FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
mercredi, 03 juillet 2019 19:08

Sur le chemin de Compostelle

« Le Chemin transforme, purifie, ouvre et libère… »

J’ai parcouru le Chemin de Compostelle de Paris jusqu’à Santiago en 5 saisons.

1 800Km en 75 jours

VEZELAY-NEVERS-GARGILESSE-SAINTE FOY LA GRANDE-BURGOS-SANTIAGO

SAISON 1 : VEZELAY – NEVERS                                         110 KM                              17 au 25 septembre 2013

SAISON 2 : NEVERS – GARGILESSE                                 200 KM                               30 avril au 10 mai 2014

SAISON 3 : GARGILESSE – PORT SAINTE-FOY              350 KM                               9 au 27 septembre 2014

SAISON 4 : PORT SAINTE-FOY – BURGOS                     600 KM                               30 avril au 25 mai 2015

SAISON 5 : BURGOS – SANTIAGO                                   500 KM                               9 au 31 octobre 2015

Depuis, je l’ai complété par

  • le chemin PARIS-SENS-VEZELAY en avril 2018
  • le chemin VEZELAY-LA CHARITE SUR LOIRE-BOURGES-GARGILESSE en avril 2019

Il y a 5 bonnes raisons de faire le Chemin de Compostelle :

  • Une parenthèse dans sa vie: réapprendre la notion du temps, écouter, sentir, aller à son rythme, réfléchir, se retrouver
  • De belles rencontres: le Chemin est un lieu de partage. Lieu de rencontre aussi avec soi-même
  • Des paysages à couper le souffle: les paysages sont variés
  • Ca coûte moins cher qu’on le pense: donativo, gîtes pèlerins
  • C’est bon pour la santé: la marche permet de mieux connaître les limites de son corps, de se sentir en harmonie avec son esprit

> CONSEILS PRATIQUES

SE PREPARER :

1 – Quel chemin choisir ?

Les chemins ne sont pas équivalents en termes de difficultés : étapes plus ou moins longues, dénivelés, infrastructures d’hébergements

      EN FRANCE, 4 chemins principaux :

  • La voie du PUY EN VELAY: 732 km jusqu’à la frontière espagnole

 Beauté de ses paysages et des villes, bien pourvue en hébergements mais la voie la plus fréquentée 90% des pèlerins partent du Puy. Possibilité de portage du sac

  • La voie de VEZELAY : 900 km jusqu’à la frontière espagnole

2 possibilités depuis VEZELAY : la voie de NEVERS ou la voie de BOURGES

Cathédrales et abbayes parmi les plus célèbres de France mais difficultés d’hébergement et pas de portage du sac

  • La voie de TOURS : 667 km jusqu’à la frontière espagnole

Passe par POITIERS et BORDEAUX 

La voie la plus ancienne et aujourd’hui la moins fréquentée.

Appréciée par la profusion de ses sites jacquaires et églises romanes.

Son faible relief et ses sentiers goudronnés la rendent particulièrement adaptée aux cyclistes mais pas aux marcheurs.

  • La voie d’ARLES : 769 km jusqu’à la frontière espagnole

On franchit les Pyrénées au col du SOMPORT on poursuit en Espagne par le CAMINO ARAGONES jusqu’à Puenta de la Reina où on retrouve le CAMINO FRANCES .

Passe par Toulouse, prolongeait les chemins arrivant d’Italie.

Variété des sites historiques (vestiges de l’Antiquité romaine ; cités, monastères, églises romanes, châteaux et fiefs du pays cathare) des paysages (plaines, montagnes, vallons)

Cette variété de reliefs peut présenter des difficultés pour le marcheur. FORTS DENIVELES.

EN ESPAGNE, 2 routes principales :

  • Le CAMINO FRANCES : 791 km de Saint-Jean-Pied-de-Port à Santiago

Chemin des origines. Le plus célèbre.

Bien balisée, beaucoup d’hébergements, on rencontre bcp de pèlerins venus du monde entier. Tout le monde chemine dans une ambiance sympathique.

A éviter pendant la haute saison.

  • Le CAMINO DEL NORTE : 876 km de Bayonne à Santiago

Encore peu fréquentée, belle et sauvage.

Etapes longues avec forts dénivelés.

