logo abm blanc
0
Panier
Votre panier est vide.
FacebookTwitterFeed
       

Embarquement immédiat




Mais, qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Où vont-ils ? Petite typologie (à peine imaginaire) des passagers habituels des compagnies aériennes...



Les enfants accompagnés

Contrairement aux bambins qui voyagent avec leur écriteau précisant "enfant non accompagné" sous la surveillance d'une hôtesse bien trop intimidante pour qu'on oublie d'être sage, l'enfant accompagné est la terreur d'une cabine. Passé le premier réflexe de dire "envoyez-les jouer dehors", il faut bien se rendre à l'évidence de l'horreur d'une profonde nuit d'insomnie passée entre les braillements des nourrissons et les échos lancinants d'une chanson de Dorothée. On touche là quasiment aux limites de la résistance nerveuse humaine, sauf bien sur pour les parents qui trouvent charmante cette récréation aérienne ! Faute de faire voyager les enfants de plus de cinq kilos en soute avec les animaux de compagnie, les transporteurs envisageront peut-être un jour de réserver certains vols aux adultes comme c'est déjà le cas dans quelques hôtels...

Le dépressif

"En cas de dépressurisation, des masques à oxygène tomberont automatiquement du plafond". Le dépressif, lui, vous tombe dessus sans que l'on sache pourquoi. Et là, promiscuité oblige, il se répand en confidences. Entre Paris et Londres, le risque est assez faible. Mais un voyage vers les USA laissera par contre au compagnon de siège qui vous a élu comme ami du moment le loisir du vous compter en détails son divorce - voire ses divorces dans le cas d'un(e) ressortissant(e) américain(e) -, son CV professionnel depuis une quinzaine d'années, et la mort de son plus fidèle ami (un yorkshire répondant au doux nom de Lexomil). Si tout se passe bien, vous aurez peut-être aussi récolté l'adresse d'un bon psy. Mais évitez toutefois de laisser la vôtre et priez pour que le vol retour ne vous réunisse pas à nouveau !

Le "fritard"

Ce n'est pas qu'il émane de son gilet multipoche en goretex bardé de gadgets et accessoires pour son Canon Eos quelques relents trop persistants d'huile rance, mais pour vous coller grassement aux baskets il s'y entend. Contraction du frimeur et du routard, le fritard s'installe à côté de vous après avoir failli vous éborgner avec son sac photo blindé (il a déjà eu "un télé de 300 explosé par une balle perdue au début des années 80 au Nicaragua" et "ça voyage pas en soute; ils m'ont déjà paumé une Béta à 20 plaques"). Il pourrait sortir tout droit d'un roman s'il n'avait auparavant négocié un billet gratos avec l'attachée de presse de la compagnie "qu'à pas pu le surclasser en Business, la salope". En quelques minutes vous saurez que votre voisin qui a tout-vu-tout-fait n'est autre que Y., gourou du voyage sac au dos devenu avec le temps aussi redoutable qu'incontournable homme d'affaires dans l'édition du CD-Rom touristique...

Le gentil membre

Imaginez que vous voyagez sur un même vol avec un groupe de retour du Club. La chose est possible. Devinez qui de vous ou d'eux se conduira de la façon la plus franchouillarde, entassera ses raquettes de tennis, ses clubs de golf et d'énormes sacs pris en bagage à main "parce que ça va plus vite lors du débarquement" sur votre veste tout droit sortie du pressing ? On reconnaît aussi le gentil membre à ce que d'ailleurs il n'a pas remarqué que vous aviez remarqué la créature toujours bronzée, souvent blonde, et parfois remarquable, qui l'accompagne.

Le fumeur

Au choix : paria ou goujat. Bête traquée, il volera dans le premier cas dans les rangées non-fumeurs, nerveusement rongé par l'envie d'une cigarette de toute façon désormais proscrite sur bien des compagnies. Dans l'autre cas, on le verra aussi dans la zone non-fumeurs mais l'air beaucoup plus détendu. Il suffit d'observer son manège pour comprendre les raison de son bonheur : voyageant parmi les allergiques au tabac pour ne pas être incommodé par la fumée des autres, il se lève toutes les demi-heures pour aller s'en griller une au fond de la cabine, profitant d'une place libre pour enfumer un peu plus ceux qui n'ont pas eu ce bon sens.

