FacebookTwitterFeed
0
Panier
Votre panier est vide.

Voyager à Madagascar hors des sentiers battus

Madagascar se classe parmi les destinations à forte croissance sur le marché touristique. On connaît ses points d’intérêt majeurs : des lémuriens, des plages d’eaux turquoise qui font rêver, la rade merveilleuse de Diago Suarez, des forêts tropicales protégées…

Mais à part ces clichés, qui peut se targuer de tout savoir sur cette île énigmatique ? Madagascar collectionne quelques-uns des plus beaux sites naturels de la planète, c’est un fait ; mais pour les touristes en quête d’histoire et d’authenticité, des voyages sur mesure permettront de partir à la rencontre des tribus ethniques, des traditions et des croyances culturelles malgaches et d’explorer le pays dans toute sa splendeur. La Grande Île n’a pas usurpé ce surnom ; sa taille de 587 000 km2 lui vaut d’abriter des paysages d’une extrême richesse, presque inégalable, des forêts humides du nord au grand bush du sud, en passant par les régions volcaniques d’Itasy ou d’Antsirabe.

> Balade citadine au cœur de la capitale

Partez en sac à dos et sillonnez les quartiers animés de la « ville des mille », qui a été anciennement le siège du royaume Merina. La randonnée à pied est de beaucoup préférable pour faire un premier contact avec les locaux et fuir les embouteillages. Tana possède des places publiques de renom évoquant les moments forts de l’histoire malgache : la Place de l’Indépendance, se dressant au milieu d’une avenue bordée d’arcades, d’hôtels et de bâtiments de style colonial, est associée aux révoltes et aux manifestations populaires ; la Place d’Andohalo, dominant la Haute-Ville d’Antananarivo, témoigne de l’époque aristocratique révolue : là se tenaient les fêtes de consécration des souverains, la publication des édits et des décrets ; là aussi avait lieu, vers 1958, le discours du gouverneur français annonçant la fin de la colonisation et la naissance de la jeune République.

La balade au cœur de la ville permettra de jeter un coup d’œil aux édifices historiques de Madagascar, dont le faste et l’architecture  contrastent insolemment avec les bidonvilles des pauvres : la maison de Jean-Laborde, la cathédrale anglicane Saint-Laurent, le Palais d’Andafiavaratra… Au bout de 1 400 mètres d’altitude se dresse la Rova de Manjakamiadana.

> Aux environs de la capitale Tananarive          
                       

Une journée suffit amplement pour faire le tour du centre-ville. Si vous voulez lire les aspects historiques de Madagascar comme dans un livre ouvert, direction les douze collines sacrées. L’une d’elles est la Rova d’Ambohimanga (colline bleue), inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco : cité fortifiée du xixe siècle, bâtie par le roi Andrianampoinimerina et percée de quatorze portes en pierre ; l’intérieur comporte deux bassins sacrés, les pavillons de la reine Ranavalona II et les sépulcres royaux où le peuple se recueille parfois et adresse des intentions de prière. Les autres collines incarnent pareillement l’identité culturelle du pays et promettent un voyage extraordinaire dans le temps.

> Les parcs nationaux de l’île

Qui est venu à Madagascar sans songer à ses baobabs, à ses lémuriens ou à ses tortues marines ! La Grande Île est immensément dotée en ressources naturelles, et la meilleure façon d’explorer tout çà est de réserver un circuit dans les parcs forestiers. Parmi eux, le parc national de Ranomafana, à 60 km de la province de Fianarantsoa, est l’un des plus fréquentés tant par les touristes que par les ornithologues. Outre l’observation de la flore endémique qui ne pousse nulle part ailleurs, vous pourrez vous baigner dans sa piscine aux eaux thermales. Au nord-est de Madagascar, le parc national de Marojejy, qui fait partie de l’écosystème des forêts vierges et humides d’Antsiranana, est un havre de paix idéal, que ce soit pour vivre des vacances en famille ou pratiquer une randonnée sportive. C’est l’un des seuls endroits au monde pour observer le propithèque soyeux, un lémurien endémique de Madagascar à la fourrure blanche qui habite dans les bois, et le coua bleu. Les amateurs de rafting, de course en kayak ou d’alpinisme seront également comblés ! Des circuits courts, de 8 ou 10 jours, sont proposés par les agences de voyage et peuvent être personnalisés selon les activités qui vous intéressent.

La biodiversité unique au monde de Madagascar mérite l’attention et le respect. L’écotourisme est aussi une façon pour les étrangers de soutenir la cause environnementale à Madagascar ; les droits d’entrée au parc seront employés à financer des activités génératrices de revenu pour les populations locales et à contrôler l’exploitation forestière.

Lu 192 fois

Derniers adhérents en ligne

jalalanne   mabely   phbely   christaigle   cgrevy   jpavageau   clcarel   cbethmont   hudelaval   evflavigny   stolive   opaugam   adhabm   frobert   ttastet  
Copyright © 2019 Aventure du Bout du Monde - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public