FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
mercredi, 21 octobre 2009 12:45

Voyager à vélo - En selle

Se préparer :

Tout d'abord, pour partir, ce qui compte c'est.... la volonté. Mais il est toujours plus prudent de s'entraîner deux ou trois mois avant, si possible dans les conditions réelles que l'on rencontrera (altitude, dénivelés, températures, etc).

Transport du vélo en avion :

Emballez votre vélo dans son carton d'origine ou des cartons SNCF (3 €) et n'oubliez pas de dégonfler les pneus (obligatoire). Même si 20 à 23 kg sont le plus souvent autorisés en soute (15 sur beaucoup de charters), certaines compagnies appliquent un tarif spécial vélo, y compris même lorsque la franchise autorisée n'est pas atteinte. Dans ce cas, faire que son vélo devienne le plus discret possible et ne ressemble justement pas.... à un vélo. N'hésitez pas non plus à le démonter et le répartir en plusieurs bagages (y compris d'ailleurs cabine).
Vérifiez enfin que votre vélo parte bien sur des chariots extérieurs et non sur le tapis roulant des bagages (risques de dommages) et qu'il porte le lieu de destination ainsi que vos coordonnées. Et puis autant arriver 2 à 3 heures avant l'enregistrement pour avoir le temps de bien préparer l'ensemble.

L'itinéraire :

Ne prévoyez pas trop de distance et de reliefs par jour surtout au début; une moyenne de 50 à 70 km sera amplement suffisante. Egalement, envisagez quelques jours de repos tous les 4 à 5 jours pédalés. Mais bien sûr tout dépend aussi de la qualité de la route (bitume, piste, sable...) et de la forme du cycliste, de même que de la durée du voyage et des rencontres faites en cours de route. Prévoir des cartes détaillées même si c'est loin d'être possible partout et dans les zones difficiles toujours se renseigner sur l'état des routes..
Pour un mois de voyage, comptez entre 1 400 et 1 800 km, plus si la route et vous-même êtes en bonne condition. A ce sujet, même avec un bon VTT, les entiers et autres pistes deviennent rapidement fatiguants sur de longues distances. Donc, sauf s'il y a un intérêt particulier préférez-leur le goudron et le bitume même si dans certains pays leur état n'est pas forcément mieux (nids de poule et autres).

La sécurité :

Sur la route, faites attention aux camions, voitures, piétons, animaux qui peuvent débouler inopinément. Quelques détails pratiques pour assurer sa sécurité : sonnette, éclairage et casque sont conseillés. Respectez le code de la route (ou adaptez-vous à la façon locale !) et n'hésitez pas à mettre votre vélo sur un bus ou dans un camion pour les étapes longues et monotones ou les jours difficiles. Enfin, dans les zones de forte chaleur, roulez à la fraîche et profitez des heures les plus dures de la journée pour vous reposer.
Pour le vol, pas de solution miracle, évitez d'abandonner votre vélo chargé, même attaché. Pour vous tenir au courant des dernières nouvelles, vous pouvez emporter une petite radio FM, AM et ondes courtes qui vous permettra d'écouter les musiques locales et de capter presque partout Radio France International (RFI), informations non négligeables quand on traverse ou s'apprête à traverser des pays dont la situation géopolitique est instable.

Le poids :

Il est conseillé de ne pas transporter plus de la moitié de son poids en bagage sur le vélo. Au-delà, le voyage devient plus difficile et les cotes longues, très longues... Pensez à bien répartir la charge et tenez-vous en à la répartition du départ sans vous charger davantage chaque jour. Pesez vos bagages, évaluez la capacité du vélo, en gardant une marge de quelques kilos pour le ravitaillement quotidien (eau, nourriture, souvenirs...).

La garde robe :

A vélo, la qualité des vêtements est très importante, elle permet un voyage sain et un rendement efficace. En hiver, préférez des vêtements coupe-vent et respirant, type polaire et Goretex. En été, privilégiez des vêtements respirant séchant vite (matériel synthétique). Le coton est à éviter en toute saison car il n'évacue pas la transpiration, sèche mal et se froisse facilement.

L'alimentation :

Fondamental pour un cycliste. Il n'est pas inutile d'emmener avec soi quelques produits déshydratés, et des barres aux céréales, fruits secs, bonbons, etc. Se rappeler que c'est vous qui faites avancer la machine, et qu'il faut y mettre de temps à autres du carburant pour pouvoir continuer ! Soyez autonome et prévoyez un réchaud multi-combustibles.

Le couchage :

. Généralités :
à ne pas négliger, car après de longues journées de pédalage il est utile d'avoir un sommeil réparateur. Choisissez un sac de couchage adapté aux températures que vous allez rencontrer (le duvet en plume est de meilleure qualité que le synthétique, mais attention il est beaucoup plus fragile et craint l'humidité). Si vous optez pour le synthétique, le rembourrage au Polarguad Delta est de très bonne qualité. Les matelas auto-gonflant sont légers, compactables et donnent la meilleure isolation possible. Il existe des tailles allant jusqu'au genoux très confortables et vraiment légères.

> A voir en complément sur abm.fr la rubrique "Couchage".