L'ethnique

Aucune connotation raciste; il s'agit tout simplement de l'appellation appliquée par les compagnies aériennes aux ressortissants nationaux d'un pays qu'elles desservent. Dans l'absolu, on reconnaît facilement "l'ethnique" : il est plutôt Ivoirien entre Paris et Abidjan et Tunisien en direction de Tunis. Voyager en sa compagnie est souvent une bonne occasion de rapprochement conviviaux et parfois de franche rigolade, même si à l'occasion certains de ses us et coutumes peuvent dérouter. Mais au fait, si l'ethnique se reconnaissait aussi à ce qu'il gaudriole en français en pinçant les fesses des hôtesses entre Malaga et Orly un 30 août ?

Le businessman d'un jour

La veste largement ouverte sur une bedaine potelée et le teint aviné par le Muscadet ou le Ricard, il rentre d'un salon de producteur de viande de zébu laineux. A vrai dire c'est son seul voyage en avion de l'année et il compte bien en profiter jusqu'à la dernière goutte de champagne, de whisky et de Bordeaux généreusement servis par l'hôtesse de la classe Club. Et c'est dans le dernier souffle d'une haleine réchauffée par les 45 degrés d'un bon cognac qu'il vous contera la poésie d'une insémination artificielle et la beauté d'une chaîne d'abattage industriel avant de s'assoupir le nez sur votre épaule dans un concert de joyeux ronflements sonores.

La businesswoman d'une vie

Elle voyage aussi en classe Business, chausse sur un regard pervenche une délicate monture d'écaille et se plonge à corps perdu dans la lecture d'une série d'articles sur son power book. Malgré une volonté farouche de transparence au regard des autres passagers qui se traduit par une jupe-tailleur gris anthracite d'une longueur exactement bienséante, on ne peut s'empêcher de l'imaginer marcher sur une plage à peine vêtue. Attention : vous êtes sous le charme. Mais si la businesswoman intercontinentale comptabilise un certain nombre d'heures de vol, cette muse des Boeing n'est toutefois pas du genre à raconter sa vie - et sa solitude - au premier venu. Si vous arrivez à lui faire lever les yeux et à la faire sourire, un grand pas est fait. Alors vous aurez peut-être l'opportunité de partager la vie d'une de ces créatures trop absorbées par leur vie professionnelle et auxquelles seuls les voyages en avion donnent accès...


- D.B. -



Animaux

Lorsqu'ils ne pèsent pas plus de 5 kg, ils peuvent normalement rester en cabine transportés dans un panier (115 cm maxi de dimensions cumulées). Plus gros, ils voyagent en soute, sans risques ni problèmes, dans des boîtes conditionnées (de 60 à 90 € pour un animal moyen et environ 190 € pour un plus gros). Pour une plus grande tranquillité, il est conseillé de donner un calmant à l'animal avant de partir (durée moyenne de 6 à 10 heures). Toutefois, il faut savoir que chaque compagnie applique sa propre politique en la matière. Certaines n'acceptent aucun animal à bord en dehors des chiens d'aveugles, d'autres les limitent en cabine à deux par vol ou à un nombre défini en soute. L'état de santé de l'animal, l'absence de vaccinations ou de carnet, voire de tatouage, ou les réglementations spécifiques du pays d'accueil peuvent être également un motif de refus. Pour toutes ces raisons, il est donc préférable de contacter la compagnie au moment de sa réservation.
Quant au tarif, il est soit forfaitaire soit spécial. Dans d'autres cas l'animal est considéré comme un bagage et donc soumis aux réglementations habituelles dans ce domaine. Au contraire, il peut être aussi reconnu comme un excédent de bagages (même si le passager en est dépourvu) avec le surcoût que cela entraîne.
Même si souvent une demie heure minimum avant l'heure limite d'enregistrement est suffisante, il est parfois nécessaire de se présenter à l'aéroport jusqu'à quatre heures avant le décollage pour procéder aux formalités avec certaines compagnies.



