You have no items in your shopping cart.

Vous êtes iciAccueil|La vie de l'association|A vos plumes !

A vos plumes ! (37)

jeudi, 20 juin 2024 15:17

Le nouveau magazine Globe-Trotters de juillet-août vient de paraître !

BAT GT 216 COUVLe Globe-Trotters Magazine n° 216 de juillet-août arrive dans les boîtes à lettres des adhérents de ABM, Aventure du Bout du Monde

Certaines villes du monde sont inscrites dans l’inconscient collectif des voyageurs, par ce qu’elles représentent de mythique, de grandeur ou d’histoire.

Dans notre dossier, nous vous en présentons cinq, que nos adhérents et adhérentes sont allés visiter récemment. Venise la Sérénissime souffre de son succès, mais reste toujours aussi fascinante. Beyrouth la cosmopolite souffre de la guerre. La folie des grandeurs de l’homme a modelé Las Vegas et ses extravagances ou Achgabat, l’incroyable capitale toute blanche du

Turkménistan, peuplée de fantômes.

La dernière enfin est devenue une ville-monde, Rio de Janeiro ; son carnaval, son football, ses favelas ne sont pas étrangers à sa renommée.

Nous vous emmenons au coeur de ces villes, avant un détour par l’Espagne et ses traditions, avec de belles fêtes en Catalogne pour les amateurs de sensations fortes, et en Andalousie pour ceux qui croient encore aux sorcières.

Fin de notre feuilleton cambodgien, commencé dans le précédent numéro, au coeur de l’ONG “Pour un sourire d’enfant” avec un clin d’oeil à celle qui a fait la route Paris-Phnom Penh en autostop durant quatre mois. Ce numéro ne manque vraiment pas de charme ni d’aventures, et vous y retrouvez toutes vos rubriques habituelles (coin des bourlingueurs, trucs et astuces, écrits et chuchotements…) pour d’autres surprises.

Et bon voyage à celles et ceux qui partent en cette période estivale !

www.abm.fr

Photo : Salomé Collombier.

vendredi, 23 février 2024 11:06

Le nouveau magazine Globe-Trotters de mars/avril 2024 vient de paraître

GT214 MARS AVRIL2024 web100Pourquoi partir en 2024 ? Quelle question dans un magazine dont l’essence même est de donner des ailes à vos rêves d’évasion ! Et pourtant : conflit russo-ukrainien, conflit israélo-palestinien, embrasement du Moyen-Orient, conflit larvé en mer de Chine orientale, conflits sociaux en Europe, etc. Encore un peu de BFM ?

À tout le moins, reconnaissons que la liste des frontières criblées, déchirées, disloquées, ou en instance de l’être ne demande qu’à s’étoffer.

Alors, pourquoi partir en 2024 (après cela) ? Parce que Globe-trotters se doit de vous convaincre qu’il existe des raisons positives qu’aucune géopolitique ne parviendrait à cribler, déchirer, disloquer. Des exemples ? Dans les pages qui suivent, vous partirez consulter les puissances occultes par l’intercession d’un roi sénégalais ou des moai, gardiens de l’Île de Pâques, puis bivouaquer dans la campagne française sans boussole ni préjugés ; enfin, poser vos pas sur les

ultimes parallèles du globe, en Patagonie chilienne ou dans l’archipel du Svalbard, là où des frontières séparent les derniers peuplements humains des terrae incognitae. Mais cet éventail de raisons objectives ne se suffira probablement pas à lui-même.

Alors, pourquoi partir en 2024 (après tout) ? Cela doit rester un choix de décision ; larguer les amarres, entreprendre d’autres voyages vers d’autres ports, s’ouvrir vers de nouveaux horizons et se réaliser à nouveau.

Pour bien faire, surtout pour “faire bien” et pour conclure : “Rien n’est permanent, sauf le changement.” Citation d’Héraclite d’Ephèse, héros malgré lui des cours de management ! Appliquée au voyage, elle est d’une certaine façon une réponse à la question “pourquoi partir en 2024 ?” Dans une époque qui change, si nous changions nous aussi... à commencer par changer d’air ?

Xavier Gaumer (77)

lundi, 18 décembre 2023 10:56

Le nouveau magazine Globe-Trotters de janvier/février 2024 vient de paraître

GT213 Janv. fewebSpécial #Madagascar.

Mada pour les intimes, n’en finit pas de fasciner les voyageurs en quête d’aventure et de paysages.

Cinquième plus grande île du monde, un peu plus étendue que la France mais moins peuplée (30 millions d’habitants), c’est le pays des contrastes, avec une biodiversité exceptionnelle et une pauvreté qui l’est tout autant (le taux est de 75 % en 2022).

La culture phare de l’île est la vanille, et pas vraiment la démocratie. Des scientifiques, des ONG travaillent là-bas, à la préservation d’espèces comme le crocodile ou pour aider la population à s’alphabétiser, à sortir de l’insalubrité ou à prendre conscience des enjeux climatiques et écologiques. Madagascar, c’est aussi une carte postale, avec des paysages à couper le souffle, des spots de plongée uniques, et la vie des pêcheurs qui, chaque jour, vont sonder la mer nourricière.

De mer, il en sera beaucoup question dans ce numéro, à travers les confidences de marins partis autour du monde ou traversant l’Atlantique, mais aussi parce qu’elle peut se rebeller et détruire, comme nous le rappelle le tsunami en,Thaïlande il y a une vingtaine d’années.

De la mer à l’eau il n’y a qu’un pas, qui nous rappelle quencette dernière est l’élément indispensable à la survie de l’être humain, qu’elle peut se faire rare dans le désert et qu’il faut en prendre soin. Quelques conseils pour la purifier vous sont offerts dans ces pages, pour éviter les désagréments et vous permettre de continuer à rêver longtemps.

En cette période de fêtes, je vous souhaite, avec l’équipe,de Globe-trotters, les plus beaux voyages qui soient pour l’année qui vient !

www.abm.fr

mardi, 06 juin 2023 13:29

Le nouveau magazine Globe-Trotters de juillet/août sortira le 20 juin

GT210 Monde arabe web 2L’Orient fait partie de l’imaginaire collectif occidental depuis toujours.

