FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
lundi, 06 mai 2019 09:20

Sulawesi : Célébration funéraire en pays Toraja

Nous allons participer à une cérémonie funéraire dans les montagnes du pays Toraja, sur l’île des Célèbes.

Il s’agit d’honorer un mort en organisant une fête très importante dans la culture toraja, parfois plus d’un an ou deux après le décès de la personne.

En effet, il faut beaucoup de temps et d’économies, stocker le riz dans les greniers à céréales avant de pouvoir nourrir de riz et de viande les membres de la famille qui viennent du pays tout entier. Pendant presque une semaine, les repas et les célébrations s’enchaînent.

Le cercueil est installé sur une sorte de palanquin qui fera l’objet de déplacements au cours de danses et de simulations de luttes, puis au bout de la semaine de festivité il sera transporté jusqu’à sa demeure définitive : une falaise ou un tombeau construit. Mais avant cette cérémonie, le corps est conservé chez lui, embaumé, et traité comme si la personne était encore vivante.

 Ces fêtes de famille sont une tradition au cours de laquelle les visiteurs étrangers sont les bienvenus sans invitation particulière. Mais cela n'a rien d'un folklore touristique, c'est une tradition extrêmement respectée.

Nous avons choisi une cérémonie annoncée dans le village de Palawa à une vingtaine de kilomètres de Rantépao. La coutume veut qu’un présent soit remis à la famille. Avant de partir nous achetons donc 1 kg de sucre et 4 paquets de cigarettes en guise de cadeaux. Nous prenons un bémo (minibus) jusqu’à la station de Bolu puis trouvons un véhicule pour Palawa. Le village est constitué de plusieurs hameaux de maisons traditionnelles ; chaque hameau correspond à une famille ou un clan. A notre arrivée, de nombreuses personnes s’agitent pour préparer la fête. On nous invite à nous rapprocher d’un homme habillé de blanc, micro en main. C’est le chef du village qui annonce les arrivants, énumère les cadeaux apportés. Il nous présente à la famille de la défunte (une mamie de 90 ans a priori car personne n’est vraiment certain de son âge, morte il y a 2 ans) et les petits-fils nous remercient pour les présents. Le papi veuf quant à lui, voudrait bien récupérer les cigarettes mais il semble que cela lui soit interdit et il n’est pas très content de ne pas y avoir droit. On nous montre le cercueil immense puis on nous dirige vers une sorte de plateforme en bois, construite pour l’occasion et numérotée car il y en a beaucoup et les invités y sont répartis en fonction de leur proximité avec la famille. En tant qu'étrangers, nous avons une place de choix. Sur cette plateforme, on s’assoie déchaussé, on nous offre un café. On observe les préparatifs de la fête, c’est le 2ème jour, (le 1er était réservé aux combats de coqs et buffles), consacré aux élaborations de plats pour nourrir tous les invités durant 5 jours.

Devant nous des dizaines de cochons sont attachés vivants sur des branches de bananiers puis tués, dépecés. Les morceaux de porc, avec la peau, sont mis dans l’eau bouillante avec herbes et légumes dans d’immenses contenants qui sont sur des feux sur le sol. Le tout mijote puis est transvasé dans des plats qui seront distribués sur les plateformes où nous sommes assis. Avant le repas, tout le monde se recueille, une prière est faite au micro en l’honneur de la défunte. Les enfants jouent avec nous et nous apprennent à compter en indonésien. Puis vient l’heure du repas, des enveloppes en papier kraft servent d’assiettes et au milieu de chaque plateforme sont déposés un plat de cochon et une bassine en plastique remplie de riz. Les locaux avec qui nous partageons la plateforme se jettent sur le plat de viande an de prendre le peu de maigre qu’il y a, car les morceaux sont pour la plupart uniquement du gras du cochon cuit dans l’eau. On se rattrape sur le riz ce qui fait rire nos voisins les petits vieux. On goûte aussi l'alcool de palme, appelé tuak. Ce n'est pas très fort mais il faut rester prudent.

Après le repas, c'est le moment du portage du cercueil sur un palanquin jusqu'à l'étage d’une habitation, ce qui amuse petits et grands car les jeunes font un simulacre de lutte en riant et en poussant des cris. Certains poussent et d'autres retiennent le cercueil puis finalement il est déposé sur son drapé de décorations traditionnelles.

Après cela deux buffles sont amenés devant les participants pour être poignardés, vider de leur sang et leurs tripes. Ce n’est pas vraiment un spectacle agréable, les bêtes hurlent et se débattent. Les bons morceaux sont mis de côté et offerts aux personnes importantes dans la communauté et aux anciens. Le buffle est un animal très prisé dans la culture indonésienne, également symbole de richesse. On peut connaitre le statut social d’une famille au nombre de buffles tués (plus de 24 bêtes, la famille est très riche). La famille qui nous reçoit est de la classe moyenne (de 12 à 23 buffles seront tués durant la semaine de cérémonie).

 Nous continuons à jouer avec les enfants puis un peu secoués par la vision des bêtes entièrement dépecées, nous prenons congés après avoir salué le chef du village et les vieux avec qui nous partagions la plateforme et le repas.

Touchés par cette découverte culturelle, nous quittons le village et commençons à repartir à pied pour Rantépao espérant trouver un véhicule car il fait très chaud. Beaucoup de motos nous dépassent. Finalement c’est un camion de chantier à la benne vide que nous stoppons et qui accepte de nous conduire. Nous filons donc au travers de merveilleux paysages de rizières et de villages traditionnels.

Texte et photo : Carole Guyon (26)

 

Lu 105 fois

Derniers adhérents en ligne

cadervin   macottereau   marouleau   fapozza   pmartin   cecharpentier   adhabm   elsolirenne   jprabonneau   jlauze   parouiller   mablanchard   jldayot   opaugam   rorouleau  
Copyright © 2019 Aventure du Bout du Monde - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public