FacebookTwitterFeed
Vous êtes iciAccueil|Toutes les catégories k2|| ABM - Aventure du Bout du Monde
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 63
mercredi, 09 septembre 2009 11:32

Stands et expositions





Expo photos
En permanent samedi et dimanche de 10h30 à 19h00




Stands
En permanent samedi et dimanche de 10h30 à 19h00



Allibert Montagnes et Déserts

Allib

Une belle aventure humaine. Allibert Montagnes et Déserts est né il y a 30 ans du désir de trois guides de haute montagne de vivre de leur passion.
"De par notre histoire, et notre métier, nous sommes naturellement sensibles à l'environnement et attachés aux valeurs humaines. Depuis notre création en 1975, nous avons veillé à préserver au mieux le capital nature de la planète et nous nous sommes impliqués dans le développement durable."



Transboréal

transboTransboréal est une maison d'édition qui veut promouvoir le travail d'auteurs, d'illustrateurs et de photographes ayant fait preuve d'abnégation et de courage lors d'études ou de voyages au long cours marqués par une réelle connivence avec le milieu humain ou le monde naturel.
Transboréal, c'est aussi une librairie de voyage au 23 rue Berthollet, 75005 Paris (tél. 01 55 43 00 37). Nous sommes ouverts du lundi au samedi de 9h30 à 13h00 et de 14h00 à 19h00. Outre nos ouvrages, vous trouverez une large sélection de récits de voyage, monographies, romans, beaux livres, témoignages contemporains et anciens…




Human trip

logo_hTripL'agence de voyages équitable Human Trip/Le Voyage Humain est une société qui travaille sous licence professionnelle d'Etat depuis 2007. Créée par des professionnels du tourisme, elle a été lauréate en 2009 du challenge nouvel entrepreneur du Tourisme dont le prix a été remis par Monsieur Novelli.  C'est donc reconnue par ses pairs que depuis 3 ans notre agence à taille humaine avance en toute INDEPENDANCE et parvient petit à petit à faire connaître ses voyages hors du commun principalement grâce au bouche à oreilles. 
L'agence LE VOYAGE HUMAIN, reverse chaque année à des projets locaux par l'intermédiaire de son association un pourcentage de ses résultats. Parce que selon nous chaque métier est différent, l'agence organise des voyages équitables de qualité pour ses voyageurs et l'association s'occupe de financer des projets locaux sélectionnés et contrôlés : Ecole Tetsijtsilin au Mexique, Speedtrust en Inde, Village de Tengrela au Burkina Faso.


• Aventure et partage

Logo_aventure_partageLe but d' «Aventure & Partage» est de rapprocher les milieux économiques, éducatifs et sociaux, et sensibiliser les acteurs sociaux économiques par tous les moyens à l'insertion des personnes handicapées dans la Société. La volonté, les convictions qui animent l'équipe d' «Aventure & Partage» sont d'organiser des projets de solidarité et de découverte permettant de rapprocher deux mondes qui se côtoient sans se rencontrer : le monde des personnes valides et le monde des personnes handicapées. «Aventure & Partage» décline ses convictions en organisant chaque année un voyage basé sur une action de solidarité. 


 
mercredi, 09 septembre 2009 11:31

Dimanche 19 avril 2009




Réalisations audiovisuelles, débats, stands, expositions
(10h30/20h00)

Réservations
Adhérents ABM
8 € la journée ou 20 € passeport (sam. et dim.; soirée comprise)
Non-adhérents
12 € la journée ou 30 € passeport (sam. et dim.; soirée comprise)




10h30 : Ouverture des portes


11h00 : "Le vert Solidaire" (Chili, Brésil)
Réalisation numérique de Vincent Bourges et Soizic Pauret (30 mn)

Nous avons travaillé avec l'association Intillapu qui, en partenariat avec le PNUD et Bolivia Inti, assure le développement et la diffusion des techniques solaires bas coûts de produits tels que cuiseurs, douches et autres sèches fruits solaires.


11h45 : "Partir autrement en Inde du Sud"
Film de Jean-François Héroux et Guilaine Bombardier (26 mn)

Le village de Nédungolam dans l'état du Kerala a vu naître une initiative grâce à laquelle des femmes, confrontées à de nombreuses formes de discrimination sexiste, peuvent améliorer leurs conditions de vie. Il s'agit ici de découvrir un lieu de rencontre et d'entraide dans une ambiance familiale. Le projet Maïthri Mandir, "maison de l'amitié", peut accueillir une dizaine de voyageurs.


12h30 : "Les nouvelles tendances chez les tour-opérateurs"
Débat animé par Xavier Gaumer avec Tamadi, Voyager autrement, Allibert, Club Aventure

Dans un contexte d'incertitude économique et de prise de conscience pour l'avenir de notre planète, comment les tour-opérateurs s'adaptent-ils au marché ? Quelles sont les nouvelles offres ?
Tourisme équitable : quel bilan d'aujourd'hui pour les tour-opérateurs engagés dans la démarche responsable ? Quels en sont les enjeux et les perspectives ?

13h00-14h00 : Pause

fpa09a


14h00 : "Un chemin de Promesse, 6 000 km à pied de Paris à Jérusalem"
Film avec Mathilde et Edouard Cortes (26 mn)

Huit mois de rencontres, de solitude, de faim souvent, de peur parfois, qui constituent une extraordinaire et authentique aventure humaine. Un voyage de noces à travers quatorze pays d'Europe et du Proche-Orient, à la manière des vagabonds et des pèlerins du moyen âge, en quête des autres et d'eux-mêmes.


