You have no items in your shopping cart.

Vous êtes iciAccueil|Toutes les catégories k2|Toutes les catégories k2 | ABM - Aventure du Bout du Monde
vendredi, 04 novembre 2022 09:55

Festival d'ABM Orléans

Festival des Bouts du Monde 
Vendredi 2 et samedi 3 décembre 2022 
Centre culturel La Passerelle, 57 boulevard de Lamballe, 45400 Fleury les Aubrais 
https://orleans.abm.fr/

Les 2 et 3 décembre 2022, nous donnons rendez-vous, le temps de notre Festival des Bouts du Monde, à tous ceux qui aiment le voyage et les rencontres. Vous découvrirez des films de voyage, d’aventure, de découverte. Nous parlerons environnement, peuples et respect des coutumes.

Au programme :
Une conférence à la bilbiothèque, et neuf films au centre culturel, présentés par leurs auteurs.
Librairie éphémère avec notre partenaire Transboréal.
Stands et ateliers, en accès libre.
Exposition Objectifs de développement durable.

Buvette-restauration le samedi.
Buffet le vendredi, inscription obligatoire.
Repas : 07 50 07 95 72 /

Pendant tout le festival
Le public pourra rencontrer des réalisateurs, des voyageurs, des écrivains.
Sur le stand d’Aventure du Bout du Monde, le public pourra faire connaissance avec l’association, échanger des infos voyage, se procurer les derniers numéros du magazine Globe-Trotters et les livres édités par l’association.

Plein tarif : 7 € l'après-midi ou la soirée
Tarif réduit : 5 €
Abonnés / adhérents : 4 €
Pass journée, plein tarif : 12 €

La réservation est plus que recommandée pour la soirée d’ouverture qui se déroulera dans la petite salle (160 places) du centre culturel.

Billetterie : 02 38 83 09 51 / Festival des Bouts du Monde 
 Vendredi 2 et samedi 3 décembre 2022 
 Centre culturel La Passerelle, 57 boulevard de Lamballe, 45400 Fleury les Aubrais 

Les 2 et 3 décembre 2022, nous donnons rendez-vous, le temps de notre Festival des Bouts du Monde, à tous ceux qui aiment le voyage et les rencontres. Vous découvrirez des films de voyage, d’aventure, de découverte. Nous parlerons environnement, peuples et respect des coutumes.

Au programme
Une conférence à la bilbiothèque, et neuf films au centre culturel, présentés par leurs auteurs.
Librairie éphémère avec notre partenaire Transboréal.
Stands et ateliers, en accès libre.
Exposition Objectifs de développement durable.

Buvette-restauration le samedi.
Buffet le vendredi, inscription obligatoire.
Repas : 07 50 07 95 72 /

Pendant tout le festival
Le public pourra rencontrer des réalisateurs, des voyageurs, des écrivains.
Sur le stand d’Aventure du Bout du Monde, le public pourra faire connaissance avec l’association, échanger des infos voyage, se procurer les derniers numéros du magazine Globe-Trotters et les livres édités par l’association.

Plein tarif : 7 € l'après-midi ou la soirée
Tarif réduit : 5 €
Abonnés / adhérents : 4 €
Pass journée, plein tarif : 12 €

La réservation est plus que recommandée pour la soirée d’ouverture qui se déroulera dans la petite salle (160 places) du centre culturel.

Billetterie : 02 38 83 09 51 /

Télécharger le programme :
pdfProgramme Festival 2022 (pdf)
vendredi, 04 novembre 2022 09:11

Exposition Afghanistan - Ombres et Légendes et Sur le fil - Musée Guimet

Afin de célébrer le centenaire de la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA), le musée Guimet met à l'honneur le pays à travers deux expositions.

La première, Ombres et Légendes, présente un panel d'œuvres dont la majorité provient des nombreuses recherches archéologiques pilotées par la DAFA. L’occasion d’apercevoir le riche héritage architectural que possède l'Afghanistan, aux multiples visages, entre stupas et mausolées.

La collection est enrichie par les fonds de divers musées, mêlant photographies et objets ethnologiques, pour dépasser l’imaginaire construit autour des paysages du Moyen-Orient. De plus, l’exposition permet au visiteur d’observer des sites désormais inaccessibles pour nous, voyageurs.