. Le camping :

Dans de nombreux pays il n'existe pas de terrains aménagés. Préférez alors les endroits éloignés de la route et soyez discrets, ou mieux demandez dans les villages pour camper (ou être hébergé) chez l'habitant. Sauf si vous pensez trouver régulièrement un toit pour dormir, prévoyez du bon matériel pour passer de bonnes nuits car entammer une journée fatigué n'est pas l'idéal lorsque l'on se déplace à vélo.

> A voir en complément sur abm.fr la rubrique "Campings".
 
◊ En vélo sur le web :

. Cyclo-Camping International :
L'association française des voyageurs à vélo. Ils éditent un intéressant "Manuel du voyage à vélo", et proposent différentes activités, un festival annuel plus un réseau d'hébergement aux "vélo-voyageurs".

. Cycling :
Pour un index de sites intéressants.

. International Bicycle Fund :
Sûrement l'un des sites les plus complets pour ceux qui veulent voyager à vélo (en anglais) avec également de très nombreuses infos/liens pour pédaler dans chaque pays du monde.

. Guide de la vélo-hospitalité :
 Bases de données grâce auxquelles les cyclistes pourront trouver un hébergement économique lors de leurs voyages.

. Airodin :
Le site d'un constructeur de vélos couchés avec aussi de l'actu et des infos.

. Vélo couché :
Avantages, inconvenients, conseils d'achat et d'utilisation plus plein d'autres choses sur le sujet.

. Voyage à vélo :
Forum de discussion VF sur le sujet.
 

mercredi, 21 octobre 2009 12:35

Selon les pays - Afrique Moyen Orient Asie Centrale Europe


Asie Centrale :

Comme pour une bonne partie de l'Asie, les location de véhicules en Asie Centrale passent par la formule "avec chauffeur".

Moyen-Orient :

Possibilités et intérêts limités dans l'ensemble tant notamment les transports en commun permettent de bien s'y déplacer à un prix intéressant.

Afrique du Nord :

Louer une voiture standard ou 4x4 en Tunisie et au Maroc est un classique. L'offre et la demande y sont importantes, les tarifs pas mauvais, et cela permet de se déplacer librement même s'il est vrai que l'on peut également visiter très facilement ces pays en transports en commun (un peu plus difficile pour le sud). Pour les autres pays, moins d'intérêt et/ou de possibilités.

Reste de l'Afrique :

Intérêt très variable selon les pays. Si une location en Namibie, Afrique du Sud, Réunion et accessoirement, avec chauffeur le plus souvent, à Madagascar peut être très utile et se faire à tarifs raisonnables (ces pays sont d'ailleurs assez bien pourvus en la matière), autant ailleurs c'est moins évident. Et ce aussi bien au niveau des possibilités, des difficultés, des prix que des autres options de transports possibles.

Europe :

Intéressant (pour les européens) dès lors que la distance jusqu'à la destination choisie limite l'intérêt de prendre son propre véhicule ou qu'il est envisagé un périple autre qu'axé sur des villes reliées par le train/low-cost.
En attendant aucun problème avec du choix, des formules (y compris "vol + voiture" ou "hôtel + voiture") et des prix.
Pour les non-européens tout dépendra des lieux à visiter et de la durée du périple. En tous cas à comparer avec le train, l'avion (pass possibles pour les deux), ou même l'achat d'un véhicule.



mercredi, 21 octobre 2009 12:32

Selon les pays - Asie Pacifique


Pacifique :

Tout comme pour l'Amérique du Nord, et pour les mêmes raisons, l'Australie et la Nouvelle Zélande sont deux endroits propices à la location d'un véhicule, mais là aussi plutôt sur des zones ciblées et/ou des durées limitées (dans le cas contraire l'achat d'un véhicule peut s'envisager).

Chine et Extrême-Orient :

Peu d'opportunités/intérêts de louer une voiture en Chine et en Extrême-Orient.Pour la Chine la location passe par un véhicule avec chauffeur et pour le Japon, hormis si l'on compte se rendre dans des endroits reculés, autant profiter des transports en commun qui demeurent une solution bien plus simple et moins onéreuse.

Asie du Sud-est :

Deux cas de figures pour ce qui est de la location de véhicules en Asie du Sud-est. Soit une location "classique" de petites voitures avant tout dans les zones touristiques/balnéaires en Thailande et à Bali; soit la formule "voiture avec chauffeur" très largement répandue ailleurs. Cela dit, la région dispose aussi dans son ensemble d'un assez bon réseau de transports en commun peu chers.

 Inde et voisins :

Si une grosse majorité de voyageurs optent pour les transports en commun en Inde, certains choisissent aussi la location de véhicule pour se déplacer. Dans 99% des cas c'est alors l'option avec chauffeur qui est privilégiée, ne serait-ce déjà que par rapport à la circulation et aux difficultés de conduite que du coût peu onéreux de cette formule.
mercredi, 21 octobre 2009 12:04

Location pratique - Itinéraires


L'itinéraire et ses implications :

Même si cela peut paraître un détail, l'itinéraire prévu peut avoir un impact sur le coût de location. Au delà du kilométrage à effectuer et du choix de formule "forfait" ou "illimité", trois ou quatre autres points sont également à prendre en considération :

. Boucle ou pas boucle ?