14h45 : "Solidaridad, métamorphose d'un bidonville" (Nicaragua)
Film de Stéphane Etienne et Renaud Pomies (26 mn)

Au Nicaragua, un bidonville s'est métamorphosé en vrai quartier grâce à la mobilisation de ses habitants et à la solidarité internationale. Son nom ? Solidaridad ! Habitants et acteurs locaux témoignent de ces cinq années de lutte qui ont changé leur vie. La formidable aventure humaine d'un quartier défavorisé, né sur les rives du lac Cocibolca, à deux pas du centre historique de Granada.


15h30 : "Pourquoi partir autrement ?"
Débat sur les retours d'expérience de voyageurs individuels avec Mathilde et Edouard Cortès

Est-ce une philosophie du voyage ? Que recherche-t-on ? Quels avantages et quelles contraintes à partir en indépendant ? Comment s'y préparer ?


16h30 : "Partir autrement en Egypte"
Film de Jorge Marthino et Guylaine Bombardier. Production Ocean Television (26 mn)

L’oasis de Siwa est située au milieu du désert de Libye, à 12 heures de route du Caire. C’est un univers figé dans le temps. Partir Autrement s’est rendu dans ce coin de bout du monde pour découvrir un tourisme empreint du respect des traditions et de l’environnement. Avec ses deux grands lacs, l’Oasis de Siwa est source de vie pour les 20 000 habitants qui y résident.


17h15 : "La Bolivie au bout du pinceau"
Réalisation numérique de la famille Hérodet (20 mn)

Au gré des coups de pinceau sur le carnet de voyage de leur fille, Laurence et Hervé Hérodet nous font partager le quotidien des communautés indigènes Moseten et Chiman dans la région de Rurenabaque, au coeur du bassin amazonien. Puis, en prenant de l’altitude, ils quitteront la chaleur tropicale pour le froid vif du sud Lipez, ses villages isolés et son ambiance de bout du monde.


17h45 : "Montagne du bonheur"
Film de Benoît Cassegrain et Louis Fernandez (26 mn)

Les villages de la vallée du Spiti au nord-ouest de l'Inde se situent presque tous à plus de 4 000 m d'altitude. Les traditions tibétaines sont restées intactes. La région n'est accessible que quelques mois dans l'année, quatre au maximum. L'association Montagne du bonheur y effectue depuis quelques années des camps médicaux afin de contrôler l'état de santé de cette population. Les médecins français engagés dans cette mission sont tous bénévoles. Il s'est avéré que les besoins étaient extrêmement importants.


18h30 : "La marche des sans-terre"
Réalisation numérique de Michel Peyrat (8 mn)

L'interview de Radjagopal, président de Ektaparichad qui regroupe les paysans du Bihar, ainsi que la marche de 25 000 personnes.


18h45 : "Du grand bleu au grand vert"
Film de Marilia Petite et Christophe Massot (45 mn)

Le début d'un tour du monde en vélo intitulé "Des Racines et des Hommes" pour découvrir les dernières forêts primaires et leurs peuples. Un périple qui part quelques jours après le festival et qui durera jusqu'en 2012.


19h30 : Clôture du festival

mercredi, 09 septembre 2009 11:31

Samedi 18 avril 2009 (soirée)




Réalisations audiovisuelles
(20h00/23h30)

Réservations
8 € la soirée ou 20 € passeport (sam. et dim.; soirée comprise)
Non-adhérents
12 € la soirée ou 30 € passeport (sam. et dim.; soirée comprise)




20h30 - "La Caravane solidaire en Afrique, sur la piste d'un tourisme responsable !"
Documentaire réalisé par Olivier Le Mab, Alexandre Spalaikovitch. Coproduction OLM Production / Unat / SPE Tourism avec la collaboration de Manuel Miroglio (52 mn)

L'objectif de cette caravane est de montrer le développement durable en marche en Afrique à travers des expériences positives de tourisme solidaire.
Du Bénin au Mali, en passant par le Togo, le Ghana ou le Burkina Faso, la Caravane solidaire visite des projets de tourisme solidaire portés par des mouvements de femmes, des associations de préservation de l'environnement, des communautés villageoises. Beauté des paysages africains qui s'égrènent au fil du périple, joyeuse ambiance des caravaniers, enthousiasme et dynamisme des acteurs de terrain, chaleur de l'accueil des communautés, la Caravane solidaire vous entraîne dans un haletant road-movie montrant une Afrique qui se prend en main.

fpa09g



21h30 : "Marche pour la Paix"
Film de Philippe Jacq (52 mn)
Un homme seul, Philippe Jacq, et un chariot de 40 kg baptisé Ulysse, en route pour une formidable odyssée à vitesse humaine. Parti du mont Moïse au coeur du Sinaï, Philippe Jacq s'élance dans cette aventure avec un message de paix en bandoulière, des yeux pour s'émerveiller, des oreilles à l'écoute et des mains pour en serrer d'autres. Un message qu'il souhaite apposer, tel un sceau, à chaque empreinte de ces 12 millions de pas nécessaires pour atteindre une année plus tard Saint Jacques de Compostelle.
Des rives de la Mer Rouge au Liban, de la Turquie aux rives de l'Océan Atlantique, ce sont 14 pays traversés à 5 km/h. Un voyage fraternel au delà des différences culturelles et religieuses où l'optimisme en un monde meilleur est de mise.