À l’étage, on retrouve l’exposition Sur le fil, où plusieurs pièces de la maison de couture Zarif Design sont exposées. De magnifiques broderies sont apposées sur le chapan, long manteau afghan. Le travail d’orfèvre des artisans est remarquable, les couleurs et motifs également.

Par ailleurs, la maison de couture revendique son appui aux femmes, en temps de conflits, par la création textile comme moyen de résilience.

jeudi, 03 novembre 2022 09:14

Bienfaitrice à Madagascar

En 2004 nous partons, ma sœur et notre maman, visiter Madagascar. Connaissant les conditions de vie, nous voulons apporter un peu à ce peuple qui manque de tout. Nous ne savons pas quoi et à qui donner quand, un beau matin, arrive une invitation pour une conférence avec sœur Emmanuelle. Moment magique, résonnent encore ses «Yalla» qui donnent envie de bouger. Florence, journaliste, intervient ce soir-là avec la religieuse et nous communique les coordonnées de Thérèse, religieuse d’Antananarivo avec laquelle elle a travaillé à “Ankasina”. Thérèse nous liste alors ses besoins : médicaments pour les enfants, articles scolaires, vêtements enfants et adultes.  

Dès notre arrivée à Tana, nous nous rendons à “Ankasina”. Sœur Thérèse, petite et frêle femme, dynamique et énergique, nous fait visiter son centre, rencontrer le docteur, la sage-femme, l’infirmière, les institutrices et les enfants. Quel personnage ! Elle nous fait vivre des moments intenses que nous ne sommes pas prêtes d’oublier. Lors de cet après-midi, elle nous parle de sa vie et nous apprend qu’elle fait partie d’une congrégation sarthoise, qu’elle va en pèlerinage à Lourdes avec notre grand-mère… Que le monde est petit !

Thérèse est née à Paimpol, dans les années 1930. Insouciante pendant l’adolescence, elle sent le besoin d’aider les autres et devient religieuse dans la Sarthe. A l’âge de la retraite, elle part à Madagascar soutenir les plus pauvres et s’installe à Antananarivo. Un petit bâtiment fait office de bouée dans le bidonville inondable d’Ankasina. Elle veut porter secours aux enfants mais très vite constate que les 12 000 habitants ont besoin d’aide pour survivre. Le local devient dispensaire. Son obsession d’éduquer les enfants est forte. Avec sa volonté, son opiniâtreté et son courage, elle fonce et mobilise ses relations françaises et malgaches, rencontre même à plusieurs reprises le Président malgache. Rien ne l’arrête, rien ne lui fait peur. Avec les dons obtenus, elle réalise, organise de nouvelles infrastructures avec salles de classe, blocs sanitaires, cuisine, bibliothèque. Elle est si fière de nous parler de sa rencontre avec le couple Chirac qui lui a permis d’installer bancs et tables dans les classes.

Oh, avec sa droiture, elle précise bien que le chèque était de leur nom. Son centre médical fait office d’hôpital de quartier. Elle n’hésite pas à parler contraception aux femmes, allant jusqu’à leur préconiser la pilule. Quel modernisme et quel réalisme pour cette femme de terrain qui comprend ce qu’est la vie, se moquant des tabous. Avec ses yeux pétillants de malice, son sourire, son autorité naturelle, ses réparties, son sens de l’ordre, son désir de sauver, elle a fait de ce centre Ankasina le havre du faubourg. C’est exceptionnel. Les classes pleines d’enfants souriants, joyeux, fiers d’apprendre, nous font réfléchir sur nos modes de vie occidentaux. Comment ne pas être émues devant ces bouilles, si heureuses de partager leur bonheur malgré les conditions de vie, et quelle leçon de les voir se tourner avec admiration et affection vers Thérèse ! Les règles sont faites pour être respectées et Thérèse ne ménage pas les enfants qui comprennent que leur avenir démarre ici. Un repas à base de riz est servi le midi pour tous les enfants du quartier. A l’entrée du centre, elle organise régulièrement des ventes de vêtements contre quelques ariary (100 ariary = 2 centimes) . Elle nous explique qu’il ne faut pas donner pour donner mais bien faire comprendre que tout se mérite. Comme elle a raison et est pleine de bon sens : nous sommes en admiration. Son caractère, sa fougue, sa boulimie à donner aux autres nous impressionnent.