En clair va-t-on rendre le véhicule à l'endroit où on la pris ? Si ce n'est pas le cas, le véhicule sera alors laissé dans une autre ville avec généralement des "frais d'abandon" pour le retour de celui-ci qui seront facturés en sus; tant est-il d'ailleurs que le loueur autorise la pratique (plus de facilités avec les grosses sociétés). Donc, à calculer.

. Zone géographique :

De façon générale, une location de véhicule s'entend toujours pour une zone géographique donnée (état ou région, pays, ensemble de pays). En clair, on ne pourra pas forcément toujours aller où on veut ou passer des frontières avec. De plus, il peut arriver que chez un loueur ce qui est autorisé pour un modèle ou une catégorie de véhicule ne le soit pas pour d'autres ou qu'il y ait des suppléments. Bref, à regarder et comparer chez les uns et les autres.
Quant à passer outre, au delà déjà de la possibilité réelle, cela implique surtout que les assurances souscrites ne fonctionneront pas en cas de problème.
Pour info, on signale que pour ce qui est de la France, on peut aussi généralement circuler dans les pays voisins avec un véhicule de location (voir détails selon les loueurs).

. Accès à certains sites ou lieux :

Un point qui ne concerne que les (gros) camping-cars qui peuvent être parfois être interdits au centre de certaines villes ou endroits touristiques comme c'est le cas aux USA.

. Routes ou pistes :

Si l'itinéraire prévu ne passe pas que sur du goudron on sera théoriquement obligé de louer un 4x4. En effet, au niveau assurances, un modèle standard n'autorise pas de rouler sur des pistes ou axes non bitumés. Cela dit, tant qu'il n'y a pas de problème...
 
Le kilométrage :

Parmi les points essentiels d'une location, le kilométrage en est un. Ne serait-ce que parce qu'une mauvaise estimation des kilomètres à faire, ou le mauvais choix dans la formule (forfait ou kilométrage illimité), peut au final coûter cher.

. Définir son trajet :

Première chose évidente, faites une estimation kilométriques de votre trajet. Avec une simple carte, ou mieux encore via le Net avec des sites comme Google, Maporama, etc, vous aurez déjà une bonne idée. De façon générale, n'oubliez pas que la tentation d'avaler les kilomètres est grande et facile, donc n'hésitez pas non plus à majorer quelque peu vos résultats. Cela vous permettra ensuite, outre de pouvoir calculer votre budget essence, de voir la formule la plus intéressante de location à ce niveau.

. Forfait ou illimité ?

Deux systèmes sont généralement proposés.

- Le forfait :
Dans le prix de location est compris soit un nombre de kilomètres maximum (100, 500 km...) pour toute la durée de louage, soit une base quotidienne (souvent 100 km/jour) à multiplier donc par le nombre de jours dont on disposera du véhicule. Tant que l'on reste dans la fourchette il n'y a rien à payer. Par contre, en cas de dépassement, un supplément au kilomètre en sus est alors à régler à la remise du véhicule. Et c'est là qu'il faut faire attention.
En effet, ce supplément peut au final coûter cher si l'on a mal calculé. Par exemple en France il n'est pas rare que le kilomètre supplémentaire soit compté 0,20 €, voire plus. Même si les formules au forfait sont généralement bien moins chères que celles au "kilométrage illimité", il n'est pas sûr que l'on si retrouve en cas d'erreur. Donc mieux vaut le savoir, d'autant plus que c'est généralement sur ce type d'offres (les moins chères) que les loueurs font leur pub.

- Le kilométrage illimité :
C'est l'autre solution, plus onéreuse, mais qui permet de rouler ce qu'on veut en toute liberté avec notamment la possibilité de changer ses plans.- Que choisir ? :Le choix est relativement facile dès lors que l'on a un itinéraire défini. Et la formule "illimitée" est préférable si l'on souhaite faire de la route ou ne pas se compliquer la vie.A l'opposé le forfait est bien si l'on veut surtout faire de la ville, peu de distance, ou à la limite si on n'utilise pas son véhicule tous les jours. A signaler que si l'on est plutôt porté sur le forfait on aura tout intérêt à comparer le prix du kilomètre en sus entre loueurs; en effet il n'est pas rare que cela varie du simple au double, voire plus...
 
Les assurances

C'est l'élément principal à voir dans le cadre d'une location tellement le coût final à payer peut s'avérer élevé en cas de problèmes. Donc, à ne surtout pas négliger en prenant déjà le temps de lire au niveau du contrat les modalités, contraintes et limites des assurances choisies ou possibles.
Dans le cas d'un jeune conducteur (en âge ou années de permis) ou d'un deuxième conducteur un supplément sur les contrats est généralement pratiqué.

. L'obligatoire :
Dans chaque contrat de location est prévue une assurance "responsabilité civile au tiers" obligatoire qui vous couvre en cas de problème. C'est le minima au niveau des assurances proposées.
Attention cependant, car certaines formules de base n'incluent pas toujours le véhicule, ni les passagers en cas de vol ou d'accident responsable; d'où l'obligation alors de prendre un complément si l'on souhaite ces garanties.

. Les optionnelles :
Il en existe essentiellement deux ou trois qui présentent d'ailleurs une bonne source de revenus pour certains loueurs.