22h30-22h45 : Pause


22h45 : "Le grand détour, un tour du monde en Tandem : le Tibet"
Film de Delphine Million et Damien Artero (35 mn)

Du Yunnan, en Chine, à Kathmandou au Népal, c'est 2 mois et demi qu'il aura fallu à notre tandem pour traverser le Tibet. Illégalement, bien entendu. Et faire une pause à Lhassa pour observer la foi tibétaine, puis au pied de Chomolangma le toit du monde. Le tout avec certainement quelques-uns des plus hauts coups de pédale du cyclovoyage !


23h20 : "N'oublie pas mon nom"
Film de Delphine Million et Damien Artero (10 mn)

Les enfants de l'orphelinat de Murry au Népal racontent pourquoi ils sont là et ce qu'ils veulent faire de leur vie.


mercredi, 09 septembre 2009 11:30

Samedi 18 avril 2009 (journée)




Réalisations audiovisuelles, débats, stands, expositions
(10h30/20h00)

Réservations
Adhérents ABM
8 € la journée ou 20 € passeport (sam. et dim.; soirée comprise)
Non-adhérents
12 € la journée ou 30 € passeport (sam. et dim.; soirée comprise)




10h30 : Ouverture du Festival


11h00 : "Amazonia Grilada, histoire d'une expropriation" (Brésil)
Film de Jerome Coton et Florent Kolandjan (30 mn)

Amazonie brésilienne. Aux confins de l'Etat du Para, la falsification des titres de propriétés lié au vol des terres publiques est tellement répandue qu'elle porte un nom, "grilagem", du mot portugais grilo qui signifie criquet. Ceux qui le pratiquent, les grileros, font vieillir prématurément de prétendus titres de propriétés en les déposants dans un tiroir où ont été placés des criquets affamés.
Basé sur les investigations du sociologue Mauricio Torres, "Amazonia Grilada" explore les préjudices sociaux et environnementaux causés par les expropriations. A travers les témoignages des habitants de la forêt Mangabal, le documentaire montre les dispositifs juridiques disponibles pour éviter la récupération des terres par les entreprises forestières.

fpa09d


11h30 : "Le fil bleu"
Film de Gwenaëlle Bron et Peggy Frey (45 mn)

Un tour du monde sur le thème de l'eau. Le "fil bleu" nous entraîne dans un voyage étonnant autour de la planète. D'un continent à l'autre, d'un pays à l'autre, les rencontres se succèdent aux points d'eau. L'eau se révèle alors sous ses multiples facettes, à la fois rare, vitale, mais aussi dangereuse, spectaculaire, ou miraculeuse ! Témoin privilégié, Gwenaelle nous fait part de ses constats et de ses émotions et déroule le fil de son histoire avec cet élément indispensable à la vie.


12h30 : "Tourisme durable, utopie ou réalité ?"
Débat avec Jean-Pierre Lamic auteur du livre "Tourisme durable, utopie ou réalité ?"

Le tourisme durable, prolongement du développement durable, appliqué au secteur du tourisme est devenu un concept florissant au même titre que l'écotourisme, le tourisme solidaire, équitable, éthique ou responsable. Que cache ce vocable ?

13h00-14h00 : Pause


14h00 : "L'Orient à bicyclette" (Bruxelles - Katmandou)
Réalisation numérique d'Alice Goffart et Andoni Rodelgo; 1ere partie (45 mn)

Alice Goffart et Andoni Rodelgo ont parcouru le monde à bicyclette pendant plus de trois années. Leur voyage leur a fait parcourir 44 000 km à travers trois continents. Cyclistes convaincus, ils ont voulu nous démontrer que ce moyen de transport propre, silencieux, passe-partout peut nous emmener loin, très loin... sans polluer.

fpa09c



15h00 : "Makaibari, une histoire de thé durable" (Inde)
Réalisation numérique de Dominique David (15 mn)

Darjeeling... Nom ô combien porteur de fantasmes coloniaux, évocateur d'arômes, de senteurs, de saveurs. Sur ces premiers contreforts de l'Himalaya, dans les collines du Bengale Occidental, la culture du thé est omniprésente. Soumise à une concurrence rude, engoncée dans des pratiques souvent archaïques, l'industrie locale en crise, est en pleine mutation. Afin de saisir les changements en cours, Dominique David s'est rendu dans la plantation de Makaibari, active dans le commerce équitable et qui applique des pratiques responsables, tant socialement qu'environnementale.


15h30 : "Survivre à Ilakaka" (Madagascar)
Film de Robert Tassinari (16 mn)

Dès la découverte en 1998 d'une belle pierre précieuse au sud de Madagascar, une ruée s'est précipitée jusqu'à créer une ville de 10 000 personnes qui se sont mises à creuser, certaines avec des machines, la plupart avec leurs bras en espérant trouver des saphirs.
Actuellement le filon s'épuise, la ville décline. Seuls les plus pauvres s'acharnent encore au prix d'efforts de plus en plus importants pour un résultat aléatoire. Ambiance d'insécurité où les pistolets ne sont jamais bien loin. Le terrain est constellé de trous individuels dont certains font plus de trente mètres de profondeur. Lorsque l'oxygène est épuisé les mineurs respirent, le temps de la remontée, dans un sac en plastique gonflé d'air descendu pour la circonstance.