Peu d’hébergements même si cela s’améliore

                2 interrogations pour orienter son choix :

  • Quel est le chemin le plus proche géographiquement ou sentimentalement ?
  • Quels sont les degrés de difficultés acceptables pour vous ? (physique, organisation, dénivelés, longueur des étapes…) ?

2 – Quand partir?

Personnellement, je préfère le printemps et l’automne. Même si les jours peuvent être frais et moins longs, mais la nature y est superbe et il y a moins de monde sur les chemins.

En été,  la chaleur rend la marche difficile et il y a affluence sur certaines voies.

En hiver, les refuges pèlerins ferment souvent vers le 31 octobre jusqu’au début avril. La traversée des zones montagneuses dangereuses voire impraticables.

3 – Combien de temps partir ?

      Tout dépend de votre envie, de votre temps disponible et de votre état de santé.

Se donner la liberté de marcher plus lentement car une rencontre, un événement un lieu peut vous donner envie de ralentir notre marche.

Sans compter, les ampoules, une tendinite ou autres blessures peuvent vous amener à faire une pause.

Partir une semaine est à déconseiller, car le corps met une semaine à s’habituer à l’effort d’une marche journalière soutenue.

Interrogations pour orienter son choix :

Marcher le Chemin d’une traite?

Marcher le Chemin en plusieurs fois ?

4 – Le choix des étapes

J’ai commencé par des étapes de 15 à 20 km pour tester mon endurance physique et psychologique marchant seule sur la voie de Vézelay par Nevers qui n’est pas fréquentée.

Ensuite, j’ai pu faire des étapes de 25 à 35 km car il n’y avait pas d’hébergements.

Pour moi, l’idéal faire des étapes entre 20 et 25 km marquées régulièrement par des pauses.

Le découpage des étapes est avant tout des espaces de liberté. Il est à adapter en fonction de vos capacités physiques, de votre imagination et de vos désirs, de la disponibilité d’un hébergement pour le soir

5  – Avec qui partir ?

  • Seul
  • En couple
  • En groupe

Personnellement, j’ai marché seule. C’est une expérience formidable, immersion totale dans l’expérience du Chemin et ses transformations.

La solitude n’est pas à craindre, on passe rarement la journée sans papoter. Et sinon, il y a nos amies les vaches….

6  –  S’entraîner ?

        « Qui fait le malin tombe dans le ravin » dit l’adage

        Peut-être adapté en

« Qui fait le malin s’effondre sur le Chemin »

 

Personnellement, 2 mois avant de partir, j’ai commencé à marcher régulièrement entre 10 et 15km afin de tester mon endurance et ma capacité à marcher seule dans la nature.    

S’EQUIPER :

  • – Le sac à dos

    Nécessité de choisir un sac à dos adapté à sa morphologie.

    50L maxi

    Il existe des sacs sans armature pesant moins d’1Kg

   C’est le cas du mien moins de 800g avec sons sursac: WILSA RAID 38

> Chantal Martignon (91)

      

  • – Le juste poids du sac

     Un bon  sac à dos est sensé représenter 1/7 de son poids. Cela exige un tri drastique.

            Votre sac à dos doit contenir le minimum cad ce dont vous avez absolument besoin.

    Sa constitution va exiger de nombreux sacrifices pour atteindre le dépouillement et la légèreté que le     Chemin exige de vous

  

Pour atteindre cet objectif de dépouillement, j’ai créé sur EXCEL un tableau détaillant la nature et le poids des indispensables pour le Chemin.

Quelques astuces : échantillons de dentifrice, de crème… à demander à son pharmacien

Ne pas oublier le poids de l’eau et du ravitaillement

  • – Les chaussures et chaussettes

    Il est fondamental d’investir dans une paire de chaussures confortable adaptée à votre pied.

   Les miennes : LOWA Renegade à tige haute

   La chaussure du soi pour délasser les pieds : tongs ou sandales

   Mon option : les tongs

   Naturellement, les chaussures et chaussettes doivent être éprouvées avant de partir.

  • – Les bâtons

  Pour 2 bâtons c’est l’idéal, pour les descentes mais aussi pour les grimpettes.

 Les miens des LEKI télescopiques. Ils trouvent facilement leur place sur le sac à dos.

