FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.

CHERCHE CO-EQUIPIER(E) POUR TRAVERSEE DU GRAND RIFT AFRICAIN (EGYPTE A TANZANIE)

Plus d'informations
il y a 8 ans 6 mois #470 par abonnassieux
RECHERCHE CO-EQUIPIER-ERE POUR PARTAGER UN VOYAGE DE 9 MOIS DU MONT SINAÏ A ZANZIBAR, EN REMONTANT LE NIL ET LE GRAND RIFT EST-AFRICAIN, DANS LES PAS DES PREMIERS HOMMES

Qui suis-je ?
Je m’appelle Alain Bonnassieux. J’ai 44 ans.
En mai 2007, je suis parti à pied du haut Atlas marocain, où j’ai vécu 9 ans, pour une longue marche autour de la Méditerranée. Après plus de 10000 km parcourus à travers l’Europe et le Moyen-Orient, je suis arrivé, le 31 janvier 2010, au sommet du Mont Moïse, en Egypte.
Initialement, j’étais parti pour faire un tour du monde à pied. Dans le Sinaï, j’ai eu le sentiment que je clôturais le premier chapitre de ce tour du monde. J’ai senti le besoin de faire une pause, pour écrire.
Pour ce faire, je me suis installé un an au cœur du parc régional du Morvan, où je vis actuellement.

Pourquoi cet itinéraire ?
Je compte reprendre mon chemin où je l’ai arrêté, soit au sommet du Mont Moïse, en Egypte.
Je m’intéresse aux pèlerinages, aux migrations, aux routes marchandes, à cet « entre deux », cette instabilité générée par le statut de nomade. Je la vois comme le vecteur essentiel dans ma quête d’une authentique stabilité intérieure.
Dans mon tour de la Méditerranée, j’ai emprunté les anciens chemins de pèlerinage des trois grandes religions du Livre, ce qui m’a permis de méditer sur l’impact des valeurs qu’elles véhiculent, aussi bien dans ma vie, que dans les régions et cultures que j’ai traversées.
En remontant le Nil, puis la vallée du Rift, je compte emprunter les pas des premiers hommes, qui, en quête de gibier, sont parti des hauts plateaux kenyans et éthiopiens, pour venir se sédentariser dans la zone du croissant fertile. Mon objectif, au-delà des croyances, est de comprendre, par cette expérience, quelle est l’essence de notre condition de « passant ».
Je souhaite achever mon itinéraire à Zanzibar, cette petite île marchande située seulement à quelques kilomètres des côtes tanzaniennes, mais résolument tournée vers l’Asie, où je poursuivrai mon voyage.

Pourquoi un€ co-équipier(ère) ?
Jusqu’ici, j’ai préféré voyager seul. J’avais des choses à comprendre, sur moi-même, mes conditionnements, mes préjugés, mes aliénations. Ce travail n’est pas terminé, loin de là. Mais les routes que j’empruntais et ma motivation première ne m’autorisaient pas à faire les concessions qu’implique un voyage « en tandem ».
Aujourd’hui, j’ai envie de partager une aventure nomade. Le voyage au long court, à deux, sur presque 7000 km à travers l’Afrique, va solliciter ma capacité d’écoute, me demander d’être tout aussi présent à l’autre qu’à moi-même. C’est un challenge, mais aussi un réconfort : on partage les galères, mais aussi les moments de bonheur. On enrichit son expérience d’une autre perspective.