16h00 -16h30 : Pause

16h30 : "Shiwiar, le point Zéro" (Equateur)
Film de Dominique Roberjot et Christine Della-Maggiora; Latitude 21 production

Le point zéro est le point le plus éloigné du front de colonisation en Amazonie équatorienne. Les spécialistes estiment que le jour où les compagnies pétrolières et les exploitations forestières atteindront ce point, il ne restera plus rien des forêts des hauts plateaux amazoniens.
Là vivent les Shiwiar, plus connus sous le nom de Jivaro. Ils ont décidé de lutter pour préserver leur territoire et leur mode de vie dans la forêt. Mais la menace est présente... Dans les dix prochaines années, le gouvernement équatorien prévoit l'exploitation du pétrole dans la région par les multinationales !

fpa09e




17h15 : "Rencontre avec les Himbas, pasteurs nomades de Namibie"
Réalisation numérique de Catherine Jeudy avec Solenn Bardet, géographe, ethnologue et écrivain

fpa09b


En 1993, à peine âgée de 18 ans, Solenn Bardet arrive un peu par hasard chez les Himbas et y séjournera six mois par an jusqu'en 1996. Elle sera adoptée selon leurs rites et présentée aux ancêtres. Elle a fait le récit de son odyssée dans "Pieds nus sur la terre rouge".
Neuf ans plus tard, elle retrouve sa "famille" himba à l'occasion du tournage de "Rendez-vous en terre inconnue" et crée l'association Kovahimba avec Katjambia Tjambiru, première femme himba élue chef de la plus grande région du Kaokoland.
En 2007, Solenn Bardet organise dans les villages la projection de films dont les himbas ont été les acteurs. Confrontés aux tentations qu'offre la civilisation occidentale, les Himbas sont aujourd'hui à un tournant de leur histoire pour préserver leur culture et leurs traditions. Cette réalisation numérique en présente toute la richesse, au travers de documents photographiques inédits.


17h45 : "Tourisme et développement"
Débat avec Jean Patrick Costade l'association Arutam et Solenn Bardet ethnologue

De plus en plus de voyageurs parcourent le monde. mais peut-on aller partout sans risquer de déranger ? Peut-on aller à la rencontre des populations reculées? Comment peut-on les aider ? Ces questions délicates qui seront abordées lors de ce débat.


18h30 : "Qhapaq Nan, 6 000 km à pied à la recherche de la Grande Route Inca"
Film de Laurent Garnier et Megan Son; 1ere partie (26 mn)

Pendant 18 mois, sur plus de 6 000 kilomètres, Megan et Laurent sont partis arpenter et documenter le Qhapaq Nan, la "Route Royale" en quechua; cette route monumentale et légendaire, candidate à la liste du patrimoine de l'UNESCO.
Ce patrimoine est en danger imminent de disparition. Au-delà de cette marche, leur voyage a aussi pour objectif de constater les enjeux qui lui sont associés en termes de sauvegarde du patrimoine archéologique, de l'environnement et de l'héritage culturel des communautés andines.


19h00-20h00 : Pause


mercredi, 09 septembre 2009 11:21

FAQ du festival




Ou en d'autres terme les réponses aux questions qui nous sont le plus souvent posées.



1/ Pourquoi avoir déménagé d'Issy les Moulineaux et pourquoi avoir changé de date ?

Pas évident de trouver sur Paris ou ses environs un espace qui propose à la fois de la surface et des équipements permettant des projections dans de bonnes conditions, plus l'installation de stands, tout en restant facilement accessible en transports en commun ou par la route.

Après avoir testé Noisy-le-Sec (1er festival), Belleville (2e édition), le VIIe arrondissement de Paris (3e édition), puis Issy-les-Moulineaux (de 1992 à 2005), le Festival s'est installé en 2006 à l'Opéra de Massy.

Raisons de ce changement : à la fois des travaux d'assez longue durée prévus au Palais des Congrès d'Issy qui aurait de toute façon impliqué un déménagement pour au moins une édition, plus surtout un coût de location nettement plus abordable à Massy. Celui-ci permettant d'assurer plus facilement un bon équilibre financier de la manifestation (ce qui n'était pas toujours le cas au préalable).

Quant à la date, septembre à la place du "traditionnel" mois de novembre, c'est simplement une question de disponibilité au niveau du lieu. Cela dit, septembre est un mois propice pour accueillir de nombreux visiteurs (les vacances et les voyages pour beaucoup sont encore proches).

2/ Les salles sont-elles gratuites ?

Pas du tout et même si la manifestation reçoit l'aide de différentes structures, le prix à payer pour la location des lieux correspond à plusieurs centaines d'entrées au festival.

3/ ... Et les participants tous bénévoles ?

Tous ceux qui travaillent au festival lors de ce week-end sont membres d'Aventure du Bout du Monde et participent bénévolement. Les conférenciers, y compris les plus connus, viennent aussi projeter gratuitement; seuls leurs frais de déplacement étant pris en charge. Sans ce bénévolat, le Festival dans sa conception actuelle ne pourrait avoir lieu ou alors avec des prix d'entrée faramineux pour le public.

4/ Au niveau du programme pourquoi telle ou telle destination, à priori intéressante ou fortement visitée, n'est-elle pas représentée en projection ou dans les stands ?