Depuis l’Antiquité avec Cléopâtre et la civilisation des Pharaons, les Croisades, les routes de la Soie et de l’Encens, la Sublime Porte de l’Empire ottoman et ses harems aux odalisques lascives, depuis l’engouement pour l’orientalisme du XIXe siècle, la tradition est longue de la relation particulière teintée de fascinations comme d’appréhensions que nous entretenons avec ce monde voisin et si lointain en même temps.

Nous ne remonterons pas aussi loin dans le temps ou les références historiques et culturelles mais nous vous emporterons dans des parfums d’encens, de citron et de cardamome à Oman, au Maroc à vélo de père en fils, en passant par l’Algérie et le désert, la vallée du Nil, des Rois et des Reines et les marchés d’Égypte pour terminer le voyage dans le désert du Wadi Rum en Jordanie.

Guy Colombet (92)

jeudi, 20 avril 2023 12:09

Le nouveau magazine Globe-Trotters de mai/juin vient de paraître.

GT209 Volcans mai juin 2023 web 1Le magazine Globe-Trotters de mai/juin , n° 209, vient de paraître...

Les volcans ont-ils une âme ? À la lecture de notre dossier, vous allez peut-être vous poser la question.

À la fois adorés et craints, ils ont inspiré des auteurs comme Jules Verne et Tolkien, pour descendre au centre de la terre, ou pour forger l’anneau dans la montagne du Destin, repère du sorcier Sauron dans le royaume du Mordor.

Dans notre coup de projecteur, vous allez découvrir leurs multiples visages, cracheurs de feu en Sicile, qui vous gardent à distance à travers leurs coulées de lave, et à l’origine du monde en Indonésie. Vous allez visiter leurs entrailles dans les tunnels de lave de l’île de la Réunion.

Vous serez choqué par l’exploitation du soufre au fond d’un cratère par des hommes qui le cueillent et sont payés une misère, et vous traverserez des glaciers pour gagner le sommet au Chili. Les volcans sont multiples, ils peuvent être violents, tuer parfois, mais ils fascinent et façonnent la géographie de pays comme l’Islande.

Après cette lecture de feu, de flamme et de fumée, vous pourrez vous promener aussi en France, sur l’Hexatrek, nouveau chemin de 3000 km qui parcourt notre pays à travers ses plus belles montagnes.

Enfin, nous avons créé une nouvelle rubrique : “trucs et astuces” pour vous apporter dans chaque numéro des informations utiles à la préparation de vos voyages. Premier sujet : les moyens de paiement. Nous préparons d’autres thèmes et nous aurons besoin de votre contribution car cette revue est la vôtre, et sans vos textes et vos expériences, elle n’existerait pas.

N’hésitez pas à partager, pour le bien de tous, et bon dépaysement !

www.abm.fr

lundi, 20 février 2023 12:16

Le nouveau magazine Globe-Trotters de mars/avril vient de paraître.

GT208 mars avril 2023 web Île ! Ce simple mot a la faculté d’inviter l’imaginaire vers l’ailleurs.

Promesses d’un certain éloignement, petit monde à part, lieu fantasmé où trouver une atmosphère particulière, propice à l’introspection, un espace de solitude, ouvert sur la mer, face aux éléments pour les îles océaniques.

Un lieu de rencontres plus authentiques, loin des tumultes du monde, où apprécier calme et douceur de vivre, soleil enchanteur pour les îles méditerranéennes. Prendre le large.

Peut-être va-t-on sur une île pour se reposer, flâner, contempler, suivre un autre tempo, vivre autrement que sur le continent ?

Vous embarquerez dans ce numéro pour les îles au large de la Bretagne — Ouessant, Sein, Belle-Île — et en
Méditerranée, pour les #Cyclades et Chypre au passé chargé et tumultueux.

Nous vous proposons aussi des vagabondages plus éloignés à bicyclette à #Taïwan, en Iran et vers la Nouvelle- Calédonie…

Globe-trotters s’apprête à accoster sur tous ces rivages, au fil de ses récits.

www.abm.fr
lundi, 30 janvier 2023 15:42

A vos plumes !


Globe-trotters est écrit par les adhérents de l'association Aventure du Bout du Monde. Merci à tous ceux qui prennent du temps pour composer chacun de ces magazines. Nous vous invitons à prendre la plume, à votre tour, pour aborder l'un de ces sujets ou toute autre destination, pour parler de rencontres qui vous ont étonnés, émus, de saveurs, d'odeurs, de musiques pour nous faire vibrer.

Pour les prochains numéros, nous vous proposons les thèmes suivants :

Les pays méditerranéens, le Proche-Orient et le Moyen-Orient Ces pays au riche passé, aux ambiances envoûtantes et aux cultures vivantes, aux rencontres multiples, aux paysages variés sont propices à transporter le voyageur dans l’enthousiasme et la découverte. Contez-nous vos pérégrinations dans ces contrées !

Voyage en Europe L’Europe est riche d’histoires, de cultures, langues et imaginaires différents. Du nord au sud, de l’est à l’ouest, la variété des paysages et climats en font un concentré de diversité. Restituez-nous vos impressions et étonnements au cours de vos déplacements dans les pays européens !

Vos plus belles rencontres Au cours de vos périples, vous n’avez sans doute pas manqué de faire de belles rencontres : habitant local, autre voyageur, communauté, personnage fort ou atypique. Les plus marquantes se font le plus souvent par le plus grand des hasards. Racontez-nous vos plus belles rencontres !

France secrète, l’aventure au coin de la rue Est-il toujours nécessaire de partir loin pour trouver l’aventure ? La France a aussi ses lieux secrets, méconnus où l’aventure se rencontre là où l'on ne l’attend peut-être pas. Avez-vous déjà ressenti cette émotion d’un moment ou lieu extraordinaire en France ?

Création d’une rubrique « Trucs et Astuces » ! Celle-ci se veut participative en faisant appel aux connaissances des adhérents de l’association. Nous avons tous des astuces développées par nos expériences, voyage après voyage, des erreurs à éviter, des leçons que nous en avons tirées, des trucs vus chez d’autres qui nous servent, etc. Pour constituer un premier dossier nous vous proposons de décrire les moyens de paiements que vous emportez en voyage. Plusieurs cartes bancaires ? Cartes et espèces, dollars ou euros ? Comment tenez-vous compte des différents frais bancaires ? Selon les destinations, faites-vous autrement ? Et comment se prémunir en cas de vol ? etc.