Les conditions de vie et la difficulté du travail ont eu raison de la santé de Thérèse. Fin 2007, elle vient dans un village du pays manceau d’où elle continue à épauler ce centre auquel elle est viscéralement attachée. A chacune de nos visites, elle nous donne des nouvelles, mais ne veut plus y retourner : quitter ses enfants lui a trop fait mal, elle en est restée bouleversée.

Une équipe a été mise en place pour prolonger son œuvre mais, malgré la bonne volonté de ces religieuses, il manque et il manquera toujours le gant de fer dans un gant de velours. Voici quelques années, son état se dégradant, Thérèse a rejoint un centre breton, près de sa famille. Elle a fermé les yeux quelques semaines après notre maman. Il ne fait aucun doute qu’elle parlent souvent des enfants d’Ankasina et de Madagascar qu’elles aimaient tant évoquer.

< Marie-Claude Burgé (72)

lundi, 31 octobre 2022 16:49

Ma route est un sentier

Écrit par

Le sentier est à la fois libre, vulnérable, onirique et créatif !

< L'illusion de la liberté

Je parle d'illusion préventivement. Je sais bien que les philosophes et les clercs se moqueront de cette « liberté de pacotille ».

Pourtant, si la route offre sa liberté, c'est que la route implique un abandon, vous y oublierez votre montre, votre boussole et votre identité. Il faut dire que la route n'est pas une route, elle est tout au plus un sentier, elle est solitaire, elle n'est pas répertoriée sur les cartes. Sur ce sentier suivi sans montre personne ne vous attend, sans boussole le ciel seul vous dirige, sans identité vous êtes un inconnu.

Quand personne ne vous connaît, vous n'êtes chargé d'aucun passé, n'êtes impliqué dans aucun avenir, vous n'avez qu'un présent. Simplement, vous voilà.

A la question « D'où viens-tu ? », vous ne savez s'il faut situer votre tente la nuit dernière, ou votre maison en Occident. Vous paraissez indécis, décidément, vous êtes un extraterrestre.

Ainsi, vous vous incarnez à l'improviste, fugitivement. Ce vent n'est-il pas celui d'une liberté ?

Aïe, avouons-le, il y a toujours un fil au cerf-volant : vous avez un accent ! Vous n'oubliez pas que vous êtes français. Vous êtes interpellé, vous êtes surpris d'être parfois Jules Verne, et parfois Zinedine Zidane. Vous devenez schizophrène, vous devez sauter d'une identité à l'autre avec beaucoup d'à-propos. Mais souvent vous êtes pris de court : tout d'un coup plane « La Légende des siècles », vous êtes Victor Hugo !

Ultime avatar : vous changerez de nationalité, vous serez belge, vous serez même japonais ! Pourquoi ? Parce qu'à force d'être extatique, vous êtes souvent désincarné.

< La vulnérabilité est une force

Vous avez choisi de regarder le soleil se lever, partir vers l'Orient, vers les sources de votre civilisation, là où les regards noirs se cachent sous le khôl et les sourcils dessinés.
On y parle en poésie, on y compte en algèbre.

Vous partez seul le plus souvent, confiant en votre toile de tente, en vos mollets fusiformes, il faut vivre d'illusions. Vous n'irez pas par le plus court chemin, vous ferez des détours imprévus, mais un jour peut-être serez-vous à bon port. Vous connaissez les mots essentiels de la survie insouciante, et cela suffit à vos épanchements et à votre appétit. Avoir faim n'est pas un souci.

Vous choisirez la province la plus reculée, sur la frontière la plus contestée, vous serez lustré aux eaux de lacs abandonnés, à celles de monastères intemporels, vous jetterai enfin un œil au-delà du fleuve Araxe ! Au-delà du fleuve et des errances, vous devinerez ces caravansérails, où, il y a longtemps, vous balbutiiez vos "salâm" sous leurs regards noirs.