Au niveau projections, le nombre de productions francophones en films ou diaporamas n'est pas forcément important. De plus, nous souhaitons chaque année proposer des choses nouvelles, et surtout offrir uniquement des contenus qui correspondent à une certaine forme de voyage et d'état d'esprit basée sur l'aventure humaine et la découverte "active" des populations et cultures rencontrées. Donc, finalement, un choix pas si énorme que ça.

Quant aux stands, vous ne verrez au festival que des stands pays tenus par les adhérents ABM ou des personnes participant au programme. Contrairement aux salons de tourisme, ou certains festivals, il n'y a donc pas de stands commerciaux (hormis ceux des partenaires) ou même d'Offices de Tourisme présents. Là aussi, c'est un choix et une orientation volontaire de notre part. Et comme ce sont les adhérents de l'association qui choisissent librement des pays qu'ils vont présenter, nous ne décidons pas en fait si telle ou telle destination sera présente ou non lors du Festival des Globe-Trotters.



mercredi, 09 septembre 2009 11:20

Les coulisses du festival




Le Festival des Globe-Trotters, c'est chaque année :

30 à 40 projections de films et diaporamas, plus des expos photos,
60 à 70 destinations présentées par des voyageurs chevronnés,
des musiques du monde, un salon de thé et des buffets exotiques,
un espace de 3 500 m2 avec une salle de 800 places,
deux salles de 200 places et une salle débat de 80 places,
et surtout plus de 8 000 visiteurs attendus...



Le Festival des Globe-Trotters c'est comme un paquebot. Pendant que les passagers s'amusent sur le pont, insouciants, des dizaines de machinistes et de serveurs s'activent pour leur rendre la vie plus facile et leur laisser un bon souvenir.

Depuis 1989, ce sont 8 000 visiteurs, deux jours pleins et deux soirées de spectacles, une trentaine de diaporamas, une dizaine de films, une douzaine de débats, soixante à soixante-dix stands de voyageurs et beaucoup d'émotions. Cela ne s'improvise pas. Le Festival des Globe-Trotters se prépare tout au long de l'année. Au moment le plus fort, 250 bénévoles, soit presque 5% des membres d'ABM, font tourner une organisation qui n'a rien à envier à d'autres plus "professionnelles".



D'une année sur l'autre...


A peine une édition s'achève-t-elle qu'il faut déjà penser à la suivante. Et pendant des mois pour l'équipe en charge de l'organisation commence alors une nouvelle course contre la montre. Des centaines de démarche et de contacts, des dizaines de films et de diaporamas à visionner, des courriers en pagaille, des imprimés à remplir, des problèmes à résoudre, et une patiente infinie pour une conviction i-né-bran-la-ble : "On va y arriver !".

Un mois avant le festival la fièvre monte (et encore plus jusqu'en 97 lorsque se tenait en octobre une conférence de presse sur le festival). Des dizaines de communiqués de presse sont envoyés aux médias, y compris désormais via Internet.

Quinze jours avant le festival l'équipe déjà renforcée est présente 12 heures par jour, 7 jours sur 7. La Case Globe-Trotters est submergée d'appels et de courriers, de demandes d'infos et de réservations. Les derniers jours on n'a que le temps de raccrocher avant de prendre aussitôt un nouvel appel.



Puis arrive la date fatidique...


Dès le vendredi après-midi, une vingtaine de personnes sont mobilisées pour l'installation des 70 cloisons, des 80 tables, et pour l'aménagement et la décoration des 3 500 m2 de surface des lieux. Il faut également décharger 4 camions de vivre et boissons (on fait aussi les courses les jours précédents), 2 de matériel audio-visuel et 2 de plantes décoratives.

Pour les projections et débats se relaient tout au long du week-end 4 ou 5 animateurs qui encadrent et parfois "encouragent" la centaine de conférenciers et intervenants programmés. Si certains d'entre eux, professionnels, nous font l'amitié de participer, la plupart sont des amateurs qui prennent sur leurs loisirs le temps de réaliser leurs montages.

Certains visiteurs - et même adhérents - ont parfois du mal à le croire : "Pour réaliser de tels montages, il faut être professionnel" entend-t-on parfois dans la salle. Et pourtant non; ce sont bien des gens comme vous et moi qui sont arrivés à une telle qualité. Mais comme disait l'un des participants de la 8ème édition : "Cela demande beaucoup de travail. Beaucoup d'inquiétudes aussi devant l'accueil qui sera fait par le public. En même temps c'est formidable de pouvoir faire partager ce que l'on aime et de contribuer ainsi à faire vivre le festival. Côté technique j'avais déjà une certaine expérience, et puis je me suis appuyé sur les conseils d'autres auteurs."

Au niveau de la technique justement, c'est une équipe d'une dizaine de personnes qui assure le bon déroulement des projections diapos et vidéos de la grande salle. Pour le festival off, 7 autres personnes s'activent. Côté spectaculaire, dans la salle principale, parfois jusqu'à 9 rangées d'immobilisés pour installer 30 projecteurs. Et aux alentours de 7 000 diapos projetées sur 20 heures !

A quelques distances de là, une centaine d'adhérents d'ABM animent les stands pays. Comme toujours les discussions vont bon train. "A la fin de la journée on est groggy tellement on a parlé" confient parfois certains.

Pendant le festival il y a ce qui est visible, les projections, les expos, les stands, mais aussi ce qui l'est moins voire même pas du tout. Et ceux qui acceptent pendant toute la durée de la manifestation de travailler sans rien voir de celle-ci. C'est le cas notamment aux caisses et surtout aux cuisines. Les caisses où se relaient une dizaine de personnes et qui, parfois, le samedi comme le dimanche doivent fermer pour des raisons de sécurité aux alentours de 17 heures devant l'afflux de visiteurs.