Deuxième dossier en prévision : comment constituer un sac léger, comment se limiter au minimum pour un portage en voyage itinérant via des transports variés ou en trek sur plusieurs jours.  Qu’emportez-vous ? Où trouver des éléments légers ?

Merci d'adresser vos textes (sans photo mais avec un titre, une signature, moins de 10 000 caractères espaces compris) à et avant fin mars pour paraître dans le Globe-trotters de juillet-août 2023.

 

jeudi, 12 janvier 2023 17:31

Réponse au questionnaire sur le magazine Globe-Trotters

Un questionnaire vous a été envoyé mi-novembre pour avoir votre avis sur la revue.

Avec 207 réponses reçues, cela représente un très bon retour pour environ 1200 adhérents.

Six questions avaient été posées sur l’intérêt porté et sur des suggestions à apporter, plus une pour connaître la composition des répondants.

1 image80% des répondants lisent régulièrement la revue. On peut imaginer que ceux qui répondent sont les plus intéressés par la revue et que les moins intéressés répondent peu, ça peut donc gonfler ce chiffre. Néanmoins, c’est un très bon score.

2. Quels types d’articles préférez-vous lire ?

Dix sujets étaient suggérés, plusieurs réponses étaient possibles :
image 2

Les trois principaux sujets qui retiennent l’attention et dépassent nettement 50 % sont : les rencontres avec les gens ; les récits de baroudeurs ; les descriptions de villes, sites remarquables, ambiances…

Quasiment à 50 % suivent : nature et écologie ; rappels d’histoire et civilisations

Entre 20 et 33 % : aventure sportive ; portraits ; architecture ; interview ; arts

On peut en ressortir trois grandes tendances :

-        la rencontre de l’Autre : rencontres avec les gens 80 % ; portraits 29 % ; nature et écologie 48 %

-        Le monde comme vaste terrain de liberté : récits de baroudeurs 76 % ; aventure sportive 33 % ; interview 27 %

-        Les cultures et civilisations : descriptions de villes, sites remarquables, ambiances 76 % ; rappels d’histoire et civilisations 48 % ; architecture 27 % ; arts 21%

Une question ouverte était posée sur d’autres articles préférés ; les réponses seront groupées avec les suggestions en question 5 car des 17 réponses, chacune était différente.
Image 3

La satisfaction globale est quasiment unanime, l’analyse des suggestions en question 5 sera intéressante à regarder plus particulièrement.
image 4

Selon une très large majorité des répondants, notre magazine a bien une spécificité avec des récits qui sortent de l’ordinaire et du fait que c’est le magazine de l’association par les récits des adhérents et des nouvelles de ceux en cours de voyage.

5. Avez-vous des suggestions pour améliorer le magazine ?

Il y a eu 64 répondants + les 17 réponses supplémentaires de la question 2, les réponses sont regroupées par thèmes avec le nombre de réponses :
image 5

-        Plus d’infos pratiques : 14 (18 %), c’est la demande la plus importante, pour chaque article ou destination abordée mais aussi des suggestions de livres associés

-        Format de la revue ; 11 (10 %), des remarques parfois contradictoires : format plus petit ; qualité trop luxueuse (papier glacé) ; regret du papier glacé d’avant ; regret de la baisse du nombre de pages ; demande d’une copie numérique et d’un agenda partagé ; format numérique ; crainte de la baisse de qualité des articles du fait de la réduction du nombre de pages, … à le format numérique existe sur le site abm.fr depuis l'espace adhérent, pensez à vous identifier

-        Plus d’articles baroudeurs : 6 (8 %), une vraie demande, donc développer aussi « Coin des bourlingueurs » et « Voyages au long cours » à mais il faut que les baroudeurs écrivent !

-        Infos, trucs et astuces : 6 (8 %), là aussi, une demande pour des sujets spécifiques : comparatif matériel photo ou de rando, camping ; annonce de ventes d’équipements, bourse de voyageur ; bref, développer une rubrique trucs et astuces à toute bonne volonté peut se proposer pour tenir cette rubrique même si non régulière.

-        Mise en page, maquette : 5 (6,5 %), soit quatre remarques critiques sur la mise en page ou charte graphique plus une suggestion d’une présentation type carnet de voyage …

-        Photos : 5 (6,5 %), remarques sur les photos : critiques sur la qualité des photos, demande de portfolios plus longs à les photos sont fournies par les auteurs ou d’autres adhérents, par ailleurs dans les compliments il y a eu plusieurs remarques sur la bonne qualité des photos ….

-        Critiques générales : trop d’ego dans les récits d’exploits, articles au ton trop lisse, plainte de censure d’article… à les articles ne sont pas « censurés », ils peuvent ne pas avoir été sélectionnés…

-        Antennes : trois demandes de plus d’info sur la vie des antennes à certaines infos sont publiées sur le site internet : onglet ABM > Les news d’ABM > dans les antennes

-        Autres : concerne la reprise des projections, la possibilité de voir les visio en replay, demande de dissocier l’adhésion de l’abonnement de la revue ; la qualité des articles a baissé, envisager des auteurs hors association ? ; plus d’articles en France ; plus d’aventure sportive

-        Par ailleurs : 11 compliments sur la qualité des articles, photos, etc … et/ou 9 remarques pour pas de suggestions de changements, pour continuer comme ça.
image 6

 Le format papier est toujours plébiscité.

à Pour les adeptes du format numérique, nous rappelons qu’il est accessible pour les adhérents sur le site d’abm.fr : se connecter avec son identifiant, onglet : espace adhérent > votre magazine Globe-trotters, ensuite vous pouvez le consulter en ligne depuis le numéro 190 ou le télécharger au format PDF depuis le numéro 141 !
image 7image 8


< Conclusion

La revue vous plaît à une très forte majorité, elle est lue très régulièrement et le format papier reste plébiscité. Elle a bien une spécificité puisque les articles sortent de l’ordinaire pour 75% d’entre vous.

Les types d’articles les plus appréciés sont le reflet de l’association et de ses adhérents : voyager pour rencontrer des gens, lire des récits de voyageurs de type baroudeurs mais aussi de l’intérêt pour la nature, et le tourisme culturel : les descriptions de villes, sites remarquables, les civilisations et l’Histoire.

Les suggestions vont souvent dans le même sens : plus d’infos pratiques, plus d’articles de baroudeurs, des trucs et astuces pour mieux voyager, plus de photos et de meilleure qualité.