Comment est-ce que j’envisage le déroulement du voyage ?
1°) L’itinéraire :
Il y a un point de départ, et un point d’arrivée, sur lesquels je ne dérogerai pas. La route à prendre entre les deux est à définir. Je reste ouvert à toute proposition. J’ai mes propres balises, entre les deux, où j’ai envie de faire halte, mais je veux rester disponible aux idées, aux centres d’intérêt, et aux motivations de mon/ma co-équipier/ère.
Je trouve intéressant, également, de se donner la possibilité de mélanger des tronçons de route en tandem, et d’autres que chacun peut faire en solitaire. Les retrouvailles, au cours du chemin, n’en seront que plus appréciées.
2°) Dates
Idéalement, il conviendrait de partir fin octobre, début décembre pour éviter les trop grosses chaleur dans les déserts égyptiens et soudanais, et arriver au Kenya avant les périodes de fortes pluies. Cela voudrait dire : 01 novembre 2011 – 31 juillet 2012. Mais je reste très souple sur ce point.
3°) Le mode de déplacement :
Je privilégie la marche. Pour moi, c’est une manière de rester centré, tout en étant attentif à ce qui m’entoure. Avec le temps, c’est devenu une forme de méditation.
Mais je suis ouvert à toute forme de déplacement qui reste « eco-friendly ». Aussi, pourquoi pas le vélo, les animaux de bats ou de monte, le canoë… tout est possible, à condition que les moyens utilisés restent non polluant et privilégient la lenteur : neuf mois, soit 273 jours, font une moyenne de 25 km par jour.
4°) L’hébergement :
Le fait d’être à deux permet de se répartir le poids d’un matériel de camping sommaire, qui facilite la traversée de régions dépeuplées. Cela permet aussi de partager certains frais (chambres d’hôtels, nourriture). Mais l’idée reste quand même de faire des rencontres. Je continuerai donc à privilégier l’hébergement chez l’habitant, autant que faire se peut. Cela signifie avoir une grande capacité d’adaptation et savoir remettre en question ses propres critères de confort.
Cela ne veut pas dire que, de temps en temps, on ne puisse pas retrouver le « système marchand » : hôtels, auberges, maisons d’hôtes, mais ce n’est pas le mode d’hébergement que je souhaite utiliser en premier.
5°) L’état d’esprit :
Ouverture, disponibilité sont les mots clés.
Il faut être ouvert à toute possibilité d’adaptation qu’amènent les circonstances du voyage. Je souhaite toujours rester disponible aux rencontres que nous ferons sur la route. Je ne veux pas m’enfermer dans une « petite routine de « couple/duo », et désire que ce 1 + 1 puisse être égal à 3, 4, 5 ou plus.
A cet effet, je suis rétif au fait de « débarquer » dans les communautés visitées avec tout un attirail de matériel photographique et vidéo, et autres gadgets électroniques. Je prône l’humilité dans les comportements. Personnellement, depuis trois ans, je voyage avec un petit appareil numérique que je ne sors qu’aux moments opportuns quand je suis sûr que cela ne met pas mes hôtes mal à l’aise. Je n’ai pas de téléphone portable et encore moins d’ordinateur (même mini). Je transporte un petit kit d’aquarelle que j’utilise, souvent, pour faire le lien avec les gens que je rencontre, surtout quand je ne maîtrise pas la langue. Cet outil simple, humain, m’a souvent ouvert de nombreuses portes et m’a permis de laisser une trace authentique et simple de mon passage.


Qui cela peut-il concerner ?
Sexe : un homme, comme une femme.
Age : une personne majeure, quelque soit son age, pourvu qu’elle soit en bonne santé et dans la capacité d’effectuer physiquement le voyage.
Nationalité : Cela n’a aucune importance.
Origine : Cela n’a aucune importance.
Appartenance religieuse, croyances : Cela n’a aucune importance.
Préférences sexuelles : Cela n’a aucune importance.
Expérience du voyage : Cela n’a aucune importance.
Ce qui a de l’importance :
- sa capacité d’adaptation, qui doit être grande.
- sa capacité d’écoute, sa patience.


Les personnes avec qui j’aimerais voyager :
Quelqu’un qui ne me ressemble pas, qui n’a pas forcément les mêmes centres d’intérêt que moi, qui a envie de s’enrichir des différences.
Un/e musicien/ne parce que je ne le suis pas, une personne qui aime lire, écrire, peindre. Quelqu’un qui aime rire, plaisanter, même des choses dites « grâves ».
Un/une amoureux/se de la parole simple, qui sait apprécier le silence.

Budget :
En dehors des frais de vols (compter dans les 1000 Euros pour l’aller sur Charm el Sheikh et le retour depuis Nairobi), d’assurance santé et rapatriement, et des effets personnels (sacs, matériel de camping, vêtements…), se baser sur une moyenne de 700 Euros par mois et par personne si on voyage à deux. Cette somme comprend les frais de visa, d’hébergement, de nourriture, de visites, et d’éventuels transports d’appoint (bateaux, urbain, jeep en safaris). Soit un total approximatif de 7500 Euros pour 9 mois.

Contact :
Ce projet t’appelle. Tu souhaites qu’on en parle. Ecris-moi, présente-toi, explique-moi ce qui te motive.
A réception de ton mail, nous nous rencontrerons, et si le courant passe, et bien Yalla !

et mon blog : blog.ifrance.com/al1autourdumonde

Connexion pour participer à la conversation.

Derniers adhérents en ligne

christaigle   geberthomier   adhabm   anleon   angeneau   magourdon   mibrochard   jedupratt   jegarry   matatibouet   vdesbordes   frengerrand   jrevertegat   jeleclerc   stolive  
Copyright © 2019 Aventure du Bout du Monde - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public