FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 65

Y aller

Antananarivo

Prix : 800/1 150 €.
Aéroport Ivato à 14 km du centre (bus).
Taxe d'aéroport : env. 15 € (internat.) et 2 € (dom.).
Directs (11h00) Air France, Air Madagascar de Roissy; Corsairfly d'Orly.
Vols avec changement (13 à 18h00) : Air Mauritius, Air Austral, Kenya Airways, South African Airways.

. Que choisir ? :

Corsairfly, sans hésitation, qui demeure généralement le plus intéressant à l'année sur la destination (la compagnie dessert également en direct Nosy Bé). Attention toutefois car la compagnie de Nouvelles Frontières ne dispose que de peu de vols (dont certains passent par la Réunion) comparé aux autres et d'un contingent limité à quelques centaines de passagers par semaine sur la destination. Bref, mieux vaut si prendre tôt en regardant aussi bien sur les moteurs de recherches en ligne qu'auprès de Nouvelles Frontières.
Quant aux autres directs, Air Mada ou Air France (meilleur service) peuvent très ponctuellement aussi proposer quelques offres relativement intéressantes. Donc, à voir si on ne peut bénéficier des vols Corsair.
A éviter par contre les liaisons avec changement, y compris Air Austral via la Réunion (dont certaines vendues parfois sous le label Air France), souvent bien plus longues et plus chères.

. A savoir :

Au niveau régional, en plus de pouvoir arriver depuis la Réunion (environ 400 € A/R), Madagascar est également inclus dans le pass aérien Air Austral sur l'Océan Indien.

Enfin, à signaler qu'Air Madagascar propose également des vols au départ de Marseille.


Voie maritime

Pas de liaisons vraiment régulières et finalement assez peu d'opportunités d'arriver par voie maritime à Madagascar.
Tamatave (côte est) est accessible en cargo, notamment depuis la Réunion (36 heures pour deux départs/mois avec la SCOAM et 300 € environ A/R). Il existe aussi plus ou moins des bateaux-cargos reliant Majunga (côte ouest) à Mayotte et les Comores. Sinon aussi, à l'occasion, quelques voiliers ou des boutres faisant du cabotage dans la région.
De façon générale, l'accès par mer nécessite d'avoir du temps (pour chercher un bateau ou attendre son départ) et quelques moyens; le tout parfois dans des conditions pas toujours optimales au niveau confort et sécurité...

Réseau routier

Le réseau routier malgache n'est pas vraiment en bon état et nécessite dans nombre d'endroits un 4x4. Seulement 10 à 12% des 50 000 km de routes du pays sont bitumées et certaines sont impraticables en saison des pluies. Donc, comptez généralement pas plus de 30 à 50 km/h de moyenne.A signaler les contrôles de police assez fréquents sur les routes.

Voir les coordonnées de chauffeurs avec voiture pour votre voyage.


Sur le web

Les transports locaux


Location de voiture

Si la location de véhicule demeure une très bonne solution pour se déplacer, nombre de voitures sont cependant proposées avec chauffeur (le prix inclue généralement la nourriture et le logement de celui-ci plus souvent le carburant). Comptez en gros 50 à 80 €/jour pour un 4x4 et environ 25 à 45 € pour une véhicule normal; le cas échéant ne pas hésiter à négocier.
Autre possibilité si l'on veut faire quelques économies, affrêter un taxi (ou autre) à la journée ou plus selon ses besoins.

Bus

Il existe à Madagascar un petit réseau de bus sur les axes principaux. Cependant celui-ci demeure bien moins utilisé que le taxi-brousse.A signaler également la création assez récente du "Madabus", service de minibus longue distance spécialement adapté aux voyageurs occidentaux (prix en conséquence).

Taxis-brousse

Antsirab_8192La meilleure façon - ou la plus "traditionnelle" - de voyager à Madagascar reste le taxi-brousse utilisé par une majorité de la population. Ceux-ci vont partout pour vraiment pas cher (en gros un peu moins de 1 € les 50 km). Le véhicule (break, minibus, 4x4...) ne partant que lorsqu'il est plein, prévoyez cependant large y compris au niveau du trajet (30 à 50 km/h maxi).
A savoir quand même que les trajets peuvent être longs, fatigants et sans confort compte tenu notamment du nombre de passagers et de l'état des routes.
Pour ceux qui aiment plus de confort, le "taxi be" est conseillé; on loue alors l'ensemble des places du véhicule.