   

  • – Les documents
  • Le crédencial délivré par les associations ou la créanciale délivré par l’église. Permet :
  • d’accéder aux gites réservés aux pèlerins (indispensable en Espagne)
  • de récolter à chaque étape un tampon et l’indication de la date de votre passage. Ces tampons témoignent de votre itinéraire vous permettront d’obtenir la COMPOSTELA à votre arrivée à Santiago
  • Carte d’identité ou passeport
  • Un guide
  • Miam miam dodo
  • Rother
  • Les itinéraires détaillés et balisés par les associations

                       Documents à protéger dans une pochette plastique

S’ORIENTER ET CHEMINER

  • – Le balisage et la signalétique

   Le Chemin de Compostelle est reconnu « Grand Itinéraire Culturel » par le Conseil de l’Europe. A ce  titre, une identité visuelle avec un logotype spécifique a été conçue en vue de signaler le chemin.

Toutefois, sur le terrain ce marquage n’est pas mis en place de façon systématique. Certains chemins empruntent des sentiers de Grande Randonnée (GR) balisage blanc et rouge.

 

  • – Trouver son rythme

Certains pèlerins aiment marcher en prenant leur temps, aiment profiter du paysage, des haltes, des personnes qu’ils rencontrent. D’autres aiment se dépêcher, marcher vite, tester l’endurance et la résistance de leur corps.

Le rythme de marche correspond à un état mental et émotionnel. Il est profondément corrélé à la vision que l’on a de soi-même, au rapport au temps et aux autres.

Plus on chemine et plus on apprend à trouver son propre rythme.

Marcher sans urgence.

PROFITEZ DE VOTRE CHEMIN. PRENEZ LE TEMPS

  • – Les 3 premiers jours : l’épreuve du feu

Les plus difficiles du Chemin. Si vous y survivez vous serez sûrement capable d’aller jusqu’au bout.

Il faut une semaine pour que le corps trouve son rythme.

SE LOGER :

      Selon l’itinéraire choisi, le nombre, le type, la qualité et le tarif des hébergements varient.  Les chemins                 très fréquentés tels que celui du Puy en Velay ou le Camino Frances disposent de gites d’étape, refuges                 adaptés aux pèlerins.

      Pour les autres, il est nécessaire de jongler entre différentes possibilités d’hébergements : accueil pèlerin                 à domicile, chambres d’hôtes, hôtels, campings, accueils spirituels (monastère, couvent, presbytère)

      Le budget est variable en fonction de l’itinéraire choisi, du standing recherché, de vos moyens, de la      durée de pérégrination… De façon générale, le budget nécessaire s’avère plus élevé en France qu’en Espagne.

    Combien ça coûte :

  • Le prix d’une nuitée en gîte varie de 10 à 30 euros en France. En Espagne entre 10 et 15 euros
  • Le prix pour se restaurer environ 10 euros. On peut aussi cuisiner

                Budget quotidien moyen : 30 euros en France et 20-25 euros en Espagne

PRENDRE SOIN DE SON CORPS :

1 – de ses pieds

  • avant de partir, petit tour chez le pédicure
  • le massage des pieds est la base du succès. Le matin enduisez vos pieds de crème hydratante (crème NOK) qui évitera les frottements, sources d’ampoules. Et le soir, les masser aussi.
  • aérez vos pieds le plus possible.
  • dès votre arrivée, chaussez sandales ou tongs

        2 – Evitez la tendinite

  • boire beaucoup d’eau
  • défaire souvent ses chaussures
  • s’étirer et masser ses muscles (baume Saint Bernard)
  • connaître ses limites
  • respecter son corps

        3 – S’arrêter :                     «Qui veut voyager loin ménage sa monture »

  • un jour off
  • des étapes rétrécies
  • des pauses salutaires
  • privilégiez le long terme

BUEN CAMINO

> Chantal Martignon (91)

Lu 56 fois

Derniers adhérents en ligne

sberthuin   phlautridou   malaurensan   rtourbot   aulescop   adhabm   gbernis   tbraun   cbethmont   pmartin   mfedix   miricher   rorouleau   marouleau   eaderghal  
Copyright © 2019 Aventure du Bout du Monde - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public