Ce que nous pouvons prendre en compte et proposer :

Ce superbe retour positif global sur la qualité de la revue nous fait plaisir et nous vous en remercions.

- Pour les suggestions d’amélioration, nous en profitons pour rappeler que le contenu de la revue vient des adhérents et nous encourageons les adhérents à écrire des articles. L’appel « A vos plumes » qui est envoyé par mail ou se trouve en fin de revue, permet de lancer des thèmes, mais il ne faut pas se limiter à cela, tout article est susceptible d’être sélectionné pour passer dans la revue, environ la moitié d’un numéro est composée d’articles hors thème.

- Certains adhérents connaissent mal le site internet, nous les invitons à mieux l’explorer, ils pourront y trouver des infos qu’ils sont susceptibles de chercher, notamment dans les onglets : ABM, Infos voyages, Espace adhérent.

- Pour les infos pratiques, il est possible d’insister auprès des auteurs des articles, ou auprès d’autres  adhérents, pour qu’ils fournissent les éléments qui ont été nécessaires à leurs voyages. Cela peut aussi se faire en même temps que les appels « à vos plumes »    

- Pour les photos, il est possible d’en chercher auprès d’autres adhérents si celles fournies par les auteurs ne semblent pas suffisamment satisfaisantes.

- Les infos, trucs et astuces sur matériel photo, de rando ou autre, pourraient faire l’objet d’une rubrique plus ou moins régulière. Ceci nécessite d’y consacrer du temps. Aussi, si des adhérents se sentent le désir de prendre en charge ce sujet ou de fournir des études sur un sujet particulier, nous sommes preneurs.

- A propos du choix des articles parus dans la revue, les articles sont reçus puis lus par les membres du comité de rédaction, ensuite une sélection est effectuée en fonction du thème choisi ou de l’intérêt du texte (voir les articles parus sur la fabrication de la revue dans le n° 200, si vous ne l’avez plus, vous pouvez le trouver sur le site internet). De ce fait, certains articles peuvent ne pas être sélectionnés, mais il ne s’agit pas de censure. Vous pouvez retravailler votre article pour mieux correspondre à la sélection. Cependant, tout ne peut pas être publié, le nombre de pages de la revue ne le permet pas toujours.

La revue est celle des adhérents et vos contenus seront toujours les bienvenus pour alimenter le travail du comité de rédaction.

Participez !

mercredi, 11 janvier 2023 15:54

13 curieuses superstitions à travers le monde

Ce vendredi 13 janvier 2023, étant un jour redouté ou attendu dans l’inconscient collectif,  que vous soyez superstitieux ou non, ce tour du monde à travers ces curieuses croyances ancrées dans l’inconscient collectif des cultures vous surprendra à coup sûr. 

Les personnes superstitieuses seront prévenues : en parcourant le monde à travers ces croyances surprenantes, elles risquent bien de voir la vie quotidienne d’un autre œil, et de - qui sait - rajouter des superstitions à leur liste ! 

Civitatis, l’entreprise de vente en ligne de visites guidées, d’excursions et d’activités en français dans le monde entier, a établi une liste de 13 superstitions pour le moins surprenantes à travers le monde. 

En la parcourant, vous vous rendrez compte que l’être humain ne manque pas d’imagination et que les superstitions s’arrêtent généralement aux frontières des pays, et parfois même de régions.

1. Sri Lanka

Au Sri Lanka, un reptile connu sous le nom de gecko pourrait s’avérer être maître de votre destin… Ce petit animal serait associé aux esprits. Selon la légende, s’il émet un petit gazouillement au moment où vous devez prendre une décision importante, alors celui-ci l’approuve. Si le bruit est plus fort, cela pourrait bien être signe de mauvais présage. Certains Sri-Lankais vous conseilleraient donc de changer d’avis ! Mais ce n’est pas tout… Si le cri vient de derrière, alors cela signifie que les problèmes à venir sont liés à une personne qui vous jalouse. S’il vient de gauche, cela présage de la chance et de la bonne fortune. Voilà une superstition des plus complexes !

2. Danemark

La présence du sel dans plusieurs textes sacrés ont donné lieu à de nombreuses croyances populaires depuis des siècles. Dans bien des pays, renverser du sel à table est un présage de malheur, tandis que jeter du sel par-dessus son épaule gauche porterait bonheur. Au Danemark, renverser du sel porterait chance s’il est sec, mais malheur s’il est humide. De quoi être un peu dérouté. En Scandinavie, il est d’ailleurs courant de se protéger des mauvais esprits et des démons en jetant une pincée de sel à des endroits clé. 

3. États-Unis

On pourrait croire que seuls les enfants croient aux sorcières, mais pendant bien longtemps, elles ont effrayé les peuples. Aux États-Unis par exemple, cette croyance est évidente encore aujourd’hui avec des fenêtres à la forme toute particulière sur certaines maisons situées dans l’État du Vermont. Baptisées les “witch windows” (comprenez fenêtres de sorcière), elles sont inclinées de façon à empêcher les sorcières de rentrer dans les maisons avec leurs balais. 

4. Maroc

Au Maroc, de nombreuses superstitions sont liées au Diable et à la religion. Le fait de bâiller en mettant sa main devant la bouche est bien plus que l’expression d’une bonne éducation et de politesse. Lorsque l’on bâille, la main gauche doit être placée le dos contre la bouche, la paume tournée en avant, car c’est une manière de repousser le mauvais œil ou le Diable qui pourrait cracher dans la bouche de la personne qui bâille. Le geste doit également être accompagné d’une formule arabe : « astaghfar allah ! » (je demande pardon à Dieu).

5. Finlande

Envie de profiter du beau temps lors de votre séjour en Finlande ? Alors mieux vaut ne pas tuer d’araignées. Selon la croyance locale, il pourrait bien pleuvoir le lendemain ! En effet, cet animal redouté de la plupart des êtres humains pourrait vous gâcher votre journée de vacances si vous décidez de l’écraser… 

6. Inde

En Inde, plusieurs méthodes permettent d’éloigner le mauvais œil (mauvais karma) et la malchance. Dans certaines régions du pays, des habitants ont pour superstition de devoir jeter du piment rouge et du sel à l’entrée des foyers. Après cela, les personnes vivant sous ce même toit ne peuvent en sortir que le lendemain. Si vous voyagez en Inde, vous aurez aussi l’occasion de voir de grosses citrouilles blanches éclatées devant des maisons ou des boutiques pour protéger l’habitat ou les affaires contre le mauvais œil des gens.