- Responsabilité civile complémentaire :

Si la responsabilité civile est obligatoirement comprise dans la location, celle-ci peut néanmoins être très faible au niveau du montant des garanties offertes. C'est ainsi que pour certains pays (USA et Canada notamment) est proposée une "complémentaire" qui augmente la couverture financière en cas de problèmes.
Idem pour ce qui est des garanties (véhicule, passagers) en cas de responsabilité.

- Assurance "facultative" :

Nombre de formules de base n'incluent pas non plus les dommages, y compris minimes, aux pare-brises, vitres, optiques, carrosserie, pneus et roues. Un simple impact peut alors coûter très cher (plusieurs centaines d'Euros pour un pare-brise à changer). De fait, certains loueurs proposent la prise en charge de ces désagréments contre un supplément.

- Réduction de franchise :

Il est souvent possible de réduire ou même supprimer la franchise du véhicule en souscrivant un complément d'assurance.

- Souscrire ou pas aux optionnelles ? :

Pas vraiment de réponse et à chacun de voir. Comme toujours on peut considérer ces assurances comme un coût supplémentaire inutile; de quelques Euros en sus par jour pour une option à quasiment le double du prix initial de location pour la "totale". Du moins tant que l'on a pas eu de problème...
Cela dit rien n'empêche de voir également les garanties dont on dispose déjà via sa mutuelle et autres assurances, mais aussi et surtout sa carte bancaire. Certaines plutôt haut de gamme (Gold, Premier...) en offrent de bonnes au niveau location - hors parfois 4x4 et camping-car - dès lors que l'on paye avec.
Idem pour tout ce qui concerne les accidents aux personnes ou les problèmes de bagages déjà pris en charge si l'on dispose d'une assistance et d'une assurance bagages.

. Les limites des assurances :
Dans tous les cas une assurance s'applique dans le cadre défini dans son contrat (donc le lire). Mais, en cas de problème, ces assurances ne fonctionnent cependant pas notamment s'il y a eu conduite dangereuse, si le conducteur n'est pas celui prévu initialement, le véhicule (hors 4x4) a circulé sur pistes ou routes non goudronnées ou a franchi les limites territoriales de la location.

Les "suppléments"

Très variables selon les loueurs. Mais, de façon générale, on peut avoir à payer un supplément en cas notamment de :
- Jeune conducteur (en âge ou années de permis) ou deuxième conducteur;
- Equipements particuliers (de la clim au GPS en passant par le siège bébé) même si chez certains loueurs cela peut être gratuit;
- Assurances et garanties complémentaires;- Prise en charge dans un aéroport ou prise/remise du véhicule dans deux agences différentes.
 
Location avec chauffeur

Dans le cas de location avec chauffeur, comme cela est fréquent en Asie, mieux vaut s'assurer au préalable avec le louer de quelques points particuliers et vérifier si ceux-ci sont inclus dans le tarif proposé.
Ainsi, le conducteur parle-t-il anglais - à défaut de français - ce qui facilitera d'autant la communication. Dans certain cas, il peut en effet y avoir un supplément pour un chauffeur anglo ou francophone.
Qu'en est-il de ses frais de nourriture et d'hébergements ? Normalement, ceux-ci sont déjà compris dans le prix initial, même si bien sûr un pourboire et quelques autres attentions, notamment financières, seront toujours les bienvenus.Idem au niveau essence, péages, etc, qui eux sont aussi généralement déjà inclus.



mardi, 20 octobre 2009 14:09

Trucs et astuces de voyageurs - Divers


Passeport :

Pour ceux qui voyagent en famille il est intéressant de savoir que le passeport des enfants de moins de 15 ans est à 20 €, et que pour les 15/18 ans il en coûte 45 € (89 € pour les plus de 18 ans). Seule différence, la validité n'est que de 5 ans pour les mineurs contre 10 ans pour les autres.

Communication :

. Internet/cyber-cafés :
On trouve maintenant des cyber-cafés quasiment partout. Mais au niveau prix, mieux vaut s'éloigner quand même un peu des zones touristiques et privilégier là où il y a plus de locaux que de touristes.

. Téléphone :
De plus en plus de cyber-cafés proposent maintenant des appels téléphoniques internationaux via Internet, et ce à des tarifs plus que compétitifs (parfois jusqu'à 10 fois moins cher que le téléphone classique !). Donc, pour vos appels, laissez tomber les fixes ou mobiles, la poste, les cabines et les diverses cartes prépayées pour privilégier le Web.

Taxis :

1) Toujours avoir une idée du prix à payer et donc se renseigner avant à son hôtel ou auprès de locaux. Accessoirement aussi, on peut demander à son hôtel de réserver pour soi.

2) Si on est près d'un (grand) hôtel ou d'un coin touristique s'éloigner un peu; on obtiendra ainsi souvent un meilleur tarif.

3) Etre sûr du prix avant de monter en se faisant bien préciser si celui-ci est pour LE taxi ou PAR personne. Demander également s'il y a un supplément bagages.

4) Prévoir l'appoint ou presque et éviter les grosses coupures nécessitant un rendu de monnaie. Volontairement ou pas le chauffeur peut en effet ne pas avoir la monnaie, vous obligeant ainsi parfois à être plus généreux que prévu.