Parfois, vous partez là où les us et coutumes ancestraux ont des rigueurs et des intransigeances. Pour des crimes et pour des peccadilles, on y manie lame et arme à feu pour laver l'honneur. Vous apprenez que l'honneur est une notion plutôt subjective, et par là-même assez vague, variable de longitude en longitude. Vous vous adaptez... ou non.

Votre devise clame que votre insouciance n'est pas une inconscience.

Être seul sur des chemins lointains vous révèle à vous-même votre vulnérabilité : être sur le qui-vive à chaque instant exacerbe les sens et multiplie les sensations. Le jour, vous ouvrez un œil dont l'acuité vaut celle du léopard des neiges (qui est un autre lynx), la nuit le moindre froufrou est une sirène.

Oui, la vulnérabilité est une force indomptable !

< Les rêves vous éveillent

Il y a des départs qui sont des impulsions, certains sont des aspirations et d’autres des chutes libres, ou plutôt des apesanteurs. Le mystique, qui ne dort pas en vous, appelle cela une prédestination.

C’est comme un rêve où chaque pas imprévu guide le suivant sans préméditation.

Dans cet espace de heurts et de tourmentes, seuls les oiseaux volent en ligne droite, parfois.

Quand on vous interroge sur cette attraction pour « voir quelque fois ce que l’homme a cru voir », vous remontez aux « Contes et légendes » de votre enfance, c’est dire.

Pourtant, si le départ est forcément concret, réfléchi et réservé, l’arrivée fait la part belle à l’abstraction. Le chemin, qui vous attend, est-il une chimère, loin de l’Europe et de ses parapets ? Votre insouciance prétend que les rêves n’aiment pas les parapets.

Vous avez compris que mirages et réalité importent peu, vous vous réjouissez simplement qu'ils aimantent vos rêves en sourdine.

Ainsi, votre libre arbitre vous guide vers des espaces qui s’apparentent à nulle part, où les frontières se sont déplacées, où les noms des lieux ne se prononcent pas comme vous les écrivez, où les fleuves ont des cours interminables, des débits monstrueux et des identités multiples selon leurs tronçons et selon les civilisations.

Les rêves vous disent que sous toutes les latitudes, les fleuves les plus impétueux portent des ponts.

< La route est notre muse

En réalité, nous nous ressemblons : il n'est pas impératif de partir très loin pour éveiller notre esprit ou aiguiser notre imagination.

Bien sûr, dans mon cas, l'un et l'autre exigent un coup de fouet : dans cette quête, il n'y a pas de ménagements. J'avoue n'être qu'un barbouilleur de couleurs.

Mais si je barbouille des carnets de voyage, ce ne sont pas des carnets de poche.
Il y a longtemps que mon sac allégé ne se charge plus, sur la route, de papier ni de gouache.
L'avantage pour moi qui ignore la miniature, c'est de n'avoir pas la contrainte du format.
L'avantage, surtout, c'est d'emmener à nouveau mes esprit sur les chemins tout en peignant à la maison.
Comme les souvenirs, les mots, les photos, le carnet est intime. Il engrange les pulsations du corps et de l'esprit. Je veux dire prétentieusement que je suis affamé, isolé, et soucieux, ou bien ébloui, multiplié et serein devant le cheminement sur ma toile, comme je l'étais tout au long du sentier.
Peindre, écrire, parler, serait-ce encore marcher ?

Pierre Hurteaux (29)  http://pierre.hurteaux.free.fr

jeudi, 27 octobre 2022 10:24

Exposition - Fela Kuti - Philharmonie de Paris

Depuis cet automne, à La Villette, et jusqu'au 11 juin 2023, une très belle rétrospective autour de l'artiste-activiste nigérian Fela Anikulapo-Kuti est proposée. L’artiste panafricaniste est à l'origine de l’afro-beat, mouvement musical riche de diverses influences en passant par le jazz et les percussions africaines. La rétrospective permet d’en apprendre davantage sur le “Black President” et son époque, d’apercevoir les liens tissés entre sa musique et son engagement politique. On s’immerge dans le monde de la nuit nigériane, au sein de la communauté qu’il avait choisi de construire, avec ses 27 femmes. Fela Kuti s'est évertué à créer un mode de vie atypique, en fondant d’abord la république de Kalakuta et en s’attirant une médiatisation certaine, en tant qu'idole artistique aussi bien que bouc émissaire des forces militaires. L’exposition est un parfait alliage pour découvrir sa musique, s’imprégner de son message politique ou encore pour admirer ses tenues (sa collection de slips vaut le détour !).

