Imprimer cette page
vendredi, 05 avril 2019 13:41

Voyager au Rajasthan

Le Rajasthan est une région caractéristique de cette Inde mythique, celle des maharadjahs et des forteresses, celle spirituelle et laborieuse, celle des castes, des écarts entre le progrès des grandes villes et la pauvreté absolue.

Les incontournables pour moi au Rajasthan sont Jaisalmer, Jodhpur et bien sûr Agra.

Arrivée à Delhi. Une ville surprenante ! 

De l’aéroport, il est simple de rejoindre le centre de New Delhi en métro. Les jetons sont en vente à la station.
La qualité de l’air laisse à désirer mais quel plongeon immédiat, dès la sortie du métro, dans l’Inde des contrastes, des couleurs, des odeurs, de la vie !
Les embouteillages et le niveau sonore des klaxons sont indescriptibles. Tout le monde trouve sa place dans ce tumulte où tout est possible sans que l’on puisse comprendre comment tout cela s’organise.
À visiter : le fort rouge.
Pour se loger : autour de la gare principale pour relier facilement les villes par le train ou dans le quartier de Karol Bagh pour louer une moto pour environ 9 euros par jour chez Tony Bike Center. Cela coûte 100 roupies en tuc tuc pour aller de la gare à Karol Bagh 
1 euro = 80 roupies (en février 2019)

En route vers Jaisalmer, la zone désertique de l’ouest près du Pakistan !

Jaisalmer, la ville dorée, aux portes du désert du Thar, était un important comptoir commercial sur la route de la soie et tira sa fortune en taxant les caravanes. La forteresse et son palais témoignent de cette opulente période de l’histoire. 
On imagine aisément les caravanes de chameaux arriver à Jaisalmer près avoir traversé les étendues désertiques.
Le commerce des dattes, de l’opium, des pierres précieuses, des tapis, du cuir et du sel ont fait la richesse des commerçants qui ont fait construire de magnifiques maisons, les « Havelîs ».
Actuellement, dans chaque contrée du Rajasthan, vit toujours un Maharaja qui n’a pas de rôle politique proprement dit mais suffisamment d’influence sur son territoire pour résoudre les questions locales des habitants.
Les petites boutiques de tissus brodés aux couleurs chatoyantes, les étals de légumes de toutes sortes forment un camaïeu devant lesquelles s’attardent quelques femmes aux saris rouges et dorés.
Il fait bon se promener tôt le matin ou à la tombée de la nuit dans le fort lorsque les touristes sont moins nombreux. Les temples jaïns peuvent se visiter tout en restant discret pour ne pas troubler les cérémonies.
À visiter : Le fort plutôt le matin.

> Pour se loger à Jaisalmer, prendre un Hôtel dans le fort pour bénéficier d’une vue imprenable sur la ville. 
Une bonne adresse avec des chambres magnifiquement décorées et où l’on mange bien aussi : le Surya paying guest house. 
Attention : 2 hotels portent presque le même nom l’un à côté de l’autre mais le 2ème n’a pas l’air aussi bien. Si besoin, ils peuvent venir vous chercher à la gare.
Bien sûr, on vous proposera des circuits dans le désert. Il est possible de dormir une nuit dans le désert et profiter du coucher de soleil lors d’une balade en chameau. 
Pour autant, il ne faut pas s’attendre à voir la beauté des dunes du Sahara.

Autour de Jaisalmer, il s’agit davantage d’un désert de cailloux, semés de broussailles, avec quelques dunes ici et là.
Pour stabiliser les zones désertiques ont été semées des graines de petits arbres et arbustes épineux originaires d’Afrique. 
La route vers Jodhpur traverse de grandes étendues de terre aride. Des centaines d’éoliennes se dressent dans ce paysage poussiéreux. Au milieu des petits arbustes retentissent parfois quelques cloches de chèvres ou de moutons, dont les troupeaux sont gardés par des hommes ou des femmes solitaires. Les chèvres hautes sur pattes arrivent à se tenir debout pour grignoter quelques feuilles d’arbustes aux épines redoutables.
Bien sûr vous croiserez aussi de nombreuses vaches qui ressemblent à des zébus, des buffles, des dromadaires qui transportent du bois et toutes sortes de marchandises.
Parfois des daims et des élans couperont votre route.
L’approvisionnement en eau est problématique au Rajasthan. Il faut descendre à plus de 150 m sous le sol pour trouver l’eau dans des nappes phréatiques et parfois elle est salée. 

Jodhpur : la ville bleue !