Membres d'un Programme de Fidélisation

Après avoir voyagé avec une compagnie, on peut devenir membre de son Programme de Fidélisation et obtenir sa carte. Proposé par une compagnie, c'est un système permettant aux passagers empruntant ses lignes (ou celles de compagnies associées ou encore de chaînes d'hôtels ou de location de véhicules) d'accumuler des "kilomètres" afin de bénéficier ensuite de billets gratuits ou d'avantages divers.
Dans les gros aéroports, certains transporteurs disposent de salons privés avec boissons gratuites, ordinateurs, téléphones, TV, etc, réservés à leurs passagers "haut de gamme" mais aussi parfois aux membres de leurs Programmes. De la même manière ils bénéficient souvent d'enregistrements prioritaires à des guichets séparés.
Pour plus de détails sur ces programmes, cf. Frequent Flyer, un site complet sur le sujet.



Résidents étrangers

Exceptés ceux de l'Union Européenne qui bénéficient de la même législation que les ressortissants français, les autres doivent se soumettre à des formalités de sortie du territoire variables selon les situations ou le pays d'origine. En plus d'un passeport en cours de validité ils doivent notamment posséder un titre de séjour plus, pour certains, un visa préfectoral de sortie et retour (renseignements en Préfecture).
Vers leur pays d'origine les travailleurs étrangers et leur famille peuvent parfois bénéficier de tarifs réduits. A l'opposé, certains charters sont interdits aux nationaux.



Voyageurs avec bagages encombrants ou en excédent

Officiellement seuls les bagages "classiques" sont acceptés à l'enregistrement. Les objets volumineux, y compris les télés et les gros appareils ménagers, sont à expédier en bagages non accompagnés à des tarifs très variables selon le poids, le service demandé, les destinations, les compagnies, etc (comptez en moyenne de 3 à 8 € par kg). Sauf pour de petites quantités, ce système peut être plus économique que celui du supplément pratiqué pour les excédents de bagages. Renseignements auprès des agences ou des compagnies qui pour les plus importantes disposent souvent d'un service fret. Dans la pratique ces bagages sont à déposer plusieurs heures avant le départ.



Voyageurs avec véhicule

Autos et motos peuvent être transportées sur le même vol que leurs propriétaires lorsqu'il s'agit d'avions de grande capacité. Le nombre de véhicules étant toutefois souvent limité, il est conseillé de contacter le transporteur assez longtemps à l'avance.
Quant aux prix, ils varient grandement selon les destinations, les compagnies ou les véhicules. A titre d'information, sur les liaisons intérieures françaises, il en coûte en gros le plein tarif Eco. d'un passager en aller simple.



Voyageurs avec vélo, surf, ski, équipements de golf, de plongée, etc

Ce sont des bagages qui par leur volume sont considérés par les compagnies comme à part et de fait disposent d'une tarification spéciale même si la franchise bagages du voyageur n'est pas atteinte. Certains comme les vélos doivent théoriquement disposer d'un emballage spécial. Le montant du supplément à acquitter est très variable (se renseigner avant). Toutefois quelques compagnies (comme autrefois Philippines Airlines) offrent parfois la gratuité des équipements de plongée ou de golf à destination de leur pays.



Voyageurs sans bagages ou effectuant l'aller-retour dans la journée

Concerne avant tout les voyages professionnels. Des dispositions commencent à être prises par certaines compagnies sur leurs vols courts/moyens-courrier. Par exemple Air France propose à ses passagers munis d'un ou deux bagages à main et de leur billet de s'enregistrer par téléphone, fax, web ou aux automates des aéroports. Ils ont aussi la possibilité de retirer leur carte d'embarquement jusqu'à 30 minutes avant le décollage aux comptoirs des aéroports de Roissy ou d'Orly. Quant à ceux effectuant l'aller-retour dans la journée, ils peuvent même obtenir avant le départ leur carte d'accès à bord pour le vol retour.