5) Dans tous les cas, prenez le temps de vérifier votre monnaie.

6) Pour les taxis aux aéroports, cf. "A l'aéroport".
mardi, 20 octobre 2009 14:06

Trucs et astuces de voyageurs - Achats


Sites, musées...

. Droits d'entrée :

1) Voir s'il n'y a pas un jour de la semaine où l'entrée est gratuite comme c'est parfois le cas dans certains pays.

2) Si vous pouvez bénéficier d'une réduction catégorielle, demandez toujours s'il n'y a pas un prix spécial jeune, étudiant, famille, 3eme âge.

3) Dans certaines villes il existe des "forfaits" permettant la visite de plusieurs sites. Donc, voir si c'est le cas et si c'est intéressant par rapport à ce que l'on veut visiter.

4) Pour ceux qui voudraient récupérer le ticket de quelqu'un d'autre, occasionnellement les tickets d'entrée peuvent ne pas être validés ou permettent de rerentrer dans le site. Il suffit donc d'attendre à la sortie et de demander à ceux qui sortent. Idem avec les forfaits.

. Visites guidées :

On peut toujours se greffer à un groupe ou, plus simplement, demander l'autorisation à l'accompagnateur d'un groupe en disant que seul c'est trop cher ou qu'il n'existe pas de visites en français.

Souvenirs

Pour faire des affaires, mieux vaut avoir déjà une idée du prix de ce que l'on veut acheter. Pour cela, si on est fixé avant le départ, on peut faire une première recherche sur le Web.
Puis, une fois sur place, on peut demander aux locaux et surtout aller faire un tour dans les boutiques proposant des prix fixes si l'on souhaite ensuite marchander ses achats (autant connaître aussi les "bases" du marchandage) notamment sur un marché. Ne pas oublier bien sûr, que plus l'endroit/boutique sera touristique et moins l'on bénéficiera en principe de bons prix.

Produits hors taxes :

Pour ce qui est par exemple des alcools et tabacs à l'évidence autant les acheter hors taxes aux aéroports, tout en sachant que le H.T. est toujours calculé par rapport au prix du pays. Donc, pas toujours intéressant selon où on va et d'où l'on vient...
A s'avoir aussi que l'on peut, sous conditions et plafonnement, se faire rembourser les taxes sur ses achats dans certains pays étrangers au moment du départ du pays en question. A voir sur place, tout en sachant qu'il faut avoir gardé bien sûr ses factures.
 
En résumé :

- Au niveau des lieux à visiter toujours s'informer s'il existe des gratuités (jours, heures), réductions catégorielles ou forfaits intéressants. Sans oublier de solliciter à l'occasion les autres visiteurs...

- En matière d'achats, connaître déjà les prix et les possibilités de marchandages. Et puis bien sûr choisir au mieux ses lieux d'achats en évitant les plus touristiques.

- Ne pas oublier enfin, les opportunités (occasionnelles) d'achats hors taxes.
mardi, 20 octobre 2009 14:03

Trucs et astuces de voyageurs - Période


Périmètre touristique :

C'est, selon, la ville, le quartier, la rue qui attire les touristes et concentre nombre de services et infrastructures faites avant tout pour les visiteurs avec bien sûr les prix qui vont avec.
Hôtels, bars, restos, boutiques, cyber-cafés, taxis, etc, les tarifs proposés peuvent à la longue facilement faire exploser le budget. Sans pour autant vouloir fuir à tous prix ce genre d'endroits qui peuvent aussi être sympas, ceux qui veulent faire des économies trouveront souvent les mêmes choses à proximité (parfois même à quelques mètres dans des rues parallèles) à des tarifs moindres.
Idem pour ce qui est des villes (y compris dans son propre pays), notamment balnéaires, les plus touristiques. Là aussi on dénichera parfois aussi bien, sinon mieux, à juste parfois quelques kilomètres...

Périodes touristiques :

Vacances estivales ou de Noël, week-ends à rallonge, dates de grands départs/retours sont autant de périodes à éviter si l'on souhaite faire des économies, et cela aussi bien dans le domaine des transports qu'une fois sur place pour tout ce qui est hébergements et prestations diverses. Sans parler non plus de l'affluence que peuvent connaître certains endroits en haute, voire même moyenne saison.
A signaler cependant que si l'on doit prendre en considération nos périodes traditionnelles de congés ou de fortes demandes, il ne faut pas oublier non plus celles qu'il peut y avoir au niveau local dans les pays que l'on souhaite visiter comme par exemple l'été austral dans l'hémisphère Sud.
Bref, autant partir hors périodes de pointe, ou même parfois décaler de quelques jours, pour éviter le monde et surtout les augmentations de prix qui vont généralement avec.
Quant à voyager en basse saison, c'est une solution qui permet de faire des économies certaines mais qui a aussi pour inconvénients de voir parfois nombre de choses fermées et un climat pas toujours très favorable. Donc, pour beaucoup de destinations la moyenne saison demeure l'idéal à tous les niveaux (tarifs, affluence, climat...).
 
En résumé :

- S'il ne devait y avoir qu'une seule chose à retenir c'est bien qu'il vaut mieux éviter les périodes de pointe et la haute saison pour faire des économies en voyage.

