

on peut en fixer au moins trois sur le cadre et prévoir une poche de 5 litres qui se roule quand elle est vide. Ne pas hésiter bien sûr à s'arrêter en cours de route pour faire le plein.

. Les porte-bagages et remorque :

essayez de les fixer avec une visserie existant déjà sur le vélo pour pouvoir changer des vis plus facilement si nécessaire.
Idem si vous avez opté pour une remorque. Essayez de plus de choisir une remorque utilisant dans sa conception des pièces identiques à celles présentes sur le vélo (visserie, axe de roue...).

. Les sacoches :

ce sont elles qui prendront soin de votre matériel si précieux. Il convient donc qu'elles soient solides, étanches, résistantes aux déchirures et qu'elles comportent des systèmes de fixation solides. De bonnes sacoches vous permettront de transporter jusqu'à 50 kilos. Pour les excellentes et onéreuses sacoches Ortlieb, on conseille le modèle qui s'enroule par le dessus (beaucoup plus pratique d'accès, se ferme plus facilement, est aussi étanche et permet de stocker un volume plus important).La sacoche-guidon est très pratique, elle possède souvent un porte-carte et permet d'y mettre ce dont on se sert le plus souvent.

. Les portes-sacoches :

l'élément le plus important. A prendre solides et en acier pour pouvoir le cas échéant les souder en cours de route. On peut les préférer surbaissés ou pas. De manière générale, c'est souvent la fixation qui lâche. Bref, n'hésitez pas à investir dans de la qualité.

. Equipements de sécurité :

à prévoir sonnette, éclairage et casque.

. La colle frein-filet :

 évite que tout ne se dévisse suite aux multiples vibrations. Avant le départ, un mince filet sur tout ce qui est susceptible de se dévisser peut éviter bien des ennuis.

Les pièces de rechange et l'outillage :

. Outillage :

en général, sur un vélo de type VTT (sans suspension, contraignant en entretien et moins fiable), il n'y a pas une grande variété de vis; on se débrouillera donc avec le minimum. Il est toutefois recommandé d'emporter un dérive-chaîne, une clef à rayon et l'outillage de base (pompe, démonte-pneu, clef Allen, tournevis et clef plate), quelques vis, de la graisse, ainsi que de l'huile et un petit pot de graisse.
Un truc est d'avoir aussi une vieille brosse à dent (ça peut toujours servir) et des colliers riselant qui sont ces colliers plastiques d'électricien (utile pour tenir un porte-bagage qui perd ses vis ou bloquer une roue libre qui vous lâche).

. Les pièces de rechange :

pour les longs voyages, équipez-vous de rayons, rustines, chambres à air, pneus, visserie, patins pour frein, câbles pour frein ou dérailleur, roulements à billes, axe de roues ou moyeu complet et jante, boîtier de pédalier. Le reste - dérailleur, cassette ou plateau, chaîne, fourche VTT - peut généralement être acheté sur place ou envoyé en poste restante.
Attention tout de même à l'équipement pour certaines pièces qu'on ne trouvera pas partout dans le monde. A savoir, les systèmes de roue libre (à cassette ou vissée), pédalier (plusieurs type de plateau à 4 ou 5 branches, avec des entraxes différents), ou encore certains types de freins (classiques, cantilever, V-brakes, ou freins à disques).
 

 

Lu 13542 fois

Derniers adhérents en ligne

jpvaulot   yvnedelec   adhabm   rcombaz   msantambien   dwagner   daruelle   gigobert   maletourneau   andore   beduval   lolesire   ffeugeas   albrousse   phlautridou  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public