Grossesse

Chaque compagnie propose sa propre réglementation en la matière. Mais, généralement, il n'est plus accepté à bord les femmes enceintes au delà du 7ème mois. Pour un voyage débutant avant cette période mais se terminant après, on peut toujours essayer d'obtenir une dérogation par l'intermédiaire de son médecin. Très souvent, on peut bénéficier d'un embarquement prioritaire.



Bébés

Au niveau aérien, il s'agit des enfants de moins de 2 ans. Ils n'occupent pas de siège et doivent être accompagnés (au maximum 2 bébés par accompagnateur). Ils bénéficient avec la plupart des compagnies de 90% de réduction.
Si l'on en fait la demande à la réservation, on peut généralement obtenir un berceau de la compagnie. Pour le reste autant prévoir ou se renseigner avant, car selon les destinations ou les transporteurs les biberons et autres plateaux repas ne sont pas toujours disponibles. Les bébés n'ont pas droit à la franchise bagages. Par contre, ils bénéficient d'un embarquement prioritaire.



Enfants accompagnés

De deux à douze ans (date anniversaire). Un embarquement prioritaire et 50 % de réduction chez certains transporteurs aussi bien que pas de réductions du tout notamment sur presque tous les charters (hormis vers les Dom-Tom où la Loi l'exige).



Enfants voyageant seuls

De quatre (ou six ans selon les compagnies) à douze ans les enfants non accompagnés peuvent être pris en charge gratuitement par le personnel de la compagnie dès l'enregistrement. Les plus jeunes doivent par contre obligatoirement voyager avec un passager de plus de quinze ans; en cas d'impossibilité c'est alors le personnel de la compagnie qui les prendra en charge moyennant une tarification spéciale. Quant aux plus de douze ans, les transporteurs n'assument plus leur responsabilité juridique. Les enfants seuls ou accompagnés sont prioritaires à l'embarquement.
En charters, certains voyagistes n'acceptent pas d'enfants de moins de quinze ans non accompagnés.



Forte corpulence

Les sièges d'avion ne sont généralement pas très larges. De fait, les compagnies ou les voyagistes peuvent faire payer double place aux passagers devant occuper deux sièges (sauf sur le réseau national avec les compagnies françaises où la Loi l'interdit).



Fumeurs

Désormais quasiment tous les vols dans le monde sont non-fumeurs, tout comme d'ailleurs nombre d'aéroports qui au mieux disposent d'espaces fumeurs spécifiques.



Handicaps et mobilité réduite

Des dispositions particulières existent. Dans les aéroports des accès et des équipements spéciaux (stationnement, bornes d'appel, etc) sont généralement prévus, de même qu'une assistance gratuite et obligatoire, plus un embarquement prioritaire (proposé également aux personnes âgées).
Pour connaître et bénéficier de ces services il faut prévenir préalablement sa compagnie et/ou l'aéroport. Mieux vaut également se présenter à l'enregistrement une bonne heure avant la limite.
Au niveau tarifaire, des réductions sont parfois prévues par les transporteurs entre autres sur le réseau français. Elles s'appliquent aux personnes disposant notamment d'une carte d'invalidité et à l'occasion aussi à une personne les accompagnant. Les fauteuils roulants personnels sont généralement embarqués sans surtaxes.
A signaler que, essentiellement sur Paris, l'association Les Compagnons du Voyage propose un service (payant) d'accompagnement domicile-aéroport.



Malades, accidentés

Ou personnes dont l'état peut nécessiter des soins en cours de vol. Ils doivent être obligatoirement accompagnées par un personnel soignant. Ils sont admis sous certaines conditions et après acceptation du médecin de la compagnie. Ils peuvent être pris en charge par la compagnie moyennant finances. Un service médical d'urgence existe dans la plupart des aéroports.