7. Chine

En Chine, le chiffre 4 se prononce presque comme le mot « mort » et porte donc malheur… Il est tellement redouté que certains immeubles passent directement du 3e au 5e étage. Il est donc courant de voir affichés des prix comme « 39 + 1 yuans » pour éviter à tout prix d’écrire le chiffre 4. Mais ce n’est pas la seule superstition… Cette fois-ci, un peu plus gaie. Le chiffre 8 est au contraire synonyme de chance et de bonheur. Cette croyance est aussi liée à sa prononciation. Le 8 se rapprocherait du terme “fortune” en chinois.

8. Japon

Les baguettes sont tout un symbole dans certains pays asiatiques comme le Japon, mais saviez-vous que de nombreuses superstitions existent à leur sujet ? Si vous vous rendez au pays du Soleil Levant, ne plantez jamais vos baguettes dans le riz, car cela évoque une personne décédée. En effet, le bol de riz est associé aux bols d’encens utilisés lors des cérémonies funéraires. De plus, croiser ou casser ses baguettes est signe de malchance et avoir deux baguettes de taille différente présage que vous raterez un transport. Renseignez-vous bien sur la façon de tenir vos baguettes avant de vous rendre au Japon, donc !

9. Espagne

Contrairement aux Français qui redoutent le vendredi 13, pour les Espagnols c’est le mardi 13 qui est un jour de malchance pour les voyages ou les mariages. Cette croyance remonterait à Marte, nom du dieu de la guerre en espagnol. En effet, mardi se dit “martes” en castillan. Mais cette superstition remonterait aussi à l’épisode biblique de la Tour de Babel : le châtiment divin provoquant la confusion des langues serait apparemment tombé un mardi 13… 

10. France

La France aussi a son lot de superstitions populaires très répandues, comme le fait de trinquer dans les yeux. Trinquer est un acte d’engagement et de confiance dont la tradition remonte au Moyen-Age. À cette époque, trinquer consistait à échanger un peu de son breuvage avec une autre personne qui faisait de même. Si quelqu’un souhaitait vous empoisonner, cette personne devait alors baisser les yeux sur son verre pour vérifier si du poison n’était pas tombé dans son verre. Trinquer était ainsi un moyen de dissuader quiconque de vous empoisonner !

11. Italie

En Italie, c’est le nombre 17 qui porte malheur et non le nombre 13, bien que la superstition du nombre 13 vienne de la Bible et du dernier repas de Jésus qui comptait 13 participants (d’où la coutume de ne pas avoir 13 invités à table, ou de ne pas avoir de chambre 13 dans les hôtels). Mais alors d’où vient cette superstition sur le nombre 17 ? L’explication vient de son écriture en chiffres romains : XVII. Il s’agit de l’anagramme de VIXI qui signifie en latin « j’ai vécu », et donc par extension « je suis mort ». Vous ne vous retrouverez donc pas à 17 convives lors d’un diner en Italie, ni n’aurez de chambre 17 dans un hôtel, ou de place numéro 17 sur un vol de la compagnie aérienne Alitalia ! Surprenant…

12. Côte d’Ivoire

Alors qu’en France, on dit que l’on a « les oreilles qui sifflent » quand quelqu’un parle mal de nous, si vous avez le hoquet en Côte d’Ivoire, c’est que vous êtes probablement la cible de commérages. En revanche, si la paume de main vous démange, cela est plutôt bon signe : une somme d’argent inattendue pourrait bien venir dans votre direction !

13. Brésil

Bien que le carnaval de Rio soit réputé pour ses costumes extravagants colorés, les Brésiliens ont pour coutume de porter des vêtements blancs, en particulier pour célébrer la nouvelle année, car le blanc est symbole de bonheur et de succès au Brésil. L’équipe de foot nationale a ainsi longtemps joué en blanc jusqu’à la date fatidique de 1950 où elle s’est inclinée face à l’Uruguay. À compter de cette date, le blanc est associé à la défaite dans l’univers du football brésilien et le maillot blanc a été remplacé par celui aux couleurs du drapeau brésilien que nous connaissons aujourd’hui.

lundi, 26 décembre 2022 09:24

Le nouveau numéro du magazine Globe-Trotters de janvier/février 2023 vient de sortir

gt207 web 1La route a souvent inspiré les artistes, de Tonton David “Chacun sa route, chacun son chemin, chacun son rêve, chacun son destin” à Téléphone “Je suis sur la route, je suis en déroute, et j’en ai rien à foutre” en passant par Jack Kerouac et ses clochards célestes.

Pour tout voyageur — ces paroles et ces écrits le confirment — la route et la façon dont il va la parcourir est un choix individuel, loin de ses habitudes, de sa zone de confort et proche de l’aventure avec son lot d’inconnu. Un choix qui va influencer le contenu du périple, qui va devenir le voyage en lui-même. Et qui dit route ne dit pas forcément bitume ou macadam !

Dans ce numéro, nous vous emmenons en kayak du Bade Wurtemberg à la mer Noire, à vélo à la rencontre de tailleurs de pierre et sur les routes de Turquie, en 4X4 au Tadjikistan, en Inde du Sud ou, plus extraordinaire, en courant autour du monde pendant plus de deux ans. Sur ces routes, l’air, l’eau, le vent, la terre, le feu (du soleil), le froid ont leur importance. Le moyen de transport que nous choisissons pour prendre la route nous en protège ou nous expose, et va conditionner les rencontres de même que le regard porté sur les choses, les gens, les paysages. Sur les galères aussi. La route modélise le destin du voyageur, lui donne une âme. Comme le dit si bien Nicolas Bouvier : “C’est le voyage qui nous fait ou nous défait.”

L’année 2022 a vu de nombreuses frontières s’ouvrir à nouveau, après deux ans de restriction. D’autres sont maintenant interdites, pour cause de guerre. Souhaitons que 2023 soit l’année de la liberté retrouvée de voyager et la fin des conflits en cours.

Excellente année de la part de toute l’équipe !