mardi, 25 octobre 2022 09:04

Escapade dans les Pyrénées orientales

De rocher en rocher, de forêt en forêt, de lac en lac, une vingtaine d’Abémistes montpelliérains, le pied alerte et gais comme des pinsons, ont pris un grand bol d’air pur, ravis et émerveillés devant ces paysages verdoyants et nimbés de lumière que sont ces lacs de montagne ! Le temps idéal poussa même certains courageux à faire l’ascension du Carlit (2921 d’altitude) ! Pourtant ce ne fut pas une mince affaire même pour les plus aguerris d’entre eux : des rochers innombrables à escalader et les derniers 500 mètres assez difficiles. La descente périlleuse, sous un soleil brûlant, nous les ramena, malgré tout, sains et saufs ! Imaginez le tableau après 1000 mètres de dénivelé ! Mais à cœur vaillant rien d’impossible !

Les plus raisonnables firent le tour des 5 lacs au milieu des rhododendrons et à l’ombre des conifères embaumants, s’arrêtant pour pique-niquer faire la sieste sur le lit de mousse des sentiers bucoliques. Tous se retrouvèrent avec bonheur pour partager l’apéritif, dans la fraîcheur du soir, devant le beau lac des Bouillouses et ensuite, le dîner festif, à l’intérieur du gite chaleureux de Bones Hores ! Échanger rires et anecdotes dans une ambiance bon enfant fut le lot de chacun, pendant ce séjour plus que sympathique!

Et cerise sur le gâteau, le dernier jour les rassembla, dans les bains chauds et sulfureux de Llo où le hasard de l’horaire valut à chacun des participants un cours gratuit d’aquagym, les frites en mousse ayant remplacées les bâtons, les maillots colorés les tenues de marche ,les savates en caoutchouc les chaussures de randonnée, et le bonnet de natation le chapeau ou la casquette ! Oubliés les courbatures et les pieds endoloris ! Il fallait bien que le corps exulte !

 C’est donc parfaitement détendue, que la joyeuse troupe prit le chemin du retour, covoiturage oblige et se dit adieu, sachant que ce n’était, bien sûr, qu’un Au Revoir et que d’autres aventures l’attendait certainement au détour d’ABM Montpellier !

Abémistement vôtre .

Marie-Claire Dupont

lundi, 24 octobre 2022 10:23

Le nouveau numéro du magazine Globe-Trotters de novembre/décembre vient de sortir

GT206 web 1Loin de tout ! Faut-il partir au bout du monde pour être loin de tout ? Parfois sans doute, avec le désir d’être seul(e) au monde, d’être au paradis du voyageur(se) au long cours, qui aime plus que tout ce sentiment de liberté que la distance procure. Loin de tout, mais proche de soi.

Faire une pause face à ce que l’on connaît, pour aller vers le mystérieux, l’inconnu, à la recherche du changement — d’environnement, de coutumes, de codes (vestimentaire, culinaire, climatique…). Être sur une autre planète comme le disent certain(e)s, hors de son monde et de ce qui en faisait le quotidien. Prendre des risques, car être loin de tout n’est pas toujours un long fleuve tranquille…

Mais y a-t-il autre chose derrière ce “loin de tout” ? Qu’en est-il de celui ou celle qui s’abîme dans une lecture qui le (la) transporte, une musique qui le (la) sublime ou encore un week-end en amoureux ? Une sensation, une vision, un son peuvent nous transporter loin de tout sans que l’on ait besoin de bouger. On oublie, on s’oublie dans ce tout, qui n’est plus seulement une affaire de kilomètres.