Jodhpur est un méli­mélo de cubes bleus, un labyrinthe de rues médiévales sinueuses, dans lesquelles on déambule au milieu des odeurs d’encens... et d’égouts aussi 
Au dessus des toits se dresse une magnifique forteresse érigée à la verticale d’un piton rocheux.
Entouré de remparts mesurant entre 6 et 36 m de hauteur, le fort fut direc­tement taillé dans la roche. C’est une incroyable architecture à visiter absolument !
Vous serez sans doute étonnés de voir autant d’animaux dans la rue. Chaque jour, les habitants des villes nourrissent les pigeons, les chiens et les vaches pour apporter du bonheur dans leur journée.
Dans le vieux Jodhpur, vous croiserez peut-être aussi des singes qui peuvent être agressifs.

Il peut faire jusqu’à 55 degrés l’été.
Pour se loger : Durag Niwas Guest House ! Pas très loin de la gare. http://www.durag-niwas.com/
Attention sur Booking, l’hôtel d’à côté profite d’un flou artistique au niveau du nom pour attirer des clients mais il n’y a pas de comparaison possible entre l’accueil et l’intérêt des ces 2 hôtels.
Durag Niwas est une jolie guest house qui est également le siège d’une association, Sambhali, qui œuvre pour l’alphabétisation de 450 femmes de la caste des intouchables et pour leurs enfants. Ils font un travail formidable à travers 7 centres d’accueil. http://www.sambhali-trust.org/
Vous pourrez loger et rencontrer les bénévoles féminines qui viennent nombreuses de tous les pays donner des cours d’Anglais et de Mathématiques à ces femmes et les aident à regagner de la confiance en elle.
Dans cet hôtel, demander Bounty, un adorable guide qui pourra vous emmener visiter différents lieux dont les villages des Bishnoïs. Cette communauté a une conscience écologique très développée. Elle construit d’abord l’espace pour les animaux avant même de construire leur maison. 
Les femmes sont facilement reconnaissables à leur bijou dans le nez et de lourds anneaux en argent à chacun de leurs pieds. 
Les Bishnoïs prônent la non violence et défendent tout ce qui est vivant, y compris les arbres. Ils se sont fait connaître lors d’un triste massacre perpétué en 1730 où 363 "martyrs" Bishnoïs ont été décapités alors qu’ils s’étaient attachés aux arbres pour empêcher le Maharadjah de Jodhpur de raser une forêt. Aujourd’hui le combat des Bishnoïs est devenu une question de survie pour l’Inde, un pays où l’environnement est fortement dégradé.
Entre villes et campagnes, les conditions de vie sont extrêmement contrastées. Elles le sont également en fonction de la caste à laquelle on appartient. Les castes existent toujours même 
si la notion d’intouchabilité est normalement abolie depuis 1950. Le mot « intouchable » est effectivement remplacé par le terme « dalit » qui signifie « opprimé ».
Plus les conditions de vie et de travail sont difficiles, plus des addictions à l’alcool et à l’opium apparaissent dans les foyers, entraînant leur lot de violences et de désespoir.

Agra et le Taj Mahal !
Nul ne peut rester indifférent devant la merveille architecturale qu’est ce monument de marbre blanc qui porte en son sein l’histoire d’un amour infini.
On ne peut que s’émerveiller devant cette splendeur et profiter de la sérénité des jardins.
Certes, les touristes sont nombreux mais en s’y rendant tôt le matin, vous pourrez ressentir la douce atmosphère qui se dégage de ce lieu.
Réservez un hôtel proche du Taj Mahal avec une terrasse permettant de découvrir le monument à la première heure lorsqu’il sort de l’obscurité ou de la brume : Hotel Taj Plaza sur Booking.

Si vous avez le temps :
Passez par Alwar, une ville située entre Jaipur et Delhi.
Sur la route, les palmiers ont remplacé les petits arbustes desséchés ou les arbres taillés jusqu’à la dernière limite pour recueillir branchages pour se chauffer et feuillages pour nourrir les animaux.
Les singes n’hésitent pas à s’asseoir sur le bord de la route pour regarder les voitures et les motos passer à côté des chameaux, des chiens errants, des vaches et des buffles.
Les perroquet verts et jaunes volent à tire d’aile d’arbres en arbres.
Les paons sauvages courent dans la nature mais aussi près des habitations.
Le parc d’Alwar organise des safaris où on peut éventuellement voir quelques tigres. Un autre aspect du Rajasthan.

L’Inde est un pays accueillant où les sourires enchantés des enfants et des femmes et la bonne humeur des hommes vous accompagneront sur la route.
Vous serez sans aucun doute touchés par la sincérité des gens, leur chaleur humaine et leur volonté de vous aider à tout moment.

Pensez à prendre des boules Quies pour la nuit car le niveau sonore est élevé :) Il y aura toujours quelque chose qui animera vos nuits : des hurlements de chiens, la sirène des trains, la circulation, les fêtes ... c’est la vie en Inde !

Bon voyage !

> Nathalie Nowik (37)

Lu 329 fois