Régimes alimentaires spéciaux

Les personnes nécessitant ou souhaitant des repas spéciaux peuvent les obtenir (rarement en charter) sur demande à la réservation ou généralement 24 ou 48 heures avant le départ. Selon les compagnies, les destinations et le choix ils sont plus ou moins gratuits et l'on peut obtenir des repas enfants, végétariens, diététiques, casher, musulmans, hindous, sans sel, sans sucre, etc. Parfois jusqu'à une quinzaine de menus différents...







Une fois à l'aéroport, la première chose est de se faire enregistrer au comptoir de la compagnie. C'est l'opération qui consiste sur présentation du billet (ou de son ticket électronique) et de sa pièce d'identité à faire valider son passage et le dépôt des bagages en soute.
Si vous êtes déjà en possession de votre billet (vols réguliers) vous pouvez aller directement au comptoir du transporteur. Par contre, pour les vols charters, on ne dispose souvent que d'une convocation et avant de se présenter à la compagnie, il est nécessaire de se rendre d'abord au comptoir du voyagiste où l'on vous remettra votre titre de transport.



Le choix du siège

Il s'effectue aussi au moment de l'enregistrement. Toutes les places d'un avion ne présentant pas les mêmes caractéristiques, autant choisir au mieux selon ses envies et le confort que l'on recherche.



L'enregistrement des bagages

C'est l'autre phase de l'enregistrement. Il faut dissocier les bagages cabine et les bagages en soute.

En soute

- En classe Eco. :
Si pendant longtemps le poids de bagages autorisé en soute était assez uniforme, les choses ont désormais quelque peu changé. Et si la franchise tourne toujours aux alentours de 20 kg par personne en classe Eco., nombre de compagnies ont désormais instauré leurs propres règles en la matière.
Ainsi s'il est encore généralement autorisé 20 kg sur la plupart des vols réguliers, en charters et de plus en plus sur les "low-cost" cette franchise se situe à 18, voire 15 kg. Quant aux bébés, le poids autorisé pour leurs bagages est encore moindre.
A signaler aussi que maintenant certaines compagnies "à bas coûts" comme Ryanair et Easyjet n'hésitent pas à faire payer les bagages en soute, y compris dans la limite de la franchise, et ce quels que soient leurs poids (de 3 à 7,5 € par bagage) ! Faut bien gagner des sous comme on peut...

- Autres classes, Amérique du Nord. :
Logiquement en Première Classe ou Business la franchise bagage est supérieure; généralement jusqu'à 30 ou 40 kg d'acceptés. A savoir aussi qu'une carte de fidélité de la compagnie peut donner droit sous condition à un supplément de franchise sur les vols de celle-ci, et ce quelle que soit la classe dans laquelle on voyage.
Quant à la plupart des compagnies nord-américaines (ou parfois sur les vols transatlantiques), elles proposent un autre système basé sur le nombre de bagages et non le poids.

- Contenu :
Les bagages en soute étant soumis à rude épreuve, autant préférer des structures rigides et dans tous les cas éviter d'y laisser des objets fragiles ou des liquides. Il est également préférable de toujours garder avec soi ses médicaments, objets de valeur, documents, papiers importants et autres choses indispensables et cela afin d'éviter des déconvenues évidentes en cas de perte ou de retard de ses bagages.

Bagages cabine

Là aussi les choses ont tendance à changer, aussi bien pour des raisons de sûreté que par soucis de plus de rentabilité pour les transporteurs.
De façon générale, les dimensions cumulées d'un bagage cabine ne doivent pas dépasser les 115 cm (ex : 50 x 30 x 25 cm) pour assez souvent un seul bagage autorisé en Eco. placé sous la responsabilité de son propriétaire.
Mais comme pour les effets en soute, la réglementation peut changer d'une compagnie à une autre. Ne serait-ce déjà qu'au niveau du poids autorisé pour le bagage; de 5 à 182 kg selon les transporteurs, classes, vols, etc.
- Objets interdits en cabine :
Sécurité, sûreté plus désormais une bonne dose de parano font que nombre de choses ne sont désormais plus autorisés en cabine (et aussi en soute pour certains). Au delà des produits inflammables ou dangereux, ce sont aussi maintenant entre autres les lames de rasoirs, briquets et même liquides en dessus d'une certaines contenance qui ne sont plus autorisés.
Dans tous les cas, lors des procédures d'enregistrement/embarquement tout objet interdit sera confisqué ou, au mieux, sera demandé à être placé en soute.