Alors quoi ! Dans le dossier de ce numéro, certains auteurs nous livrent leurs synonymes : loin de tout, c’est être “loin du temps”, comme s’il s’était arrêté dans le passé à l’endroit où l’on est arrivé. C’est aussi être “loin des gens”, en plein désert, ou en forêt amazonienne.

C’est de même “être géographiquement isolé”, sur une île, ou sur un territoire très peu visité, mais au milieu de la population, et pas seul, sinon avec ses habitudes face à une civilisation différente de la sienne. Loin de tout devient alors un sentiment, une recherche d’être…

Enfin, loin de tout peut ramener au “vivre sans”. Sans Internet, téléphone, sans eau ni électricité, sans route parfois, sans magasin ! Votre revue explore la question à travers ses récits de voyageurs, alors bonne lecture;

< Philippe Masse (76)

JE M'ABONNE AU MAGAZINE GLOBE TROTTERS

vendredi, 21 octobre 2022 12:22

Journée du Voyage et de l'Aventure à Paris

Un moment d'échanges et de passion entre voyageurs en plein coeur de Paris.

Salle Jean Dame
17 rue Leopold Bellan 75002 Paris
M° Sentier

> Adhérents : 12 €
> Non adhérents : 15 €

RéSERVATION



14h30 : Un an à pied, du Caucase à l’Himalaya avec charles-antoine et cécile Schwerer

Réalisation numérique (40'). A la rencontre des peuples des hauteurs de l’Asie. Treize mois d’aventure parmi les peuples de Haute-Asie, avec des livres. Ce voyage est celui d’une exploration du “vieux monde”. Le monde des tribus bigarrées, des ethnies tatouées, des moines solitaires. Dans les montagnes d’Asie, ce sont les récits d’explorateurs, les archives de missionnaires et les travaux d’ethnologues qui font choisir à Cécile et Charles-Antoine leurs destinations. Ils rejoignent à pieds ces peuples pour les rencontrer et comprendre ce qui les anime, les soutient ou les menace.

15h15 : Dans les pas de Stevenson film de Francis Bourguer (36')
Le 22 septembre 1878, Robert Louis Stevenson, le futur auteur de “L’île au trésor”, quitte Le Monastier en compagnie de l’ânesse Modestine. Douze jours plus tard, après moult péripéties, ils arrivent à Saint-Jean du Gard.De ce périple naîtra “Voyage avec un âne dans les Cévennes” dans lequel Stevenson relate ses mésaventures, ses rencontres et décrit sans détours, mais sans méchanceté, les habitants, les paysages, les mœurs de cette région. Après la mort de l’écrivain en 1894, le récit connaîtra le succès et fera naître un engouement pour cette pérégrination. Devenu aujourd’hui le GR70 le chemin de Stevenson attire chaque année des milliers de randonneurs venus du monde entier. Nous vous invitons à suivre Stevenson, randonneur avant l’heure et, au pas lent et parfois espiègle, de notre âne Rebelle à découvrir ces régions magnifiques.

16h : Les Chasseurs de Mongolie
film de Julien Perret (19')

Terre d’accueil de nombreuses ethnies au fil des siècles, la Mongolie est aussi la demeure d’une communauté kazakhe aux traditions ancestrales : les Berkutchis. A l’extrême ouest du pays dans la province de Bayan-Ölgii, ce peuple nomade pratique la chasse avec l’aigle royal, un savoir transmis de génération en génération depuis plus de deux mille ans. Chaque année avant la période de chasse hivernale, les Berkutchis se rassemblent pour s’affronter au cours de plusieurs compétitions, notamment lors des festivals de Sagsai et d’Ölgii.
Accompagné de son guide Moka, Julien – parti de France trois mois plus tôt avec son cousin Sébastien au volant d’une Lada Niva pour rallier Brest à Vladivostok — va lui aussi fouler les steppes de l'Altaï à la rencontre des dernières familles nomades qui perpétuent cette tradition.