- De même, les zones les plus touristiques sont aussi - et logiquement - les plus chères.

- Mais le plus souvent on pourra trouver des alternatives intéressantes tant au niveau des périodes que des périmètres les plus touristiques.

mardi, 20 octobre 2009 13:56

Trucs et astuces de voyageurs - Dormir et manger


Dormir et manger :

Avec le transport deux postes très importants du voyage.

Hôtels et motels :

. A savoir avant :

1) Au niveau tarifs, via Internet, on peut désormais avoir une première idée des prix en cherchant les sites des hôtels ou en profitant de l'expérience des autres (via les forums notamment). On peut donc ensuite comparer tout en tenant compte bien sûr de ce qu'inclue ce prix (plus de la localisation et du standing de l'établissement)

2) En haute saison les prix augmentent, donc autant ne pas l'oublier. De la même façon, plus on s'approche des zones touristiques et plus les tarifs grimpent.

3) Certains établissements indiqués dans les guides (dont le Routard ou le Lonely) ont parfois tendance a augmenter leurs tarifs par rapport à leurs concurrents non mentionnés. De fait, on n'est pas toujours obligé de se rabattre sur ce qui marqué dans les guides.

4) Dans certains pays d'Europe (dont la France) et surtout aux USA nombre de chaînes proposent des tarifs réduits le week-end ou au contraire en semaine ainsi que parfois des forfaits. Autant en profiter, de même qu'il peut être intéressant également de récupérer les coupons de réductions que l'on trouve dans les "gratuits" (ou même Internet) comme aux Etats-Unis.

5) Pour ceux qui auraient envie de "haut de gamme", notamment en bord de mer pour quelques jours, sachez que les prix sont souvent moindres via les agences (y compris et surtout avec la formule "tout inclus") que directement à l'hôtel.

. Sur place :

1) Ayez une idée du prix avant et/ou regardez les prix affichés avant de vous engager. Et si le tarif qu'on vous propose est plus cher, demandez pourquoi.

2) Si l'on n'a rien contre, demander (dans les petits établissements) s'il n'existe pas des dortoirs qui sont plus économiques.

3) Si l'on reste assez longtemps, essayer de négocier un prix. Et pour certains pays, marchander même pour une seule nuit.

4) Si l'on est seul on peut essayer de partager sa chambre avec quelqu'un d'autre (à attendre devant l'hôtel).

5) Attention enfin aux intermédiaires (taxis, guides ou autres) qui veulent vous accompagner jusqu'à un hôtel. Outre le fait qu'il peuvent vous envoyer où ils veulent, il y a généralement pour eux une com à la clef qui sera répercutée sur votre prix.

. Aller à l'hôtel depuis l'aéroport :

Pour ceux qui utilisent le taxi et n'ont pas de réservation dans un hôtel précis.
Généralement votre chauffeur de taxi vous demandera dans quel hôtel vous descendez et si vous disposez déjà d'une réservation. Si ce n'est pas le cas et indiquez juste un établissement possible, certains vous diront que l'adresse n'est plus valable ou encore que l'hôtel est plein ou devenu nul. Le but étant ensuite de vous en proposer un autre où ils toucheront leur commission; celle-ci étant bien entendu répercutée ensuite sur le prix de la chambre. Donc, refuser les propositions ou dire que l'on dispose déjà d'un hôtel avec résa (cf. adresses sur les guides). Autre solution se faire déposer à côté de là où on veut aller.

◊ "Tout inclus"

Paradoxalement, la formule (avion + hôtel + souvent repas) peut présenter un grand intérêt pour le voyageur individuel. Du moins sur le plan financier pour de courts séjours sur des destinations "grands publics".
En effet, on peut assez facilement trouver des offres séjours à un prix identique, voire moindre, à celui d'un vol sec sur la destination. Donc, autant en profiter quitte à limiter la notion de "séjour" à son minimum pour découvrir ensuite la région par soi-même.Cf. détails dans le chapitre "Séjours".

Restaurants :

1) Pour ceux qui veulent dépenser le moins possible en nourriture, la solution évidente demeure de manger sur les marchés et dans les petits établissements locaux en privilégiant la nourriture du coin.

2) Un peu comme les hôtels, certains restos mentionnés sur des guides ont parfois tendance à augmenter leurs tarifs. Donc, ne pas se focaliser systématiquement sur ce qui est indiqué dans les guides de même que sur les établissements situés dans les zones les plus touristiques.

3) Evitez les intermédiaires et rabatteurs qui vous amèneront jusqu'au restaurant où ils toucheront leur com (répertoriée là aussi le plus souvent ensuite sur la note).

4) Aux USA et dans quelques autres pays, on peut trouver des coupons de réductions dans des "gratuits" (ou sur le Web) pour certains restos.

5) En Europe (et ponctuellement ailleurs), les prix des menus varient généralement selon qu'il s'agisse de la semaine ou du week-end, du midi ou du soir (les seconds étant en principe plus chers). Autant le savoir, tout en gardant bien à l'esprit qu'on est aussi là pour se faire plaisir.

6) Il peut arriver que dans certains établissements l'offre la plus économique affichée à l'extérieur (censée faire venir le client) ne soit plus présentée à l'intérieur. Dans ce cas, n'hésitez à la réclamer, de même que de demander s'il n'y a pas la "formule du jour".

