Imprimer cette page
lundi, 10 février 2020 14:14

ABM Le Mans, festival du voyageur amateur 2020

Le rideau est tombé sur le 21ème festival du Voyageur amateur de Laigné en Belin dans la Sarthe. Une édition qui a une fois encore marqué les plus de 1200 spectateurs qui ont voyagé à travers le monde au cours de ces 3 jours.

Vous avez dit Aventure ? Elle était bien au rendez-vous au fil des 14 réalisations proposées.  C'est en Antarctique que s'est ouvert le festival sur les traces de grands explorateurs à bord d'une goélette. Un fascinant voyage où l'humilité prend tout son sens face aux grands espaces quasiment vierges de présence humaine. Nous avons dû encore nous couvrir pour affronter le froid en Arctique pour aller à la rencontre d'hommes vivant en symbiose avec cette terre inhospitalière où glace et animal règnent en maîtres. Pourquoi quitter si vite le Grand Nord sans aller se frotter à l'extraordinaire expérience de la marche en pleine nuit polaire ?  Une expédition à la limite de l'irréel où tous les sens sont en éveil. Expérience tout aussi insolite : arpenter la Russie bien loin des sentiers battus, là où les habitants vivent éloignés de tout.

Puis, les routes et les pistes du Pamir (à vélo) et du Ladakh (à moto), atteignant des altitudes parfois difficiles à supporter, nous ont offert leur paysage minéral aux couleurs dignes de la palette d'un peintre. Après ces territoires peu arborées, cap sur l'Irlande et son verdoyant paysage, terre des peuples celtiques millénaires à la culture si marquée.

Un tour en Chine, histoire de perdre ses repères linguistiques. Mais pas que ! Visite de l'armée de terre cuite de X'ian et de la région montagneuse du Sichuan berceau des derniers pandas. Puis tout proche, le Vietnam du nord nous offre son kaléidoscope d'ethnies au savoir-faire ancestral.

Vous avez dit Désert ? C'est en Namibie que nous irons à la rencontre du peuple Himba dans un feu d'artifice de teintes ocres et rouges. Nous avons été séduits par Madagascar où les pistes de latérite et l'allée des baobabs au coucher du soleil, irradient le voyageur, mais aussi marqués par les conditions de vie de ses habitants. Vu sous l'angle scientifique, le massif du Makay et son écosystème unique, nous a livrés quelques-uns de ses secrets.  Puis nous avons été conquis par l'appel du désert, ses ondulations de sable blond toujours plus envahissant, hébergeant des peuples nomades.

Terminer par un feu d'artifice aux couleurs de l'oiseau papou et nous aurons fait le tour de cette 21ème édition. Sans oublier l'association colombienne Arte Nativo qui proposait des objets artisanaux réalisés par une communauté indigène et l'artiste plasticienne Grazy B. qui exposait ses réalisations en expliquant ses techniques de création.

Nous tenons à remercier toute l'équipe de bénévoles qui a contribué au bon déroulement de ce festival et à la municipalité de Laigné pour son appui logistique ainsi qu'à tous les conférenciers qui se sont déplacés de tous les coins de France.

> Sylvie Rabeau (72)

Lu 155 fois