 16h45/ 17h15 : Pause

17h 15 : Kasbah al’Azraq (chefchaouen) Maroc
réalisation numérique de Charles Potin (4')

Cité berbère perchée à flanc de montagne, à 600 m d’altitude, sur la chaîne du Rif, Chefchaouen se caractérise par ses dédales de ruelles et d’escaliers et ses maisons badigeonnées de bleu à la chaux aux nuances indigo, turquoise, bleu nuit ou saphir. Anciennement, les ruelles étaient parées de bleu de smalt et de pourpre de murex.
Cette citadelle, fondée au XVe siècle, présente une très belle architecture de style andalou-mauresque, une citadelle authentique baignée d’azur.

17h 20 Traversée du haut Atlas à cheval (Maroc) 
film de Gaël Meunier
Ce documentaire raconte l'histoire d'un jeune garçon de 15 ans, Gaël, malade d'un cancer, ayant aperçu dans sa chambre d'hôpital le poster d'un homme qui avait gravi l'Everest.
Ce poster l'a motivé, lui aussi, à suivre ses rêves. Sorti de l'hôpital, il est parti en solitaire pour une traversée du Haut Atlas marocain.
A cheval, à pied, à la rencontre des Berbères, Gaël Meunier a gravi les six sommets de plus de 4000 m du Maroc pour redescendre en parapente.

18 h  : Rencontres en Arctique
film de Christiana Bontemps (22')
Une femme part à la découverte de l’Arctique et des ours polaires.
Invitation dans le monde des ours blancs et de leur magnifique milieu polaire : la banquise côtière et de haute mer, la toundra canadienne, les côtes sauvages de l’Alaska, les somptueux paysages du Svalbard et du Groenland.


18 h 30 : Les tandems de sel , (Bolivie)
film  réalisé par Robinson Hette; Co-auteur Alexandre Giora (46')
Partir à trois vélos tandem pour réaliser le tour du Salar d'Uyuni.
Tout commence par du blanc, de la démesure, aussi : le Salar d’Uyuni est le plus grand désert de sel au monde.
Le silence et le contraste entre terre immaculée et ciel azur donnent le vertige... et les vélos, des canaux perdus sur l’Altiplano bolivien, un océan de sel.
Au loin, des montagnes ocre aux courbes sensuelles.

 

 

jeudi, 13 octobre 2022 19:45

Souvenir du 34e festival Globe-Trotters

Revivez quelques instants du festival Globe-Trotters 2022

Rendez-vous fin septembre 2023 pour la 35e édition.
jeudi, 13 octobre 2022 08:05

Les échappées d’Armelle.

Je viens de partir depuis début octobre. Je ne souhaite pas uniquement satisfaire ma curiosité, mais cherche à donner un sens à ce voyage et l’ai articulé en trois parties :

Madagascar : une action humanitaire de dix semaines pour “Esperanza, les enfants de Madagascar”. Cette association encourage les initiatives locales et accompagne l’éducation et le développement des enfants. Elle soutient tout particulièrement la production de spiruline pour compléter leur alimentation.

Cinquante euros versés correspondent aux frais de cantine d’un enfant pour une année scolaire.

Cinq mois en Asie du Sud-Est : à travers mes rencontres au Laos, Vietnam ou Cambodge, Birmanie ou Indonésie et Népal, je souhaite partager des moments de vie avec les populations locales : leur quotidien, leur travail et comprendre qu’est-ce qui fait sens pour eux. Et toi, en quoi tu crois ? Faut-il croire pour avoir la foi ou avoir la foi pour croire ?…

Deux mois à vélo sur les routes de Saint Michel… en Italie : après avoir parcouru Versailles-Mont-Saint-Michel en Normandie, je me lance sur la route de Versailles au Monte Gargano en Italie en passant par Sacra di San Michele à Turin et par Rome ; l’objectif est de faire financer chaque kilomètre parcouru : dix euros versés par kilomètre au profit de l’association “Imagine for Margo / Enfants sans cancer” : entre 2300 km à 2500 km, selon l’itinéraire suivi…

Armelle Guillaumin (78) Lauréate du Label ABM

https://lesechappeesdarmelle.fr/

Page 8 sur 268

Derniers adhérents en ligne

adhabm   docaplain   admin-cvd   caguidot   pgoossens   hpavageau   aborgel   shertout   lherodet   cabailly   fabaray   opaugam   albesnard   frobert   mcbaget  
Copyright © 2024 Aventure du Bout du Monde - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public