Philippe Masse (76)

Téléchargez le magazine (réservé aux adhérents)

Je m'abonne pour un an

lundi, 24 octobre 2022 10:23

Le nouveau numéro du magazine Globe-Trotters de novembre/décembre vient de sortir

GT206 web 1Loin de tout ! Faut-il partir au bout du monde pour être loin de tout ? Parfois sans doute, avec le désir d’être seul(e) au monde, d’être au paradis du voyageur(se) au long cours, qui aime plus que tout ce sentiment de liberté que la distance procure. Loin de tout, mais proche de soi.

Faire une pause face à ce que l’on connaît, pour aller vers le mystérieux, l’inconnu, à la recherche du changement — d’environnement, de coutumes, de codes (vestimentaire, culinaire, climatique…). Être sur une autre planète comme le disent certain(e)s, hors de son monde et de ce qui en faisait le quotidien. Prendre des risques, car être loin de tout n’est pas toujours un long fleuve tranquille…

Mais y a-t-il autre chose derrière ce “loin de tout” ? Qu’en est-il de celui ou celle qui s’abîme dans une lecture qui le (la) transporte, une musique qui le (la) sublime ou encore un week-end en amoureux ? Une sensation, une vision, un son peuvent nous transporter loin de tout sans que l’on ait besoin de bouger. On oublie, on s’oublie dans ce tout, qui n’est plus seulement une affaire de kilomètres.

Alors quoi ! Dans le dossier de ce numéro, certains auteurs nous livrent leurs synonymes : loin de tout, c’est être “loin du temps”, comme s’il s’était arrêté dans le passé à l’endroit où l’on est arrivé. C’est aussi être “loin des gens”, en plein désert, ou en forêt amazonienne.

C’est de même “être géographiquement isolé”, sur une île, ou sur un territoire très peu visité, mais au milieu de la population, et pas seul, sinon avec ses habitudes face à une civilisation différente de la sienne. Loin de tout devient alors un sentiment, une recherche d’être…

Enfin, loin de tout peut ramener au “vivre sans”. Sans Internet, téléphone, sans eau ni électricité, sans route parfois, sans magasin ! Votre revue explore la question à travers ses récits de voyageurs, alors bonne lecture;

< Philippe Masse (76)

JE M'ABONNE AU MAGAZINE GLOBE TROTTERS

lundi, 13 juin 2022 16:10

Le numéro 204 juillet/août de Globe-Trotters prochainement dans vos boîtes à lettres

 

GT204 web 1S’il est un terme que le Landerneau du voyage a largement galvaudé, c’est bien l’aventure. Aujourd’hui, son sens emprunte celui des superlatifs, ceux-là même employés à foison dans les reportages télé, les catalogues des voyagistes, voire les récits de commande d’écrivains voyageurs, jusqu’à les dépouiller de leur intérêt voire de l’émotion spontanée à laquelle ils nous rendent finalement résistants. Si nous revenions quelques instants à

l’essence des aventuriers : l’esprit d’aventure lui-même. Pour reprendre l’exégèse de Patrice Franceschi — l’un des rares voyageurs aventuriers à avoir su ériger pratique et théorie sur un même piédestal —, l’esprit d’aventure répond à quatre vertus cardinales : “l’anticonformisme, l’aptitude au risque, le besoin de liberté et le désir d’explorer la connaissance”.

Votre Globe-trotters fait précisément la part belle aux bourlingueurs qui se reconnaissent dans ces vertus, en y ajoutant

la célèbre devise sportive “plus vite, plus haut, plus fort” : dépassement de soi sur les 6032 m du stratovolcan Acotango en Bolivie, expédition à traîneau dans l’immensité glaciaire en Norvège, traversée de l’Atlantique en famille… la liste est longue, et le principe capital de l’aventure est justement de ne rien dévoiler avant de découvrir.

En contre-pied de ces récits, et comme un clin d’oeil à cet anticonformisme inhérent à l’aventure, nous avons ajouté un billet d’humour bravement intitulé “Je hais l’aventure (et les aventuriers)” ! Une forme d’esprit d’aventure ?

Et pourquoi ne pas publier dans un prochain numéro, un extrait de la Critique de la raison pure du célèbre philosophe

allemand Kant, lui qui n’a jamais bougé de chez lui, mais qui s’est révélé être un véritable aventurier en prenant le risque de bousculer les théories de la connaissance ? Mettons-le sur un traîneau au milieu de l’Arctique pour nous dire ce qu’il en pense !

 Xavier Gaumer (77)
Photo de couverture : https://www.lucaslepage.com/

ABONNEZ VOUS

mardi, 26 avril 2022 09:56

Le magazine Globe-Trotters de mai/juin n° 203 vient de paraître !

GT203 Web couvS’il est un mot qui généralement n’engendre pas la mélancolie, c’est bien le mot “fête”. La fête est synonyme d’amusement, parfois de défoulement, de désinhibition car, comme le dit la chanson, “tout a changé ce matin”.

Tout est permis ou presque, le bonheur est dans la fête, quelles que soient ses origines : païennes, religieuses, laïques, mémorielles, saisonnières. Les hommes se mettent à voler, les bambous deviennent fous, et les vaches…

Dans le monde entier, nombreux sont les voyageurs qui se sont vus associés, volontairement ou non, à ces moments de liesse qui ne les concernent pas mais qui agitent tout un peuple, tout un pays, ou toute une région.

Il est alors impossible de rester extérieur aux événements, aux déferlements, aux recueillements aussi. Car la fête, jamais triste, endosse ses habits de mémoire, en souvenir de ceux qui ont fait l’histoire avant de disparaître. Elle nous surprend quand son objet est si familier que nous n’y prêtions plus attention : l’eau, le soleil, les saisons. Quand elle devient “rituel”, elle peut faire couler le sang…

La fête a sans doute été inventée pour faire oublier à l’homme les difficultés qu’il traverse, pour que, le temps d’une parenthèse cathartique, il sorte de son quotidien et se rapproche de son paradis.

Alors, faisons la fête, ensemble, mais gardons une pensée pour celles et ceux qui n’en ont plus la possibilité actuellement, les Afghans et surtout les femmes afghanes, et plus près de nous les Ukrainiens, dernières victimes d’une sale guerre qui, c’est sûr, fêteront comme il se doit la paix retrouvée le moment venu.

Philippe Masse (76)

vendredi, 18 février 2022 15:03

Le magazine Globe-Trotters de mars/avril n° 202 vient de paraître !

GT202 mars avril web 1Aventure du bout du monde : pourquoi partir loin, alors que l’ambiance est aux circuits courts et aux productions locales ! Peut-être est-il temps de (re)visiter notre chère Europe, qui abrite les destinations les plus proches de chez nous ?