Mais la tâche la plus ingrate pourrait-on dire revient aux cuisines et aux cuisiniers(es).

Plus de 2 500 personnes par jours mangent et boivent sur place. Contrairement aux idées reçues, 90% de la nourriture ne vient pas d'un traiteur. C'est l'équipe de cuisine qui s'en charge; soit 25 personnes pour s'occuper en plus des buffets, du bar ou des espaces thé. Chaque jour, plus de dix heures de travail sont nécessaires à la préparation des repas.

Et tous cela depuis maintenant longtemps car, depuis plusieurs années, le "miracle" se répète grâce à tous ceux qui acceptent de ne rien voir ou presque du festival. Juste pour lui permettre simplement d'exister...



mercredi, 09 septembre 2009 11:17

Par pays

Par pays
mercredi, 09 septembre 2009 11:17

Par thèmes

Par thèmes
mercredi, 09 septembre 2009 11:16

Dimanche 27 septembre 2009

Réalisations audiovisuelles, débats, stands, expositions
10h30/20h00

Réservations
Adhérents ABM
8 € la soirée ou 20 € passeport (ven., sam. et dim.; soirées comprises)
Non-adhérents
13 € la soirée ou 30 € passeport (ven., sam. et dim.; soirées comprises)

Films et réalisations audiovisuelles
Amphithéâtre : 800 places
- Programme format pdf (2,4 Mo) ou format Flash -


11h00 : "Qhapaq Nan, la voix des Andes" (Equateur, Pérou)
Documentaire de Sébastien Jallade et Stéphane Pachot avec la participation d'Aurélia Frey. HD (80 min.). Produit par Philippe Nessler/Elkin.
En 2007, trois voyageurs partent s'immerger au coeur de la cordillère des Andes, le long du Qhapaq Nan, la grande route Inca. Pendant six mois ils arpentent des régions enclavées, marquées par l'exode rural ou le terrorisme des guérillas de la fin du XXe siècle. Emus par les hommes et les femmes qu'ils rencontrent, ils décident de raconter leur voyage au travers de ces voix glanées au fil du chemin.

12h30 : "Danses latino-américaines"
Présentation avec six danseurs de l'association Cordillera.
En 1986, une dizaine de Chiliens crée cette association pour diffuser leur folklore et ne pas oublier leurs racines. Aujourd'hui ce sont leurs enfants qui reprennent le flambeau et redonnent vie à Cordillera, toujours avec la directrice et ancienne danseuse du ballet national du Chili.

14h00 : "Un chemin de promesses, 8 000 km à pied de Paris à Jérusalem"
Nouveau film d'aventure de Mathilde et Edouard Cortès et Frédéric Réau. Gédéon programmes (85 min.)
CortesLe 17 juin 2007, une semaine après leur mariage, Mathilde et Edouard quittent Paris pour un voyage de noces à pied de 8 mois. Ils ont en tête le rêve fou de rallier Jérusalem, distante de 5 788 km, à la manière des pèlerins du Moyen Âge.
Des Alpes aux forêts des Balkans, des steppes d'Asie Mineure aux eaux du Jourdain, Edouard et Mathilde cheminent à travers quatorze pays. Du forestier jurassien au berger croate, de la fillette serbe du Kosovo au diamantaire turc, du derviche de Cappadoce à l'espion syrien, les rencontres sont belles, enrichissantes, étonnantes...
Dans l'adversité, Mathilde et Edouard apprennent à mieux se connaître et à s'aimer. Avec des étapes variant de 10 à 60 kilomètres par jour, les deux jeunes gens forcent leurs limites pour atteindre leur but.
Au final, une extraordinaire et authentique aventure humaine et intérieure.

15h45 : "Le testament des glaces"
Réalisation numérique de Michel Candoni, photos d'Emmanuel Hussenet, voix de Priscilla Telmon (10 min.)
Le Testament des glaces est un essai qui aborde la question du réchauffement climatique en d'autres termes que ceux dont les médias se font le relais. Priscilla Telmon incarne la glace et lit le dernier chapitre de cet ouvrage...

16h30 - "Dans les veines du Klondike. Sur la piste des derniers chercheurs d'or" (Canada)
Documentaire de Pierre-Marie Hubert (62 min.)
fgt09c1898 : la fièvre de l'or bat son plein dans le Klondike. 100 000 prospecteurs s'élancent depuis les fjords de l'Alaska pour rejoindre 800 km plus au nord, la ville aurifère de Dawson au Canada. Un itinéraire semé d'embûches le long du fleuve Yukon.

Une fabuleuse aventure que nous avons choisi de revivre, parcourant le même périple, à pied, en canoë, découvrant d'émouvants vestiges historiques, au coeur d'une nature grandiose et farouche.


17h45 : "Okavango, les chevaux du Delta"
Documentaire de Didier Parmentier. Prod : Celtic (52 min.)
Parfum d'aventures, Afrique des savanes et des marais, animaux par centaines, le Botswana est une grande gifle, un souffle d'air chaud qui vous fait basculer au temps des premiers explorateurs. Celui qui souhaite profiter pleinement d'une nature encore sauvage et totalement intacte doit se rendre au moins une fois dans sa vie dans l'Okavango. Au Botswana, celui ou celle qui rêve d'un voyage au coeur de l'Afrique sauvage trouvera ce qu'il est venu y chercher.