En cas de dépassement

Pour ce qui est des bagages cabine tout ce qui est hors normes est automatiquement considéré de fait comme bagage en soute. Leur nombre et poids venant s'ajouter à ce que l'on a déjà prévu de placer en soute.
Pour ce qui est des bagages en soute, tout kilo en sus est facturé à des tarifs très variables selon les compagnies, type de vol, classe. De 4 ou 5 € à 10 € et même plus selon les cas.

Bagages spéciaux

Entre autres équipement de golf, ski, pêche, planche de surf, vélo, etc. Tous ces bagages disposent généralement d'une réglementation et tarification spécifiques chez les compagnies. A voir auprès de celles-ci. En attendant, il est évidemment plus que conseillé de se renseigner avant et non sur place au moment du départ...

Tolérance

Si en manière de sécurité elle n'existe en principe pas (heureusement), pour ce qui est des franchises autorisés c'est encore tout à fait variable. Certaines compagnies ou personnels seront plus coulants que d'autres; le tout étant alors de tomber sur le bon numéro.

Comment s'y retrouver ?

Vu désormais les différences, le mieux est de bien se renseigner avant auprès de l'agence (réelle ou virtuelle) chez qui on achète son billet et surtout directement auprès de la compagnie (en direct ou via leurs sites).

Etiquetage

Etiqueter ses affaires est indispensable, ne serait-ce déjà qu'en cas de perte de celles-ci. Par précaution, on peut utiliser deux étiquettes avec ses coordonnées, l'une à l'intérieur et l'autre à l'extérieur de chaque bagage. A l'aller, on peut aussi mentionner l'adresse de son hôtel si on le connaît. En cas de problèmes, cela permettra au personnel de l'aéroport d'arrivée de savoir au moins où vous joindre sur place et d'éviter que vos bagages repartent directement en France.
Lors de l'enregistrement, un coupon vous est remis permettant de justifier la propriété de vos affaires au moment de la livraison.
Ultime précision, au départ comme au retour, n'acceptez jamais de bagages de personnes inconnues.



La taxe d'aéroport

C'est un droit perçu par les aéroports. Son montant est très variable selon les pays ou les compagnies et peut parfois dépasser les 60 € comme pour les Etats-Unis. Elle est à acquitter au moment de l'enregistrement en dollars US, en Euros ou en monnaie locale. Dans certains cas (charters, Union Européenne) ou avec certains transporteurs la taxe est déjà comprise dans le prix du billet.



La carte d'embarquement

Appelée aussi carte d'accès à bord ou "boarding pass". C'est le document qui est remis une fois les formalités d'enregistrement terminées. Il y est rappelé votre nom, le numéro de vol, la destination, plus le numéro de la porte d'embarquement et l'heure limite d'embarquement ainsi que votre numéro de siège à bord.






Après l'enregistrement on doit se diriger vers la salle d'embarquement dont le numéro figure sur la carte du même nom. Il faut alors passer les contrôles (douane, sûreté) muni de celle-ci et des documents de voyage nécessaires.
Pour les vols internationaux, on peut également faire ses achats hors taxes avant d'accéder à la salle d'embarquement et monter à bord de l'appareil. Toutes ces zones sont interdites au public et réservées aux seuls passagers qui embarquent ou débarquent.