7) Quant à l'eau en bouteille, qui lors de certains périples nécessite un certain budget, évitez de l'acheter dans les restaurants et les endroits les plus touristiques.
 
En résumé :

- Au niveau des hébergements il est conseillé d'avoir déjà une idée des prix, de leurs variations et des possibilités de réductions (via internet ou autres). Voir aussi ce que les tarifs incluent.

- Ne pas se focaliser automatiquement sur les adresses des guides.

- Pour faire des économies, le cas échéant, ne pas hésiter à partager son hébergement et éviter surtout les intermédiaires.

- Pour manger, si on veut économiser, autant privilégier le "local" et pas forcément non plus ce qui est dans les guides.

- Comme pour les hôtels pas d'intermédiaires, ayez une idées des variations tarifaires et n'hésitez pas à réclamer si vous avez vu une formule intéressante non proposée ensuite dans le restaurant.
mardi, 20 octobre 2009 13:44

Trucs et astuces de voyageurs - Guides & Cartes


Guides et cartes :

Un poste qui peut coûter relativement cher au final, surtout si l'on visite plusieurs pays. Malgré tout, ne pas oublier qu'au niveau guide le moins cher ne sera pas forcément celui qui vous fera faire le plus d'économies. En clair, regardez d'abord le contenu avant le prix.

Guides :

. Guides gratuits (ou quasiment) :

1) Première chose, demandez à votre entourage s'il ne dispose pas du ou des guides dont vous avez besoin.

2) Si vous êtes inscrit à une bibliothèque de prêt, vous y trouverez peut-être les collections/titres les plus courants avec la possibilité de les emprunter.

3) En plus des éditeurs, certains offices de tourisme éditent des brochures-guides parfois très intéressantes et complètes et mises à disposition du public gratuitement. Donc, autant contacter les O.T. avant un départ.

4) Utilisez Internet et les contenus des sites voyages. Certains mettent en effet de véritables guides en ligne, d'autres disposent de fiches pays très complètes et quelques-uns (dont Voyage Forum) proposent de nombreuses infos de voyageurs. Bref, si l'on ajoute à cela la carto disponible en ligne, on a tous les éléments nécessaires à la constitution d'un excellent ouvrage personnalisé...

5) Accessoirement, vous pouvez aussi emprunter un guide et photocopier les passages qui vous intéressent.

6) Enfin, pour ceux qui ont des projets voyages conséquents et/ou ont monté des dossiers de bourses et autres financements, il faut savoir que l'on peut aussi aller solliciter les éditeurs afin d'obtenir des guides gratuits. Ces derniers devenant ainsi par ce biais "partenaire/sponsors" du projet.

. Autres possibilités :

1) Hormis pour quelques périples demandant obligatoirement des ouvrages le plus à jour possible, dans nombre de cas partir avec une édition d'un ou deux ans d'âge fera tout à fait l'affaire. Donc, achetez d'occase (regardez quand même l'année de parution) et complétez si nécessaire certaines infos. N'oubliez pas que de toute façon une nouvelle édition en terme de copyrights n'implique en aucun cas une refonte d'un livre (un retirage est même suffisant...).

2) Sur ce principe contactez (via ABM ou les forums de discussions) d'autres voyageurs qui reviennent de la destination pour leur acheter leurs guides.

3) Pour ceux qui vont partir en organisé (ou en bref séjour), autant choisir les collections dédiées à ce type de voyage qui coûtent souvent moins chers que les "gros pavés" pour voyageurs individuels.

4) De même lors d'un circuit à plusieurs, il y a de fortes chance que les autres participants aient aussi un guide. Donc, en prendre juste un vu que lors du périple on aura plus que l'occasion d'emprunter ceux des autres...

5) Pour ceux qui visitent plusieurs pays, sachez qu'il existe des guides sur un ensemble de pays (notamment chez Lonely Planet). Donc, si leur contenu vous semble suffisant les préférer à plusieurs guides.

6) Si vous visitez plusieurs pays et allez dans des coins ou hôtels fréquentés par d'autres voyageurs individuels, vous trouverez assez facilement des "books exchange" (échanges de livres). Assez souvent, on y trouve les guides (surtout anglo-saxons) des pays de la région. Donc, au moment de changer de pays, échangez votre guide contre celui du pays suivant (et ainsi de suite).

Cartes

. A savoir avant :

A l'évidence, déterminez d'abord ce dont vous avez réellement besoin selon votre périple, type de voyage, activités, transports utilisés, etc. Dans de nombreux cas, les gens achètent des choses que finalement ils n'utiliseront pas...Donc voyez d'abord ce que propose votre guide et ce que vous pouvez trouver gratuitement. Et puis bien sûr tenez compte de l'échelle, la zone à couvrir (pour une seule région à visiter pas besoin d'un atlas !) et de quelques infos utiles parfois à certains sur une carte (comme par exemple le nom des lieux en alphabet local) pour définir vos besoins.