18h45 : "La descente du Dragon" (Vietnam)
Réalisation numérique de Philippe Masson (8 min.)
La Baie d'Halong est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. Avec ces pics rocheux aux formes étranges environnés de brume et cernés par la mer, il n'en fallait pas moins pour que naisse "la légende du Dragon" !

19h00 : "Le dernier mineur de glace du Chimborazo" (Equateur)
Documentaire d'Anne Farrer (30 min.)
FarrerEn Equateur, les hommes des communautés indigènes quechuas proches du volcan Chimborazo (6 310 m) se sont rendus pendant des années sur les glaciers de cette montagne majestueuse pour en extraire de la glace vive. Ils la vendaient ensuite sur les marchés des villes les plus proches afin de conserver les produits frais et rafraîchir les jus de fruits.
Aujourd'hui, ce métier est sur le point de disparaître, remplacé par la glace artificielle des congélateurs.
Baltazar Ushca Tenesaca est le dernier hielero du Chimborazo, le dernier homme à monter avec ses ânes deux fois par semaine jusqu'aux mines de glace de ce volcan mythique dans la culture indigène pour récolter ce que Taita Chimborazo (Papa Chimborazo) lui offre pour survivre.
Derrière lui, personne n'exercera plus ce métier éreintant et si peu lucratif. Il est le dernier d'une longue génération d'hommes usés par ce travail de la glace.

19h30 : "Expédition Hielo Continental" (sous réserve)
Film d'aventure de Christian Clot et Mélusine Mallender (15 min.)
En kayak ou à pied à la découverte de la Patagonie australe méconnue.

19h45 : "Du Flamenco à la Rumba"
Présentation par l'association pour la danse espagnole de Massy
Un spectacle mélangeant la chaleur de différentes danses espagnoles. Les danseuses vous feront voyager du Flamenco à la Rumba Flamenca au travers d'une ambiance festive et forte en émotions...

20h00 : Clôture du Festival

"Regards d'ailleurs"
(Auditorium : 150 places)
- Programme  format pdf (0,8 Mo)  ou format Flash -


13h00 : "Regards persans" (Iran)
Voyage musical de Philippe Bichon (30 min.)
41 ans, le regard et le crayon exercés, Philippe Bichon en revient avec un carnet de route abondamment illustré de croquis et d’aquarelles. Le “globecroqueur” présente photos et dessins sur fond de sonorités orientales, jouées en direct sur son oud.

14h00 : "Pakistan, la terre de l'Indus"
Film de Sylvie Hertout et Michel Percot (52 min.)
Le fleuve Indus, qui a donné son nom à l'Inde et traverse le Pakistan, offre des paysages grandioses. En le parcourant, nous avons rencontré les tribus Kalaches et Ismaéliens de l'Aga Khan. Dans les vallées encaissées de la Hunza aux confins de l'Himalaya, les fêtes des villages sont l'occasion de partager des valeurs simples et profondément humaines.

15h00 : "Guatemala"
Réalisation numérique d’Audrey Carlo et Sébastien Louvel (30 min.)
Résumer uniquement ce pays à son site maya de Tikal serait oublier l’ensemble de ses splendeurs. C'est un Guatemala envoûtant et surprenant que nous avons découvert au travers de paysages superbes, de coutumes locales encore vivaces, le tout sur fond multicolore.

16h00 : "Chine"
Réalisation numérique de Bernard Guironnet (52 min.)
Découvrir la culture, le mode de vie des Chinois et surtout l'évolution de cet immense pays offre des moments exaltants. La nature a été aussi particulièrement appréciée au cours de longues marches, de multiples visites...

17h00 : "Sur la route de Soie" (Ouzbékistan)
Réalisation numérique de Yannick et Patrick Sévèque (45 min.)
Invitation pour un voyage à la découverte d'un pays légendaire, à travers ses médersas, ses mosquées, ses bazars et à la rencontre des Ouzbeks. Un peuple d'Asie centrale chaleureux.

18h00 : "Inde"
Réalisation numérique de Marie-Lys Bailleul (26 min.)
Au cours de quatre périples en Inde en deux ans Marie Lys, peintre voyageur, nous propose une découverte différente de l'Inde par le biais des pinceaux. C'est d'abord le séjour à Hampi en Inde du Sud, ville sacrée du XVIe siècle. Puis la rencontre en Inde du Nord des moines du Ladakh, des aquarelles dans la vallée de la Spiti, et enfin le dessin en direct des Sadhus à Haridwar et Rishikesh. Une démarche pour approcher de plus près le mystère de ces peuples.

18h30 : "Gujarat mon amour, un voyage sur les traces de la flûte double..." (Inde)
Réalisation numérique de Sylvain l'Hotelier et Angelica Miletic (33 min.)
Au Gujarat, nous étions à la recherche d’un instrument musical bien précis : la flûte double, nommée “Jodia Pawa” en dialecte kutchi. Nous arrivions dans les villages en jouant de la flûte double. Intrigués, enfants, hommes et femmes sortaient de leurs maisons. Tous étaient curieux, de voir un étranger jouer l’un de leurs instruments traditionnels. C’est ainsi que la musique, langage universel, nous permettait d’avoir un échange précieux avec la population locale.