Trains

Après une disparition quasi totale, quelques lignes ont été cependant réouvertes (pour combien de temps ?). Le train ne doit pas être considéré comme un mode de déplacement rapide à Madagascar mais simplement comme un moyen de découvrir des paysages superbes, des villages isolés et des coins perdus.

Sur le web

RéseauFCE
Madarai, société qui gére les trains du réseau nord , avec un trajet en Micheline des années 30.

A éviter :
 le trajet Fianarantsoa - Manakara avec la FCE.  les machines sont dans un état dramatique. Sur la ligne Fianarantsoara (se prononce Fianarantsou et se dit souvent Fianar) à Malakar, il n’y a plus qu’une seule locomotive et le train ne circule que deux fois par semaine. Il y a 170km, mais désormais, il met 17 heures en s’arrêtant longuement dans des gares improbables où seule la gare est en dur. Pas de route pour accéder à ces villages, ce qui explique le long temps de chargement de denrées alimentaires produites et transportables uniquement par ce train. Le confort n’est pas très bon, et l’odeur des toilettes rapidement insupportable, suintant à travers le chambranle mal ajusté.

Au printemps (occidental, donc automne à Mada), la loco est tombée en panne, et il a fallu aux voyageurs faire 18 heures de marche le long de la voie pour réussir à rejoindre un endroit où les voitures pouvaient arriver.

Autres lignes : Tana - Antsirabe et Tana - Ambatondrazaka via Moramanga.

Les informations concernant les trains sont toujours à vérifier sur place tellement l'état des voies et des motrices, le climat peuvent perturber le trafic, sans parler aussi du problème des ouvertures/fermetures de lignes à répétition.

Maritime

On trouvera des bateaux en tous genres, de la pirogue au cargo, réguliers ou particuliers à affréter, le long des côtes, notamment dans le canal des Pangalanes, vers Nosy Bé ou Sainte Marie.

Sur le web

Lignes de cabotage de/vers Ste Marie

Attention cependant car, hors dessertes principales ou régulières, cela peut parfois demander un peu de temps (pour chercher un bateau ou attendre son départ) et quelques moyens; le tout parfois dans des conditions pas toujours optimales au niveau confort et sécurité...

< Descente de la Tsiribihina en pirogue

Depuis Antsirabe, de nombreux guides vous proposeront leurs services.
Je vous recommande chaleureusement Claudia Iholy, une jeune femme très sérieuse et méritante ().
Le départ de la descente se fait à partir de Miandrivazo (220 km/4 heures). Le guide et le piroguier s'occupent de toute la logistique. Nuit à la belle étoile sur les rives de la Tsiribihina, observation de lémuriens, de crocos, arrêt dans des villages.
Descente en deux jours et demi. Les piroguiers remontent "à la perche" en sept jours. Pensez-y au moment du pourboire...
À l'arrivée à Belo-sur-Tsiribihina, vous rejoindrez le village en charette à zébus ou à pied. Vous aurez le choix entre la piste nord et la piste sud, entre
1) les Tsingy de Bemaraha, pics calcaires de plus de 30 m de haut, véritable merveille de la nature, après avoir franchi le bac sur la Mananbolo à Bekokapa et 2) l'allée des baobabs de Morondava au sud en pays sakalava. Aucune hésitation, faites les deux, si c'est la bonne saison (mai à octobre). Ce sont deux sites uniques !

Gérard Lefèvre (44)












Lu 5643 fois

Derniers adhérents en ligne

ccohen   beagurruchaga   opaugam   adhabm   cvandyk   blecerf   catherine   mamarie   dovannier   angeneau   pajuriens   mchattier   albec   lherodet   noauphan  
Copyright © 2019 Aventure du Bout du Monde - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public