. Trouver ses cartes et plans :

Un peu le même principe que pour les guides.
Donc demandez à votre entourage, à ceux qui rentre du pays, voyez dans les bibliothèques de prêts, les ventes d'occasion, et puis surtout contactez les Offices de Tourisme qui disposent souvent de cartes ou de plans intéressants pour des voyages "classiques".
De même pensez bien sûr à Internet. Le Web renferme de vrais trésors (dont notamment des choses pas vraiment commercialisées) et l'on y trouvera quasiment tout ou presque qu'il ne restera plus ensuite qu'à imprimer.
Enfin, ceux qui ont un "projet" pourront toujours aller démarcher les éditeurs pour des choses gratuites.
 
En résumé :

- Au niveau guides, regardez d'abord le contenu plus que le prix et choisissez la catégorie correspondant à votre voyage (organisé, individuel, ensemble de pays, etc).

- Regardez les occasions, ce dont dispose vos proches, les bibliothèques, les Offices de Tourisme, et surtout tout ce qu'offre Internet.

- Même chose pour les cartes avec en plus la possibilité de trouver facilement plein de choses à imprimer sur le Net.

- Démarchez les éditeurs de guides et cartes en cas de projet "conséquent".
mardi, 20 octobre 2009 13:30

Trucs et astuces de voyageurs - Avantages & Réductions

Réductions et avantages catégoriels

Quelques possibilités intéressantes pour certains voyageurs.

Cartes de réductions (ou réductions catégorielles) :

. Selon âge et situation :
Certaines catégories de populations ont généralement droit à des réductions : jeunes, étudiants, retraités, plus quelques autres. Et cela aussi bien en terme de transports que de visites. Donc, selon votre âge et/ou situation voyez toujours ce à quoi vous avez droit et n'hésitez pas à demander y compris et surtout lors de votre voyage.
Si pour l'âge la présentation du passeport peut suffire, pour ce qui est notamment du statut d'étudiant la carte (internationale) est nécessaire pour bénéficier de réductions. Donc, n'hésitez à la faire faire. Et si vous n'êtes pas ou plus étudiant (ou même autre chose...) une recherche sur "Google images" (ou le scan de la carte de quelqu'un d'autre), un petit montage avec Photoshop, une bonne impression couleur que l'on plastifiera et voilà sa carte. Au final, le plus important n'est pas qu'elle fasse des plus vraies mais plutôt que ca soit vous qui ressembliez à ceux qui y ont droit...

Avantages "catégoriels" :

Ou plus simplement le fait que certaines professions bénéficient d'avantages au niveau voyages (transports, séjours...). Des avantages qui parfois peuvent être partagés avec d'autres...

. Aérien :
Les personnels des compagnies bénéficient de gratuités ou de tarifs (plus que) réduits sur les vols de leur compagnie et souvent aussi d'autres. C'est ce que l'on appelle le système GP (Guest Passenger). Sur le même principe leurs enfants, conjoint/concubin et, selon, parents bénéficient d'avantages plus ou moins similaires. Le tout étant de le savoir.

. Prestations diverses :

1) Les fabricants de voyages (TO, compagnies aériennes, hôtels...) proposent régulièrement à certains personnels d'agences de venir découvrir gratuitement ou à peu de frais leurs produits dans le but que ces derniers les proposent ensuite au mieux à leurs clients. C'est ce que l'on appelle les Eductours (cf. offres dans la presse professionnelle). Très souvent la personne invitée a le droit d'emmener avec elle une personne de son choix qui bénéficiera plus ou moins du même tarif. Donc, si vous connaissez des agents de voyages....

2) Travailler comme accompagnateur pour un voyagiste (ou rédacteur pour des guides) permet aussi de se balader. Trop souvent encore, notamment pour les premiers, le travail est bénévole. Par contre, l'offre existe pour ce qui est des accompagnateurs. En parallèle, accompagnateurs ou rédacteurs peuvent parfois négocier pour pas trop cher la venue d'un proche sur leur circuit.

3) Quant aux journalistes ou représentants de médias, ils peuvent bénéficier de voyages de presse avec quelques (rares) fois la possibilité d'emmener avec eux une autre personne. Donc, là aussi si vous en avez dans votre entourage...
Pour ce qui est des voyages de presse (ou prestations gratuites), on signale que certains Offices de Tourisme, voyagistes ou transporteurs ne rechignent pas à en proposer aux journalistes qui les sollicitent dès lors que leurs supports peuvent s'avérer intéressants en terme de retours. De plus, une prestation offerte leur reviendra souvent moins cher qu'une pub dans nombre de médias avec plus d'impact via ce que le journaliste publiera à son retour. Pour avoir une idée des possibilités on peut voir notamment ce qui est proposé sur le moment en Eductour aux agents de voyages.
 
◊ En résumé :

- Selon son âge et/ou sa situation on peut avoir droit à diverses réductions en voyage. Donc, ne pas oublier d'emporter sa/ses cartes et ne pas hésiter non plus à s'informer sur place des possibilités de réductions.

- Certaines catégories professionnelles disposent d'avantages en matière de voyages et peuvent aussi en faire profiter leur entourage. Autant le savoir...
 

Derniers adhérents en ligne

jegarry   adhabm   matatibouet   vdesbordes   frengerrand   jrevertegat   jeleclerc   stolive   pdelomez   jcdavault   pgoleau   cdemange   ddemange   anmenard   gpez  
Copyright © 2019 Aventure du Bout du Monde - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public