"Regards d'ailleurs"
(Salle Bizet : 150 places)
- Programme  format pdf (0,8 Mo)  ou format Flash -


14h00 : "La photo en voyage"
Débat avec Fabrice Deschoux et Bakary Diakhite.
La photographie numérique impose quelques règles en amont, gestion de ses cartes mémoires, de l'énergie électrique, du stockage des images en voyage, etc. Débat pratique.

15h00 : "Tour du monde"
Débat avec Aude Guillot, Mireille Boissel et Régis Dumenil.
De l'itinéraire à tracer, au sac à dos à faire, en passant par les démarches administratives à régler, les visas, les assurances, les billets d'avion, partir au long cours nécessite une petite préparation. Des voyageurs témoignent...

guidtdm
Partir autour du monde"...un guide ABM - 320 pages et 130 photos - 17€ sur place ou 19.5 € par courrier
16h00 : "La littérature vagabonde"

Avec Françoise et Pascal Karo, débat animé par Aline Fauvarque.
Nous sommes ainsi faits que la lecture est une découverte au même titre que l’est le voyage et les deux se rejoignent et peuvent tout à fait se confondre quand l'un engendre l'autre.

17h00 : "Le voyage responsable"
Débat animé par Tyn Braun.
Tout le monde en parle, voire s’y intéresse, mais au fond qu’est-ce que le tourisme responsable ?Quels critères le définissent et, au-delà, comment organise-t-on concrètement, seul ou en groupe, un voyage responsable ? Quels sont les gestes à bannir pour mieux aider les populations rencontrées ? Plus que jamais voyage rime avec partage !
mercredi, 09 septembre 2009 11:15

Samedi 26 septembre 2009 (soirée)


- Programme format pdf (0,6 Mo) ou format Flash
- (20h00/23h30) -
Amphithéâtre : 800 places -

Réservations
Adhérents ABM
5 € la soirée ou 20 € passeport (ven., sam. et dim.; soirées comprises)
Non-adhérents
9 € la soirée ou 30 € passeport (ven., sam. et dim.; soirées comprises)

20h00 - "L'Algérie Soyez les bienvenus"
Diaporama numérique (dessins et photos) de Claire et Reno Marca (40 min.)
D'Alger au Sahara, en passant par les ksours du Grand Erg Occidental, Constantine, l'Oranie ou les montagnes kabyles, Claire et Reno Marca ont sillonné un pays d'une rare beauté. Leur diaporama animé retrace avant tout une aventure intérieure et intimiste au coeur d'un pays méconnu et pourtant si fraternel. Un témoignage loin des clichés fait d'une multitude de rencontres attachantes dans l'Algérie d'aujourd’hui.


fgt09g


>> Du 8 au 26 septembre
Claire et Reno Marca exposent les dessins originaux de leur livre "Algérie, soyez les bienvenus" à la Médiathèque Jean Cocteau de Massy.

20h45 - "Entre selle et terre, trois ans à vélo en Afrique et en Asie"
Réalisation numérique de Claude Marthaler.1ere partie (45 min.), pause, 2eme partie (35 min.) à 22h00.
En 2005, Claude Marthaler reprend la route à vélo, avec sa compagne, pour un périple de trois ans. Après avoir traversé le Sahara par la Tunisie, la Libye, l'Egypte, le Soudan, l'Ethiopie et Djibouti, ils embarquent pour le Yémen puis se dirigent vers l'Asie. Ils sillonnent l'Inde, le Népal, le Tibet, le Kirghizistan et le Tadjikistan, où ils se séparent.En mars 2008, Claude Marthaler se trouve l'un des rares témoins occidentaux présents au Tibet au moment de la terrible répression chinoise, quelques mois plus tard, en Birmanie lors du passage dévastateur du cyclone Nargis. Pourtant, de la traversée du désert africain jusqu'aux pistes les plus élevées de l'Himalaya, ce sont surtout les rencontres avec les populations qui passionnent les deux cyclistes. Avec pertinence et humour, l'auteur décrit ces moments de partage, mais également ceux de découragement face à des conditions climatiques ou des obstacles bureaucratiques ou policiers.

22h45 - "Himalayan Impressions" (Inde, Tibet, Népal)
Voyage visuel et musical de Matthieu Rossez (40 min.). Musique de Christian Noçon et Hindol Majumdar.
Le photographe Matthieu Rossez, amoureux de l'Himalaya, nous convie à un voyage visuel et musical où l'émotion est mise en avant. En cinq tableaux, les éléments Terre, Eau, Feu, Air et Espace servent de fil rouge pour dévoiler sur grand écran la beauté des paysages du Tibet, du Népal, du Nord de l'Inde et du Ladakh, ainsi que des scènes de la vie quotidienne et la faune himalayenne.Performance artistique, "Himalayan Impressions" fait la synthèse entre l'image et la musique. Christian Noçon, virtuose de cithare indienne, et Hindol Majumdar, joueur de tabla de renommée internationale, s'inspirent de ces cinq thèmes et des images projetées en direct pour composer sur le moment leurs rythmes et leurs mélodies. Une expérience contemplative unique en son genre...

23h30 : Clôture de la soirée
Page 1 sur 2

Derniers adhérents en ligne

madurand   anhaudebourg   cjeudy   vdesbordes   gcorsaletti   andeirolles   thimbert   cburatto   brudeffet   alpinard   rojehanno   dbrichet   cherveau   adhabm   ptack  
Copyright © 2020 Aventure du Bout du Monde - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public