Europe fut une princesse phénicienne, enlevée par Zeus, roi de l’Olympe, séduit par sa beauté. Elle lui donna des triplés, dont le fameux Minos qui devint roi de Crète. Aujourd’hui, Europe a fait place à un continent, une communauté économique, une union, un territoire qui recèle de multiples richesses historiques, des mythes et légendes vivaces et une variété infinie de paysages.

Dans ce numéro, nous vous emmenons dans de grandes villes européennes, sur des îles, paradisiaques le plus souvent, et aux quatre coins du territoire : dans la neige du Nord, la nature du Sud et les souvenirs douloureux de l’Est. Et à l’Ouest, rien de nouveau !

Mais “la large terre”, signification étymologique du mot Europe en grec, n’a pas fini de nous étonner. Et pour ceux qui persistent à vouloir aller loin, quelques bonnes pages le permettent encore.

Bon voyage !

Philippe Masse(76)

Acheter le magazine

mercredi, 16 février 2022 18:57

En route vers le Dallol (Ethiopie)

Dans la corne de l’Afrique, au nord de l’Éthiopie, la fraîcheur du Parc national de Simien surprend le voyageur non averti, autant que la fournaise du désert

de Danakil.

Me voici de nouveau en Ethiopie avec un couple d’amis. Nous venons de monter notre bivouac dans le parc national des monts Simien, dans le nord du pays. Le site est magnifique dans cette région montagneuse : nous sommes a plus de 2000 mètres d’altitude et il fait froid en cette fin de journée. Nous n’avons pas prévu des températures proches de zéro et nous devons enfiler tous nos vêtements pour nous protéger du froid.

Le Simien, premier site naturel d’Afrique Apres le repas du soir autour d’un feu de bois, chacun se glisse dans sa tente igloo pour la nuit.

Réveillés de bonne heure, nous partons avec le guide du parc à la rencontre des singes geladas. Cette espèce, proche du babouin, est emblématique de la région. Le gelada vit en colonie pouvant atteindre 200 à 300 individus.

Chaque male vit avec sa famille, femelles et progéniture. La coloration de sa fourrure varie entre le jaune et le brun, avec des taches roses de peau nue se rejoignant au milieu de la poitrine dont la forme fait penser à un sablier. Nous rencontrons rapidement un groupe prenant leur repas du matin.

Les geladas se nourrissent principalement de brins d’herbe et de jeunes pousses. Ils ne sont pas craintifs et nous ignorent totalement.

Nous pouvons les observer tranquillement et les approcher a deux ou trois mètres.

Seuls quelques males deviennent agressifs et montrent les dents si on s’approche trop près.

Continuant notre balade à la recherche d’autres groupes de geladas, nous rencontrons une végétation particulière, notamment des lobelias géants, plantes endémiques de la région dont certaines peuvent atteindre un mètre de hauteur.

Après une période d’environ sept ans de croissance, la plante produit une fleur unique, puis elle meurt. Autre curiosité : des lichens colonisent la majorité des arbres du parc.

Texte et photo: Daniel Stocklin.

Extrait du magazine 201

vendredi, 29 octobre 2021 11:03

Yunnan au pays des nuages.

Les nuages de Yuangyang, comme les rideaux d’un immense théâtre naturel, cachent un vrai trésor de notre humanité,

façonné par les petites mains incroyablement courageuses et ingénieuses de l’ethnie Hani.

Arrivé depuis quatre semaines dans cette surprenante et authentique province du Yunnan, je me suis régalé des visites des forêts de pierre de Shilin non loin de Kunming. En remontant plus au nord, j’ai adoré les vieilles villes préservées de Dali et Lijiang avec leurs rues pavées, bordées d’élégantes maisons basses avec leurs toitures en ailes d’hirondelle, où se côtoient les quelque 25 ethnies qui peuplent cette région et qui sont autant de costumes traditionnels que de cultures ou de langues.

Toujours plus au nord et en altitude, j’ai vaincu mon vertige lors du trek du Saut du tigre dans les fameuses gorges creusées par le fleuve Yang-Tsé-Kiang, considérées comme les plus profondes de Chine et dominées par des sommets

de 5000 m d’altitude. Puis, aux portes du Tibet, j’ai arpenté au milieu des yacks les hauts plateaux de la région autonome de Diqing dont Shangri-La, perchée à 3160 m d’altitude et habitée majoritairement par des Tibétains, est la

capitale. Tous ces paysages grandioses et toutes ces cultures authentiques croisés en si peu de temps sont déjà un émerveillement, mais le plus beau restait à venir.

Paysage millénaire et travail de titan

De bus en bus, j’ai repris la route, cap vers le sud du Yunnan. Quatre heures de routes de montagne et me voilà à Nansha sur les rives du fleuve Rouge. Nouveau bus et nouvelles routes en lacets pour arriver à Yuangyang. La route est enveloppée par les nuages ; je ne vois toujours rien du paysage quand je prends mon ultime bus de Yuangyang à Duoyisha, terminus de l’étape. Je poursuis à pied jusqu’au village de Pugaolaozhai où, enfin, je me pose dans une petite auberge. Il est 16 h et j’ai voyagé toute la journée dans les nuages, ne voyant rien du paysage qui m’entoure à 2000 m d’altitude.

Quand soudain, comme par enchantement, les nuages disparaissent et le rideau s’ouvre devant un décor majestueux : des montagnes sculptées à perte de vue, des rizières remplies d’eau se reflètent au coucher de soleil. Je suis ébahi par

ce spectacle incroyable : une véritable œuvre d’art au service de la culture du riz !

< Jean-Claude Brossard.

Lire la suite dans le magazine Globe-Trotters n°198 .

mercredi, 20 octobre 2021 15:22

Le magazine Globe-Trotters nov/déc. n° 200 vient de paraître !

GT200 WEB 1Le “200” ! Quel beau nombre ! Un nombre tout rond qu’il faut célébrer, avec ses deux yeux ronds pour explorer.

À l’heure où les échanges passent quasi exclusivement par Internet, la formule “nouvelles” sur papier aurait pu disparaître. Mais la qualité des écrits et des images de notre magazine en a fait une “pépite”, un symbole à garder,

un lien entre adhérents qui fédère depuis plus de 33 ans !