Douanes

Franchises

Pour les déplacements au sein de l'Union Européenne il est possible de faire entrer ou sortir pour ses besoins personnels des biens et marchandises sans limitation de quantités ou de valeurs et sans formalités spécifiques aux frontières intra-communautaires. Toutefois, certains produits (notamment les alcools et tabacs) sont encore soumis à des réglementations spécifiques. De plus, l'entrée ou la sortie sur le territoire de sommes ou de valeurs supérieures à 7 500 € doit être également déclarée aux douanes.
Pour les autres pays, toute marchandise est soumise au droit de douane avec quand même une franchise sur laquelle il n'y a rien à payer. Pour les personnes de plus de 17 ans il est ainsi autorisé : 2 L de vin et soit 1 L d'alcool de plus de 22 degrés soit 2 L d'alcool de moins de 22 degrés; 200 cigarettes, 50 cigares ou 250 g de tabac; 50 g de parfum; 1/4 de L d'eau de toilette; 500 g de café; 100 g de thé. Pour les autres marchandises, il n'y a pas de droits pour une valeur globale inférieure à 180 € pour les plus de 15 ans et 90 € pour les plus jeunes. A signaler que ces sommes ne sont pas cumulables par plusieurs personnes pour un seul et même objet. Donc, tout objet dont la valeur est supérieure à la franchise sera à déclarer et l'on devra acquitter les droits et taxes sur la valeur totale, sans aucun abattement.
Afin d'éviter les problèmes, mieux vaut également emporter avec soi les factures ou justificatifs de son matériel photo/vidéo/son ainsi que de ses bijoux de valeur.

Contrefaçon

Avec la Loi du 5.02.94 la contrefaçon est maintenant un délit. On peut donc être arrêté aux douanes pour recel dès lors que l'on a acheté un (et un seul) faux dans n'importe quel pays, quel qu'en soit sa valeur, y compris pour son usage personnel. Outre la confiscation immédiate de la contrefaçon, on peut être également condamné à payer une amende calculée en fonction du prix moyen du produit copié. En plus de cela, une procédure judiciaire pouvant déboucher sur 3 ans de prison peut être engagée.



Ventes hors taxes

Elles sont proposées dans les boutiques hors taxes, ou duty free shops, de la zone sous douane. Elles sont réservées aux seuls passagers en partance pour l'étranger ou un Territoire d'Outre-Mer (et pas les Dom). A cet effet, on vous demandera votre carte d'embarquement pour vérifier votre destination au moment des paiements aux caisses. A signaler que depuis 1999 il n'y a plus de duty autorisés pour les vols intra-européens, même s'il existe cependant parfois encore des tarifs préférentiels dans certains aéroports
Selon les pays, les aéroports ou les produits, l'intérêt est très variable et l'on ne fait pas que des bonnes affaires (Amsterdam et surtout Dubaï sont réputés pour leur duty). Ne pas oublier non plus que dans beaucoup de pays les tarifs ne sont pas calculés en monnaie locale, mais au contraire en devises fortes, ce qui selon les taux de change ne rend pas toujours les prix intéressants.
Par la suite, on peut également effectuer ses achats hors taxes à bord des avions sur les vols internationaux, à destination des Territoires d'Outre-Mer, mais aussi des Départements d'Outre Mer. Comme aux aéroports, l'intérêt et le choix sont grandement variables même si souvent les prix sont inférieurs à ceux pratiqués par les boutiques des aérogares (pas de loyers, de frais de personnel, etc).



Salle d'embarquement

C'est là où a lieu la dernière phase. Au moment d'embarquer on doit présenter sa carte d'accès à bord (où est indiqué le numéro de la salle) et de parfois une pièce d'identité au personnel de la compagnie. L'embarquement peut se faire par catégories de passagers (Affaires, Eco) et/ou selon la référence figurant sur la carte d'embarquement (ceux située dans les rangées du fond embarquent en premiers). Certains passagers sont également prioritaires (bébés, handicapés, etc).