Qui aurait cru, en février 1988, que notre magazine aurait cette tête-là fin 2021 ? Et que dire des voyages, qui ont tant changé et qui, depuis plusieurs mois, ne sont que reportés, rêvés, imaginés et tant espérés. Notre magazine nous fait garder espoir et entrevoir un avenir fourmillant de rencontres et de moments partagés.

Pour l’occasion, nous vous proposons une mosaïque d’images et d’aventures comme vous savez si bien nous conter. Oui, car c’est bien vous, chers adhérents d’ABM, qui donnez vie au Globe-trotters grâce à vos articles de tous horizons. Et également grâce à l’expertise et à la rigueur de notre comité de rédaction qui réalise un travail consciencieux pour que tout soit parfait.

Poursuivez vos récits, que vive longtemps notre beau magazine et que la découverte, le partage et les rencontres se renouvellent.

Même si les voyages ont des saveurs d’inaccessible, gardez le cap et entrez dans un monde d’espoir : tournez les

pages suivantes !

Je vous souhaite de l’évasion et une excellente lecture.

Perrine Gourgeot (75)

coprésidente d’ABM

vendredi, 17 septembre 2021 10:52

Le magazine Globe-Trotters de sept/octobre vient de paraître !

GT199 Web 1Le voyage nous touche. La beauté des paysages, des rencontres, des cultures côtoyées laisse une trace indélébile à l’intérieur de nous. Le voyage nous change.

Dans ce numéro de Globe-trotters, il est un moment d’introspection dans le désert mauritanien, une forêt intérieure à Panama, une image qui rappelle le temps passé, une renaissance à vélo entre l’Alaska et Ushuaia après un accident

qui aurait pu tout mettre par terre. Le voyage nous interroge et nous ouvre. “Il faut cultiver son jardin” disait Voltaire par la voix de Candide. Belle métaphore pour signifier la nécessité d’un monde intérieur riche. De jardin, il en sera question dans ce numéro : jardins du monde, témoins de leur époque, à Chandigarh en Inde, où l’on retrouve la pensée traditionnelle indienne, au Taj Mahal, à Shiraz en Iran, où le zoroastrisme a modelé les espaces, à Marrakech, dans le jardin Majorelle.

Au hasard des routes, nous apercevrons les tulipes hollandaises et, plus près de chez nous, Étretat et ses jardins artistiques, où Monet est venu peindre et où dominent aujourd’hui sculpture végétale et architecture moderne. N’oublions pas Paris et le jardin agronomique tropical de Nogent-sur-Marne, vestige de l’Extrême-Orient et de l’exposition coloniale de 1907.

Philippe Masse (76)

jeudi, 29 avril 2021 09:44

Le nouveau magazine GLOBE-TROTTERS vient de paraître !

GT197 Web 0000Le magazine Globe-Trotters de mai/juin n° 197, vient de paraître....

Rendons l’essence à l’essentiel !” pourrions-nous inscrire sur les murs, dessiner sur les façades, clamer au sommet des montagnes, graver dans les roches des déserts, jeter ces mots dans les cratères des volcans afin qu’ils explosent.

Les récits de ce numéro de Globe-trotters vous promettent tout ce qu’il y a de plus essentiel, tout ce qui fait notre essence d’être humain... et de globe-trotter. Un numéro qui fait la part belle aux déambulations urbaines à la découverte des artistes de street art. Affranchis des lieux clos et institutionnels, ils expriment leur spontanéité, leur impertinence, leurs révoltes, leurs rêves de Valparaiso à la Malaisie et dans nos villes françaises, colorant et poétisant murs et bâtiments.

Quoi de plus essentiel que l’art qui nous fait vibrer, que le partage d’un repas dans la douce chaleur d’une yourte mongole, que la simplicité de la nature et l’instant éphémère des cerisiers en fleurs, que les rencontres riches de découvertes et de connaissances, qu’une hospitalité improvisée ?

Il est plus que temps de rêver, de projeter, de s’émerveiller, de vivre, d’aller rechercher notre essentiel, et les pages suivantes nous inspirent l’optimisme et l’évasion.

Les nuages finiront bien par se dissiper et le mont Fuji et tous les paysages du monde nous seront dévoilés.

Tyn Braun (75)


je m'abonne
samedi, 30 janvier 2021 19:49

Concours d'écriture et de dessins avec le journal Libération.

Libération»  lance un nouveau concours d’écriture et de dessin.

Thème de cette nouvelle édition : avoir 20 ans en 2021.

  • Concours 2021 sur le thème du voyage : on redémarre!

Avoir 20 ans en 2021… Avoir 20 ans quand tous les signaux passent au rouge écarlate. A l’heure où l’on écrit ces lignes (fin janvier), la planète se bat contre la seconde vague du coronavirus et de ses nouveaux variants. Couvre-feu, distanciation sociale et reconfinement sont partout d’actualité.

Les petits boulots sont au point mort ; les cours se font via des écrans ; les apéros sur Zoom ; et l’on ne parle pas des sorties, cinémas, théâtres, fêtes ou bars…

Avoir 20 ans en 2021… A quoi va ressembler cette nouvelle année ? C’est ce que nous vous demandons d’inventer ou de décrire pour la nouvelle édition de notre concours –textes et dessins – réservé aux moins de 30 ans, organisé cette année encore avec le festival du Grand Bivouac d’Albertville.

Vos espoirs, vos rêves, vos projets… Vos colères, vos voyages, vos regrets…

Coincé(e) dans une chambre confiné(e) ? Devant un ordi ou lors d’un week-end montagnard ? Souvenir d’un voyage réalisé il y a un an ou deux, avant que les frontières ne se ferment. D’une rando, d’une nuit en refuge, d’une soirée d’ivresse…

Ou réflexion sur ce monde condamné à ralentir et réfléchir à sa manière de concevoir le tourisme, le travail et les loisirs (ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose).

On attend vos textes et vos carnets pour un tour du monde qu’on espère plein de vie et d’envie.

Envoyez votre reportage ou vos dessins : 

 

Bon courage!

Page 1 sur 2

Derniers adhérents en ligne

broudard   ngrellou   belecom   adhabm   anherr   pgoossens   plemaitre   admin-cvd   jpdevey   blecerf   scaruel   gdbordage   bbouvier   iscanu   pafoule  
Copyright © 2024 Aventure du Bout du Monde - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public