A bord

Le numéro de siège est mentionné sur la carte d'embarquement. Selon les compagnies, les vols et la classe dans laquelle on voyage seront proposées gratuitement à bord diverses prestations : repas, boissons, journaux, etc.
Toutefois, en classe Economique et surtout en charter, certaines choses telles que les boissons alcoolisées ou les écouteurs peuvent parfois être payantes. Idem avec les transporteurs "à bas prix" chez lesquels tout est payant à bord. Sur ce dernier point, il faut signaler aussi que de plus en plus de compagnies régulières appliquent désormais ce même principe sur tous leurs vols courts-courrier.
Enfin, on peut également bénéficier pour la plupart des liaisons internationales, hors charters, de repas spéciaux (végétariens, etc) si l'on en fait la demande lors de la réservation ou au plus tard 24 heures avant le départ.







→ Cf. aussi rubrique "Aéroports"



Aérogares

Le nom de l'aéroport de même que parfois l'aérogare de départ sont mentionnés sur le billet et sur les autres documents de voyage. Les guides horaires disponibles aux aéroports comportent généralement un descriptif des aérogares, des services et équipements, plus tout un tas d'informations fort utiles.



Stationnement

Pour ce qui est du stationnement chaque aéroport dispose bien sûr de plusieurs parkings. Mais il faut savoir que selon le type (courte, moyenne, longue durée), les services (gardés ou non, couverts ou pas), ou l'emplacement, les coûts pour un temps identique de stationnement ne sont pas les mêmes. Par exemple une journée à Orly reviendra à 10, 12 ou 18,50 € selon les parcs. Donc autant comparer, sans oublier que les parkings les plus éloignés sont toujours reliés aux aérogares par des navettes gratuites.



Zones et terminaux

Différentes zones existent à l'intérieur d'un aéroport : la "zone des départs" où s'effectuent les formalités d'enregistrement, la "zone réservée" accessible uniquement aux passagers embarquant ou débarquant et qui inclue la "zone sous douane" où se situent les boutiques hors taxes et les salles d'embarquement, la "zone de livraison des bagages", puis bien sûr la "zone des arrivées" où peuvent attendre les personnes venues accueillir des passagers.
Selon leur taille ou leur importance, certains aéroports disposent de plusieurs terminaux affectés chacun à diverses compagnies ou à diverses destinations.
Bien entendu, les aéroports sont soumis à de nombreuses règles de sûreté concernant notamment la prévention des actes terroristes. Ainsi le contrôle des bagages est effectué avant l'arrivée en salle d'embarquement. Tous les bagages à main doivent passer dans une appareil de contrôle électronique (pas de risques pour les appareils photos et autres ordinateurs); leur contenu étant visualisé sur écran. Chaque passager doit également passer sous un portique de détection.
Quant aux bagages laissés sans surveillance ou abandonnés, ils peuvent à tout moment être détruits, sans possibilités d'indemnisations pour leurs propriétaires.



Choix de l'aéroport

Trop souvent négligé, le choix (lorsqu'il est possible) de l'aéroport de départ et d'arrivée d'un vol, ainsi que les contraintes et coûts supplémentaires en découlant, doit être considéré comme un critère de sélection à l'achat de son billet au même titre que le prix de celui-ci.
De plus chaque aéroport accueille des compagnies déterminées comme cela est la cas à Paris avec Orly et Roissy (et même Beauvais). Donc, pour faire des économies, on a intérêt à choisir le vol qui décolle le plus près de chez soi (ou de son lieu d'arrivée dans la ville). Par exemple, lorsqu'un départ de province nécessite un transit par Paris, on atterrit très souvent à Orly. De fait, une connexion au départ de ce même aéroport sera toujours préférable à un transfert sur Roissy. Outre le gain d'une heure, on économisera en plus aux alentours de 20 €.
De la même manière, l'aéroport d'arrivée peut lui aussi être différent selon les vols (c'est le cas notamment pour Londres, Milan, New York...). Là aussi autant choisir celui qui correspond le mieux à la suite de son programme.



Derniers adhérents en ligne

frharivel   mgommeaux   hemadelaine   jprabonneau   jpmeoc   ocfauvet   sabonbois   flabarre   cdemange   odgaillac   gcorsaletti   phlautridou   cgeorgel   andecron   opaugam  
Copyright © 2017 Aventure du Bout du Monde - Le site de vos voyages - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public